Chap 1 Flashcards Preview

S2 : Entrepreneuriat > Chap 1 > Flashcards

Flashcards in Chap 1 Deck (38):
1

selon l'école économique quels sont les traits qui caractérise l'entrepreneur ?

la prise de risque ,
l'innovation
la vigilance entrepreneuriale
la proactivité

2

d'après l'école en terme de traits quels sont les caractérisitiques qui pousse une personne à entreprendre ?

des facteurs psycho et non psycho orienté vers l'exploitation d'opportunité , mais surtout
• L'attitude par rapports aux risques (degrés d'aversion),
• Le besoin d'accomplissement ou de réalisation personnelle
• Le locus of control

3

quel est la différence entre risque et incertitude?

Le risque est une évaluation de la probabilité attachée à l'échec ou à la réussite d'une action donnée.
L'incertitude est une notion proche, mais caractérisée au contraire par l'absence de distribution de probabilité.

4

qu'est ce que le besoin d'accomplissement ?


le besoin d'accomplissement comprend trois dimensions principales :
• Une préférence modérée pour le risque : on ne recherche pas des nouvelles activités pour la prise de risque
• La volonté de prendre la responsabilité personnelle des décisions.
• Le besoin de disposer d'un retour d'information sur l'échec ou le succès des actions entreprises

5

Qu'est ce que le locus of control ?

le « locus of control », peut être traduit comme un champ de contrôle du destin. Il fait référence à la capacité de l'individu à exercer une influence sur la conduite de sa vie.

Les entrepreneurs qui ont le sentiment d'exercer un contrôle sur le cours des événements chercheront davantage à se réaliser à travers la conduite des nouveaux projets.

6

qu'est ce que l'efficacité personnelle ?

Elle représente :
• La confiance d'un individu en sa capacité à mener à bien les actions requises pour arriver à un certain résultat (Bandura, 1977)
• Ou encore la croyance en sa capacité personnelle à réaliser une tâche (Gist, 1987)

7

Qu'est ce que sont les big fives ?

des traits de personalité de l'entrepreneur :
- Ouverture à l’expérience
- Conscience
- Extraversion
- Agréabilité
- Névrosisme

8

what is the dark triad ?

narcissisme
marchiavélisme
psychopathie

9

les travaux sur les caractéristiques personnelles de l'entrepreneur nt était remis en cause pour quel autre alternatives ?

Pour se concentrer sur le processus entrepreneurial.

Concernant la différenciation entre les entrepreneurs, des chercheurs privilégie des typologies

10

qu'est ce que le créateur artisan ?

• Jeune, faiblement éduqué
• Ses compétences sont avant tout techniques
• Son idée de création est réactive, guidée :
▪ par la recherche d'un emploi autonome,
▪ avec l'espérance d'une promotion sociale

11

qu'est ce que le créateur opportuniste ?

▪ Il est plus âgé, et possède une formation et une expérience professionnelles (cadre, ingénieur), élevées.
▪ Il possède des compétences en matière de management
▪ Sa démarche est proactive. Il a mûri son idée, et notamment étudié le marché.

12

qu'elles sont les trois aspirations majeures selon les recherches en entrepreneuriat ?

• L'aspiration à la croissance
• L'aspiration à l'indépendance ou à l'autonomie
• L'aspiration à la pérennisation.

13

quelle est la logique d'action pour le PIC(pérennité , indépendance , croissance) ?

une logique d'action patrimoniale :
=> accumuler un capital tranmissible,

Il accorde une grande importance aux actifs corporels.
Il se méfie des investissements immatériels et intellectuels (formation, publicité, brevets et licences). Il cherche à fermer le capital (holding).

Il se positionne sur des activités mature, n'exigeant pas des investissements important de croissance trop risquée, A l'égard des changements, le PIC adopte un comportement réactif.

14

a quel logique obét le CAP (croissance autonomie, pérennité) ? ?

obéit à une logique d'action entrepreneuriale.

