Cours 12 Flashcards Preview

Psycho. sociale (cours) > Cours 12 > Flashcards

Flashcards in Cours 12 Deck (77):
1

Comment peut-on définir les relations intergroupes ?

Ce sont les relations qu'entretiennent des groupes entre eux. Elles sont axées sur la coopération, la compétition, la domination, etc. Ce sont des aspects de l'interaction humaine qui impliquent des individus se percevant comme étant membres d’une catégorie sociale ou étant perçus par autrui comme appartenant à une catégorie sociale.

2

Comment peut-on définir la catégorisation sociale ?

C'est le fait de découper, classifier et organiser notre
environnement physique et social. Lorsque ce concept est appliqué à des personnes, on parle alors de catégorisation sociale (exo et endogroupes)

3

Définissez l'exogroupe

‘Eux’: gr. composé d’individus qu’une personne a catégorisé comme membres d’un gr. d’appartenance autre que le sien et auxquels elle n’a pas tendance à s’identifier

4

Définissez l'endogroupe

‘Nous’: gr. composé d’individus que nous catégorisons comme membres de notre gr. d’appartenance et auxquels nous avons tendance à nous identifier

5

À propos de qui traitent nos préjugés, nos stéréotypes et la discrimination ?

À propos des groupes sociaux qui partagent une caractéristique commune spécifique (race, age, religion, sexe, culture, orientation sexuelle, statut social)

6

Vrai ou faux ?
Les caractéristiques selon lesquelles nous avons tendance à former nos stéréotypes, préjugés, discrimination peuvent changer et évoluer

Vrai, mais il en demeure tout de même des tendances lourdes.

7

Vrai ou faux ?
On peut définir les préjugés, les stéréotypes et la discrimination comme le fait de mettre tout le monde dans le même panier (forme de surgénéralisation)

Vrai, c'est surtout lorsqu'on a peu d’informations sur un groupe et qu'un seul représentant de ce groupe est présent et concorde avec le stéréotype que l'on se forme une attitude.

8

Dîtes à quel niveau correspondent les préjugés, les stéréotypes et la discrimination. Donnez des exemples

Stéréotype : niveau cognitif (les anglais sont froids, les français sont bavards)
Préjugés : niveau affectif (je déteste les français et les anglais)
Discrimination : niveau comportemental, agir en fonction de mes préjugés et stéréotypes (si un anglais s'installe ici, je déménage !)

9

Comment peut-on définir un stéréotype ?

Représentation des membres des autres gr. formée de nos croyances à leur égard
Lorsque ces croyances sont :
-Partagées
-Portent sur des caractéristiques personnelles (traits de
personnalité, traits physiques et comportements) propres à un gr. de personnes

10

Vrai ou faux ?
Un stéréotype est un raccourcis cognitifs permettant de
percevoir un ensemble d’individus comme faisant partie de la même catégorie et d’en référer, par la suite,
que toutes ces personnes ont des caractéristiques communes

Vrai

11

Quelles sont les caractéristiques d'un stéréotype ?

1. Généralement associés a des perceptions érronnées (corrélations illusoires)
2. peuvent etre problématiques
-inéxacts
-résistants aux changements
3. saillance et force : groupes indentifiés sur la base de caractéristiques physiques, visiblement repérables
4. peuvent etre positifs, négatifs ou neutres (pour un meme groupe social)

12

Comment peut-on définir une corrélation illusoire ?

C'est le fait de percevoir une relation qui n’existe pas réellement entre l’appartenance à un gr. et le fait de posséder certains traits particuliers. (ex : au volant, les femmes sont plus dangereuses que les hommes). Cette corrélation permet de développer et de maintenir les stéréotypes qui influencent notre perception et notre mémoire (on remarque plus les choses qui concordent avec nos stéréotypes) (établir une relation entre deux phénomènes indépendants l'un de l'autre ou voir des corrélations la ou il n'y en a pas)

13

Vrai ou faux ?
Le fait de justifier, légitimer ou contester le statut quo entre les groupes dominants et les groupes minoritaires ou dominés est une caractéristique des stéréotypes

Vrai, par exemple, les riches diront que les pauvres sont paresseux et peu instruits tandis que les militants contre la pauvreté diront que les riches sont exploiteurs et avares

14

Comment peut-on définir un autostéréotype ?

