Cours 7: Le trouble panique avec agoraphobie Flashcards Preview

P > Cours 7: Le trouble panique avec agoraphobie > Flashcards

Flashcards in Cours 7: Le trouble panique avec agoraphobie Deck (67):
1

Qu'elle est la chose de base qu'une personne doit avoir pour obtenir un diagnostique de trouble panique avec agoraphobie?

Il faut faire des attaques de panique.

2

Quelles caractéristiques d'un individu le rend plus vulnérable de développer un trouble panique avec agoraphobie (facteurs prédisposants)? (3)

1- Vulnérabilité biologique: Dans notre génétique est-ce qu'on a quelque chose qui fait qu'on est plus sensible au stress.
2- Influence familiale: Est-ce qu'on a des parents qui étaient surprotecteurs, craintifs, etc.
3- Vulnérabilité psychologique: Certaines personne ont des tendances à être plus stressé, déprimé, à dépendre des autres, à être passifs, etc.

3

Vrai ou faux, les facteurs prédisposants du trouble panique avec agoraphobie expliquent le développement du trouble.

Faux, ces facteurs prédisposants n'expliquent pas tout, ça augmente seulement les chances que la personne développe un trouble panique avec agoraphobie.

4

Quels sont les facteurs précipitants/déclencheurs des attaque de panique du trouble panique? (3)

1-Un stresseur physique ou physiologique:quelque chose de physique qui nous rend plus vulnérable, quelque chose qui se produit dans le corps (ex: grossesse, hypoglycémie, blessure, rhume, etc.)
2- Un stresseur psychosocial: ex: Séparation, divorce, proche malade, perte d'emploi, période d'examen, promotion, mariage (un stress "positif" peut entraîner une attaque de panique).
3- Un stresseur chronique: Stresseurs sur une longue période de temps (ex: relation de couple conflictuelle, stress au travail, problème financiers, problèmes conjugaux depuis plusieurs mois, etc.)

5

Vrai ou faux, on peut avoir tous les facteurs prédisposants et déclencheurs et ne pas faire une attaque de panique.

Vrai.

6

Comment peut on savoir qu'est-ce qui a déclenché la première attaque de panique (facteurs précipitants/déclencheurs)?

On doit interroger la personne pour savoir comment était son contexte de vie au moment de sa première attaque de panique.

7

Comment se maintient un trouble panique avec agoraphobie?

Les gens qui font une attaque de panique, développent des peurs irréalistes, reliées à des contextes, choses, endroits, développe une anxiété d'anticipation de faire une nouvelle attaque de panique, l'anxiété va devenir très élevée avant d'affronter une situation, ils vont choisir d'éviter la situation, cela va leur apporter du soulagement d'avoir évité la situation et puis il va y avoir une augmentation de l'évitement des situations ce qui va faire 2 choses:
1- Produire un renforcement secondaire du comportement d'évitement (ex: notre entourage va faire des choses à notre place pour éviter qu'on se sente mal) ou alors les gens vont retirer un gain psychologique du fait d'éviter la situation (ex: soulagement du stress en empruntant les escaliers plutôt que l’ascenseur), donc ça fait augmenter encore plus le comportement d'évitement.
2- Augmenter l'anxiété reliée aux stresseurs chroniques ce qui produit encore plus de stress et d'attaque de panique et le cycle recommence.

8

Il y a des composantes de quels genres qui maintiennent le trouble panique avec agoraphobie?

Il y a des composantes cognitives et comportementales qui font que le trouble panique avec agoraphobie se maintient.

9

Une personne ayant un trouble panique avec agoraphobie est plus à risque de faire une attaque de panique si...?

Plus la personne est stressée, plus elle est à risque de faire une attaque de panique.

10

Les gens attendent en moyenne combien de temps après leur première attaque de panique pour consulter un psychologue?

Ils attendent en moyenne 7 ans après leur première attaque de panique pour consulter un psychologue.

