exam final Flashcards Preview

criminel trouble mentaux > exam final > Flashcards

Flashcards in exam final Deck (35):
1

En santé mentale, les facteurs de risque de récidive violente peuvent être résumés en sept catégories. Expliquez chaque facteur avec leurs particularités.

1-antécédents de comportements violents.
Il faut analyser la nature qualitative de la violence. ex : nature des victimes, la gravite de la violence utilisée. Analyser la nature quantitative de la violence ex : la fréquence, les types de violence utilisées.
2- respect de la prescription médicale.
Le sujet sera évalué en fonction de sa collaboration a respecter sa médication. Un patient qui adhère à son plan de traitement est un indicateur de sa collaboration, indicateur d’autocritique, indicateur de remise en question.
3- consommation de substance psycho active.
Les substances les plus en lien avec la récidive violente : alcool, dérivés de la cocaïne (crack)
4- l’adhérence à un style de vie antisocial.
Le sujet qui fréquente des paires criminalisés adhère à un style de vie ou il est sans emploi, sans ressources positives, sans ressources prosociales positives, vit dans un milieu marginal et défavorisé.
5-Présence d’une symptomatologie aigue et active
C’est la présence de symptômes positifs, ou appartenant a une désorganisation spatiotemporelle (perte contact avec la réalité) ex : présence d’hallucinations, présence de délires.
6-Présence de pensées ou fantaisies violentes
Dans son discours, le patient manifeste des propos ou les sentiments de rage, de haine, de vengeance sont présents. Manifeste des sentiments d’injustice subit à l’égard des autorités.
7- Présence de lésions cérébrales
Des lésions importantes peuvent occasionner des comportements imprévisibles, impulsifs et inappropriés

2

L’étude de MacArthur aux États-Unis, a fait ressortir des constatations importantes sur les relations entre les patients et leurs proches lors de la réinsertion sociale des patients. Expliquez les principaux résultats de cette recherche importante.

-60% des agressions ont eu lieux dans les 20 premières semaines suivant la sortie, réinsertion sociale
-Les victimes des agressions dont généralement connue par les patients. 51% des membres de la parenté. 35% les proches comme amis et 14% les inconnus.
-30% des agressions surviennent dans des résidences privées. Ce qui démontre que les mesures d’interventions pour stopper les agressions dans les lieux publics.
-Les épisodes de violence surviennent dans le cours des activités de vie quotidienne. Cela prouve qu’il y a peu de préméditation.
-les membres de la famille éprouvaient une sérieuse tolérance à l’égard des gestes de violence commise par le patient : 16% des agressions commis étaient dénoncés malgré l’utilisation d’une arme dans 30% des dossiers.
-plus le sujet vit dans des milieux désorganisé (sans règles de vie, ni encadrement particulier) plus ils sont susceptibles de commettre des actes criminels violents

3

La schizophrénie a fait l’objet d’études controversées en ce qui a trait aux comportements violents. Expliquez comment on peut nuancer le comportement violent et les schizophrènes. (types de schizophrènes)

1) schizophrène + personnalité antisociale + dépendant de substance psychoactive : affichent de nombreux antécédents criminels qui remontent à longtemps et qui sont variés, délits graves. Ce sont des gens qui sont dépendants de nombreuses substances psychoactives, des gens qui ont l’habitude de commettre des actes impulsif et capable de préméditer des délits. Le taux de récidive est assez élevé. Collabore peu avec les autorités. La violence peut être orientée vers n’importe quelle citoyen.
2) Schizophrène paranoïde : l’acte de violence fait souvent suite à une cessation de médicament. La violence déployée répond à des voix mandataires connues pas l’entourage. La violence déployée est surtout orientée vers les membres de la famille. Sujet qui est peu susceptible de récidivé une fois traité.
3) Schizophrène chronique : individu qui affiche de lourds antécédents psychiatriques et faible antécédents criminels. Individu qui collabore avec les autorités sociales et médicales. Individu dont la symptomatologie est sous contrôle parce que le sujet adhère à des plans de traitements. La violence manifestée est ponctuelle et orientée vers les biens.