C'est le fait d'entretenir des croyances concernant les attributs qui définissent ou caractérisent les membres de notre propre groupe (engroupe), beaucoup plus positifs que les stéréotypes que l'on attribue aux membres des autres groupes (exogroupe)

15

Qu'est-ce qu'un biais proendogroupe ?

C'est le fait d'adopter une attitude plus favorable a l'égard des membres de son endogroupe qu'a l'égard de ceux de l'exogroupe (sur le plan des stéréotypes mais aussi des préjugés et de la discrimination) ex: les Québécois sont beaucoup plus sympathiques que les canadiens-anglais

16

Comment peut-on définir le biais de l'homogénéité de l'exogroupe ?

C'est le fait de minimiser les différences individuelles
entre les membres de l’exogroupe et amplifier les différences entre les membres de notre propre groupe. (eux sont tous pareils alors que nous sommes très différents les uns des autres)

17

Qu'y a-t-il de profitable à faire des biais de l'homogénéité de l'exogroupe?

C'est une économie de jugements complexes sur les membres des exogroupes que nous côtoyons.

18

D'où viennent les stéréotypes (origines) ?

1. apprentissage social (parents, amis, éducation)
2. médias (vecteurs de diffusion des stéréotypes) journaux, tv, etc
3. corrélation illusoire (rencontrer un Québécois et automatiquement croire qu'il mange régulièrement de la poutine)

19

On peut expliquer le maintien des stéréotypes par l'effet du cas exceptionnel. Expliquez

C'est lorsque le stéréotype continue à s’appliquer à l’ensemble du groupe sauf au cas particulier de l’individu (femme compétente en mécanique, joueur de hockey très instruits)

20

On peut aussi expliquer les stéréotypes par les différentes attributions que nous faisons. Expliquez

1. Comparaison du comportement d’un des membres du groupe à ses stéréotypes
2.1 Concordance: renforcement de nos stéréotypes
OU
2.2 Non concordance: recherche d’explications/attributions
A. Attributions dispositionnelles
A.1 Considérer ce membre comme typiquement représentatif du groupe : modifier son stéréotype
OU
A.2 considérer ce membre comme atypique /non représentatif du groupe : conserver son stéréotype (cas exceptionnel)
B. Attributions externes/situationnelles
B.1 Conserver son stéréotype

21

Une des conséquences particulières des stéréotypes est l'effet de la menace du stéréotype. Comment peut-on définir ce concept ?

C'est la peur de confirmer, par ses performances, le stéréotype négatif de son groupe. Lorsqu’un stéréotype peut expliquer ou justifier la mauvaise performance d'une personne, la personne visée par ce stéréotype: pression psy. supplémentaire et peur de voir son comportement ou sa performance interprété en fonction de ce stéréotype (anxiété)

22

Décrivez l'expérience de Steele et Aronson (1995) sur l'effet de la menace du stéréotype

But : examiner l’impact d’une croyance que les blancs sont plus intelligents sur les performances intellectuelles des étudiants noirs.
Hypothèse: être la cible d’un stéréotype négatif et pouvoir potentiellement être jugé en fonction de ce stéréotype
Méthodologie :Répartir les participants dans 2 groupes
1. Condition diagnostique (menace du stéréotype)
2. Condition non diagnostique (aucune menace du stéréotype, ne pas faire référence aux capacités intellectuelles)
Résultats : Lorsque le stéréotype n'a pas de lien avec la condition d'évaluation, la performance des étudiants noirs n'est pas différente de celle des étudiants blancs. Par contre, etre la cible d'un stéréotype négatif, et etre jugé et fonction de ce stéréotype induit chez les étudiants noires une pression psychologie supplémentaire qui interfère avec leurs performances intellectuelles

23

Complétez la phrase suivante :
Chaque fois que l’identité sociale (ethnique,
genre, etc.) d’une personne devient saillante (mit en évidence) dans une situation où des réputations négatives liées à cette identité sont mises a l'épreuve....