Le « CAP » privilégie les activités en forte croissance, impliquant un taux de rentabilité, mais aussi de risque élevé.

Loin de gérer « en bon père de famille » il recherche des activités attractives, quitte à en changer plusieurs fois dans sa carrière professionnelle. Son attitude est proactive. (attitude d'autonomie)

Le CAP n'hésite pas à faire travailler l'argent d'autrui, le fort taux de rentabilité permettant de faire jouer l'effet de levier de l'endettement.

Il ne songe pas à pérenniser son affaire. D'ailleurs, il évite de l'alourdir en immobilisant l'argent dans des actifs corporels : il privilégie les investissements immatériels, pratique le leasing, externalise les fonctions qui n'entrent pas dans la compétence-clé. (Le CAP n'agit pas seul, il s’entoure d'associés au profile complémentaire)

15

qu'est ce la légitimité concurrentielle ?

l'entrepreneur remplit son rôle économique s'il est compétitif. Cette compétitivité repose sur trois niveaux de performances :
• L'efficience : productivité
• L'efficacité (porté du projet, visibilité) : atteinte des objectifs
• L'effectivité : mesure le degré de satisfaction des collaborateurs par rapport à leur engagement dans l'organisation.

16

qu'est ce que la légitimité territoriale ?

: l'entrepreneur remplit son rôle social s'il est intégré dans son territoire d'appartenance. Cette intégration se manifeste de deux façons :
• L'enracinement territorial évalue la durée d'existence de l'entreprise, et les antécédents territoriaux de l'entrepreneur (et son attachement au territoire).

• L'imprégnation territoriale (encastrement) exprime l'intensité des liens tissés avec les autres acteurs du territoire (ville, régions …).

17

Qu'est ce que l'isolé ,

▪ Est faiblement intégré et peu performant
▪ Il bénéficie (ou a le sentiment) de peu de soutiens
▪ Il obéit à un besoin de subsistance
▪ c'est un réactif sur la défensive

18

qu'est ce que le notable ?

▪ Fortement intégré sur son territoire ; fort besoin de socialisation et d'affiliation, et participe à de multiples réseaux (essentiellement locaux)
▪ Il est en principe de type « PIC »
▪ Généralement située dans des activités peu évolutives, le niveau de compétitivité est faible. Il en résulte un comportement anti-concurrentiel, tendant à privilégier les entreprises territoriales, à créer des rentes de situation, aux limites de la licité.

19

qu'est ce que le nomade ?

▪ Faiblement intégré : soit l'entreprise est récemment implantée, soit e dirigeant l'a reprise récemment
▪ Il peut s'agir d'un CAP ou de l'émanation d'un groupe national ou multinational, éventuellement par la prise de contrôle d'une PME « ancienne »
▪ Les réseaux d'appartenance sont extra-territoriaux.
▪ Le dirigeant, de type manager, cherche avant tout un haut niveau de performance

20

qu'est ce que l'entreprenant ?

▪ Fort attachement au territoire, pour des raisons affectives (besoin d'affiliation) ou technico-économiques (ressources disponibles, marché, tradition locale, ect …)
▪ Recherche d'activités performantes, souvent innovantes.
▪ Très ouvert sur les réseaux extra-territoriale doit renforcer la performance concurrentielle.

21

comment est vu le processus entrepreneurial ?

comme :
• Un processus de poursuite d'opportunité
• Conduisant à l'émergence organisationnelle
• Et s'accompagnant d'une création de valeur

22

qu'est ce que identifier des opportunités d'affaires ?

C'est • Imaginer des produits ou services potentiels à partir des besoins insatisfaits et des besoins futurs de marchés existants ou des besoins induits par l'apparition de nouvelles techniques ou technologies.
et
• Concevoir ces nouveaux produits ou services en analysant leur faisabilité technique, commerciale et financière (mise au point technique du produit/service, étude des attentes des prospects, analyse de la concurrentiel potentiel, étude de la rentabilité).