4

La Loi P-38 contrevient à l’esprit de la Charte des Droits et Libertés. Expliquez ce qu’on entend par cette assertion et en quoi elle répond aussi à l’exigence de cette chartre.

-les mesures légales qui entourent l'application de la loi sont pertinentes dans la mesure ou le sujet constitue un risque de dangerosité gravent imminent . Le traitement est susceptible de faire baissé ce risque, mais ne permet pas en même temps le rétablissement du sujet(porte tournante)
-la détérioration mentale du patient doit atteindre un niveau tel qu'il met en danger son entourage, mais du même coup, ce niveau de détérioration va compliquer la nature du traitement. Plus le traitement est appliqué tôt, plus le traitement sera lié au rétablissement

5

La psychiatrie légale inclut des notions comme l’Ordonnance du traitement, la garde préventive, la garde provisoire et la garde en établissement. Expliquez ces quatre notions qui s’appliquent aux troubles mentaux.

-ordonnance du traitement: Est obtenue à la demande d'un psychiatre à la cours du Québec pour un individu qui constitue un risque grave et imminent et qui refuse toute collaboration. Durée généralement 12 mois.
-Garde préventive: mesure légale qui permet tout médecin de mettre sous garde et contre son gré une personne qui représente un risque grave et immédiat pour elle ou pour autrui, sans autorisation du tribunal durée max de 72h
-La garde provisoire: un tier peut demander a la cours du QC une garde provisoire à l'égard d'une autre personne qui suscite une crainte et désapprobation. Le tiers a des motifs sérieux de croire que l'état mental de la personne représente un danger grave et imminent. Seul un juge peut octroyer la garde provisoire qui est d'une durée maximale de 96h. Pendant ce temps une expertise psychiatrique sera demandée par le tribunal.
-Garde en établissement: mesure légale octroyée par un tribunal qui a la suite de 2 évaluations psychiatriques, décrète que le sujet doit être placé en établissement contre son gré. durée maximale de 30 jours.

6

La notion juridique « d’être non criminellement responsable » force les tribunaux à faire appel aux psychiatres qui doivent analyser certains facteurs de personnalité. Nommez cinq outils d’évaluation que ces derniers utilisent pour parvenir à leurs fins.

-Analyser les rapports de police qui font état du délit
-analyser les rapports des victimes ou autopsie
-passer des testes au patients (personnalité, neurologique..)
-passer une entrevue au patient
-analyser le risque de préméditation

7

Dans l’exécution de leurs crimes, les patients révèlent qu’ils étaient sous l’influence d’une maladie mentale. Nommez dix comportements qui lorsqu’ils sont réunis, sont susceptibles d’être des indicateurs que le patient était sous l’emprise d’une symptomatologie mentale lors du délit.

-lors du délit il portait une cagoule
-lors du crime il portait des gants
-il a préparer un appât pour attirer la victime
-a t' il chercher a se procurer une arme
-a la suite du délit a-t-il tenté de sortir du territoire
-a-til disposé le corps de la victime
-a-t-il effacé les traces de sang
- la suite du délit a-il usurpé les 10-35
-Lors du crime a-t-il tenté se s'isoler avec la victime
-lors du crime disposait-il de tout le matériel nécessaire pour la commission du crime

8

Expliquez les controverses qui existent autour de la LOI P-38 en ce qui a trait à son application par les psychiatres.

-la détérioration mentale du patient doit atteindre un niveau tel qu'il met en danger son entourage, mais du même coup, ce niveau de détérioration va compliquer la nature du traitement. Plus le traitement est appliqué tôt, plus le traitement sera lié au rétablissement

9

Énumérer des comportements qui sont à la base d'une préméditation dans l'exécution d'un délit.