Il y a une diminution des chances de réussite de la personne (ex: femmes face aux examens de math)

24

Expliquez ce qu'on peut conclure de l'expérience qui a été effectuée par des chercheurs quant au stéréotype des femmes et des examens en mathématiques

Il semble que les gens mis dans ces situations, ici dans le contexte du stéréotype associé aux femmes et aux mathématiques, s’inquiètent au sujet de leur performance et le résultat est qu’ils sont préoccupés davantage par ces informations que par la résolution des problèmes à l’examen. Il semble donc que l’information reçue sur le stéréotype diminuerait la capacité de concentration lors d’un examen. Nous avons des preuves que les femmes mises dans cette situation (menace du stéréotype) deviennent inquiètes de leur performance même si elles ne croient pas au stéréotype selon lequel les femmes réussissent moins bien que les hommes en mathématiques. Elles ne veulent pas démontrer que le stéréotype existe et même si elles n’y croient pas, ce qui les dérange, c’est de savoir que d’autres y croient... Cela est suffisant pour les emmener à s’inquiéter et penser que leur performance sera diminuée.Or, même après l’examen, cet état d’esprit les habite et c’est pourquoi lors d’un examen subséquent (évaluation des habiletés verbales), elles réussissent encore moins bien car elles n’ont pas l’énergie ou la concentration requise pour réussir cet autre examen. (implication dans un autre domaine que celui initial)

25

Comment peut-on expliquer que la préoccupation associée au fait de croire ou non à la véracité du stéréotype vient limiter la capacité à se concentrer sur un problème de mathématiques?

lorsque vous êtes préoccupés par d’autres informations comme celle du stéréotype, vous utilisez vos capacités mnémotechniques pour traiter deux choses en même temps et ceci a un impact sur la résolution de votre problème de mathématiques. C’est comme jongler avec plusieurs objets à la fois, on a plus de chances d’en échapper un

26

Vrai ou faux ?
Toute personne qui est consciente de l’existence d’un stéréotype par rapport à sa performance ou qui croit que d’autres croient à un stéréotype les concernant, ou
concernant leur groupe social (comme les africains-américains dans leur recherche d’emploi) démontre que de se préoccuper d’un stéréotype conduirait à une réduction de la capacité de concentration

Vrai

27

Vrai ou faux ?
Les stéréotypes ont seulement un impact sur nos performances académiques

Faux, il n’est pas nécessaire que ce soit dans un contexte académique, cela peut se produire dans le monde du travail, ou sur le terrain. Bref, toute situation qui peut avoir un impact sur votre performance et où des gens ont des préjugés sur votre performance potentielle.

28

Définissez les préjugés

Les préjugés nous prédisposent à adopter un comportement négatif envers un gr. (ou envers ses membres) et reposent sur une généralisation erronée et rigide. Ils relèvent de la dimension affective et sexuelle rapportent a notre évaluation des autres généralement des attitudes défavorables mais, tout comme les stéréotypes, peuvent aussi etre favorables

29

Donnez quelques exemples de préjugés

Sexisme (préjugé basé sur le sexe)
Antisémitisme (préjugé contre les juifs)
Racisme (préjugé contre les individus d’un
autre groupe ethnique)
Homophobie (préjugé contre les homosexuels)
Xénophobie (préjugé et hostilité envers les
étrangers)

30

Comment peut-on définir la discrimination ?

C'est un comportement négatif dirigé contre des
membres d’un exogroupe à l’endroit duquel nous entretenons des préjugés. C'est une réaction comportementale observable (allant du manque de politesse à l’homicide) ex: génocide, extermination juifs

31

Quel mécanisme expliquerait le fondement des préjugés?

