Cours 4 Flashcards Preview

Psychologie De La Santé > Cours 4 > Flashcards

Flashcards in Cours 4 Deck (33)
Loading flashcards...
1

À quoi sert le stress ?

Le stress fait partie intégrante du processus d’adaptation aux difficultés de la vie.

2

Selon Lazarus et Folkman, il faut distinguer nettement coping et adaptation pourquoi ?

L’adaptation est un concept extrêmement large, qui inclut toute la psychologie et même la biologie. L’adaptation inclut tous les modes de réaction des organismes vivants qui doivent interagir avec les conditions changeantes de l’environnement (ex: la perception, l’émotion, la motivation, l’apprentissage, etc...). Le stress sert à l’adaptation et c’est pour le long terme. Toute l’espèce tente de survive.
C'est à plus long terme….

3

Tandis que le coping c'est plutôt ?

Le coping n'inclut que les réactions à des variations de l’environnement évaluées comme menaçantes (ou stressantes)

C'est à plus court terme. -

4

QU'est ce que le trouble de l'adaptation selon le DSM-5 ?

Avant nommé "dépression réactionnelle ou névrotique". Il est maintenant dans la catégorie des "troubles liés aux traumatismes et au stress".
Le trouble de l'adaptation est caractérisé par la présence de symptômes émotionnels ou comportementaux en réponse à un ou des stresseurs identifiables… (dans les 3 mois)
• … ne répond pas aux critères d'un autre trouble mental
• Présente des symptômes réactionnels à un ou des événements de vie auxquels il n’arrive pas à faire face adéquatement.

• Un trouble d’adaptation peut aussi être aigu, ou considéré chronique si le stress dure plus de six mois. -

5

Le stress, c'est bon ?

Nous avons besoin du stress pour vivre (Selye : le stress c’est la vie)


• Nécessaire parce que les mécanismes biologiques et psychologiques du stress ont comme objectif principal de nous placer dans état physique et mental optimal
pour faire face à une situation stressante et ainsi aider à nous y adapter -
• Le stress fait partie du quotidien et contribue à l’adaptation
• Il incite l'individu à mobiliser son énergie (aspect motivationnel) et à trouver des solutions aux problèmes de la vie (ex: incite l'étudiant à se préparer à un examen)
• Il peut être utilisée de façon positive pour mobiliser ses défenses et améliorer sa performance
• Si il est faible ou absent, nos ressources ne se mobiliseront pas assez -
Cependant, quand le stress atteint certaines proportions (un certain niveau), il entraîne une série de réactions nuisibles à l'adaptation
Si le stress est trop fort, nos ressources seront trop en alerte et cela va épuiser physiquement et mentalement.

• Le stress excessif est nuisible
Donc : le stress est nocif s'il est trop bas ou trop élevé, il faut donc un équilibre
- une relation curvilinéaire entre stress et adaptation
Stress optimal

6

La différence entre le bon stress et le mauvais ?

Le bon stress serait le résultat de motivations intrinsèques : Dépassement de soi, persévérance, créativité, etc.
Dépassement de soi, persévérance, créativité, etc.
• C’est ce que l’on nomme souvent l’"eustress" (Selye).
• Il produirait un effet sur la production d’hormone dans le corps mais jamais suffisamment pour être néfaste à long terme (assez pour sensation de "high").
• Réponse "adaptée" -
Le mauvais stress, au contraire, serait le résultat de motivations extrinsèques. On parle alors de situations déplaisantes, contraignantes, menaçante…
On parle alors de
situations déplaisantes, contraignantes, menaçantes…
• C’est ce que certain appelle la "détresse" (dystress).
• Selye, 1974 : Stress sans détresse : Il est question de "détresse" lorsque le stress devient nuisible ou désagréable.
• Produit assez d’hormones de stress pour que cela lui soit nuisible à long terme
• Réponse "maladaptée" -

7

Qu'elles sont les différentes sources de stress ?

En fait, tout peut devenir une source de stress puisque c'est une évaluation cognitive individuelle qui détermine si une situation est stressante ou non

1.Facteurs externes
• facteurs physiques (ex: bruit, blessure, froid…)
• facteurs situationnels (nouveauté, prévisibilité…)
• facteurs psychosociaux (environnement = stresseur)
2.Facteurs internes
• facteurs personnels (ex: âge, genre)
• facteurs de personnalité (ex: valeur, croyance…

8

Quand le stress devient-il pathologique?

