examen1 Flashcards Preview

examen victime > examen1 > Flashcards

Flashcards in examen1 Deck (81):
1

Au Québec, on estime qu’un (1) homme sur dix (10) a vécu une agression sexuelle au cours de sa vie. vrai ou faux

faux 1 sur 10= au cours de l'enfance

2

La moitié des enfants agressés sexuellement dévoilent les faits 6 mois ou moins après l’agression.

faux: après 5 ans 50% on dévoilé

3

Différentes définitions de l'agression sexuelle

Définition politique: avec ou sans contact physique, manipulation affective ou par du chantage. Il s’agit d’un acte visant à assujettir une autre personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l’utilisation de la force ou de la contrainte, ou sous la menace implicite ou explicite.

Définition clinique durant l’enfance: Tout geste posé par une personne donnant ou recherchant une stimulation sexuelle non appropriée quant à l’âge et au développement de l’enfant

Définition de recherche dans les relations amoureuses: Violence sexuelle commise par un partenaire intime

4

Définition de harcèlement, coercition, exploitation

Harcèlement: comportement à caractère sexuel non désiré, qui se manifeste de façon répétée et qui a des conséquences néfastes sur la victime

Coercition sexuelle: recours à la force (physique, intimidation, chantage, menaces, intoxication) afin d’avoir des relations sexuelles non-désirées

exploitation sexuelle: infractions de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels lorsqu’elle est en situation d’autorité ou de confiance vis-à-vis un adolescent de 16 ou 17 ans et ou une déficience mentale ou physique. »
peut aussi être utilisé pour parler de traite de la personne

5

Code criminel – Infractions sexuelles

mineurs
Contacts sexuels
•Incitation à des contacts sexuels
•Exploitation sexuelle
•Personnes en situation d’autorité
•Inceste

3 niveaux d’agression sexuelle
1.Agression sexuelle simple (plus facile à prouver)
2.Agression sexuelle armée, avec menace d’infliger des lésions corporelles ou causant des lésions corporelles
3.Agression sexuelle grave

6

au sens légal 3 éléments doivent être présents considérer qu'il s'agit d'une AS

1- l’emploi de la « force »
2- de nature sexuelle
3- sans le consentement de la personne

7

Changements légaux 1983

•On ne parle plus de viol ni d’attentat à la pudeur, mais d’agression sexuelle
•Reconnaissance de l’agression sexuelle entre conjoints et conjointes
•Les femmes et les hommes peuvent subir et perpétrer une agression sexuelle

Autres changements:
•Passé sexuel des victimes est inadmissible comme preuve
•La corroboration et la plainte spontanée ne sont plus nécessaires

8

Définition AS pour le cours + importance d'une définition claire

Agression sexuelle = phénomène complexe, importance d’avoir une vision globale et non restreinte
•Importance de définir ce qu’on entend par agression sexuelle
•Critères variables selon la définition utilisée (ex: avec ou sans contact physique)
•Dans le cadre du cours, l’agression sexuelle est définie comme (1) un geste avec ou sans contact physique, (2) de nature sexuelle, (3) sans le consentement de la personne.

9

définition consentement sexuel

accord qu'une personne donne à son partenaire au moment de participer à une activité sexuelle.

donné de façon volontaire =choix libre + éclairé.
doit être clair + donner personnellement par la personne parole + comportement

Si une personne refuse de participer à une activité sexuelle avec une autre personne, qu'elle est forcée de le faire ou qu’elle n’a pas les capacités requises pour donner son accord, il n'y a alors aucun consentement de sa part.