Le processus cognitif de la catégorisation sociale

32

Pourquoi les gens utilisent-ils ce mécanisme qui explique le fondement des préjugés ?

c'est une forme d'économie de jugements complexes /cognitifs importante sur les membres d'un exogroupe que l'on côtoie

33

À quel concept (présenté dans le cours) Mr. Bourhis fait-il allusion quand il parle de la tendance à adopter une attitude plus favorable à l’égard des membres de l’endogroupe qu’à l’égard de ceux d’exogroupes?

biais proendogroupe

34

Qu’est-ce que les résultats de l’étude de Tajfel (1971) ont démontré concernant la quantité de bonbons distribués par les enfants d’une classe qui avaient été séparés en
deux groupes au hasard?

Les enfants donnaient plus de bonbons aux autres enfants de leur propre groupe

35

Quel genre de test permettrait de mettre en lumière les préjugés que la personne possède mais dont elle
n’est pas nécessairement consciente?

Test d'association implicite

36

Selon André Sauvé, pour qu’il y ait discrimination, il faut d’abord qu’il y ait un sentiment de ______

un sentiment de menace.
Ex : si l'économie va n'allait au Québec, nous allons vouloir conserver les jobs pour nous, favoriser notre endogroupe

37

Dans la 2ème variante de l’exp. portant sur l’embauche d’un candidat pour représenter les «fromages de chez nous», quelle caractéristique a davantage influencer le choix des gens?

La langue ou la capacité du candidat au s'exprimer avec un accent français, québécois

38

Selon R. Bourhis, pourquoi la
caractéristique qui a influencé le choix des gens dans l'expérience portant sur l'embauche du candidat pour représenter les fromages de chez nous, est-elle si importante pour les Québécois?

C'est un facteur historique : a cause de l'historique des conflits entre les Canadiens anglais et les Canadiens francais

39

Quelles sont les théories possibles pour expliquer la discrimination et les conflits intergroupes ?

Théorie des conflits réels (TCR)
Paradigme des groupes minimaux (PGM)
Théorie de l’identité sociale (TIS)

40

Expliquez en quoi consiste la théorie des conflits réels, utilisée pour expliquer la discrimination et les conflits intergroupes ?

C'est la concurrence entre les gr.c pour l’obtention de ressources limitées
Cause fondamentale: préjugés, discrimination et conflits entre les groupes. La compétition intergroupes amene des conflits, des attitudes et des comptes défavorables envers l'exogroupe (ex: coupe stanley)

41

Quelles sont les 3 «phases» de groupe proposées et
évaluées dans l’étude de Sherif sur les camps de vacances (théorie des conflits réels) ?

1. formation groupes
2. compétition intergroupes
3. coopération intergroupes

42

Que se passe-t-il pendant la 1ère phase de
l’expérience de Sherif sur les camps de vacances (théorie des conflits réels) ?

On forme deux groupes, chaque groupe fait ses activités séparément. Les deux groupes n'ont pas de contacts entre eux. Chacun des 2 groupes élabore sa structure, ses normes et ses règles informelles de fonctionnement. Attention, il y a absence de contact entre les 2 groupes mais déjà : croyance que son propre groupe(endogroupe) est supérieur à l’autre groupe(exogroupe)

43

Que se passe-t-il pendant la 2ème phase
de l’expérience de Sherif sur les camps de vacances (théorie des conflits réels) ?

Il y a une compétition pour l’obtention de ressources
limitées: équipe perdante ne reçoit rien
Conséquences:
-attitudes et comportements hostiles dirigés envers le groupe adverse
-juger que son équipe est meilleure que l'autre
-conflits ouverts entre les équipes : bagarres. etc

44

Que se passe-t-il pendant la 3ème phase de
l’expérience de Sheriff sur les camps de vacances (théorie des conflits réels) ?

Activités de collaboration: but commun (efforts
des 2 équipes pour assurer la survie de tous)
Conséquences:
-Relations d’interdépendance positive
favorisant la coopération intergroupe (vs
compétition)
-Attitudes et comportements intergroupes sont
devenus plus harmonieux
-évaluations plus positives des membres de l'équipe adverse

45

Quels sont les constats importants et les explications que l'on peut tirer de l'expérience de Sherif dans les camps de vacances (théorie des conflits réels) ?

