Cour 2 Flashcards Preview

Institution publique > Cour 2 > Flashcards

Flashcards in Cour 2 Deck (22):
0

Aujourd'hui, dans la plupart des pays, l'État intervient de manière importante dans le fonctionnement de l'activité économique. Cette intervention prend trois formes principales :

1)Production;
2)Redistribution ;
3)Réglementation et régulation.

1

Que produit l’Etat ?

La principale fonction productive de l'État consiste à fournir aux ménages et aux entreprises des services non marchands (biens collectifs).

2

Pourquoi l’Etat redistribue -t-il?

La redistribution des revenus est liée à deux objectifs distincts : d'une part l'État cherche à atténuer les inégalités de revenus entre les groupes sociaux, d'autre part il organise un système de protection sociale contre les grands risques auxquels peuvent être confrontés les ménages.

3

Comment l’Etat redistribue -t-il?

La réduction des inégalités sociales passe par des transferts monétaires entre les groupes sociaux les plus aisés et les groupes sociaux les plus pauvres. Cette redistribution est dite verticale. Mais la protection sociale met aussi en œuvre une redistribution horizontale entre des catégories qui ne sont pas confrontées à certains risques et celles qui les subissent

4

Il existe cinq grands risques :

vieillesse, santé, maternité-famille, emploi, exclusion sociale.

5

Comment l’Etat réglemente–t–il et régule–t–il l’activité économique?

L'État organise juridiquement les relations entre les acteurs économiques pour que ces relations soient équilibrées et sûres et ne tournent pas abusivement à l'avantage de certains acteurs au détriment des autres.

6

Pourquoi l'État crée le cadre juridique des échanges à travers le droit de la concurrence?

pour éviter la domination de certaines entreprises sur certains secteurs de l'économie. Il interdit, par exemple, les situations de monopole ou les ententes entre producteurs qui placeraient les consommateurs en situation d'infériorité

7

l'État intervient sur le droit de la consommation, de quoi s'agit-il?

Il s'agit de protéger les consommateurs contre des pratiques abusives qui pourraient porter atteinte à leur sécurité (normes sanitaires par exemple) ou les priver de l'information nécessaire à leurs achats (étiquetage, composition des produits, conditions du service après-vente, etc.)

8

l'État réglemente également les relations entre employeurs et salariés à travers le droit du travail, de quoi s'agit-il?

encadre le contrat de travail et définit les devoirs et les droits de chaque partenaire. Il fixe par exemple la durée maximale du travail, la durée minimale des congés payés, le taux de rémunération « plancher » (le salaire minimum), les conditions de l'embauche et du licenciement, les règles de sécurité sur le lieu de travail etc.

9

Mais l'État intervient aussi pour tenter d'harmoniser le rythme de l'activité économique, comment? (3) :

par ses propres dépenses (dépenses publiques), il peut mettre en œuvre des plans de relance de l'économie lorsque l'activité est ralentie ou lorsqu'une crise survient. À l'inverse, en période de difficultés financières, il peut mettre en place des mesures de rigueur pour rétablir par exemple l'équilibre des finances publiques. Il a donc un rôle de régulateur qui lui permet de compenser les défaillances du marché.

10

l’école classique libérale

Pour les libéraux classiques, le marché tendant naturellement à s’autoréguler, le "laisser-faire, laisser-passer", sous l’égide d’un État protecteur (Etat gendarme ou minimal) de la libre concurrence, et donc la suppression des barrières aux échanges, devaient conduire à une répartition optimale des ressources.

11

La pensée marxiste: Puisque l’État est une machine répressive qui va à l’encontre des libertés, il faut le supprimer, condition incontournable pour l'avènement d'une société égalitaire et juste. 3 étapes sont nécessaires à l’anéantissement de l’Etat :

-Prise du pouvoir par la classe prolétaire ;
-Dictature du prolétariat ;
-Disparition progressive de l’Etat.

12

l’école néo-­‐classique

l’État devait intervenir, par le biais de taxes, de subventions ou de réglementations, en présence d’effets ("externalités") négatifs comme la pollution, ou positifs comme la recherche. Mais aussi, que l’État devait financer par l’impôt certains biens ou services, comme les "biens publics" tels que l’éclairage des rues, qui ne pourraient être spontanément produits par le marché.

13

la révolution keynésienne

l’économie de marché ne possède pas de mécanismes qui la conduise de façon automatique au plein emploi de ses ressources.
Une économie peut très bien se trouver en équilibre de sous-emploi, d’où la possibilité d’un chômage involontaire durable qui rend nécessaire une intervention extérieure au marché (l’Etat),

14

le monétarisme (oppose aux idee de keynes)

l'intervention étatique ne peut engendrer que des catastrophes telles que l’inflation.

15

l’Ecole autrichienne ou Ecole de Vienne (Von Hayek)

Politique keynesienne produisent sur le long terme à la fois inflation, stagnation économique et chômage.

16

l’Ecole du choix public (James Buchanan)

il faut minimiser la sphère publique non marchande, faire interdire les déficits budgétaires et limiter les prélèvements sociaux. ! L’Etat n’a pas comme but la satisfaction de l’intérêt général. Les hommes politiques cherchent aussi à satisfaire leurs intérêts privés (soumission au lobbying). ! Ainsi, la classe politique ne choisit pas les décisions économiques les plus efficaces mais celles qui lui assure le maximum de popularité. D’où les dysfonctionnements de l’intervention publique.

17

l’Ecole de la régulation (Michel Aglietta)

L’Etat est indispensable pour réguler la concurrence parce qu’il est nécessaire de mettre des barrières à la conquête d’un pouvoir excessif des grandes firmes.

18

Les défaillances de l’Etat (crise de l’Etat providence) (6)

-les plans de relance (politique budgétaire et monétaire) sont totalement inefficaces selon les économistes néoclassiques.
-Stagflation (durant les années 70) : il n’existe plus de trade off entre inflation et chômage
-Théorème d’équivalence ricardienne
-Les politiciens recourent aux politiques de relance de la demande, uniquement pour des raisons électoralistes (thèse du Public choice)
-La politique budgétaire creuse le déficit public
-La politique monétaire expansionniste engendre des tensions inflationnistes sur le moyen et le long terme

19

Theoreme d'equivalence ricardienne

Si tous les agents sont rationnelles, et que le Gouv annonce une politique budgetaire expansionniste, il va augmenter les impots et les agents vont epargner a la place de consommer, ce qui va annuler les effets de la politique budgetaire

20

Les défaillances de l’Etat (solutions monétaristes de la désinflation) (2)

-­‐Politique monétaire restrictive (thérapie de choc selon Friedman)
-­‐Substitution des politiques de l’offre aux politiques de relance (budgétaire et monétaire expansion-­‐ nistes)

21

Les motifs de l’intervention publique (défaillances du marché) (5)

-­‐Existance d’une situation de monopole naturel qu’il conviendra de délimiter ;
-­‐Les ententes illicites ou cartels;
-­‐Coexistance de chômage et pénurie de main d’oeuvre (métiers techniques) ;
-­‐Absence des conditions de la CPP (information, transparence, etc.) ; -­‐Existence d’une externalité négative