Commerce internationale Flashcards Preview

economie (moi) > Commerce internationale > Flashcards

Flashcards in Commerce internationale Deck (46):
1

4 aspect de la mondialisation

- mondialisation financière
- mondialisation productive
- mondialisation commerciale
-régulation supranationale

2

Suzanne Berger et première mondialisation

"Notre première mondialisation: leçon d'un échec oublié" en 2003 -
De 1870 à 1914 avec accélération des échange en Europe (qui représente environ 65% du total dont 18% en Allemagne) qui entre 1800 et 1914 on été multiplié par tête par 25 alors que le production n'as été multiplié que par 2,2 grâce à stabilité monétaire, croissance de la 2° RI, progression libéralisme et progrès moyen de transport (chemin de fer et bateau a vapeur). Cela permet de répondre au problème de stagnation anglaise et avec le commerce triangulaire.
La grande majorité sont des matière première 65% tandis que l'influence dr early-starter va diminuer

3

Protectionnisme de avant 1860

"Océan de protectionnisme cernant quelques îlots libéraux" Bairoch dans "Mythes et paradoxes de l'histoire économique" en 1995.
On a des Etats-Unis ultra protectionniste avec aussi une Angleterre protectionniste avec les Corn Laws de 1773 à 1815, les Zollverein en 1834 sous l'influence de Friedrich List.

4

Situation de la GB premiere mondialisation

On a une augmentation des nouveaux de vie en Angleterre avec une progression de la classe moyenne et une forte croissance démographique et va donc se suivre les conseils de Ricardo pour du libre échange afin de solutionner la problème de l'Etat stationnaire par formation de l'Anti-Corn law league en 1838 qui aboutira a leurs abolition en 1846 puis d'autres mesure jusqu'au traité Cobden-Chevalier de 1860 avec la France qui va créer un effet domino dans une grand partie de l'Europe

5

situation des USA premiere mondialisation

Fortement protectionniste avec le "Rapport sur les manufactures" de 1792 par Hamilton. Economie de rattrapage basé sur l'agriculture car grande terre, capitaux. On a le sud du pays qui est esclavagiste et qui réclame le libéralisme et le nord industrielle qui est est pour le protectionnisme, cela va mener à la guerre de sécession de 1861 à 1865 gagnée par le Nord qui va leur être favorable ce sont les seul à ne pas "jouer le jeu".

6

Rôle de La Grande Dépression dans le protectionnisme

La Grande dépression (1873-1896), on est en phase du cycle de Kondratieff après le krach boursier de 1873, les prix des denrées alimentaires baissent du fait de la concurrence des pays émergents et surtout des USA, on a donc un retour des mesures protectionniste avec les tarifs Bismarck en 1879 et en France en 1881 pour l'industrie et 1883 pour l'agriculture suivant la tendance générale sauf l'Angleterre.
Mais les échanges internationaux continuent de progresser car on a "raccourcis technologique" (Gerschenkron) qui font accélérer l'industrialisation des USA, de l'Allemagne, du Japon et d la Russie qui connaissent un take-off précoce.
On fait aussi face à une augmentation des échanges envers les colonies grâce aux progrès des moyens de transports ce qui fait revenir dans la phase A du cycle en 1896.

7

Colonialisme et empirisme

De 1880 à 1914, on a une importance toute particulière porté sur la répartition territoriale en Afrique avec mes deux grandes puissances coloniales que sont les France et la Grande-Bretagne car vus comme un arrière pays propice à l'approvisionnement et la création de débouchés sous couvert de théories de supériorité de l'Homme blanc. Mais les Allemands réclament leur "place au soleil" et mènent une Weltpolitik en 1890 par Wilhelm II qui veut faire de l'Allemagne une puissance maritime et donc coloniale mais débouchera sur WW1.