11

Quand on rencontre en clinique une personne avec un trouble panique avec agoraphobie pour la première fois, que faut-il faire? (4)

1- Identifier les pensées, émotions et
comportements problématiques chez la personne.
2- Déterminer les facteurs prédisposants (dans le passé de la personne, enfance, personnalité, etc.).
3- Déterminer les facteurs précipitants.
4- Déterminer les facteurs de maintient (ex: évitement de toutes les situations stressantes de peur peur de faire une attaque de panique ou évitement de toutes les situations ayant déjà provoqué une attaque de panique de peur d'en faire une à nouveau).

12

En comparaison aux autres troubles psychologiques, le trouble panique comporte une exception qui doit être obligatoirement remplie avant d'émettre le diagnostique et de commencer la thérapie, quelle est cette exception et pourquoi est-il important qu'elle soit respectée?

Il faut absolument que le patient ait déjà été évalué par un médecin lors d'un examen médical afin d'éliminer toute possibilité de problèmes médicaux qui pourraient déclencher les mêmes symptômes physiologiques que le trouble panique (ex: cœur qui bat vite, respiration difficile, jambes molles, étourdissements, etc.) parce qu'on ne veut pas dire à quelqu'un qui a un vrai problème médical qu'il a un trouble panique et que ça nuise à sa santé. Il faut écarter toute possibilité de trouble de la santé avant de faire le diagnostic du trouble panique.

13

En commençant la thérapie, que fait-on avec la personne qui a un trouble panique avec agoraphobie?

On répond à toutes les questions que la personne peut avoir et ensuite, il faut faire de la psychoéducation: expliquer à la personne comment fonctionne leur système nerveux, quelles sont les fonctions de l'anxiété et qu'est-ce qui explique les sensations physiques ressenties lors d'une attaque de panique.

14

Comment est divisé notre système nerveux périphérique?

Le système nerveux périphérique se divise en 2 branches: Le système nerveux autonome et le système nerveux somatique.
Le système nerveux autonome se divise en 2 branches: Le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique.

15

Quel est le rôle du système nerveux sympathique?

-Il met en place toutes les mesures pour fuir ou combattre, c'est le système nerveux de l'urgence, il se met en fonction dans une situation d'urgence.
-Il est très énergivore: après que le système nerveux sympathique a été sollicité, on est fatigué et on retombe dans le système parasympathique.

16

Comment est le niveau d'énergie d'une personne suite à une attaque de panique? Pourquoi?

Suite à une attaque de panique, la personne est très fatiguée parce que le système nerveux sympathique ne peut pas être activé infiniment, il est très demandant en terme d'énergie et quand les réserve de la personne deviennent basses il s'arrête ce qui met fin à l'attaque de panique et laisse la personne exténuée. Par contre, après un certain temps, dès que la pers. va se remettre à avoir des inquiétudes il va se redéployer.

17

Quelle est la limite du système nerveux sympathique?

Il demande beaucoup d'énergie.

18

Quand on est anxieux, quel système nerveux est en fonction?

Le système nerveux sympathique, il crée l'anxiété.

19

Quelle est la fonction générale du système nerveux sympathique et de l'anxiété?

La fonction du système nerveux sympathique et de l'anxiété est de nous protéger, de mobiliser toute l'énergie du corps pour protéger l'organisme contre un danger.

20

Face à un danger, comme notre organisme réagit-il? Quels sont les liens que l'on peut faire avec l'attaque de panique?

-L'organisme est fait pour réagir de manière très vive à un danger, soit pour fuir ou lutter contre le danger en raison de nos héritages de nos ancêtres qui avaient à se défendre contre plusieurs danger qui menaçaient leur survie.
-Après avoir évité un danger on va ressentir des sensations physiques identiques à ceux qui sont présents lors de troubles de panique, comme le cœur qui bat plus vite par exemple, mais on va attribuer ça au danger qu'on a réussi à éviter puisqu'on comprend pourquoi on se sent comme ça. Suite à une attaque de panique, on va attribuer les sensations physiques à la situation, à l'endroit au contexte, etc. parce qu'il n'y a pas vraiment de raison pour expliquer l'attaque de panique.

