Bloc 3 & 4 Flashcards Preview

Sociocriminologie > Bloc 3 & 4 > Flashcards

Flashcards in Bloc 3 & 4 Deck (50):
1

Qu'est-ce que la théorie de Cliffort Shearing et Richard Ericson (1991)?

Une théorie selon laquelle la culture policière n'est pas seulement un ensemble de règles. Les anecdotes enseignent aux policiers quoi faire dans les situations anodines.

2

Que sont les deux rôles des anecdotes dans la culture policière?

1) Elles construisent un vocabulaire des précédents qui permet de rendre compte de la réalité quotidienne 2) Elles construisent une subjectivité appropriée à ce monde

3

Qu'est-ce que la théorie de l'acteur réseau de Bruno Latour et John Law?

C'est une théorie selon laquelle un réseau n'est pas un objet tangible. C'est le regroupement temporaire d'individus ou d'objets autour d'idées, de concepts ou de controverses. Les réseaux fonctionnent comme des moteurs de production de sens, produisent un langage et des concepts qui définissent les choses.

4

Qu'est-ce que l'invention de la violence selon Laurent Mucchielli?

Nous vivons dans une société bien moins violente que les sociétés avant nous, mais les gens ont peur sans jamais avoir été agressés. Ce qui a changé c'est le contexte autour des actes de violence (ex: dans les écoles, on est plus portés à agir vite). Les deux types d'agression sexuelle les plus courantes: inceste et viol conjugale.

5

Qu'est-ce que la vérité selon Foucault?

C’est le résultat d’un contexte structuré pour inclure certaines choses comme vraies et exclure toutes les alternatives comme fausses.

6

Qu'est-ce que la relation savoir/pouvoir selon Foucault?

Lorsque l'on sait quelque chose, on détient le pouvoir de la construire comme tel, on peut influencer les gens autour en les invitant à accepter une certaine façon de voir les choses. C'est obliger à travers la liberté.

7

Quelles sont les 4 façons de protéger un discours?

1) Le commentaire - Tous les endroits où on peut voir le discours être répété en tout ou en partie
2) L'acteur - permet de rendre plus difficile le questionnement du discours car on l'identifie
3) Les disciplines - identifient des objets valables et des objets sans importance tout en élaborant un savoir sur le sujet.
4) La compétence - proportionnel au degré auquel l'individu est écouté quand il s'exprime

8

Comment se produisent les changements dans les discours selon Foucault?

Ils se produisent lorsque les pratiques de la société ne sont plus compatibles avec la réalité matérielle et deviennent problématiques. Un nouveau discours devient alors dominant

9

Qu'est-ce que le champ discursif de Foucault?

Un endroit où plusieurs systèmes de pensée s’affrontent, et où certains dominent. Il y a donc un conflit entre les discours et non plus entre les individus.

10

Qu'est-ce que gouverner selon Foucault?

C'est diriger d'une façon rationnelle. La mentalité du gouvernement (gouvernementalité) change à travers le temps, c'est une suite d'idées et non pas d'événements. C'est essayer d’organiser les choses rationnellement, en vue d’une maximisation des résultats, et d’après une forme particulière de savoir

11

Quelle est la mission du gouvernement selon Foucault?

Maximiser la création de richesses et améliorer les conditions de vie des citoyens.

12

À quoi servent les statistiques?

Elles permettent de rendre compte au gouvernement de ce qui se passe sur le territoire. Elles rendent possible le concept de population car il s'agit maintenant d'un corps social mesurable.

13

Qu'est-ce que la conduite des conduites?

Au lieu de montrer quoi faire, on forme leur volonté pour qu’ils soient en mesure de se gouverner eux-mêmes et de rendre leur vie « productive ». Ex: les réunions AA, on leur donne la volonté de se comporter de la façon prescrite.

14

Quelle est l'histoire de la prison en bref?

Avant les mises à mort étaient des spectacles, ensuite on utilisait la chaîne et les travaux forcés. Maintenant c'est la prison car dans la société industrielle, c'est plus pratique de réformer l'individu pour en faire une main d'oeuvre par la suite.

15

Que fait réellement la prison sur l'individu?

Les prisons n’ont jamais fait diminuer le taux de criminalité, provoquent de la récidive, fabrique des délinquants, favorise la formation d’organisation criminelles, créée de nouveaux délinquants dans la famille du détenu.

16

Quelles sont les trois manières dont la prison permet de gérer les illégalismes selon Foucault?

1) Elle permet de produire la délinquance de rue et détourne des classes dirigeantes
2) Elle est l'excuse parfaite pour inventer la police et surveiller les citoyens
3) On offre des exclus dont on doit avoir peur et au contraire, un modèle du bon citoyen docile à suivre.

17

Qu'est-ce que le problème social selon une perspective conventionnelle?

Un problème social c’est ce que les gens définissent comme un problème

18

Qu'est-ce que le problème social selon une perspective normative?