-lors du délit il portait une cagoule
-lors du crime il portait des gants
-il a préparer un appât pour attirer la victime
-a t' il chercher a se procurer une arme
-a la suite du délit a-t-il tenté de sortir du territoire
-a-til disposé le corps de la victime
-a-t-il effacé les traces de sang
- la suite du délit a-il usurpé les 10-35

10

Nommez des facteurs de protection dans l'évaluation des risques de dangerosité

-Implication sociales du patient (cherche un emploi de façon active, cherche à s’impliquer dans des activités prosociales, demeure étrangère à l’activité antisociale
- La nature de son réseau pro-social, réseau qui véhicule des valeurs qui sont de type pro-sociale et est un réseau significatif
-Le degré d’attachement du patient à son réseau social.
-L’attitude à l’égard des autorités (degré de collaboration, degré d’adhérence à son plan de réinsertion sociale)

11

Expliquez comment peut se définir la notion de paraphilie au niveau du DSM-IV.

Ce sont des impulsions sexuelles, des fantaisies imaginatives et ou comportementales qui surviennent de façon répétée et qui implique des objets, activités, ou des situations inhabituelles et en plus crée une souffrance subjective et ou une altération du comportement social. Cela dure depuis 6 mois.

12

De quelle façon la pédophilie est présentée au niveau du DSM-IV ? Quels sont les critères de diagnostique ?

présence de fantaisies imaginative, sexuellement excitantes. Ou de comportements sexuels qui survienne de façon répétée depuis au moins 6 mois avec un enfant de moins de 13 ans et un individu agée d’au moins 16 ans avec une différence de 5 ans entre les deux. De plus, des spécifications doivent s’appliquer : spécifier si le pédophile est uniquement orienté vers les petits garçons ( pédohomo) uniquement orienté vers les petites filles (pédohétéro) ou au deux type (pédomixte). On dois aussi spécifier si c’est dans un contexte d’inceste et aussi spécifier si le pédo est de type exclusif 25%(uniquement avec des enfants) ou non exclusifs 75%.

13

Au niveau des paraphilies, le DSM-IV souligne certaines pathologies comme le sadisme-masochisme, l’exhibitionnisme, le voyeurisme, le fétichisme et le travertisme. Résumez chaque pathologie en soulignant leurs particularités cliniques.

a)Exhibitionnisme/voyeurisme :
Voyeurs : individu qui cherche de façon répétitive des endroits isolé afin d’observer à travers des fenêtres, des cloisons la nudité de certaines femmes ou des couples en relation sexuelle. Hommes majoritairement. Ce qui fait parti de leurs fantaisies, sacrifie des enjeux sociaux. Le voyeur ne cherche pas à établir la relation avec la victime, mais éprouve beaucoup d’excitation reliée au risque de se faire prendre par la victime et de ses réactions. Parfois certains s’adonnent à l’introduction par effraction. Recherche a violé l’intimité de la victime. Rituel masturbatoire, donc isolement.
Exhibitionnisme : Peu de femme qui s’y adonne. S’adonne a un rituel ou l’excitation provient de l’embarras qu’il cause a la victime. C’est un désir de contrôle de la situation dans un contexte ou il y a absence de relation. Le tronc commun avec le voyeur : côté affectif ils apparaissent immature, régressés dans leur développement, estime de soi faible car évite la relation et ses revers. Mode d’expression sexuel très immature ou des carences affectives sont a l’avant plan. Certains affichent des retards mentaux. Taux récidive élevé.

b) Fétichisme/ Travestisme :
travestisme : un homme qui désire s’habiller en femme avec surtout en priorité le port de sous-vêtements féminins. Ne sont pas nécessairement des homosexuels.
Fétichisme : Le port de sous-vêtements féminin contribue grandement a obtenir l’orgasme. Le fétichisme cherche a travers la présence de certains objet et ou de certaines parties du corps de sa partenaire des stimulis excitants (pieds, cheveux. S’associe souvent au sado-maso. Les tissus les plus communs : satin, latex et la soie. Les objets ont une composante d’objet transitionnel. Quels sont les achats fait par les occidentaux fait pour être attirés par le fétichisme : achat de lingerie