Il y a un continuum entre le normal et le pathologique.
• Critères à considérer :
– La situation entraîne-t-elle une souffrance significative ?
– Cette souffrance a-t-elle un impact sur le fonctionnement social, relationnel ou intellectuel de l’individu ?
– Peut-on objectiver la souffrance ou le dysfonctionnement ?
Mettre en évidence le degré d’incapacité (réelle ou subjective) à répondre adéquatement à une tâche donnée et l’impact que peut avoir une réponse inadéquate -

9

Quel est le but de la gestion du stress ?

• Le but général de la gestion est le rétablissement de l’équilibre (homéostasie) DE L’INDIVIDU en dimunant l’écart entre les demandes (perçues) de la situation et les ressources (perçues) de la personne.

• Une action de gestion suppose que le comportement soit orienté vers un but (intentionnalité)
• Le comportement de gestion est mis en action de façon consciente (la gestion utilise des stratégies conscientes alors que les mécanismes de défenses vont vers des stratégies non conscientes)
Il n’y a pas de recette miracle pour la gestion du stress puisque c’est individuel !!! C'est l'équilibre entre le stress perçu et les ressources perçues…

10

comment fait-on pour rétablir un équilibre face au stress ?

Pour rétablir cet équilibre, il faut donc modifier l'un de ces paramètres :

1- Le stresseur uniquement (l'environnement, la situation…)
2- La personne uniquement (ex : être plus performant)
3- Modifier la personne ou le stresseur en rapport avec la relation personne/stresseur -
Plus efficace

11

Qu'elles sont les étapes ?
(équilibre-stress)

1) Identifier le stress : déterminer et noter les facteurs quotidiens de stress sur une certaine période (faire une grille d'auto-observation complète)
Il est très important de faire cet exercice car parfois certains stresseurs nous échappent ou bien on met de l'emphase sur un stresseur qui ne l'est pas ou qui n'est pas si important…-
Les premiers symptômes du stress sont souvent physiques, alors pour bien reconnaitre les stresseurs qui nous affectent, il faut :
2) Être en mesure de détecter et surtout d’interpréter les messages provenant du corps (fatigue, douleurs, etc.)

3) Examiner la grille et essayer d’éliminer ou de réduire les stresseurs qui seraient facilement modifiables (ou éliminables)

4) L’humour : prendre le temps de rire
Le rire est une façon naturelle pour le corps de combattre le stress
• +Endorphines, -cortisol…
• Relaxation musculaire
• Oxygénation du corps: Les poumons captent deux à trois fois plus d'air et plus d'alvéoles pulmonaires sont dilatées
• Rire avant de manger permet au système digestif de sécréter des enzymes facilitant l'assimilation des aliments tout en favorisant une élimination intestinale plus complète
• Le rire influence même le système immunitaire. Le sang d'une personne après une période de rire, les globules blancs y sont plus nombreux -

5) Éviter la solitude et l’isolement
L'isolement peut apporter un soulagement temporaire mais il nous prive de l'occasion de satisfaire nos besoins, d'obtenir le soutien et les encouragements de collègues et amis qui nous aideraient, par leur rétroaction, à nuancer nos pensées
Trouver le support d’un réseau social solide
• Ne pas hésiter à parler ouvertement de ses problèmes avec ses proches (famille-amis)
• Aller chercher de l’aide professionnelle si nécessaire
• Développer des habiletés sociales • Créer des occasions sociales
• Une recherche a établit, pour la première fois, que l'isolement et le stress pourrait être un facteur de risque du cancer du sein -
6) Éliminer la fatigue
• Dormir suffisamment (réparation du corps)
• Réduire le nombre d’heures de travail (overtime et burnout)
• Augmenter les périodes de repos
• + Pauses
• Repas plus long -
7) affirmer-vous, confiez-vous
• Parler de soi (sans égocentrisme), faire part de ses sentiments, et ce sans agressivité, sans imposer, sans attaquer
• Parlez aux autres de ce qui vous préoccupe (à vos amis, à des conseillers professionnels, à des groupes
d'entraide ou à des proches). Livrer ses pensées, ses besoins, ses sentiments
• Dire quand ça ne vas pas. Se confier à ses amis, collègues ou famille pour se soulager
• Apprendre à dire non sans se perdre dans les justifications -

8) Exercice physique (activité et loisir) et vie saine
60% des Canadiens estiment que leur vie est relativement stressante et que l’activité physique pratiquée durant les temps libres est un excellent moyen de soulager les tensions
• Grâce aux endorphines (hormones) libérées pendant l’exercice
• Pendant que vous faite de l'exercice, votre cerveau est en mesure de digérer de l’information, de résoudre des problèmes et d’être créatif
• L’exercice augmentera la qualité de votre sommeil • Bien manger, avoir une alimentation équilibrée -
9) Faire face aux difficultés
• Le stress provient aussi de problèmes réels et des épreuves auxquels nous ne pouvons échapper
• Lorsque nous rencontrons des difficultés nous n’avons que deux options possibles : éviter (fuir) ou faire face (se battre)
• Si nous choisissons de fuir, nous laissons le problème inchangé -

12

• La meilleure protection contre le stress ?