Un problème est une situation ou une pratique qui est moralement ou légalement inacceptable pour une majorité des gens, qui va à l’encontre des valeurs dominantes

19

Qu'est-ce que le problème social selon une perspective néo-conservatrice?

Il n’existe pas de problèmes sociaux, seulement des problèmes individuels et des individus à problèmes

20

Qu'est-ce que le problème social selon une perspective durkheimienne?

Un problème est une situation ou un phénomène qui cause une dysfonction dans le corps social, une désorganisation sociale.

21

Qu'est-ce que le problème social selon une perspective disciplinaire?

Un problème est une situation ou une pratique qui provient d’une pathologie indépendamment identifiée au sein d’une discipline

22

Qu'est-ce que le concept de problématisation selon Foucault?

C’est quand un certain nombre d’individus commencent à parler d’une chose comme d’un problème, c’est-à-dire qu’ils sont capables de la présenter comme une inadéquation des pratiques au savoir au sujet de la chose

23

Quelle est la position constructiviste du problème social de Spector et Kitsuse?

U problème social n’est pas un ensemble de conditions objectives, mais bien un processus d’interaction entre divers groupes et individus faisant des assertions au sujet d’un objet qu’ils appellent un problème et réclamant des solutions. C'est donc une activité plutôt qu'un état de fait. C'est une lutte de pouvoirs.

24

Qu'est-ce que l'industrie du problème social de Joseph Gusfield?

Notre culture de droits a transformé une foule de problèmes en problèmes sociaux, l'État providence doit toujours intervenir. On a créé une industrie de l'aide qui subsiste grâce aux problèmes qu'elle tente de remédier, ça entraîne un conflit d'intérêts.

25

Quels sont les trois choses qu'un professionnel du problème social doit faire pour survivre?

1) continuer d’affirmer l’existence du problème
2) montrer qu’il possède une connaissance privilégiée de sa nature
3) soutenir qu’il possède les moyens de s’y attaquer.

26

Comment fonctionne notre système de justice aujourd'hui?

La peine est là pour punir et non pour réhabiliter. Retour de l'objectif de rétribution. L'incarcération et la libération sont jugées sur des outils statistiques, on calcule un risque.

27

Qu'est-ce que la désubordination générale de Ralph Miliband?

Une forte démocratisation démarre avec les mouvements de droits, les morales absolues perdent leur puissance. Les taux de criminalité augmentent, la police s’isole dans ses véhicules, perd le contact avec la société et est incapable de prévenir le crime.

28

Quel est le rôle joué par le néolibéralisme et le néoconservateur dans la criminalité?

Le néolibéralisme s’articule au niveau économique, le néoconservatisme au niveau social. Comme la question de la criminalité est au carrefour des deux, elle est modifiée par les deux : le crime est conçu comme un défaut de conduite des pauvres.

29

Quels sont les six aspects de la société à sécurité maximale de Gary Marx?

1) Société programmée - former le social en machine
2) Société de dossiers - base de données
3) Société actuarielle - gestion de risques
4) Société d'autosurveillance
5) Société poreuse - vie privée pleine de trous
6) Société soupçonneuse - le voisin est un danger potentiel

30

Quels sont les dangers selon Gary Marx de cette société?

1) Croire que les moyens n'ont aucun effet sur les fins
2) Se concentrer sur les effets (le crime) plutôt que les causes connues
3) L'idée que si la technologie ne donne pas les résultats voulus, c'est qu'elle n'est pas au point.
4) L'idée que seul les criminels ont quelque chose à cacher

31

Quels sont les problèmes des sondages de victimisation?

Ignorance des crimes sans victime et des crimes institutionnels et commerciaux, des crimes qui ont une institution ou corporation comme victime. Surreprésentation des crimes graves et télescopage (entrée de crimes hors de la période d’étude.

32

Quels sont les facteurs d'appel au système de justice?

1) Instigation - la police entraîne la commission d'un acte
2) Suspicion - accusation faite sous un simple soupçon
3) Le mensonge- 15-20% des appels à la police
4) Les urgences et conflits non-criminels - 80% sont une réclamation, demande d'information, une urgence.

33

Quelles sont les options de contrôle informel?

Négociation
Imposer son autorité
Faire appel à d’autres personnes
Imposer une sanction sociale (exclusion, harcèlement, ridicule, etc.)
Faire appel à ou dénoncer le responsable à une autre forme de contrôle exercé par une autre institution (école, services sociaux, thérapeutes, etc.).
Faire appel à une organisation privée spécialisée (sécurité ou justice)
Imposer une sanction violente qui devient à son tour un crime
Si ces démarches ne marchent pas - renvoi au système pénal

34

Quels sont les deux résultats que peuvent entraîner un renvoi au système pénal ?