d) Masochisme/sadisme : En général, la sado-maso (exclusif) sont des hétérosexuels et adoptent des positions interchangeables. Dans cette paraphilie on retrouve le plus grand nombre de femmes. L’exercice du sado-maso est un exercice qui exige un consentement. La vaste majorité de ces gens sont des gens conventionnels. Plusieurs affichent des revenus supérieurs à la moyenne. Souvent le masochiste va dicter la conduite a suivre. Certains individus sadiques affichent des traits psychopathiques. Ces psychopathes rechercheront cependant des formes d’expression ou ils abordent des victimes non-consentantes et ont des préférences pour susciter la terreur. Les hommes seraient plus enclin a des positions de domination. Le sado maso s’exprime à travers des comportements variés. Douleur physique (fessée, fouet, aiguilles, brulures, chocs) comportements d’asservissement ( avoir la volonté d’être attaché, les yeux bandés), positions humiliantes. HYPOXYPHILIE : strangulation sexuelle

14

Nicolas Groth a présenté une typologie des pédophiles. Celle-ci est susceptible de compléter notre compréhension avec celle du DSM-IV. Expliquez cette typologie.

Deux types d’abuseurs d’enfants. Le type Non-coercitif (1) et le type coercitif (2).
1) non coercitif : se sont des abuseurs qui investissent positivement l’enfant. L’enfant sera préalablement à l’abus, sera conquis. Le get a pens de l’abuseur c’est de créer son piège afin d’éventuellement profiter de l’enfant. Souvent c’est un tiers qui dénonce le geste d’abus. Deux scénarios : fixé ou régressé.
Fixé : pédophile récurent qui est non- exclusif et est habile avec les jeux des enfants. Fantaisies préférentielles qui est récurrente avec l’enfant prépubaires (absence de pilosité). On tendance a planifier longuement leur abus, a le structurer.
Régressé : est capable de relation avec partenaire adultes, même parfois préférentiel. Cependant vie parfois une conjoncture sociale ou il y a déflation narcissique (dans le trouble et il ne s’aime pas).cherche auprès d’un enfant vulnérable, un lieux de réparation ou l’enfant sera utilisé pour compenser ma déflation narcissique. Insère des jeux de séduction jusqu’à l’abus sexuel.


2) coercitif :
2.1) type colère : l’abuseur va transférer une rage ponctuelle, liée a une conjoncture ou il a ressenti humiliation. L’enfant vulnérable sera l’objet de se transfert d’agressivité. L’abus sexuel est généralement impulsif. Commis sous l’effet de SPA et l’exécution sera froide, de courte durée. Abuseur susceptible de se venger.
2.2) type pouvoir : l’abuseur affiche un lien d’autorité important sur l’enfant pas ses fonctions, il influence la destinée de cet enfant dont il va s’approprier de son intimité. Parfois cet abuseur va préparer son get a pens pendant de longues semaines. Sans dénonciation la récidive est assurée. Milieu sportif et religieux.
2.3 ) type sadique : l’abuseur enlève, séquestre et abuse sa victime selon des rituels dans lesquels il y a de la terreur, la violence érotisée. Victime sera abusée et régulièrement tuée à la suite de sévices.

15

Les dysfonctions sexuelles présentent des troubles récurrents chez les hommes et les femmes. Expliquez trois dysfonctions sexuelles qui sont souvent soulevées en clinique.

-Femmes : 1)trouble de l’orgasme 2)aversion sexuelle et baisse du désir sexuel 3)le vaginisme (contraction des muscles du vagin lors de relations)

Hommes : 1) trouble érectile 2) Éjaculation précoce 3)baisse du désir sexuel ou aversion sexuelle

16

L’étiologie des paraphilies a été expliquée par l’approche psychanalytique. Résumez comment celle-ci est parvenue à expliquer la paraphilie.

École psychanalytique (la paraphilie prendrait naissance lors du stade phallique dans lequel l’enfant doit résoudre le complexe d’oedipe). Triangulation : enfant doit assumer la présence du parent de meme sexe et faire le deuil de choisir comme partenaire amoureux la parent du sexe opposé.si l’enfant ressent rejet et humiliation lors de cette étape, il est susceptible de vivre une fixation et une régression qu’il transportera dans sa vie adulte. Il risque de scotomiser la qualité relationnelle une fois adulte et se limiter a des comportements sexuels immatures. Certains analystes mentionnent que la paraphilie est un régulateur d’angoisse.

