évacuation Flashcards Preview

300.18 caf 2 > évacuation > Flashcards

Flashcards in évacuation Deck (28):
1

GÉNÉRALITÉS

L’évacuation lorsqu’elle est rendue nécessaire, consiste en un mouvement rapide et immédiat de personnes, afin de les soustraire des effets directs et indirects d’un sinistre.

2

Diverses mesures peuvent être imposées préventivement afin d’assurer
l’évacuation des occupants, notamment en cas d’incendie :

* installation de moyens ou équipements d’alarme

* gestion du déverrouillage des issues de secours

* dimensionnement des dégagements en nombre et en qualité suffisants ;

* installation d’un éclairage de sécurité et un balisage des cheminements d’évacuation

* désenfumage des circulations ;

* création de zones de mise à l’abri ;

* affichage des consignes d’évacuation.

3

Principes d’évacuation
Pour les bâtiments à usage d’habitation

L’évacuation des occupants n’est pas organisée a priori. Toutefois, si celle-ci est rendue nécessaire, les sapeurs-pompiers devront s’adapter aux dispositions constructives existantes.
Aucun système d’alarme commandant l’évacuation n’est prévu (sauf dans les logements-foyers)

4

Principes d’évacuation
Pour les ERP

L’évacuation est la règle pour les personnes pouvant se déplacer jusqu’à l’extérieur de l’établissement (évacuation immédiate). Des principes fondamentaux de conception et d’exploitation sont par ailleurs retenus pour tenir compte de l’incapacité d’une partie du public à évacuer ou à être évacuée rapidement
(évacuation différée).
Un système d’alarme commandant l’évacuation est toujours prévu.

5

Principes d’évacuation
Pour les IGH

En fonction de la gravité du sinistre :
● les occupants du compartiment sinistré rejoignent un compartiment
où ils seront à l’abri et/ou l’extérieur de l’immeuble ;
● l’évacuation générale de l’ensemble de l’immeuble peut être envisagée.
Un système d’alarme commandant l’évacuation par compartiment est toujours prévu.
● Pour les bâtiments relevant du code du travail l’évacuation est organisée au regard de l’activité spécifique du ou des
bâtiments.
Une consigne de sécurité incendie est généralement établie, permettant d'assurer l'évacuation, immédiate ou différée des travailleurs (désignation de guide-files et de serre-files chargés d’encadrer l’évacuation, direction à prendre, point de regroupement etc.).
Un système d’alarme commandant l’évacuation n’est pas systématiquement prévu.

6

Dégagements

Est considéré comme un dégagement, toute partie d’une construction permettant le cheminement d’évacuation des occupants (circulation horizontale, escalier, etc.) jusqu’à une zone où ils seront hors de danger.

7

Certains dégagements

(circulations et escaliers) doivent être « protégés » afin de mettre les occupants à l'abri des flammes et de la fumée sur leur cheminement d’évacuation. Par ailleurs, les dispositions constructives caractéristiques des dégagements protégés limitent la propagation de l’incendie et facilitent l’intervention des secours.
La protection d’un dégagement peut être obtenue par :
* encloisonnement : toutes les parois et portes ont un degré minimum de résistance au feu ;
* maintien à l'air libre : la paroi donnant sur la façade extérieure comporte un vide significatif.

8

Zones de mise à l'abri

L’évacuation des personnes en situation de handicap (PSH) lorsqu’elle est possible, est conduite selon les mêmes règles que pour les autres occupants. Cette évacuation, en fonction du handicap, peut être réalisée de manière autonome ou aidée et accompagnée (par une ou des tierces personnes : personnel des Services de Sécurité Incendie et d’Assistance à Personnes, personnel formé, enseignants, collègues de travail, etc.).
Toutefois, pour tenir compte de l’incapacité d’une partie des occupants à évacuer ou à être évacuée rapidement, une mise à l’abri suivie d’une évacuation différée peut être organisée.

