Cours 2- l'approche DSM/CIM et troubles dépressifs début Flashcards Preview

Troubles mentaux > Cours 2- l'approche DSM/CIM et troubles dépressifs début > Flashcards

Flashcards in Cours 2- l'approche DSM/CIM et troubles dépressifs début Deck (59):
1

Que veut dire l'acronyme DSM ?

Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux

2

Que veut dire l'acronyme CIM ?

Classification internationale des maladies

3

En quoi consiste le DSM et le CIM ?

Ce sont des approches par symptôme et atteinte de critères (fait pour les cliniciens)

4

Quels sont les avantages du DSM/CIM ?

standardisation des critères et adoption d’une terminologie unique.

5

Quels sont les désavantages du DSM/CIM ?

vision typiquement plus médicale, étiquetage du trouble (stigmate social; homogénéisation des cas).

6

Quels seront les professionnelles vis-à-vis mes connaissances en psychopathologie ?

De proposer de l'aide, de l'écoute, référer aux besoins.

7

Quels sont les critères dx les plus principaux pour évaluer la possibilité d'avoir un trouble mental ?

1. Détresse significative
2. Altération du fonctionnement (social, professionnel, académique,...)
3. Pas mieux expliqué par une autre trouble mental, une condition physique ou par l'effet d'une substance.

8

Quel est la différence entre l'humeur et l'émotion ?

Humeur = persistant dans le temps/stable
Émotion = causer par un stimulus et court comme délai, état transitoire.

9

Qu'est-ce que l'humeur ?

état émotionnel dominant et persistant sur des périodes typiquement longues, typiquement des jours. Conceptualisé comme un continuum.

10

Nommez dans l'ordre le continuum de l'humeur ?

à partir d'en bas : dépression sévère, dépression légère, humeur normale, hypomanie, manie.

11

L'humeur a un impact multidimensionnel, donnez des exemple de l'effet de l'humeur négative.

• Impact cognitif: ralentissement des réponses, problèmes mnésiques et déficits attentionnels;
• Impact émotionnel: anhédonie, apathie, diminution/abolition du sens de l’humour, dans certains cas irritabilité;
•Impact biologique: changements métaboliques (appétit, sommeil, poids, énergie), diminution de la réponse immunitaire, augmentation des réponses inflammatoires, diminution du seuil de la douleur, déséquilibres dans certains neurotransmetteurs (principalement 5HT).

12

Quel est le critère A de l'épisode dépressif caractérisé ?

Doit au moins avoir 5 symptômes et + durant au moins deux semaine et doivent constituer un changement à rapport à l'état antérieur. Deux principaux symptômes : humeur dépressive + perte d'intérêts ou de plaisir.
Exemples de symptômes:
Perte/gain de poids ou changement marqué de l’appétit;
Insomnie ou hypersomnie pratiquement tous les jours;
Agitation ou ralentissement psychomoteur, observable par autrui;
Fatigue ou perte d’énergie pratiquement tous les jours;
Diminution de la capacité à penser, à se concentrer ou indécision; et autres...

13

Quel est le critère B de l'épisode dépressif caractérisé ?

Les symptômes induisent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel, etc.

14

Quel est le critère C de l'épisode dépressif caractérisé ?

Les symptômes ne sont pas liés à une substance ou à une autre condition médicale:
P. ex. dépresseurs du SNC, dont l’alcool
P. ex. problèmes métaboliques

15

Quand et comment met-on en place le dx de trouble dépressif caractérisé (critères D et E)?

En présence d'un ou plusieurs épisodes dépressif caractérisé, sans présence actuelle ou passée d’un épisode maniaque ou hypomaniaque et sans que les symptômes soient mieux expliquées par un autre trouble psychologique.

16

Il existe plusieurs informations complémentaire utiles peuvent être ajoutés au dx, donnez moi des exemples.

• Sévérité (léger, moyen ou grave)
• Rémission partielle ou complète (actuelle ou entre les épisodes) • Caractéristiques psychotiques
• Spécifications

17

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec détresse anxieuse ?

présence d'au moins deux des symptômes suivants au cours de la majorité des jours d'un épisode dépressif majeur:
• Sensation d’être survolté ou tendu,
• Agitation,
• Difficulté à se concentrer causée par l’inquiétude,
• Crainte que quelque chose de terrible puisse arriver,
• Sensation de perte de contrôle.