Concurrence pour l’obtention de ressources limitées : suffisant pour déclencher l’hostilité entre les groupes
Avant la phase de compétition: endogroupe manifeste déjà une attitude négative à l’égard de l’exogroupe
Explications : paradigme des groupes minimaux.
-Certaines conditions minimales sont suffisantes pour provoquer la discrimination intergroupes
-situation expérimentale dans laquelle la catégorisation sociale est la seule variable indépendante manipulée

46

Expliquez le paradigme des groupes minimaux, une des théories possibles pour expliquer la discrimination et les conflits intergroupes

La catégorisation sociale « nous-eux » est l’unique variable indépendante manipulée, laquelle peut susciter des comportements discriminatoires chez les gens qui s’identifient à leur endogroupe.

47

Est-ce qu'une situation aussi minimale et artificielle que deux groupes créés aléatoirement peut-elle susciter des attitudes négatives et des comportements discriminatoires à l’endroit de l’exogroupe?

Caractéristiques de la situation expérimentale:
2 gr. créés aléatoirement (pile ou face)
Aucune histoire de conflits d’intérêts/compétition entre les 2 gr.
Anonymat complet des participants (éliminer les
affinités ou les conflits de personnalité préexistants)
Aucune interaction sociale entre les participant (éliminer le développement d’affinités ou de conflits entre les participants)

oui, une simple représentation d’un environnement social uniquement composé des catégories ‘Eux’
et ‘Nous’ est suffisant pour manifester des comportements discriminatoires en faveur de l'endogroupe

48

Comment expliquer le biais proendogroupe observé dans les études menées sur le paradigme des
groupes minimaux?

Grâce a la théorie de l’identité sociale (partie du concept de soi des individus qui provient de leur appartenance à un gr. social, associée à la valeur et à la signification émotive de cette appartenance)

49

Qu'est-ce que l'identité sociale ?

C'est une partie du concept de soi des individus qui provient de leur appartenance à un gr. social, associée à la valeur et à la signification émotive de cette appartenance

50

Selon la théorie de l'identité social (Tajfel & Turner, 1986) quel est l'objectif fondamental de l'individu ?

Maintenir/atteindre une identité sociale distincte et positive en tant que membre de son propre gr. d’appartenance

51

Selon la théorie de l'identité social (Tajfel & Turner, 1986) qu'est-ce qu'un groupe d'appartenance ?

Paraître différent des autres gr. sur des dimensions jugées positives / importantes par les membres de ce gr.

52

Comment développer une identité sociale positive ?

discrimination : permet aux membres d’un gr. de maintenir/acquérir une identité sociale distincte et positive (favoriser l'endogroupe et renforcer la perception qu'il est positivement distinct). Les comparaisons sociales favorables assurent une identité sociale positive (le choix des dimensions de comparaison assure cet avantage) ex: les Québécois francophones et la langue francaise

53

Comment peut-on définir une identité sociale négative ?

C'est un mépris pour son propre gr. d’appartenance
(rejet du gr. de référence). Le favoritisme proexogroupe ou survalorisation de l'exogroupe perçu comme ayant les caractéristiques et les qualités valorisées par l'endorgoupe (ex: chômeur)

54

Selon la théorie de l'identité sociale, les frontières perméables et imperméables se forment lorsqu'il y a une identité sociale négative. Expliquez

1. Individus ont besoin d’une comparaison sociale
positive (besoin d’appartenir à des gr. socialement valorisés)
2. Comparaison sociale détermine si l’individu réalise
A. une identité sociale positive
B. une identité sociale négative
B.1 recherche d'un changement (stratégies)
B.1.1 Frontières perméables (stratégies individuelles, ex quitter son groupe pour rejoindre un autre groupe) = mobilité
B.1.2 Frontières imperméables (stratégies individuelles et collectives, on ne peut pas quitter son groupe) = comparaison intragroupe, créativité sociale, compétition sociale

55

Selon la théorie de l'identité sociale, comment atteindre une identité sociale positive grâce à la mobilité, une stratégie individuelle pour atteindre une IS positive lorsque les frontières entre les gr. sont perméables ?