17

L’École de psychanalyse met beaucoup l’emphase sur la notion de « paraphilie, régulateur d’angoisse ». Expliquez.

La paraphilie permet d’établir des barrières contre les angoisses suivantes : défense contre la déflation narcissique (relation affective est susceptible de causer déception, rejet, abandon. Une perte d’estime contre nous-même. Défense contre l’anxiété de castration ( comme homme adulte je dois offrir performance dans une relation avec adulte consentent. L’identité masculine est en partie reliée a cette activité sexuelle

18

L’étiologie des paraphilies a été expliquée par l’approche cognitivo-comportementale. Résumez comment celle-ci est parvenue à expliquer la paraphilie.

patient est invité à verbalisé en détail les pensées, cognitions qui apparaissent lors d’activités sexuelles . c’est l’examen des conflits cognitifs reliés a la sexualité.
-Processus de désensibilisation qui devra être amorcé. Pendant l’activité on y va étape par étapes. Une série de comportement devra être adopté

19

Le trouble de l’Identité sexuelle peut être expliquée de manière catégorielle. Ce type d’explications apparaît au niveau du DSM-IV. Expliquez.

1 non conférence genre vécu et caractéristique génitale.

2 désire profonde d'être débarrassé caractère sexuel car incompatible avec le vécu.

3 désire d'avoir caractère sexuel de l'autre sexe.

4 désire appartenir à l'autre sexe.

5 désire être traité comme l'autre sexe

6 conviction avoir sentiment et réaction de l'autre sexe

20

Racontez l’histoire d’un individu de 35 ans qui présente un Trouble de l’Identité sexuelle. Votre histoire doit faire valoir les critères de diagnostic du DSM-IV.

Depuis au moins 6 mois, l’individu affiche au moins 2 des ses critères :
1- un désir puissant d’appartenir à l’autre sexe. (débarrasser de ses caractéristiques sexuelles en raison d’une incompatibilité avec le vécu.
2- il y a un inconfort persistant pour le sexe assigné.
3- De grande préoccupation pour les activités de l’autre sexe.
4- Apparaît vivre un isolement sociale aigu.
Ce n’est pas le travestisme, ni l’homosexualité, c’est dans le continuum extrême, la nette volonté de changer de sexe.

21

Dans le traitement de la pédophilie, vous avez été confrontés par des techniques aversives. Résumez trois techniques qui aident les pédophiles à gérer leurs tendances déviantes.

utilisation de techniques aversives :
1) utilisation de la sensibilisation voilée : le participant est invité à se masturbé à l’aide de ses fantaisies déviantes. Tout est enregistré sur magnétophone.avant d’atteindre le niveau orgasmique, le patient doit raconter des situations aversives reliée au délit.
2) utilisation d’un agent aversif :le participant est invité a raconté ses fantaisies déviantes et lors de l’excitation il recoit des stimulis aversifs comme un chocs électriques, sentir de l’ammoniac.
3)Médication : hormonothérapie (hormones de progestérone : dépo provera..) ou parfois anti-dépresseur ( pour augmenter les sécrétions de sérotonine afin d’abaisser les risques d’impulsivité.

22

Expliquez trois modules de traitement qui sont utilisés en groupe auprès des pédophiles.


Le premier module : psycho-éducatif ( reçoivent de l’information sur les différentes paraphilies, sur l’anatomie des sexes et sur les mode d’excitation qui distinguent les sexes. Deuxième module : distorsions cognitives (chaque participant va devoir expliquer les pensée qui sont a la base de leur fantaisies. mythes classiques des expressions sexuelles déviantes. Remplacer les distorsion par des pensées qui reposent sur une réalité objective.
-habiletés sociales : chaque participants est invité a travers les jeux de rôle à développer des habiletés pour entamer des relation d’égalités avec des partenaires adultes. apprentissage à courtiser adéquatement des inconnues, pour maintenir des relations d’égalités avec des partenaires adultes, pour établir un réseau sociale pour éviter l’isolement

23

Les troubles du contrôle des impulsions présentent un tronc commun clinique au niveau du DSM-IV. Expliquez ces caractéristiques.