21

Qu'est-ce qui explique au niveau du système nerveux qu'une personne va faire une attaque de panique?

Une attaque de panique se produit dans un moment de notre vie durant lequel on est plus vulnérable. Dans ces moments, le système nerveux sympathique a tendance à donner plus de fausses alarmes. Ainsi, une attaque de panique se produit quand le système nerveux sympathique s'active pour rien, comme s'il y avait un danger alors qu'il ne se passe rien et il envoie tout ce qu'il peut pour qu'on soit prêt à combattre ou à fuir (c'est ce qui cause les sensations physiques). Habituellement, on arrive à attribuer une cause à notre réaction de peur, mais lorsque des attaques de panique surviennent et qu'on arrive pas à en trouver la cause, on en vient à croire que ça vient d'en dedans de nous.

22

Quel est le rôle du système nerveux parasympathique?

Le système nerveux parasympathique est présent la grande majorité de la journée, c'est lui qui régule l'activité de notre corps, c'est le système de régulation.
Il s'assure que notre corps soit le plus en équilibre possible (ex. digestion, régulation de la température corporelle, etc.).

23

Le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique peuvent-ils fonctionner en même temps?

Le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique ne fonctionnent jamais en même temps parce qu'ils demanderaient trop d'énergie en même temps. Donc, c'est l'un ou c'est l'autre qui fonctionne.
De plus, ils sont généralement assez contraires l'un par rapport à l'autre, par exemple: Le système parasympathique régule la digestion, mais quand le système sympathique s'active la digestion s'arrête puisqu'elle n'est pas essentielle à la survie. Quand l'un permet quelque chose, l'autre l'arrête.

24

Quelle est l'utilité de la psychoéducation et d'expliquer au patient comment fonctionne son système nerveux?

Si le patient sait que c'est son système nerveux sympathique qui fait des fausse alarmes et qu'au moment où cela se produit il est capable de le reconnaitre, il sera en mesure de garder le contrôle et de prendre 5 minutes pour se calmer puisqu'il sait qu'il n'y a pas de danger et puisqu'il sait ce qui cause l'attaque de panique et les sensations qu'il ressent, il ne les attribuera pas au contexte. Le système nerveux sympathique se désactivera après 3 à 5 minutes si on n'accorde pas trop d'importance aux symptômes. La personne doit comprendre qu'une attaque de panique c'est banal.

25

Une personne qui n'a pas eu de psychoéducation sur le fonctionnement de son système nerveux aura tendance à réagir comment face au commencement d'une attaque de panique ou en ressentant des sensations reliées à une attaque de panique? Quelle sera la conséquence de cela?

La personne aura tendance à se dire que quelque chose ne va pas bien, à s'inquiéter et cela aura comme effet de donner un boost au système nerveux sympathique qui va se déployer encore plus fort et provoquer une attaque de panique parce que la personne lui a donné les raisons de croire qu'il y a un danger.

26

Le système nerveux sympathique s'active-t-il seulement en réponse à un stresseur négatif?

Non, le système nerveux sympathique ne s'active pas seulement lorsqu'un danger est perçu, ça peut arriver si on gagne la loterie par exemple. Les mêmes symptômes seront perçus, mais on ne leur accordera pas un aspect négatif puisque ce que l'on vit est positif.

27

Comment est le déploiement du système nerveux sympathique?

C'est tout ou rien, le déploiement ne se fait jamais à moitié.

28

Pourquoi ressent-on des tensions musculaires lorsqu'on fait une attaque de panique? Cela peut-il paraitre?

Le système nerveux sympathique prépare nos muscles pour s'enfuir ou lutter, pour réagir.
Si on est immobile et qu'on fait une attaque de panique, on va même ressentir des tremblements en raisons de ses contractions/tensions musculaires parce que on est pas en train de combattre ou de fuir.

29

Pourquoi avons-nous des palpitations quand on fait une attaque de panique?