23

qu'est ce que concevoir le modèle d'affaire ?

• Formaliser une offre en fonction des attentes du prospect et des autres parties prenantes (financeurs, collaborateurs, fournisseurs, partenaires institutionnels, ect.)

• Positionner un système d'offre par rapport aux concurrents existants et potentiels.

24

qu'est ce que développer son plan d'affaires ?

• Diagnostiquer les moyens disponibles et manquants (financiers, humains, matériels, techniques) formalisés dans un plan d'affaires.

• Établir les stratégies de développement de l'entreprise

• Déterminer les modalités d'actions envisager pour combler les écarts constatés.

25

qu'est ce que développer une organisation ?

• Concevoir une organisation en rassemblant les moyens financiers, matériels et humains à partir des objectifs fixés.
▪ Légitimer le projet pour accéder aux ressources.
▪ Définir les tâches et les répartir
▪ Définir des objectifs intermédiaires
▪ Allouer les moyens

• Répartir et coordonner les moyens obtenus :
▪ Définir les valeurs et les normes de comportement
▪ Mettre en place un système d'incitation
▪ Adopter un système de pilotage de la performance

26

quels sont les grandes compétences entrepreneuriales ?

identifier des opportunités d'affaires

élaborer une vision entrepreneuriale

développer une organisation

27

qu'est ce que la décision entrepreneuriale ?

C'est un processus cognitif orienté vers la poursuite d'opportunités

28

qu'est ce que l'événement entrepreneurial ?

l'événement entrepreneurial revêt cinq caractéristiques :
• Une prise d'initiative par un individu ou un groupe,
• Une consolidation de ressources : une organisation est formée ou restructurée pour accomplir un objectif
• Un management de l'organisation par les personnes qui prennent l'initiative
• Une relation autonomie
• Une prise de risque

29

quels sont les autres facteurs pouvant expliquer l’événement entrepreneurial, notammment lié à changement de vie ?

Déplacements négatifs : Émigré forcé, Limogé, Offensé, En colère, Ennuyé, Crise de la quarantaine, Divorcé ou veuf,
+ Nuances : Démobilisation, Sortie de l'école, Sortie de prison
+ Attraction positive : De la part e partenaires, De la part de mentor, De la part d'investissement

Perception de désirabilité : Culture, Famille, Pairs, Collègues, Mentor

Perceptions de faisabilité : Accompagnement financier, Autre accompagnement, Effet de démonstration, Modèles, Mentors, Partenaires

30

que concernent les biais auquel peuvent se heurter le preneur de décisions ?

Il s'agit d'erreurs qui affectent le processus de décision.

Ils peuvent concerner :
• La formulation des buts et identification du problème
• La production d'un éventail de solutions stratégiques
• L’évaluation et sélection d'une solution

31

qu'est ce que le biais d'ancrage ?

le décideur est attaché à un jugement initial et peu sensible à l'information nouvelle et divergente

32

qu'est ce que le biais d'engagement/escalade ?

le décideur poursuit l'action engagée d'autant plus qu'elle ne produit pas les effets attendus

33

qu'est ce que le biais de raisonnement par analogie ?

le décideur transpose des cas simples connus aux cas complexes

34

qu'est ce le biais de solution préférée ?

Focalisation sur une solution préférée d’emblée : Le décideur ne voit que les avantages de la solution qu’il préfère a priori, et ne voit que les inconvénients des autres solutions

35

qu'est ce que le biais de fausse représentatitivité ?

le décideur généralise abusivement à partir de situations passées d’essais, d’expériences, de cas

36

qu'est ce que le biais d'illusion de controle ?

le décideur surestime son degré de contrôle sur le cours des choses

37

qu'est ce que le biais de dépréciation?

Dépréciation des solutions incomplètement décrites

38

pourquoi dit on que la décision entrepreneuriale est ambivalente ?

car entreprendre comporte un coté lumineux ( réussite , reconnaissaance , relation...) mais aussi un coté sombre ( isolement , échec...)