18

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec caractéristiques mixtes ?

au moins trois des symptômes hypomaniaques ou maniaques suivants sont présents presque tous les jours pendant la majorité des jours d'un épisode dépressif majeur (les deux se présentent en mm temps) :
• Humeur positive ou expansive (excitation, énergie élevée)
• ↑ estime de soi ou idée de grandeur,
• Plus grande communicabilité ou désir de parler constant,
• Fuite des idées ou sensations subjectives que les pensées défilent,
• ↑ de l’énergie ou de l’activité orientée vers un but (social, travail/école ou sexualité),
• Engagement excessif dans des activités avec un fort potentiel d’avoir des conséquences douloureuses ou négatives (p. ex. placements risqués ou comportements sexuels risqués),
• ↓du besoin de sommeil (sans insomnie ni fatigue: c’est le besoin de dormir qui diminue, pas la capacité à dormir).

19

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec caractéristiques mélancoliques ?

(1) perte du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités ou absence de réactivité aux stimulus habituellement agréables. (2) 3 éléments ou plus parmi les suivants : qualité particulière de l’humeur dépressive (sentiment de vide, morosité importante), dépression régulièrement plus marquée le matin, réveil matinal précoce (2 heures avant l’heure habituelle), agitation ou ralentissement psychomoteur marqué, anorexie ou perte de poids significatives ou culpabilité excessive ou inappropriée. (Typique à un seul épisode)

20

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec caractéristiques atypiques ?

réactivité de l’humeur (les événements positifs réels ou potentiels améliorent l’humeur), deux des caractéristiques suivantes : prise de poids ou augmentation de l’appétit, hypersomnie, sensation de lourdeur (« membre en plomb ») ou une sensibilité importante au rejet dans les relations au long cours.

21

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec caractéristiques psychotiques ?

présencededélireou d’hallucinations (typiquement auditives). Peuvent-être congruents ou pas avec l’humeur.

22

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec caractéristiques catatoniques ?

(note:cette spécification peut aussi maintenant être appliquée dans d’autres troubles et seule, sous une désignation de cause inconnue):
• Stupeur: absence d’activité motrice, pas de contact avec l’environnement,
• Catalepsie: maintien des postures induites inconfortables,
• Flexibilité cireuse: légère résistance à un changement de position,
• Mutisme: peu ou pas de réponse verbale,
• Négativisme: opposition ou pas de réaction à des directives ou des stimuli,
• Maintien de la pose: prend spontanément des postures contre la gravité,
• Maniérismes: caricatures bizarres d’actions normales,
• Stéréotypie: mouvements répétitifs fréquents et sans but apparent,
• Agitation: non provoquée par des stimuli externes
• Écholalie: imitation des paroles d’un autre,
• Échopraxie: imitation des gestes d’autrui

23

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec apparition périnatale ?

si l'apparition du trouble se produit pendant la grossesse ou dans les quatre semaines suivant l'accouchement.
• Attention au risque pour soi et autrui;
• Caractéristiques psychotiques possibles;
• Présentation rapide et parfois sévère,
• Risque important de rechute lors de grossesses subséquentes (30 à 50%)
• Souvent accompagné de symptômes anxieux, y compris attaques de panique.

24

Il existe plusieurs types de spécifications, en quoi consiste celle avec caractéristiques saisonnières ?

-> relation temporelle régulière entre l’apparition d’épisodes dépressifs
majeurs dans le trouble dépressif à une période particulière de l’année ;
-> Les rémissions surviennent aussi au cours d’une période particulière de l’année ;
->Présence d’au moins deux épisodes dépressifs majeurs au cours des deux dernières années, confirmant la présence d’une relation temporelle saisonnière selon la définition des critères A et B, et aucun des épisodes dépressifs majeurs n’ont eu lieu au cours de cette même période;
-> Au cours de la vie entière du patient, les épisodes dépressifs majeurs saisonniers sont nettement plus nombreux que les épisodes dépressifs non saisonniers.
-> (Seule forme de dépression pour laquelle la luminothérapie a fait ses preuves dans la littérature scientifique; le trouble saisonnier répond typiquement bien aux antidépresseurs en doses faibles)

25

Comment départager la dépression du deuil ?

principal différence est que la dépression persistante dans le temps.

26

Quel description peut-on faire du trouble dépressif persistant (dysthymie) ?

Double dépression : trouble dépressif persistant surajouté d'un épisode dépressif caractérisé (ÉDC). Traitement souvent difficile (acceptation des symptômes par le patient, qui sont perçus comme normaux; traiter l’EDC n’est pas suffisant; sentiment d’impuissance important).

27

En quoi consiste le critère A d'un trouble dépressif persistant ?

Humeur dépressive présente presque toute la journée, plus d’un jour sur deux, pendant au moins 2 ans (1 an pour mineurs).

28

En quoi consiste le critère B d'un trouble dépressif persistant ?