10

Consentement invalide

Âge
•Personne en situation d’autorité ou de confiance pour les moins de 18 ans (ex: professeur, employeur, membre de la famille)
•Situation de dépendance pour les moins de 18 ans (ex: handicap physique ou intellectuel)
•Facultés affaiblies (ex: drogues, alcool, sommeil, inconscience)
•ITSS non dévoilée

11

Âge du consentement sexuel

l’âge minimal pour consentir à une activité sexuelle est de 16 ans.
Quelques exceptions:
12-13 ans: moins de 2 ans sont ainé
14-15: de moins de 5 ans sont ainé

Toutefois, avant l’âge de 18 ans, le consentement n’est pas valide dans les situations suivantes:
•La personne est en situation d'autorité ou de confiance vis-à-vis du jeune
•Le jeune est en situation de dépendance à l'égard de la personne
•La personne est dans une relation où elle exploite le jeune

Si enfant moins de 12 ans= ne peut consentir

12

Prévalence de l’AS durant l’enfance

1 femme sur 5 et 1 homme sur 10 a vécu une agression sexuelle avant 18 ans

13

Présence AS en milieu universitaire

environ: plus d'une personne sur 3 et que la forme la plus prévalente = harcèlement

14

def F. de risque AS

Facteur de risque = augmente la probabilité d’être victime d’une agression sexuelle sans en être la cause

15

Seul et unique facteur qui explique la victimisation sexuelle

être en présence/en contact avec une personne qui commet une agression sexuelle

16

F. de risque AS chez les enfants de moins de 18 ans

individuels:
-être une fille
-être agé de 6 à 11 ans pour AS intrafamiliale
-être agé de 12-17 ans pour As extrafamiliale
- avoir vécu d'autres mauvais traitements
- avoir des besoins particuliers (hhandicap, déficience, problème de santé physique et mental)
-isolement, vulnérabilité

relationnels-familiaux
- faible supervision parentale
-consommation de drogues et d,alcool des parents
- problèmes de santé mentale chez les parents
conflits familiaux importants
présence d'un beau-père
- historique d'agression sexuelle durant l'enfance chez la mère


17

F. risques adultes

individuel
-être une femme
- être un jeune adulte (18-24)
avoir deja vécu une As
avoir vécu d'autres mauvais traitements durant l'enfance
consommation de drogues ou d'alcool

relationnels familiaux
- travailler dans l'industrie du sexe
- avoir de nombreux partenaires sexuels
- avoir un partenaire de même genre pour la violence conjugale

F. communautaire et sociaux pour enfant + adult
- tolérance face AS
- faible sanctions légales ou faible risque de subir des conséquences
- hypersexualisation des jeunes
- normes traditionnelles quant aux rôles de genre
- idéologie des droits sexuels dominants de l'homme sur ceu de la femme

18

cycle intergénérationnel de la victimisation sexuelle

= présence d’agression sexuelle à la fois dans l’enfance du parent et de son enfant, et que ce parent n’est pas l’agresseur

Avoir une mère qui a subi une AS avant l’âge de 18 ans = facteurs de risque les plus importants pour un enfant d’être lui-même victime

50 % des enfants victimes d’AS auraient une mère qui a également été victime durant l’enfance

Hypothèse = Les conséquences découlant du trauma vécu par la mère pourraient influencer le rôle parental, le développement de l’enfant et l’environnement dans lequel il grandit.

19

les conséquences à l'âge adulte

psychosocial
- faible estime de soi
-symptômes de dépression et idéations suicidaires
-consommation abusive d'alcool + drogue
- anxiété
-troubles somatiques et trouble alimentaires
- trouble de conduite
- consultation accrue des services de santé
-difficultés au plan social, troubles de la personnalité
- symptômes de stress post-traumatique
- symptômes de dissociation
-revictimisation

sexuel
- cpt sxl à risque
- échange de rapport sexuel contre alcool et drogue
- dysfonctions sexuelles
- évitement de la sexualité
- compulsion sexuelle

20

déf + critère du stress post-traumatique DSM

A. Exposition ou menaces de mort, de blessures sérieuse ou de violences sexuelles
- 4 types d'exposition: directe, être témoin, apprendre qu'un membre de la famille ou une personne proche, être exposé de manière répétée ou extrême aux détails aversifs d'un événement traumatique

B. présence de symptômes intrusifs associés au trauma ( rêve, flashbacks)

c. Évitement persistant des stimuli associés au trauma (souvenir, lieux)

D. altérations négatives des cognitions et de l'humeur ( honte, culpabilité, détachement)

E. Perturbations importantes de la vigilance et de la réactivité (irritabilité, colère, hypervigilance, difficulté à rester endormi)