(anxiété) est la prévention…
• Il faut être au fait que le stress (anxiété) existe et qu’on peut en être victime
• Il faut être en mesure de reconnaître, dès le début, les situations qui peuvent vous stresser (vous rendre anxieux)
• Agir dès le début…

13

Selon l'OMS la maladie ?

• Il faut considérer la santé comme une combinaison d'états de bien-être et non comme une absence de maladie.
• La santé et la maladie ne seraient alors pas évaluées selon un même continuum (évalué séparemment)
• L'étude du bien-être au travail selon une perspective de psychologie positive offre une alternative à une approche de santé et sécurité au travail où la santé s’obtient par la prévention des risques.

14

Selon Diener le bien-être se caractérise par trois éléments essentiels :

1. Il est tout d’abord subjectif , c’est un vécu personnel.
2. Il n’est pas simplement l’absence de facteurs négatifs, il inclut également des composantes positives (émotions agréables)

3. Il se traduit par une évaluation globale de la vie de la personne dans son ensemble -

Le bien-être subjectif, c’est donc l’évaluation cognitive et affective faite par l’individu sur son existence, comprenant

• un ensemble comportant une composante cognitive
(satisfaction avec la vie), définie comme une évaluation globale que la personne fait de sa vie
• une composante émotionnelle (comprenant deux dimensions relativement indépendantes : affects positifs et négatifs), qui renvoie aux réactions émotionnelles, aux évènements et conditions de vie

15

Le travail et le bien-être ?

La relation entre travail et bien-être subjectif :
• Dans la littérature actuelle, on ne parle pas toujours de bien-être subjectif au travail, mais plutôt de satisfaction dans le travail.
• La satisfaction est définie couramment comme un sentiment de bien-être..
• La satisfaction au travail est définie par Locke comme : Un état émotionnel positif ou plaisant résultant de l’évaluation faite par une personne de son travail ou de ses expériences de travail.



• Il s’agit donc d’une réponse affective, émotionnelle de la personne face à son emploi -

16

Comportement de santé
(Health behaviour)
Définition de la notion de comportement de santé
?

"La notion de comportement lié à la santé correspond à tout comportement ou toute activité faisant partie de la vie quotidienne mais qui influe sur l’état de santé de la personne.


Un comportement lié à la santé est une action faite par un
individu et ayant une influence positive ou négative sur la santé. Toute activité que les individus font pour maintenir ou améliorer leur santé, peu importe la santé perçue ou si le comportement atteint réellement l’objectif.
Presque tous les comportements ou activités peuvent avoir une influence sur la santé et dans ce contexte il peut être utile de considérer les comportements liés à la santé comme partie intégrante des modes de vie d’un individu ou d’un groupe

17

Qu'elles sont des exemples de comportements de santé ?

• Comportements de santé (well behaviour ) : maintenir ou améliorer la santé et éviter les maladies. Ces activités peuvent inclure l’exercice ou l’alimentation saine des personnes en santé. Aussi appelé préventif
• Selon Matarazzo : 2 grands types :
• comportement de protection ( Immunogènes qui améliore la santé )
• comportement pathogène ( qui diminuent la santé)

18

• Comportements de maladie (symptom-based behaviour) ?

: Identifier le problème et chercher le remède Ces activités consistent
généralement à se plaindre des symptômes ou à demander de l'aide

19

• Comportements de malade (sick role behaviour) : ?

Toute activité que les gens entreprennent pour traiter ou s’adapter à un problème de santé après avoir décidé qu’ils sont malades et ce qu’est la maladie. Ce comportement est basé sur l'idée que les personnes malades assument un rôle spécial les faisant ainsi
échapper à leurs obligations normales et à des tâches de la vie comme aller au travail ou à l'école -

20

Qu'elles sont les Facteurs d'influences sur la pratique de comportements de santé ?

• Facteurs individuels
• Âge, sexe, hérédité, (dépendance)
• Apprentissage
• renforcement, extinction, punition, habitude, etc.
• Contrôle personnel
• Stress et personnalité
• Cognition et perception
• Buts personnels
• Etc. -
• Facteur interpersonnels ou sociaux
• Facteurs socio-économiques
• Éducation
• Source de conséquences (renforcement ou punition)
• Valeurs
• Etc.

• Facteurs environnementaux • Accès aux services de la santé et l’emphase mis sur la prévention
• Lieu
• Etc. -

21

La santé psychologique au travail fait référence à quoi ?