Au moins deux symptômes:
1. ↓ appétit ou hyperphagie (manger plus)
2. Troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie)
3. ↓ énergie et fatigue
4. ↓ estime de soi
5. Difficultés de concentration ou difficultés à prendre des décisions
6. Sentiment de perte d’espoir

29

Quels sont les notes importantes à savoir à propos du trouble dépressif persistant ?

• Début précoce: avant 21 ans
• Début tardif: après 21 ans
• Il n’y a pas eu de périodes de 2 mois consécutif sans atteinte des critères A et B.

30

En quoi consiste le critère A d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

Dans la majorité des cycles menstruels, au moins cinq symptômes doivent être présents au courant de la semaine avant le début des règles, ils doivent commencer à s’améliorer dans les jours après le début des règles, et devenir minimes ou inexistants dans la semaine suivant celle des menstruations.

31

En quoi consiste le critère B d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

Un ou plusieurs des symptômes doivent être présents :
• Labilité émotionnelle marquée. (P. ex.: « sauts d'humeur », se sent soudainement triste et larmoyante, ou augmentation de la sensibilité au rejet.);
• Irritabilité ou colère ou une augmentation des conflits interpersonnels;
• Humeur dépressive marquée, sentiment de désespoir ou dévalorisation;
• Anxiété marquée, tensions, impression d’être nouée, tendue.

32

En quoi consiste le critère c d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

Un ou plusieurs des symptômes suivants doivent être présents, afin d'atteindre un total de cinq symptômes lorsqu'il est combiné avec les symptômes du critère B
1. Diminution de l’intérêt pour les activités quotidiennes (travail, école, amis et passe-temps) ;
2. Difficulté de concentration ;
3. Léthargie, fatigabilité excessive ou l'absence marquée de
l'énergie ;
4. Changement marqué de l'appétit; suralimentation ou envie de nourriture spécifique;
5. Hypersomnie ou insomnie;
6. Sentiment de perte de contrôle ou d’être dépassée;
7. Symptômes physiques tels que la sensibilité ou enflure des seins, la douleur articulaire ou musculaire, une sensation de ballonnements ou gain de poids ;

33

En quoi consiste le critère D d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

Le trouble doit causer une altération significative du fonctionnement.

34

En quoi consiste le critère E d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

La perturbation ne correspond pas seulement à l'exacerbation des symptômes d'un autre trouble comme un trouble dépressif majeur, un trouble panique, un trouble dysthymique ou un trouble de la personnalité (bien qu'elle puisse se surajouter à chacun de ces troubles).

35

En quoi consiste le critère F d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

Le critère A doit être confirmé par notes quotidiennes pendant au moins deux cycles symptomatiques.

36

En quoi consiste le critère G d'un trouble dysphorique prémenstruel ?

Les symptômes ne sont pas attribuables aux effets physiques d'une substance ou d'une autre condition médicale.

37

Quel trouble de santé mental est attribué aux enfants et adolescents ?

Trouble disruptif avec dysrégulation émotionnelle.

38

En quoi consiste le critère A d'un trouble dépressif induit par substance ou une médication ?

Perturbation importante et persistante de l'humeur caractérisée par une humeur dépressive ou une diminution marquée intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités.

39

En quoi consiste le critère B d'un trouble dépressif induit par substance ou une médication ?

Il existe des preuves à partir de l’examen physique ou des résultats de laboratoire
• Les symptômes du critère A se sont développés pendant ou dans le mois ayant suivi une intoxication par une substance ou par un sevrage ou après la prise d’un médicament
• La substance ou le médicament en cause est capable de produire les symptômes

40

En quoi consiste le critère C d'un trouble dépressif induit par substance ou une médication ?

La perturbation est pas mieux expliquée par un trouble dépressif qui n’est pas induit par une substance ou un médicament.

41

En quoi consiste le critère D d'un trouble dépressif induit par substance ou une médication ?

Le trouble ne survient pas exclusivement pendant un délire.

42

En quoi consiste le critère E d'un trouble dépressif induit par substance ou une médication ?

Les symptômes entraînent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

43

Qu'est-ce qui faut faire attention le trouble dépressif induit par une substance ou médication ?

le point majeur ici est l’INDUCTION du trouble, pas son maintien.

44

Quels sont deux considérations pratiques à tenir mieux compte pour mieux évaluer les troubles mentaux ?

Mettre en place une évaluation médicale et psychosociale.
Se référer à son contexte (deuil, ...)

45

Comment la théorie de l'apprentissage décrit les troubles dépressifs ?