9

Cette mise à l’abri peut être réalisée :

* dans un local aménagé (bureau, chambre, etc.) ;
* sur un palier surdimensionné d’une cage d’escalier protégée ;
* dans une zone protégée (compartiment, secteur, concept de « transfert horizontal », etc.) ;
* dans un espace à l’air libre ;
* dans un local spécifiquement dédié (local d’attente, local refuge ou Espace d’Attente
Sécurisé (EAS)).

10

Ces zones de mise à l’abri, qui peuvent être aménagées dans les ERP, les IGH et dans
les bâtiments relevant du code du travail, doivent permettre d’attendre l’intervention
des secours en toute sécurité. Elles sont généralement :

* à l’abri des fumées, des flammes et du rayonnement thermique ;
* désenfumées ou à l’air libre ;
* équipées de dispositifs permettant aux personnes de signaler leur présence ;
* situées à proximité des escaliers ;
* repérées sur les plans des établissements

11

BÂTIMENTS D'HABITATION

Dans tous les cas : La hauteur des bâtiments de 4e famille (28 m ˂ plancher bas du logement + haut ≤ 50 m) impose l’existence d’un escalier encloisonné au moins.

12

BÂTIMENTS D'HABITATION
daaf

Au plus tard le 8 mars 2015, tout lieu d’habitation devra être équipé d’un détecteur de fumée.

13

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

Un équipement d’alarme est obligatoire dans tous les ERP.
Pour rejoindre un escalier ou une sortie, la distance maximale à parcourir par les occupants est de 50 m. Ce cheminement doit être maintenu libre en permanence.
Dans les établissements ou dans les locaux recevant plus de 50 personnes, les portes donnant sur l’extérieur doivent s’ouvrir dans le sens de l’évacuation.

14

erp Nombre et largeur des dégagements

Le nombre des dégagements imposé dans les établissements est calculé en fonction du nombre de personnes appelé à les utiliser.
Leur largeur, également proportionnelle au nombre de personnes susceptible de les emprunter, est calculée en fonction d’une largeur type appelée unité de passage (UP) de 0,60 m :
ªª n UP = n X 0,60 m.
Toutefois, lorsqu’un dégagement ne comporte qu’une ou deux UP, sa largeur est portée à :
ªª 1 UP = 0,90 m ;
ªª 2 UP = 1,40 m.

15

erp escaliers

La protection des cages d’escaliers est la règle pour les établissements du 1er groupe et est obligatoire pour les établissements du 2e groupe, lorsque ceux-ci occupent la
totalité du bâtiment et que la hauteur du plancher bas du niveau le plus haut accessible au public est à plus de 8 m du sol.
La réglementation autorise cependant l’absence de protection dans certains cas particuliers.

16

Le transfert horizontal

correspond au déplacement accompagné des personnes
invalides vers une zone contiguë et suffisamment protégée (l’évacuation reste la règle pour les personnes valides).

17

Les établissements (types J et U) sont ainsi distribués en zones protégées qui présentent les caractéristiques suivantes :

* chaque niveau comportant des locaux à sommeil comprend au moins 2 zones protégées (sauf type J à simple rez-de-chaussée) ;
* zones protégées séparées entre-elles par une paroi CF° 1 heure (portes PF° ½ heure à fermeture automatique ou équipées d’un ferme-porte) ;
* exigences accrues de la réaction au feu des aménagements intérieurs ;
* désenfumage des circulations ;
* détection automatique d'incendie permettant le déclenchement des fonctions de mise en sécurité dont une alarme précoce.

18

IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR
3 niveaux d’évacuation successifs

* évacuation de 1re phase : en cas de diffusion de l’alarme dans un compartiment, les occupants concernés rejoignent un compartiment dans lequel ils seront à l’abri (généralement un compartiment situé immédiatement au-dessous ou au-dessus) ;
* évacuation de 2e phase : les occupants ayant réalisé une évacuation de première phase peuvent rejoindre le niveau d’évacuation à l’extérieur de l’immeuble par les escaliers et/ou les ascenseurs ;
* évacuation générale : évacuation de l’ensemble des occupants à l’extérieur de l’immeuble, à l’exception du Service de Sécurité Incendie et d’Assistance à Personnes (l'officier supérieur de garde groupement ou le colonel de garde peuvent seuls prendre cette décision).