8

Les IDE en 1914

En 1914, le stock mondiale des IDE est majoritairement détenus par la Grande-Bretagne (46%) et avec USA, France, Allemagne cela monte à 71% qui partent pour les 2/3 dans les pays en voie de développement.
On a affaire a ce que Michalet appelle des "firme primaire", c'est à dire des investissement envers le secteur primaire, on est dans le configuration "internationale" (qui est principalement des échanges de B&S avec débat sur protectionnisme/libéralisme.

9

Les conséquences de la WW1

Elle amène une forte contraction de l'activité économique avec un besoin de reconstruire l'Europe dévasté par la Guerre avec l'aide des USA qui deviennent les créanciers de l'Europe. La crise de 29 avec sa déflation impact d'autant plus les économie qui essayer de repartir et qui vont se tourner vers leurs colonies comme avec les accords d'Ottawa de 1932 ou les importation britannique de ses colonies passent de 30 à 70%. Parallèlement un arsenal protectionniste est déployé au travers du monde avec une guerre des monnaie pour dévaluer plus que les autres afin d'améliorer la compétitivité prix des exportations pour relancer l'activité économique hormis au sein des zones monétaires.

10

Le déclin de l'Europe et de la GB

Il commence au XX où ma GB passe de l'ailier du monde à mauvais élève de la 2° RI du fait de son conservatisme technologie (pas d'investissement dans de grandes écoles d'ingénieurs) et une priorité mise sur la sphère financière qui va être rentable sur le court terme mais va permettre de financer la croissance américaine qui deviendra alors le premier exportateur mondiale. Le manque d'investissement dans la R&D est la cause du déclin européen car les Etats-Unis eux aussi développe parallèlement leur sphère financière.

11

La progression du CI après le WW2

Une progression très forte du commerce internationale grâce à la stabilité monétaire apporté par les accords de Bretton Woods et pression anti-protectioniste des institutions nouvelles comme le FMI de 1944 ou encore le GATT de 1947 ou encore le traité de Rome de 1957 montrant la voie de la future union européenne en créant la CEE. en 1960, les USA possède, au travers de leurs firme plus de la moitié des IDE à l'époque où le tiers monde est, pour reprendre les mots de sauvy "ignoré, exploité, méprisé" car le système nordiste a réussis à résoudre le problème de l'état stationnaire racardien,
C'est aussi l'époque de la révolution des NPIA (CS, Sing, HK, Taï) qui passe d'un stratégie de substitutions aux importation, à une stratégie de promotion aux exportations annonciatrice de leur futur succès.

12

Le CI de nos jours

Aujourd'hui 4 jours d'échange financier correspondent à 1 an d'échanges commerciaux. Les chocs pétroliers ont amorcé notre entré dans la réelle mondialisation qui est celle de la 3° RI (NTIC) où les frais de transport sont devenus négligeable par l'apparition de la révolution qu'est le container réglant définitivement le problème de la "rupture de charge", mais aussi la fin de Bretton Woods qui laisse la possibilité aux pays de s'endetter (économie d'endettement). Les produits échange sont maintenant des biens manufacturé et des services en grande majorité avec un commerce captif (intra-firme) de plus en plus important qui biaise les calculs du commerce internationale et ceux des accords régionaux. on atteint des taux d'ouverture records qui sont à près de 47% en Allemagne en 2008.

13

La progression des IDE suite a 1982

Les IDE explosent pour atteindre plus de 1700 milliards de dollars en 2007 avec l'essor des fusions-acquisistions qui fait passé d'un configuration multinationale à financière dans la classification de Michalet par la déréglementation des marchés de capitaux (OPA) notamment en chine qui grâce a sa forte démographie possède une armé de réserve industrielle qui cause la stabilité des salaires dans le monde par la menace de délocalisation.