1) L'individu est satisfait et le problème est réglé
2) Des citoyens insatisfaits vont retourner à des moyens informels

35

Quels sont les bénéfices au niveau pratique de faire appel à la police?

Les policiers mettront un terme à la situation
Le système compensera la victime ou du moins fera justice
La situation ne se produira plus
Les assurances réclament un constat d’infraction
La police peut servir ses intérêts

36

Quels sont les bénéfices au niveau moral de faire appel à la police?

L'acte est suffisamment grave pour mobiliser le système
Il est du devoir du citoyen de coopérer avec la police

37

Quels sont les effets bénéfiques auquel l'individu ne faisant pas appel au renvoi n'aura pas accès?

Les policiers ne seront pas intéressés par la situation
Le système ne mènera nulle part
Le système pourrait se retourner contre eux (ex : prostituées)
Le système exagérera les actes (perte de contrôle de la victime, liens affectifs, etc.)
Déclarer les actes publiquement peut être embarrassant (fraudes évidentes)

38

Quels sont les facteurs dont dépendent le succès de l'appel à la police?

Les policiers sont d’accord avec l’individu au sujet de la nature de l’acte criminel
La police lui accorde un pouvoir de référer (statut social)
La police peut décider de ne pas criminaliser le cas
La police peut refuser de criminaliser pour plusieurs raisons (plaintes frivoles, la certitude de la cause ne tiendra pas en cour, l’attitude du demandeur de services, etc.).

39

Quelle est la différence entre la criminalisation et l'illégalité d'une conduite?

La criminalisation d’une conduite est différente de sa simple illégalité. Le crime est une catégorie bien spéciale dans notre système, avec des peines, un casier judiciaire, une stigmatisation, une dénonciation, etc. C’est différent d’un simple bris de règlements par exemple.

40

Nommez trois exemples de décriminalisation

L'homosexualité avec la loi omnibus
L'avortement thérapeutique avec la même loi et par la suite avec Morgentaler
La marijuana

41

Nommez deux exemples de criminalisation

La violence conjugale
L'alcool au volant

42

Nommez un exemple de redéfinition

Le viol en agression sexuelle

43

Qu'a fait Paul Rock?

Il a débuté l'initiative d'aide aux victimes. Les victimes étaient revictimisées par le passage dans le système de justice. On s'intéresse maintenant à la victimologie et aux droits des victimes.

44

Qu'a apporté Irvin Waller à la victimologie?

Il tourne la victimologie en un programme politique supporté par une médiatisation importante de la violence criminelle. Il supporte les droits des victimes et sensibilise le plus de gens possible.

45

Qu'est-ce que le Behavior of Law de Donald Black?

Il décrit la loi comme une variable quantitative, il peut y avoir plus ou moins de loi selon les endroits, les moments et les individus visés. Décider de faire appel à la police, décider de poursuivre, décider de condamner et décider de punir représentent des augmentations de la loi.

46

Quels sont les 4 facteurs sociaux dont dépend notre capacité à mobiliser la loi?

1) Stratification sociale - plus on est en haut de l'échelle, plus on peut mobiliser
2) Morphologie sociale - plus les gens sont près les uns des autres, moins ils mobiliseront la loi
3) La culture - la loi est mobilisée au maximum quand la victime est plus fortement éduquée que l’agresseur
4) L'organisation - plus facile de mobiliser si on fait partie d'une organisation puissante et que l'agresseur est seul

47

Quels sont les 4 styles de la loi?

1) Style compensatoire - le crime crée un dommage qui doit être réparé
2) Style conciliatoire - Le crime détruit la communauté, on doit réparer les relations entre les membres.
3) Style thérapeutique - le crime est le résultat d'une pathologie du criminel
4) Style pénal - la collectivité impose une peine à l'individu responsable

48

Quels sont les effets en cause selon Black dans la socialisation de la loi?

1) La proximité sociale des acteurs
2) Les effets d'avocats
3) Effets du tiers (les jury, les psy, sociologues, etc.).
4) Effets de langage

49

Quelle est la conclusion de Black sur la désocialisation de la loi?

Il faut donc « désocialiser » les cours. Black suggère de retirer les acteurs de la cour afin qu’ils restent inconnus aux jurés seulement l’information directement reliée à la cause serait disponible. Ceci laisse tout de même les effets sociaux liés au juge et au jury.

50

Qu'a ajouté Carol Smart sur la désocialisation de la loi?

Elle ajoute que le droit est un système de savoirs qui modèle les expériences des individus pour pouvoir leur appliquer une solution artificielle et rigide. La loi est un discours qui disqualifie les expériences et les discours non compatibles. Par exemple, elle explique que la dichotomie consentement/absence de consentement ne correspond pas à la réalité de la sexualité — elle force à ignorer à quoi le consentement est donné. Ainsi, malgré son caractère relationnel la loi produit une vérité déterminante dans la vie des gens, parce qu’elle est conçue comme objective.