Tous ces troubles ont comme caractéristiques communes,
-sont habité par une forte tension
-relâchement de cette tension via un comportement qui procure un soulagement
- de la culpabilité/remords/regrets

24

Expliquez la kleptomanie

l’objet volé n’a plus d’importance après le vol. Contrairement à l’antisocial le plaisir est dans l’action de volé et non dans l’après vol. Les objets volés sont thésaurisés. Plus de femme dans cette criminalité. Souvent cyclique. La Kleptomanie serait en partie reliée à une déprivation affective. Une expression narcissique ou l’individu recherche le contrôle, valorisation

25

Expliquez la pyromanie

l’incendieur met le feu pour détruire, souvent la vengeance ou enrichissement. Le pyromane met le feu pour le plaisir. Ces gestes impliquent de longs préparatifs. Il est donc fasciné et une curiosité insatiable pour le feux et tout ce qu’y s’y rapproche. Quasi exclusif aux hommes. Comme le délinquant, le pyromane désire transgresser les règles. Le pyromane agit en fonction d’un cycle. Le pyromane affiche un passé infantile ou le feux accompagnait ses moments d’égarement, sa solitude. Le feux procure de la chaleur, luminosité = amour des parents.

26

Expliquez la trichotillomanie.

l’habitude, impulsion de s’arracher les cheveux, les poils afin de mieux ressentir un apaisement. Surtout les filles. Traité par médic

27

Nommez cinq critères du DSM-IV pour diagnostiquer le jeu pathologique.

-Le jp recherché de la stimulation et de l'excitation en jouant des sommes d'argent importantes
-Le joueur continue a jouer malgré les efforts mis pour contrôler, réduire ou arrêter
- Lorsqu'il arrête de jouer on retrouve des affectes dépressifs, agressivité et d'irritabilité
-Il joue pour fuir la solitude ou les difficultés ou pour soulager une tension intérieure. Il joue même animé par la souffrance
-Le joueur essuie une perte au jeux et retourne jouer pour se refaire.

28

On peut aussi avoir une vision axiale en ce qui a trait au jeu pathologique. Expliquez celle-ci.

Vision axiale, sur un continuum, gravité dans la symptomatologie.

Joueur récréatif : Il joue des sommes d’argent occasionnellement, aucune dette et aucune habitude présente.

Joueur problématique : joueur régulier, au moins 3 fois par semaine, il réussit à payer ses dettes et il va même jusqu’à s’endetter et il connaît des difficultés sur le plan occupationnel car il ment sur les revers essuyés au jeu. Il met aussi en danger une relation affective.

Joueur pathologique : il a vécu un divorce en raison du jeu et/ou une perte d’emploi. Il a perdu son réseau social et il vit des symptômes dépressifs avec idéations suicidaires. Affiche plusieurs dettes.

29

Comment l’approche psychanalytique a expliqué l’apparition du Jeu pathologique?

-plusieurs joueurs pathologique seraient animés pat des traits narcissiques ( déjouer le hasard, faire mieux que les autres, grandiose) leurs gains alimentent ces traits.
-BAD BEAT: le JP affiche une histoire familiale ponctuée de crises, difficultés inconsciemment le jp retrouve dans le jeux l'exaltation et la stimulation qu'il a connu durant l'enfance ainsi que l'état d'euphorie et dysphonie extrême.
-le JP n'aurait pas régler des conflits relationnels importants avec des personnes significatives il cherche des manières inconsciente a se punir de ces échecs relationnels.

30

Comment l’approche cognitivo-comportementale a expliqué le jeu pathologique en utilisant TROIS distorsions cognitives.

-négation de l'indépendance des tours: le JP crois qu'il y a une dépendance dans une séquence de tours. conviction qu'a la suite d'une perte, il est programmé pour gagner.
-négation des gains négatifs: derrière les casino, des jeux de loterie se cache un tier. ces tiers ont investis pour que l'appareil rapporte. Cette présence du tiers vient baisser les probabilité du gain.
-l'illusion du contrôle: Il a la conviction et qu'il se montre patient, tenace superstitieux il est convaincu qu'il va gagner

31

Vous avez à mettre sur pied un programme de traitement pour les joueurs pathologiques, expliquez cinq modules de votre programme.