14

L'émergence de l'Asie

L'évolution des vocabulaire est la meilleurs preuve alors que l'on parlais de pays "sous-développés", il y a encore quelques années les dragons asiatique sont maintenant devenus des pays émergent et même pour certains des BRICS c'est à dire des pays ultra prometteur dans les années 1990.
La Chine devient le premier exportateur mondiale au sein de cette économie multipolaire ou la production est éclaté au travers du monde avec des suds toujours plus intégré dans le jeu économique mondiale du fait des avenantes de sa production low-cost.

15

La crise de 2008

Les conséquences de la crise sont encore difficilement imaginable mais nombre d'économiste voit poindre les début d'une sorte de "démondialisation" pour reprendre les mot de Jacques Saphir dans "La démobilisation" de 2011.

16

Le CI au XVI et XVII

A cet époque mercantiliste le CI était vus comme uniquement conflictuel car il représenté un jeu a somme nul comme le monde Antoine de Montchrestien quand il dis "Nul ne gagne que d'autres en perdent" dans son Traité d'économie Politique de 1615
Il faudra attendre David Hume pour le commerce internationale soit vus comme un jeu à somme positive dans "De la balance des pouvoir" de 1752 enrichissant les nations et participant activement à la paix car comme le dis Montesquieu dans "De l'esprit des lois", "partout où il y a des moeurs douce, il y a du commerce et partout où il y a du commerce il y a des moeurs douces".

17

Citation de Smith sur le commerce internationale

"Si un pays étrangers peut nous fournir une marchandise à meilleur marché que nous ne sommes en état de l'établir nous même, il vaut mieux que nous la lui achetions avec quelques partie du produit de notre propre industrie, employée dans le genre dans lequel nous avons quelques avantages".
Les pays ont alors intérêt a s'ouvrir au commerce internationale en se spécialisant dans le domaine ou elle est relativement la meilleure afin de trouver de nouveaux débouchés mondiaux et augmente la productivité par une plus grande division du travail.

18

Ricardo et le Commerce internationale

Avec son exemple du draps et du vin avec des hypothèse de couts de transport négligeable, de mobilité des produit et de mobilité uniquement nationale des acteurs travail au sein d'une économie de rendement constant. Ricardo nous montre que les pays ont intérêt à se spécialiser dans le secteur ou elle possède des avantages comparatifs relativement aux autres économies, pour cela il faut faire un comparaison en terme de couts relatifs cela procure un bien pour les 2 parties.

19

Mill et la determination des termes de l'échange

il va continuer le travail de Ricardo sur les avantages comparatif en montrant le mécanisme de formation des prix en mobilisant le concept de l'élasticité prix et montrant que en fonction de celle-ci l'un des deux pays peut être gagnant et l'autre perdant.

20

La théorie moderne du CI

- La "loi des proportions de facteurs": on se base sur les même hypothèse que chez Ricardo cependant, Heckscher et Ohlin montre que les pays ont tout intérêt à se spécialiser dans le secteur exigeant relativement "beaucoup" de facteur relativement abondant dans leur pays en s'appuyant sur la théorie de l'utilité-rareté car le prix du bien dépend du prix des facteurs qui dépend lui même de la rareté de ce dernier.
- Stolper et Samuelson vont compléter ces travaux en montrant que le commerce internationale va permettre la convergence du prix des facteurs qui est un des bienfaits du commerce internationale, c'est le théorème Stopper-Samuelson (uniquement si les facteur travail est immobile au niveau internationale).
- Samuelson dans "L'économique" de 1948 va mettre en lumière au travers de la métaphore de l'avocat et de la dactylographe que même si on est meilleurs que les autres dans un domaine on doit se concentrer sur ce domaine principale et laisser faire les autres car on sera toujours gagnant dans cette situation car on tirera profit de la situation la plus rentable pour nous.