• aux possibilités qu'offrent le contexte organisationnel, les conditions de travail et les tâches dévolues à l'individu de se sentir valorisé, de s'épanouir, de mener une vie équilibrée et d'avoir un niveau de stress qu'il est capable de gérer;
• à l'état que développe l'individu par rapport aux indices que sont l'estime ou la valorisation de soi, l'épanouissement, l'équilibre de vie et le niveau de stress. Enfin, il faut aussi prendre en compte la capacité d'adaptation de l'individu à son travail et au milieu dans lequel celui-ci est réalisé -

22

Une organisation du travail pour la santé se décrirait comme:

... "une qui se caractérise par des efforts intentionnels, systématiques et collaboratifs pour maximiser le bien-être et la productivité des employés
en fournissant des emplois bien conçus et significatifs, un environnement socio-organisationnel favorable et des opportunités accessibles et équitables
pour l'amélioration de la carrière et de la vie professionnelle " (Vandenberg) -

23

Depuis l’aube des temps, le travail servait essentiellement à remplir des besoins humains de base tel que se nourrir. Dans les dernières décennies, le travail s’est complètement transformé, autant dans son contenu que dans son organisation, comment ?

Il y a beaucoup moins de travail physique et beaucoup plus d’exigence psychologique. Le stress au travail est passé de physique à psychologique.

24

Le stress au travail c'est quoi ?

Le stress au travail est un phénomène important et très étudié depuis de nombreuses années (années 70) dans plusieurs domaines de recherches scientifiques fondamentales et appliquées

• Le stress au travail est un phénomène qui s’applique théoriquement à tous les domaines du monde du travail… -
Le stress au travail est considéré comme une épidémie par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

25

Une enquête menée par Statistiques Canada (2004) sur les canadiens âgés entre 15 et 75 ans montre que :

• seraient un peu stressés au travail: 38,85
• seraient assez stressés au travail: 25%
• seraient extrêmement stressés au travail: 5,4%
• Pas du tout, pas tellement stressante : 30,8%

26

• Le coût total de la santé mentale pour l’économie canadienne (2014) se chiffre à combien par année ?

à 51$ milliards par année • Au Canada, les absences liées au stress coûtent aux employeurs canadiens environ 3,5 milliards $ chaque année (2001)
(Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques).
• En Europe, le cout annuel du stress lié au travail dans l'UE est de 15-20 milliards d'euros (2002).

27

Beehr et Newman (1978)
L'idée de l'interaction entre : le travailleur et son environnement de travail
cela représente quoi ?

"Le stress au travail réfère à une situation où des facteurs reliés à l'emploi interagissent avec les travailleurs de manière à modifier (en augmentant ou en diminuant) les conditions physiologiques et/ou psychologiques telle que l'individu est forcé de dévier du fonctionnement normal " -

28

Stress au travail : déséquilibre
De Keyser et Hansez (1996) :
?

"Le stress psychologique dans la sphère du travail est une réponse du travailleur devant les exigences de la situation pour lesquelles il doute de disposer de ressources nécessaires, et auxquelles il estime devoir faire face" -

29

Karasek (1981) : Le stress au travail est engendré pas un déséquilibre entre le degré de liberté de décision et les exigences, précisez?

Plus précisément, "le stress apparaît lorsque le degré de liberté dans la prise de décision est limité et associé à des exigences psychologiques élevées ou lorsque le degré de liberté dans la prise de décision est large mais associé à des exigences limitées" -

30

Les 4 différents types de travails selon le modèle (Karasek 1981: déséquilibre entre le degré de liberté de décision et les exigences) sont ?

4-Travail passif : Dans cette situation, les travailleurs ne
disposent d’aucune marge de manœuvre pour modifier
et gérer leur travail, mais ne subissent pas ou peu de contraintes (exigence faible).

2-Travail actif (valorisant): Un travail "actif" qui soumet les
travailleurs à des exigences élevées , mais qui leur
permet aussi de maîtriser cette situation grâce à une autonomie élevée
.

Axe: Le travail actif favoriserait l'apprentissage, le développement personnel une vie sociale plus active.
- 3- Travail peu stressant (Faible charge de travail) : Tout en
comportant de faibles contraintes , ce travail permet à celui qui l’effectue de réguler son activité ( contrôle élevé sur la manière d’exécuter la tâche).

1-Fort stress au travail (Charge de travail élevée) : Pour ce type de travail les exigences sont élevées , mais les travailleurs n’ont aucune moyen de contrôler son déroulement.

Axe: Risque de santé (physique et psychologique). Plus particulièrement problèmes cardio-vasculaires. -