C'est un déséquilibre entre l’environnement et le renforcement. Le manque de renforcement peut provoquer le repli social.L’inertie et le repli social diminuent les occasions de recevoir des renforçateurs.
On retrouve la théorie interactionnelle : interaction réciproque favorisant le maintien du trouble (cercle vicieux)

46

Comment la théorie cognitives décrit les troubles dépressifs ?

l’origine et le maintien de la dépression sont reliées à la façon dont les personnes envisagent le monde qui les entoure

47

Quels sont les deux courants de pensés que la théorie cognitive met de l'avant auprès des troubles mentaux ?

1)Triade cognitive de BecK
exemples de pensées: je suis un échec, j'ai tout perdu, etc.
2)Théorie de l'impuissance apprise :
-Impuissance à changer le cours de sa vie
-Différents styles attributifs: personne avec dépression attributions interne, stable, globale.

48

Comment la dimension biologique explique les troubles mentaux ?

Changements dans la neurotransmission chez les individus atteints. Ces changements peuvent également rester après la résolution du trouble ou le précéder.

49

Quels sont les deux neurotransmetteurs impliqués dans l'apparition de troubles mentaux ?

1) diminution de la SÉROTONINE (éveil, régulation métabolique,
appétit, sommeil, humeur)
• ISRS: inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine
• IMOA: inhibiteurs de la monoamineoxydase
°2e intention: plus d’effets secondaires, contre-indications hypertensives
2) Diminution de la NORÉPINEPHRINE (concentration de l’attention, stress et réponse au danger)
• Tricycliques: Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norépinephrine
• ISRN: inhibiteurs sélectifs de la recapture de la norépinephrine

50

Quels sont les 3 effets répertoriés suite à la prise d'anti-dépresseurs ?

1) Lent à agir :
Typiquement 4 à 6 semaines avant d’avoir des effets probants.
2) Placébo :
ypiquement importants... p. ex., pour la dysthymie, 30-40% de réponse
placébo, versus 50-60% d’effets thérapeutiques de la substance active.
3) Secondaires nombreux variant selon la molécule:
De plus en plus d’alternatives, importance de « magasiner » sa molécule avec son médecin/pharmacien.
• Effets secondaires sexuels et au niveau de la prise de poids sont fréquents et particulièrement dérangeants...

51

Qu'est-ce que la séismothérapie ou thérapie électro convulsive ?

traitement de 3e ligne; indications lors de dépression chronique. Mauvaise réputation liée à son usage historique, mais le traitement présente un taux de succès élevé.

52

Quel est l'évolution du trouble dépressif induit par substance ou une médication ?

• Les symptômes apparaissent dans les premières semaines, voire le premier mois de consommation.
• Les symptômes disparaissent selon la demi-vie de la substance (de quelques jours à plusieurs semaines)

53

Comment peut-on différencier le trouble dépressif induit par une autre substance des autres troubles ?

Il faut porter attention à l’apparition de la symptomatologie, à la durée et à d’autres facteurs (p.ex: antécédents d’épisodes dépressifs récurrents non induits par une substance ou un médicament).

54

Qu'est-ce qui est important de savoir au niveau de l'épidémiologie en lien avec le trouble dysphorique prémenstruel ?

1%-6% de femme touché par le trouble sur 80-90% qui présente des «SPM».

55

Quels sont différences entre les SPM et trouble dysphorique prémenstruel ?

• Les symptômes caractéristiques
• La sévérité
• L’altération du fonctionnement
De plus, il Diffère du trouble dépressif caractérisé principalement en raison de la durée, mais pas de la sévérité.

56

Quel est le traitement pour le trouble dysphorique prémenstruel ?

Antidépresseur (principalement ISRS et IRSN)

57

Quel est l'épidémiologie du trouble disruptif avec dysrégulation émotionnelle ?

• Les études rapportent une prévalence variant entre 1.5% et 4.4%
• Plus présent chez les garçons et les enfants d’âge scolaire que chez les filles du même âge et les adolescentes

58

Quels sont dx qui vont leur être plus fréquemment posé s'ils ont eu un trouble disruptif avec dysrégulation émotionnelle ?

Peu pour le trouble bipolaire.
Plus dépression et/ou troubles anxieux.

59

Pourquoi limiter la pose du diagnostic entre 7-17 ans dans le cas d'un trouble disruptif avec dysrégulation émotionnelle ?

Les critères ne sont possiblement pas aussi pertinents en considérant le processus de maturation (manifestation différente selon l’âge) + Il peut être difficile de différencier ce trouble à d’autres (p.ex: TDA/H, trouble oppositionnel, trouble dépressif caractérisé, trouble bipolaire)