21

Citation de Friedrich List dans "Système d'économie politique" de 1841

"Le protectionnisme est notre voie, le lire-échange notre but"

22

Hamilton et List

Dans son "Rapport sur les manufactures", il montre la nécessité de mettre en place un protectionnisme pour les industries naissante que l'on pourrait qualifier de protectionnisme éducateur.
Quant à List, dans son "Sytème d'économie politique" de 1841, il influencera la création des Zollverein quelques années plus tôt pour permettre le développement de l'industrie allemande protéger de la concurrence anglaise de l'époque redoutable sous une même barrière douanière au dépend des intérêt des consommateurs allemands et risque de crise les eaux d'un lac...

23

Méline

Méline lui était en faveur d'un protectionnisme qui permettrai sur certains secteur de conserver les structure sociale importante à la stabilité sociale d'un pays et éviter "l'anarchisme des millionnaires" et le problème de l'inefficacité des relances budgétaire avec les fuite à l'étranger qui réduit l'autonomie des pays.

24

Le paradoxe de Leontief de 1953

Il s'aperçois que la règle du théorème HOS n'est pas respecter et va en tirer les conséquences en ajoutant la notion de productivité du travail qui modifie les calculs des avantages comparatifs entre les nations en supposant l'hétérogénéité des qualifications du travail.

25

Chamberlin

Dans "The theory of monopolistic competition" de 1933, il développe la théorie de la concurrence monopolistique, ce qui procure donc des avantages comparatifs seulement transitoire... avec des consommateur que veulent avoir le choix...
A compléter avec la théorie du cycle de vie du produit de Vernon par nouveauté, croissance, maturité et sénescence.

26

La prise en compte de le demande

- Linder va reprendre la théorie smithienne en expliquant le commerce entre pays qui se ressemble par la théorie de la demande représentative. Le fait que les firmes satisfont la demande extérieur et ensuite essaye de trouver des débouches à l'étranger on a donc besoin d'avoir des pays avec des niveau de vie et des modes de consommation relativement homogène pour pouvoir écouler les marchandises efficacement grâce à ce "sentier d'expansion".
- Lassudrie-Duchêne explique le commerce intra-branche par le fait que les produit des différentes économies ne possède pas les même caractéristique, en s'appuyant sur les théorie du consommateur (automobile allemande pas la même que la française).

27

Alfred Marshall et la notion d'économie d'échelle de 1879

Les économie d'échelle interne en augmentant la production on fait baisser le cout unitaire de production, donc plus on produit plus la production reviens relativement moins chère
Les économie d'échelle externe avec l'idée que le couts unitaire de production dépend de la taille du secteur avec le phénomène des clusters qui bénéficient des "retombés de connaissance" et des effets de synergie du "learning by doing".

28

Krugman et les avantages comparatif ex-post

Krugman dans "Geography and trade" de 1991 va mettre en lumière le fait que les économie d'échelle externe peuvent faire apparaitre des avantages comparatifs ex-post qui ne sont plus imposé aux nation comme dans la théorie HOS mais qui sont bel et bien la construction d'une sorte de dynamique provenant d'un "accident historique" comme avec la Silicon Valley qui a elle aussi bénéficier des effets de synergie.

29

Krugman et la responsabilité de la mondialisation en plusieurs étapes...

- A la fin des années 70, il va développer la Politique commerciale Stratégique (PCS) qui est reflété par le modèle Brander-Spencer qui dis que le protectionnisme peut être vus comme un outils de conquête des marches extérieur en utilisant la subvention pour se fair en rente de monopole. On se bas dans une économie ou il n'y a pas la place pour deux au sein de la théorie des jeux ou il y a deux acteurs qui ne savent pas quoi faire entre essayer ou non, en subventionnant l'un des deux acteur on écarte l'autre car le premier a tout intérêt a entrer sur le marché en sachant que si l'autre rentre il n'aura pas de perte et l'autre n'entrera pas car il sait que le premier le fera et lui perdra au contraire de l'argent.
- "La mondialisation n'est pas coupable" dans les années 90, il recommande maintenant le libre-échange et dénonce la guerre commerciale que peut entraient le modèle Brander-Spencer devant l'ORD. Il va énumérer le théorie pop, en montrant que le libre-échange représenté un optimum de second rang (celui juste après l'optimum de Pareto qui peut pas être remplis). C'est le progrès technique le coupable comme le montre Sherwin Rosen dans "The economics of superstar" de 1981 où ce sont les personne les plus qualifié qui bénéficient entièrement de la mondialisation car il vendent la travail en bien plus grande quantité et sont de plus en plus demande ce qui fait augmenter leur prix sur le marché du travail.
- En 2008, il reconnait s'être tromper après la progression des importation chinoise suite à la crise des subprimes et cela a plombé les salaires dans le monde par la menace de délocalisation de la production, ce qui pénalise certains pays.