1. Mobilité sociale et assimilation à l’exogroupe
2. quitter son groupe pour rejoindre un gr. plus
valorisé

56

Comment peut-on définir une frontière perméable ?

c'est lorsque les individus peuvent facilement changer de groupe en se joignant au groupe plus avantagé

57

Comment peut-on définir une frontière imperméable ?

C'est lorsque les individus n'ont pas l'option de se joindre au groupe avantagé

58

Selon la théorie de l'identité sociale, comment atteindre une identité sociale positive en utilisant la comparaison intragroupe, une stratégie individuelle pour atteindre une IS positive lorsque les frontières entre les gr. sont imperméables ?

1. Comparaison intragroupe
2.Améliorer son estime personnelle en se
comparant avec d’autres mbs. (endogroupe)
moins avantagés par rapport à certains points de
comparaison

59

Selon la théorie de l'identité sociale, comment atteindre une identité sociale positive en utilisant la créativité sociale, une stratégie collective pour atteindre une IS positive lorsque les frontières entre les gr. sont imperméables ?

1. Créativité sociale
2.Mbs. de l’endogroupe créent de nouvelles
dimensions de comparaison pouvant les
avantager face aux membres de l’exogroupe (ex: Québécois ont développé leur propre culture littéraire pour se comparer positivement / se distinguer de la culture anglo-canadienne)

60

Selon la théorie de l'identité sociale, comment atteindre une identité sociale positive en utilisant la compétition sociale, une stratégie collective pour atteindre une IS positive lorsque les frontières entre les gr. sont imperméables ?

1. Compétition sociale
2. Renverser les positions des gr. par rapport aux
dimensions de comparaison initiales (désavantageuses), implique un conflit avec le gr. de statut élevé afin d’améliorer celui de son propre gr.
Ex : Femmes revendiquent pour avoir les mêmes
conditions salariales / mêmes avantages
sociaux que les hommes sur la marché du
travail

61

Nommez les différentes solutions pour résoudre les conflits intergroupes

1. Décatégorisation
2. Recatégorisation
3. Catégorisation croisée
4. Pratique de prise de conscience
5. Interdépendance
6.Programmes d’action positive

62

Décrivez en quoi consiste la stratégie de la résolution des conflits intergroupes

Le simple fait de catégoriser notre environnement social en « eux-nous» (mon gr. vs les autres gr.) est suffisant pour déclencher la discrimination, malgré l’absence de conflits réels entre les groupes.

63

Trois approches sociocognitives peuvent atténuer la discrimination dans les contextes ou l’inégalité sociale est une réalité incontournable, lesquelles ?

Décatégorisation
Recatégorisation
Catégorisation croisée

64

Qu'est-ce que la décatégorisation ?

Éviter la catégorisation « eux-nous »
Amener les personnes à interagir en tant qu’individus vs en tant que membres de gr. distincts
Réduire la saillance de l’identité collective (catégories
«eux-nous») au profit de l’identité personnelle
Faire ressortir les ressemblances entre individus
membres de l’endogroupe et de l’exogroupe

65

Nommez les limites de la stratégie de la décatégorisation ?

- Les membres de l’exogroupe rencontrés sur une base individuelle (ou décatégorisés) sont classés comme non représentatifs de leur groupe --> Cas spéciaux ou exceptions à la règle (cas exceptionnel)
- Attitude positive envers les membres décatégorisés: se limite aux participants eux-mêmes --> Ne se généralisent pas à l’ensemble des membres de l’exogroupe

66

Vrai ou faux ?
La stratégie de la décatégorisation a fait ses preuves autant en laboratoire que sur le terrain quant à la diminution de la discrimination

Faux, en laboratoire on remarque une diminution des préjugés et de la discrimination tandis que cette stratégie n'a pas encore fait ses preuves sur le terrain.

67

Qu'est-ce que la recatégorisation ?