Le cœur va battre plus vite et on va le sentir battre dans notre poitrine parce que le système nerveux sympathique nous prépare à réagir et pour être prêt il faut envoyer du sang partout et se préparer à bouger vite.

30

Pourquoi peut-on observer des changements dans notre circulation sanguine quand on fait une attaque de panique?

-Le système sympathique va faire en sorte d'envoyer notre sang aux muscles principaux et aux organes vitaux qui vont être mobilisé pour réagir, donc on va avoir moins de sang dans nos extrémités.
C'est pour cela qu'on va avoir les mains froides, engourdie, le visage pâle, etc.
-C'est aussi un avantage pour nous protéger si on se faisait mordre sur nos extrémités en combattant pour pas mourir au bout de notre sang.

31

Pourquoi a-t-on l'impression de manquer d'air quand on fait une attaque de panique?

On fait de l’hyperventilation: c'est pour nous préparer à l'action qu'on respire plus vite, mais si on ne bouge pas comme quand on fait une attaque de panique et qu'il n'y a pas réellement de danger, on respire trop. Dans l'attaque de panique on a l'impression de manquer d'air mais en vrai on a trop d'air.
Il y a un déséquilibre entre le co2 et l'oxygène qui se crée dans le corps (trop d'oxygène dans le corps).

32

Pourquoi transpire-t-on quand on fait une attaque de panique?

Le système nerveux sympathique fait baisser la température du corps pour éviter que celui-ci surchauffe lors de notre réaction (fuite ou combat).
Cela pouvait être aussi un moyen de défense pour nos ancêtres puisqu'une personne est moins facile à attraper si elle est mouillée.

33

Pourquoi a-t-on les pupilles dilatées lorsqu'on fait une attaque de panique?

Quand le système nerveux sympathique est activé on a pas besoin de voir bien de proche, on a besoin d'avoir une bonne vision périphérique pour être à l'affut du danger. Ainsi, avoir les pupilles dilatées nous permet d'avoir une meilleure vision périphérique, mais notre vision sera un peu plus flou au centre.

34

Vrai ou faux, dans une attaque de panique plus on s'inquiète, plus on déclenche d'attaque de panique et plus on alimente le cercle vicieux.

Vrai.

35

Vrai ou faux, dans une attaque de panique plus on s'inquiète, plus on déclenche d'attaque de panique et plus on alimente le cercle vicieux.

Vrai.

36

Quels sont les 6 sortes de questionnement que les gens ont souvent quand ils font une attaque de panique? Que peut-on leur répondre pour apaiser ce questionnement?

1- Peur de faire une crise cardiaque: On ne peut pas faire un arrêt cardiaque en faisant une attaque de panique à moins d'avoir déjà un problème cardiaque.
L'activité physique dans le cas d'une crise cardiaque va augmenter la douleur cardiaque alors que dans le cas d'une attaque de panique ça n'arrivera pas et puis le simple fait de sortir d'une situation particulière n'arrêtera pas une crise cardiaque alors qu'avec l'attaque de panique ça va arrêter les palpitations.
2- Peur de s'étouffer: on ne peut pas s’étouffer en faisant une attaque de panique.
3- Peur de s’évanouir: On peut s'évanouir quelques secondes en faisant une attaque de panique, mais c'est très rare et c'est causé par le système nerveux sympathique qui prend trop de place et bloque tout le système nerveux parasympathique.
4- Peur de perdre l'équilibre: Ça n'arrivera pas. On se sent étourdi, mais c'est juste une impression.
5- Ils ont l'impression que leurs jambes sont molles et qu'elles vont les lâcher: C'est juste une impression. Les jambes ne sont pas molles et l'impression disparait si on sort du contexte stressant.
6- Peur de devenir fou: Non on ne deviendra pas fou, il n'y aura pas de perte de contact avec la réalité, la maladie mentale c'est vraiment quelque chose qui s'installe lentement.

37

Est-il évident de savoir quand une personne fait une attaque de panique si elle ne le dit pas?

Non, souvent quand quelqu'un fait une attaque de panique on ne s'en rend pas compte parce que les signes ne sont pas apparents. On ne peut pas voir les battements de cœur, la nausée, etc.