30

ans les aThèse de Prebisch Singer

Il y a une détérioration des termes de l'échanges entre les pays qui exportent des bien primaire et les pays qui exporte des biens manufacturés car le prix des biens manufacturés augmente car toujours plus spécialisé alors que le prix des matière premier lui reste stable ou baisse.

31

Jean-Marie Cardebat

Dans "la mondialisation et l'emploi" de 2002 nous montre que l'impact de la mondialisation sur l'emploi est bien moindre que ce qu'on laisse imaginer car cela permet une baisse des prix généraux et donc une augmentation du pouvoir d'achat qui va procurer du bien-être à la population et augmenter la demande ce qui va sur le long terme aussi augmenter l'emploi mais on fait face selon lui a un problème de qualification de la main d'oeuvre qui ne repeint plus au contexte du marché du travail actuel. De plus la mondialisation accroit les performance économiques en accentuant la concurrence ce qui est bénéfique économiquement parlant.

32

Jacques Saphir

Dans "La démondialisation" de 2011, dis que le libre-échange a causé en France une partie du chômage, du fait de la pression salariales exercés par les pays du tiers-monde qui a produit une stagnation de la demande et donc de l'emploi, c'es pourquoi il veut du protectionnisme.

33

Samuelson et l'acte II de 2004

Il montre que le commerce internationale n'est pas toujours un jeu à somme positive cat il peux exister des gagnant et des perdant en fonction de l'évolution des prix qui peut mener à ce qu'il caractérise "d'auto-appauvrissement".

34

Giraud

Dans "l'inégalité du monde" de 1996, il montre que la mondialisation a enfoncer des population dans la pauvreté, la guerre et l'humiliation comme au Congo. Il s'appuis aussi sur la distinction entre nomade et sédentaire pour montrer que la mondialisation est propice à l'apparition d'une certaine forme d'inégalité.

35

synthèse mondialisation

La mondialisation engendre des gagnants et des perdants (travailleurs qualifiés des pays développés) et des perdants (travailleurs non qualifiés des pays développés) victime d'un ajustement pas la quantifié (chômage) ou par le prix (baisse salaires)...
Telle la langue d'Esope, la mondialisation peut être la meilleure comme la pire des choses car elle maintient des population déjà développé dans des stades précaire mais fait aussi sortir des millions de personnes d'une extreme pauvreté.

36

tentative de régulation post WW2

Au lendemain de la WW2, on essaye d'éviter les désordres de la période précédente en mettant en plus un système de changes fixes en 1944 et une organisation internationale de commerce via les "huit rounds" du GATT et qui accouchera sur l'OMC en 1994. On fait face à une explosion des accords régionaux qui dérogent parfois à "la clause de la nation la plus favorisé" (tout avantage commercial accordé par un pays à un autre doit être immédiatement accordé à la totalité des membres de l'OMC).

37

Le GATT

La conférence de Bretton Woods de 1944, instaure un nouvel ordre monétaire mondial et en 1947 est signé le premier cycle du GATT par 23 pays mais connait déjà sa premier grande déroute quand les USA ne ratifie pas le charte de la Havane de 1948 qui devait donner naissance à l'OIC (internationale).