1) attirer et faire comprendre aux JP qu'il ont un problème de jeux.
2) module psycho-éducatif: éduquer le patient sur les SX, étiologie et la prévalence sur le jeux
3) module distorsion cognitive: doit inculquer les JP aux distorsions classiques récurrentes qui les animent. définir jeux de hasard, évènement imprévisible, sur lequel une personne n'a aucun pouvoir. le JP doit reconnaitre les distorsions cognitives personnelle. simulation jeux remplacer la pensée irrationnelle par la réalité objective
4) favoriser l'adhésion a des activités variées l'existence d'un réseau social. expliquer au groupe les activités qui ont remplacés le jeux. augmenter l'existence d'un réseau social avec des mentors pour introduire d'autres activités et un réseau
5) prévention de la rechute. identifier les scénarios classiques ou le JP a l'habitude de jouer, la solitude, gabler anonyme.

32

Comment les théories de type biologique ou physiologique ont expliqué l’étiologie du jeu pathologique?

- impulsivité : certains joueurs auraient un niveau de sécrétion de sérotonine inférieur a la moyenne, donc sujet a des comportements impulsifs. les anti-dépresseur viendraient améliorer ce comportement.
-circuit récompense: l'être humain est animé par un circuit nerveux ou il y a sécrétion de dopamine. lorsqu'il est impliqué dans des activités plaisantes, ce circuit est composé de cellules particulières appelées les NAC et les ATV. le JP aurait une sécrétion de dopamine inférieure a la moyenne il recherche dans le jeux un moyen pour compenser cette perte de sécrétion.
-hypoactivation des lobes frontaux: certains JP auraient des lobes frontaux ou sont observé des déficiences au niveau des influx nerveux. par conséquence, il es moins porté a utilisé ses fonctions exécutives: organisation, planification. ils sont gouverné par la stimulation et l'hyperactivité

33

Vous soupçonnez un de vos patients d’être atteint du Trouble explosif intermittent. Expliquez vos observations cliniques qui sous-tendent votre réflexion.

l’individu qui va manifester de manière ponctuelle des comportements agressifs, violents. Les crises d’agressivité sont sans commune mesure à l’agent de provocation. Ce diagnostique ne doit pas être posé en présence d’un autre diagnostic : ex : T bipolaire, T anti social, limite.

Entraine une criminalité monomorphe (voie de fait) et objet de poursuite au civil

34

L’état de stress post-traumatique est fréquemment revécu par le patient selon certaines expressions. Nommez quatre critères généraux qui sont présents lorsque le sujet vit les symptômes du stress post traumatique ainsi que les symptômes qui se rattachent à ces critères.

1) intrusion de souvenir, odeur, bruits qui sont associés a des ou un évènement particulier. ces intrusions envahissent la vie intime du patient et active les SX
2) évitement des sx sont reliés a des rappels involontaires. ces rappels sont désagréables et engendrent une souffrance importante. par ce que le souvenir est désagréable le patient cherche ainsi a éviter et se détacher de ces souvenirs. donc devient fermé, insensible a son entourage, se braque derrière défenses et apparait froid et sensible.
3) hyper éveil: il est confronté a sa condition fragile, le sujet perçoit du danger partout. Il pers l'illusion que la vie peut apporter des moments de bien-être. il se méfie de son entourage, hyper vigilant, sensible a la colère

35

Expliquez quatre modules de traitement de type cognitivo-comportementale qui permettent de traiter le syndrome de stress post-traumatique

- raconter en détail le traumatisme vécu
-l'entourage est sollicité pour sensibiliser les thérapeutes sur ce que vit le patient. aussi pour acquérir des moyens afin de mieux interagir avec le patient
-session de relaxation, méditation pour faire baisser les crises d'anxiété
-la médication : anti-dépresseur ou anxiolytiques
-EMDR: le mouvement de désensibilisation (l'hypertenseur vient bloquer le processus de reconsolidation de ces évènements traumatisants