38

Qu'est-ce que la respiration diaphragmatique?

C'est une méthode qui peut être utilisée dans le traitement du trouble panique avec agoraphobie parce que l'anxiété s'accompagne d'hyperventilation chez plusieurs personnes, il faut donc leur apprendre à respirer adéquatement. La respiration diaphragmatique (respirer en gonflant le ventre) est plus lente et plus profonde, ce qui mène à un meilleur «remplissage» et «vidage» des poumons et, par conséquent, à une meilleure oxygénation du sang.

39

Que donne-t-on comme conseil aux gens quand on leur apprend la respiration diaphragmatique?

Au repos, le rythme respiratoire devrait être de 10 à 14
respirations par minute, si on est au-dessus de ça on hyperventile.

40

Durant la thérapie, que fait-on avant l'étape du traitement puis durant le traitement?

Avant le traitement: psychoéducation.
Durant le traitement:
-Respiration diaphragmatique.
-Restructuration cognitive.
-Exposition progressive aux sensations reliées à l'attaque de panique à l'aide d'exercices.

41

Que fait-on durant la restructuration cognitive avec le patient? (3)

1- Aider le patient à prendre conscience des pensées automatiques: On va porter attention aux pensées qui sont faites dans des contextes particuliers où il y a des attaque de panique ou les pensées qui font en sorte qu'il y a des attaques de panique.
2- Confronter les pensées du patient à la réalité.
3- Remplacer les pensées irréalistes par des pensées réalistes.

42

Dans la restructuration cognitive, lorsqu'on veut remplacer les pensées irréalistes par des pensées réalistes, que peut-on faire si la personne revient sur ses pensées irréalistes ou ne veut pas les abandonner (ex: croire qu'elle va faire une crise cardiaque)?

On revient au besoin sur la psychoéducation si la personne nous dit qu'elle a peur de par exemple faire une crise cardiaque dans un contexte quelconque.

43

Avant de poursuivre plus loin que la restructuration cognitive dans la thérapie, qu'est-il important que le patient maitrise?

Tout le volet psychoéducatif.

44

Quand on fait de la restructuration cognitive avec une personne qui a un trouble panique avec agoraphobie ça ne veut pas dire faire quoi?

On n'encouragera pas la personne a se dire qu'elle n'a pas peur parce qu'on ne veut pas l'amener à nier la réalité. Ce ne serait pas de la restructuration cognitive.
Il faut que la personne accepte sa peur et qu'elle apprenne à la maitriser.

45

À quoi ressemble la courbe d'anxiété d'une personne qui évite une situation stressante (échappement de la situation)?

Exemple, une personne qui a peur des chiens:
La personne voit un chien et son anxiété monte en flèche. La personne change de rue et son anxiété baisse tranquillement (elle évite la situation, échappement de la situation) et ça va être comme ça tout sa vie à chaque fois que le même contexte se présente. La courbe d'anxiété fait comme une montagne mince mais haute puis diminue très lentement comme pour atteindre un asymptote.

46

À quoi ressemble la courbe d'anxiété d'une personne qui fait de l'évitement cognitif face à une situation stressante?

Exemple de la personne qui a peur des chiens: La personne est en présence du chien de son amie pour affronter sa peur des chiens, mais elle fait de l'évitement cognitif pour éviter sa peur en se distrayant avec d'autre chose, donc son anxiété monte et descend selon l'attention accordée au chien et ça va faire sa tout le temps sans arrêt. La courbe d'anxiété fait des vagues (comme une onde sonore).