Les grans principes du GATT son les suivants:
- Le principe de non-discrimination avec "la clause de la nation la plus favorisée" (tout avantage commercial accordé par un pays à un autre doit être immédiatement accordé à la totalité des membres de l'OMC) , "la clause du traitement national" (même règles pour produits importés que nationaux)
- Le principe d'abaissement général et progressif des droits de douane progressivement.
- L'interdiction des restrictions quantitatives
- L'interdiction du Dumping et des subventions à l'exportations sauf pour certaines "zone grise" (en développement).

Les différents cycle du GATT:
- Les 6 premiers cycles du GATT sont ceux qui ont permis de réduire drastiquement les droits de douanes pour les pays qui y ont participer (50 en 1965)
- Le 7° porte sur mesures non-tarifaires (subventions, normes sanitaires qui est un "protectionnisme gris")
- Le 8° planche sur l'ouverture des marches dans des secteurs comme l'agriculture et les services et sur la protection de propriété intellectuelle. Il permettre surtout de donner naissance à l'organisation mondiale du commerce en 1994 après 8 ans de négociation.

38

Les entorses au GATT

- Les services et les produits textiles ne sont pas concernés par les accords du GATT alors qu'ils montent en puissance et qu'il faudrait les contrôler avant que ça dérape. Les produits agricoles sont subventionnés comme avec la PAC La CNUCED et les pays en voie de développement sont exempté de la clause de la nation la plus favorisé grâce au "système généralisé de préférence" de 1968.
- On a une baisse des droits de douane compensé par un "protectionnisme furtif" (Sandretto) avec les contingentements, les marchés publics, les normes et mesures administrative (ordinateur français et voitures françaises dans les services publiques français) ou encore le "super 301" de 1988 qui stipule que les Usa peuvent unilatéralement mettre fin a des barrières commerciales qui gênent leurs exportations.

39

Les déceptions du l'OMC

- L'OMC compte aujourd'hui pas moins de 160 pays membres avec l'entré du Yemen en 2014 afin de réglure les accords de libre-échange, d'arbitrer les conflits commerciaux entre Etats grâce à son statut d'organisation qui lui donne un avantage sur le GATT et surtout avec son Organe de Règlement des Différents (ORD) qui permet de sanctionner les mauvais élèves afin de plus efficacement réguler le commerce mondial mais l'exemple du "super 301" de 1988 montre bien les limites du système du GATT.
- L'OMC fonctionne avec des conférences ministérielles qui sont les structures suprêmes de l'OMC, il y a en 9 en tout dont la dernière en 2013 à Bali prévois une réduction des subventions à l'exportation des produits agricoles et un renforcement du système généralisé de préférence. (réduction des droits de douanes envers les PMA).
- L'echec du cycle de Doha de 2001 avec les manifestations des altermondialistes qui portaient sur la mise en place d'une réelle mondialisation par la "libéralisation du commerce international" qui potaient sur la fin des subvention à l'exportation pour l'agriculture et la meilleurs accès au commerce internationale des PMA. Mais des opposition se sont formé au sein de l'OMC avec les défenseur de la Pac par exemple.
- Certaines normes tarifaires subsiste (comme les 236% de droits de douane sur la viande dans l'UE) ou encore les restriction aux échanges ou encore les politiques de manipulation monétaire comme le fait la Chine en Dévaluant son Yuan montrant les limites de ORD de pas son couts, le non respect des règles par les pays (boeuf aux hormones dans l'UE) et le report des couts sur des agents extérieur au conflit.

40

Régionalisation et régionalisme

C'est Françoise Nicolas (1997) qui distingue régionalisme et régionalisation, le régionalisme correspond à une initiative des états qui mettent en place une organisation régionale, tandis que la régionalisation résulte des stratégies conçus par les FTN pour développer une DIPP dans cette région.