19

IGH Conception des dégagements

Dans un IGH, toutes les circulations horizontales communes et tous les escaliers communs sont encloisonnés et désenfumés (hormis les escaliers ne desservant qu’un seul et même compartiment). Les dégagements ont des largeurs offrant au
moins 2 unités de passage (1,40 m).
L'évacuation des occupants est assurée au moyen de 2 escaliers au moins par compartiment, distants de 30 m au maximum l’un de l’autre.

20

IGH dispositifs d’intercommunication (sas)

mis en surpression et dont les portes sont équipées de ferme-portes existent généralement entre :
* compartiments sur un même niveau ;
* circulations horizontales et cages d’escaliers ;
* un parc de stationnement et un dégagement encloisonné.

21

code du travail Consignes de sécurité incendie

Les établissements pouvant accueillir plus de 50 personnes, ainsi que ceux où sont manipulées et mises en oeuvre certaines matières inflammables doivent disposer d’une consigne de sécurité incendie, établie et affichée de manière très apparente.
Cette consigne indique :
* pour chaque local : les personnes chargées de diriger l’évacuation des travailleurs et éventuellement du public (guide-files, serre-files, responsables, etc.) ;
* les mesures spécifiques liées à la présence de personnes en situation de handicap,et notamment le nombre et la localisation des zones de mise à l’abri

22

code du travail

Le personnel désigné doit diriger les travailleurs aux points de regroupement prédéfinis, procéder à leur recensement et être en mesure de renseigner les sapeurs pompiers sur leur évacuation effective.
Dans les autres établissements, des instructions sont établies, permettant d’assurer l’évacuation des personnes présentes dans les locaux.

23

code du travail point de rassemblement

Le personnel désigné doit diriger les travailleurs aux points de regroupement prédéfinis, procéder à leur recensement et être en mesure de renseigner les sapeurs pompiers sur leur évacuation effective.

Dans les autres établissements, des instructions sont établies, permettant d’assurer l’évacuation des personnes présentes dans les locaux.

24

PARCS DE STATIONNEMENT

A chaque niveau, la distance à parcourir par les usagers pour atteindre un escalier ou une issue ne dépasse pas :
* 40 m s'ils se situent entre deux escaliers ou sorties opposés ;
*25 m dans les autres cas.

25

TUNNELS ROUTIERS

Les principes de sécurité étant axés sur l’auto-évacuation, les aménagements pour l'évacuation et la protection des usagers constituent un élément de sécurité essentiel

26

TUNNELS ROUTIERS Les issues de secours peuvent être constituées par :

* des issues directes du tunnel vers l’extérieur ;
* des rameaux de communication entre les tubes d’un tunnel ;
*des issues vers une galerie de sécurité ;
* des abris avec une voie d’évacuation séparée du tube du tunnel.

27

TUNNELS DES SYSTÈMES DE TRANSPORT PUBLIC GUIDÉS

Un cheminement parcourant la longueur des tunnels doit permettre l’évacuation des personnes vers les têtes de tunnel (stations ou vers l’extérieur).
Ce cheminement se présente le plus fréquemment sous la forme d’un trottoir ou d’une passerelle, libre de tout obstacle. Il doit avoir les dimensions suivantes :
* largeur : 0,70 m ;
* hauteur libre : 2 m.

28

TUNNELS DES SYSTÈMES DE TRANSPORT PUBLIC GUIDÉS
Eclairage

Il comprend :
ªª un éclairage d’évacuation (dit de cheminement dont les foyers lumineux sont placés en quinconce avec une inter-distance maximale de 30 m. Il doit pouvoir être activé à distance s’il n’est pas permanent ;
ªª un éclairage de signalisation indiquant les différentes issues.