47

**En quoi consiste l'exposition graduelle, prolongée et répétée? À quoi ressemble la courbe d'anxiété?

Face à un stresseur, l'anxiété de la personne va monter rapidement pour atteindre un plateau d'anxiété maximale possible dans le contexte présent. Si la personne s'efforce de rester en contact avec la source de son anxiété suffisamment longtemps, l'anxiété va redescendre toute seule après un certain temps parce que le système nerveux sympathique ne peut pas continuer à l'infini (tout comme l'anxiété ne peut pas augmenter à l'infini, elle finit par atteindre un palier). Si l'expérience est répétée plusieurs fois, le plateau d'anxiété maximale possible dans le contexte sera de moins en moins haut et le palier sera de moins en moins long ce qui fera en sorte que l'anxiété va redescendre plus vite. Avec le temps l'anxiété va disparaitre.
Donc si la personne qui a peur des chiens se force à rester dans la même pièce avec un chien son anxiété va finir par redescendre tout seule et quand elle va répéter l'expérience, d'une fois à l'autre l'anxiété va monter moins haute, le plateau va durer moins longtemps et l'anxiété va redescendre plus vite: c'est l'exposition graduelle, prolongée et répétée.

48

Les courbes d'anxiété relatives à l'évitement, à l'évitement cognitif et à l'exposition graduelle, prolongée et répétée s'appliquent-elles à tous les troubles anxieux?

Oui.

49

Quel est le but en thérapie avec les personne qui souffrent de n'importe quel trouble anxieux?

Le but en thérapie est de faire de l'exposition graduelle, prolongée et répétée pour amener le patient vers une désensibilisation progressive.

50

Avec le trouble panique avec agoraphobie, comment faut-il procéder pour faire de l'exposition graduelle, prolongée et répétée pour désensibiliser progressivement la personne?

On va faire de l'exposition aux sensations de l'attaque de panique pour que la personne apprivoise celles-ci.
On va faire des exercices dans le bureau qui vont provoquer des sensations d'attaque de panique et après l'exercice on va demander à la personne de remplir un grille avec les informations suivantes:
-Quelles sont les sensations que la personne ressent. -Quelle est l'intensité de ces sensations (sur 10).
-À quel point la personne ne se sens pas bien/est anxieuse/ressent de l'inconfort par rapport à ses sensations (sur 10).
-Quel est le niveau de similitude entre ses sensations durant l'exercice et celles qu'elle ressent quand elle fait une attaque de panique dans la vraie vie (sur 10).
-Quelles pensées sont associées aux sensations vécues.
Ensuite, on va conserver à la suite de la séance uniquement les exercices qui on une cote de 3 ou plus dans la colonne peur/anxiété et les exercices qui on une cote de 3 ou plus pour la similitude et demander à la personne de de choisir parmi ceux-ci les deux exercices qui sont les plus faciles pour elle afin qu'elle les pratique chez elle une fois par jour en complétant son tableau à chaque fois et pour chaque exercice.

51

Vrai ou faux, même après avoir procédé à de l'exposition graduelle, prolongée et répétée, le patient ne trouvera pas que les sensations d'une attaque de panique sont agréables.

Vrai, il va les avoir apprivoisé, mais elles seront toujours désagréables.

52

Quand la personne a apprivoisé les sensations d'une attaque de panique et quelle n'en a plus peur, que peut-on faire avec elle?

Si la personne apprivoise les sensations de l'attaque de panique et qu'elle parvient à ne plus ressentir de peur/anxiété/inconfort, on peut la remettre dans les situations où une attaque de panique était déclenchée afin de procéder à de l'exposition graduelle, prolongée et répétée afin de la désensibiliser aux endroits qui la rendaient anxieuse.

53

Lors de la pratique des exercices, est-il possible que la personne fasse une attaque de panique?

Oui, il est possible que la personne fasse une attaque de panique dans le bureau du psychologue, mais le but de faire les exercices n'est pas que cela arrive.

54

Pourquoi fait-on choisir à la personne les 2 exercices les plus faciles pour elle parmi ceux qui ont été retenus?

Parce qu'on ne veux pas pousser à bout la personne directement en partant, on lui permet donc d'apprivoiser les sensations avec les exercices les moins intenses/difficiles pour elle.

55

La personne peut-elle faire ses exercices à la maison avec quelqu'un?

Oui, mais seulement au début, car il faut que la personne affronte ses peurs seule.