41

typologie du régionalisme de Bela Balassa

Dans "The Theory of Economic integration" de 1961, elle établis une typologie des différent niveaux d'intégration:
- La zone de libre-échange (plus de barrière commerciales mais autonomie des politiques commerciales).
- L'union douanière (tarif commun avec l'extérieur donc un seule politiques commerciales vis-à-vis du RDM).
- Le marché commun (libre circulation des biens, des service et des facteurs de production).
-L'union économique et monétaire (monnaie unique ou commune et harmonisation des politiques économiques, financières et sociale)
- L'Union politique (les pays se regroupe pour former un nouveau pays en commun).

Le schéma de Bela Balassa a été conforter par l'exemple européen mais les vagues de régionalisation des années 60 fait perdre tout leurs pertinence avec un projection spectaculaire des accords bilatéraux dans les années 50.

42

Historique des intégrations régionales

comme la CECA en 1951, puis la CEE en 1957. pour finir avec le marché commun en 1993 et l'Union économique et monétaire en 1999 en passant de 6 en 1957 à 28 en 2013. Jusqu'à la fin des années 80 ces accords concernent principalement l'Europe. Mais en 1987 après avoir signé un accords commerciale avec le Canada, les USA mettent en place ALENA avec le Mexique en 1994 marquant la fin du multilatéralisme américain pour se tourner vers un régionalisme ouvert qui peut progressivement accueillir de nouveaux membres avec une clause de la nation la plus favorisé, un suppression des barrières à l'échange. Mais des pays d'Amérique latine s'y oppose et vont créer l'ALBA (l'alternative bolivienne pour les Amériques) qui s'oppose au néo-impérialisme états-unien et qui va déboucher sur le MERCOSUR en 1991 qui veut suivre la trace européenne même si le leader-shp brésilien remet de plus en plus en cause ce système. En Asie on a un accords de libre échange entre six pays de l'ASEAN née en 1967 et qui s'est dérivé en 2005 avec l'ASEAN+6 qui regroupe les grandes puissance asiatique dans un pacte de libre-échange.

43

La théorie moderne du commerce internationale de Viner (1950)

Avec Paul Samuelson, il montre dans "The customs Union" que le libre-échange est efficace en terme de satisfaction des besoins (surplus du consommateur par prix et plus de choix). C'est selon lui un "optimum de second rang" puisque l'optimum de premier rend qu'est la généralisation du libre-échange ne peut pas être généralisé (représenterait lui un optimum de Pareto).

44

Les effets dynamique du régionalisme

Viner néglige les effets dynamique d'une intégration régionale, c'est à dire elle fait que les prix évoluent vers le bas lors de l'intégration régionale lorsque qu'on fait face à des rendements croissant comme chez Adam Smith dans sa manufacture d'épingle, si le marché est plus vaste encore les prix seront toujours plus bas au profit donc des consommateur de la régions en question par la baisse des couts de transaction.

45

Krugman et la théorie des zones naturelles

Dans "Geography and Trade" de 1991, il nous explique que certains pays ont des vocations a échanger et donc que l'Union douanière ne fait que accélérer une évolution "naturelle" c'est a dire des zones ou les échanges seraient par nature plus intense même sans pacte de libre-échange montrant que ces accords ne sont que l'évolution juridique de ce qui est tout à fait naturel. Mais il mets aussi en garde contre le risque de tripartition du monde qui fait esche notamment a ce que l'on appelle la tirade dans les 1985. Il faut donc faire attention a ne pas laisser des pays hors de ces accords ce qui les marginaliserais et pourrait créer un système dis sous-optimal en installant durablement dans un équilibre de Nash néfaste aux pays en développement et donc nuisible au bien-être collectif.

46

De nos jour les accords bilatéraux

Maintenant ces accords sont plus cibler afin de supprimer des normes juridique ou sanitaire plus que pour supprimer des droits de douane souvent déjà faible comme le montre le projet du TAFTA entre les USA et l'Europe.