C'est le fait de recatégoriser les membres de l’endogroupe et de l’exogroupe en un seul gr. (ou une seule catégorie unique) (ex: Québécois et Canadiens anglais = tous des Canadiens)

68

Quelles sont les limites de la stratégie de la recatégorisation ?

Membres du gr. minoritaire: préfèrent le maintien de leur identité sociale distincte (2
groupes)
Membres du groupe majoritaire (et dominant): préfèrent la situation de recatégorisation (une seule catégorie unique) qui souvent les avantage

69

Comparer les effets de la recatégorisation en laboratoire et sur le terrain

Laboratoire :Diminue le biais proendogroupe, les
préjugés et la discrimination
Terrain : N’a pas encore fait ses preuves. Il est rare que les membres d’un groupe minoritaire soient prêts à sacrifier
leur identité sociale distincte pour adopter une identité englobante qui reflète moins bien leurs particularités en tant que collectivité (ex: est-ce que les Québécois seraient vraiment prêts à laisser de côté leurs traditions pour devenir simplement Canadiens ?)

70

Qu'est-ce que la catégorisation croisée ?

C'est le fait de mettre en évidence l’appartenance simultanée à 2 catégories sociales et soutenir l’identité multiple. Donc, c'est le fait d'apartenir à un même gr. selon une 1 ère catégorie (genre: homme vs femme) et à des gr. différents selon une 2ème catégorie (âge: jeune vs vieux)
Favorise la réduction des préjugés
et de la discrimination
Approche la plus encourageante en
laboratoire et sur le terrain

71

La décatégorisation est à la base de l'élimination des préjugés selon les milieux scolaires (éviter que des groupes soient mis à part). Cependant, cela ne marche que dans des conditions spécifiques. Lesquelles ?

1) statuts sociaux et économiques égaux
2) buts communs
3) le succès
4) pouvoir égal de décision

72

Vrai ou faux ?
Il est plus probable que le préjugé diminue lorsque tous les membres du groupe ont la chance d'exprimer leurs
opinions que dans une situation où seulement quelques personnes peuvent parler.

Vrai

73

Qu'est-ce que la pratique de prise de conscience ?

Sensibiliser les membres de groupe minoritaire
des influences oppressives sur leur vie
Développer un sentiment de solidarité et de pouvoir collectif
Développer un moyen de défense collective
Ex. : groupe de femmes violentées,
groupe d’immigrants, etc.

74

Qu'est-ce que l'interdépendance ?

Si la présence d'un but commun, ils
(groupe) vont coopérer vers un objectif commun (c'est aussi un exemple de recatégorisation puisqu'on rassemble les gens ensemble)
Technique du casse-tête (Jigsaw Puzzle) :
Statuts égaux
Buts communs
Sanction par une figure d’autorité

75

Qu'est-ce qu'un programme d'action positive ?

Ensemble de mesure pour éliminer la discrimination et réduire les inégalités (avantages préférentiels en matière de recrutement (ex: programmes d'emplois pour minorités visibles)
Conséquences positives (taux emploi, revenus, promotions, etc.) mais ne se fait pas sans heurt ni résistance.

76

Quels sont les résultats des recherches en psychologie sociale qui portent sur les conséquences de ces programmes d'action positives ?

Membre du gr avantagé moins favorable (attitude
négative) à l’action positive que le gr désigné
(peur d’être brimé dans leurs intérêts personnels)
Différent selon la nature du gr désignés : plus +
si personnes handicapées que des femmes ou
minorités visibles
Différent selon le type de programme : OK pour
éliminer les barrières, mais – si traitement
préférentiel (sentiment d’équité et de justice)
Varie aussi pour les groupes désignés (ex.
femme veulent équité)

77

Pourquoi serions-nous plus favorables envers l'insertion sociale et les programmes d'action positives pour certains groupes plus que pour d'autres ?

Nous aurions tendance à avoir une préférence pour l'insertion des personnes handicapées par exemple. Ce serait à cause des attributions de responsabilité. Nous serons plus indulgents avec des personnes dans des conditions que l'on juge qui sont hors de leur contrôle (pas responsable de leur condition)