56

Qu'est-ce qui détermine qu'une personne est prête à passer à d'autres exercices?

Quand la personne a maitrisé les deux exercices, c'est-à-dire qu'elle ne ressent de peur/anxiété/inconfort durant les exercices cela veut dire qu'elle est prête à monter en difficulté et faire des exercices plus difficiles.

57

Pour que les exercices fonctionnent bien que faut-il faire?

Il faut se donner à fond.

58

Quand on fait les exercices, qui commence en premier?

C'est le psychologue qui commence en premier, de cette façon ça met la personne plus à l'aise de le faire à son tour.

59

Quels sont les 13 exercices qu'il est possible de réaliser avec le patient (il n'y a pas d'ordre)?

1-Secouer la tête pendant 30 secondes.
2- Redresser la tête après l'avoir eu à l'envers entre ses jambes assis sur le bout d'une chaise pendant 1 minute.
3- Courir sur place avec les genoux hauts pendant 1 minute.
4- Contracter tout son corps pendant 1 minute.
5- Retenir sa respiration pendant 30 secondes.
6- Tourner sur place pendant 1 minute.
7- Respirer vraiment vite (hyperventiler) pendant 1 minute.
8- Respirer dans une paille en se bouchant le nez pendant 2 min.
9- Fixer un point au mur pendant 2 minutes.
10- Avaler rapidement 4 fois.
11- Imaginer sa pire sensation pendant 2 minutes.
12- Fixer sa main pendant 2 minutes (la différence avec l'exercice de fixer le mur c'est que c'est plus près).
13- Appliquer une pression sur son bras pendant 1 minute.

60

Quel est l'exercice le plus intense qu'on garde idéalement pour la fin puisque c'est celui qui rend habituellement les gens le plus inconfortable?

Tourner sur place pendant 1 minute.

61

Quel est l'avantage de l'exercice consistant à respirer dans une paille?

On peut jouer avec le diamètre de la paille pour l'adapter avec le niveau des gens, selon la difficulté avec laquelle ils sont à l'aise et par la suite augmenter la difficulté et même utiliser une paille à café.

62

Quel est le but des exercices?

Le but des exercices c'est que la personne apprivoise les sensations (qu'elle réalise que c'est toujours comme ça, que ce n'est pas grave, qu'elle va passer au travers et qu'elle ne mourra pas) pour qu'elle soit ensuite assez à l'aise avec toutes ses sensations pour affronter, en gardant le contrôle, les situations qui déclenchaient une attaque de panique chez elle avant.

63

Comment faut-il réagir si une personne nous dit qu'elle n'a pas besoin de faire un exercice en particulier parce que ça ne lui fait pas peur?

C'est lui qu'on va faire doublement parce que les gens qui ont un trouble anxieux sont habitués de fuir leur peur, donc c'est l'exercice qu'ils ne veulent pas faire.

64

Quelles sont les 4 consignes à donner à quelqu'un quand elle va faire une autre attaque de panique à l'avenir? Quel est celui qui est le plus important?

1- Accepter les sensations qui sont désagréables.
2- Arrêter de craindre le pire (développer une aptitude à se répondre et à se restructurer cognitivement).
3- Attendre que la peur disparaisse.
4- Rester sur place.

65

Pourquoi est-il vraiment important de rester sur place quand on fait une attaque de panique?

Il est vraiment important de ne pas sortir de l'endroit où on fait une attaque de panique parce que si on le fait, on dit a notre système nerveux sympathique que le danger est bel et bien là (évitement=renforcement de la croyance du danger) et on ne voudra plus y retourner. De toute façon les autres personnes ne se rendrons pas compte qu'on fait une attaque de panique.

66

Pourquoi vaut-il mieux accepter les sensation qui sont désagréables?

Parce que plus on les accepte, plus vite le système nerveux sympathique se désactivera.

67

Pourquoi vaut-il mieux d'attendre que la peur disparaisse?

Parce qu'après 3 à 5 minutes le système nerveux sympathique va se désactiver et l'attaque de panique va se terminer.