F. critères qui durent depuis au moins 1 mois

G. Perturbations causent une détresse et un dysfonctionnement

H. non attribuable à une autre cause

21

Trauma vicariant

Burnout différent chez les cliniciens qui travaillent auprès des personnes traumatisées (ex: anciens soldats, victimes d'AS)

Exposition traumatique indirecte: pensées intrusives, cauchemars, émotions liées au trauma, hypervigilance

conséquences possibles: diminution de l'estime de soi, cauchemars, abus d'alcool, cpts autodestructeurs, remise en question existentielle, perte de buts, isolement, - intérêt sexuel, surprotection des proches

22

conséquence As à l'enfance et ado

psychosocial
- atteinte au plan de l'estime de soi
- problèmes intériorisés (anxiété, dépression isolement)
- problème extériorisés (agrssivité, crises de colère)
- symptômes de stress post-traumatique
- dissociation
- difficultés régulation émotionnelle
- fugues, actes de délinquance

sexuel
- cpt sxl inappopriées
- activités sexuelles précoces et plus de partenaires sexuels
- grossesse à l'adolescence

23

4 dynamiques traumagéniques de Finkelhor

déf

modèle conceptuel= expliquer dvpt séquelles

stigmatisation
trahison
l'impuissance
sexualisation traumatisante

24

4 dynamiques traumagéniques:
stigmatisation

connotations négatives associées à l'AS qui sont incorporées à l'image de soi de la victime

dynamique: blâme-dénigrament
imposition du silence
fortes réaction suite au dévoilement de la victime
victime est étiquetée- stéréotypées

conséquences psy
-honte culpabilité
-perte d'estime
-l'impression d'être différent

manifestations cpts
isolement, abus de subtances, activités criminelles, cpts d'automutilation ou suicidaire

25

4 dynamiques traumagéniques:
trahison

victime se rend compte que quelqu'un sur qui elle était dépendante et en qui elle avait confiance lui à causé du mal

dynamiques:
-manipulation de la confiance et de la vulnérabilité
- manque de soutien et protection
- bien-être de la victime négligé

conséquences psycho
- Deuil, dépression,
- dépendance excessive
- capacité de jugement altérée
-méfiance
- colère, hostilité

manifestation cptales
- vulnérabilité revictimisation
- surdépendance
- inconfort dans les relations interperso
-isolation, dépression
- cpts agressifs, délinquance

26

4 dynamiques traumagéniques:
l'impuissance

processus à travers duquel la volonté et les désirs de la victime ne sont pas respectés

dynamiques
-perte controle sur son corps
- présence d'abus physique ou de menace de violence
- incapacité de faire cesser les agressions
-réaction non soutenante de l'entourage

conséquences psycho
-anxiété, peur
-diminution du sentiment d'efficacité
- perception de soi comme une victime
- besoin de controle

manifestation
cauchemars, phobie, hypervigilance, plainte somatiques,
dépression, dissociation, cpts suicidaire,
incapacité de faire face aux situations difficiles
- cpts agressifs, délinquance, comportements abusif envers les autres

27

4 dynamiques traumagéniques:
la sexualisation traumatisante

sentiments +attitudes sexuels de la victime se développent de façon inappropriée dans le cadre d'une AS

dynamique:
-récompensé ou puni pour cpts sxl

-transmission d'idées fausses

conséquences psycho
-peur, dégout, culpabilité
-confusion au sujet des normes et des fonctions associées aux relations sexuelles

manifestations cptales
-conduites sexuelles inadaptées pour l'âge (répétition des actes)
-cpts sxls compulsifs
-aversion ou évitement de la sexualité

28

Facteurs liés à l'AS pouvant influencer les symptomes

- Durée et sévérité de l'agression
-Relation avec l'agresseur
-Utilisation de la force, de menaces
-mauvais traitements concomitants

29

F. familiaux et relationnels influence symptome d'AS

- contexte familiai
-soutien de la famille
-soutien de membres extérieurs à la famille

30

F. personnels influence symptome d'AS

sexe, age
stratégie d'adaptation (approche vs évitement)
-attribution du blame
-perception de controle
capacité d'être résiliente

AUSSI événement suivant le dévoilement et le contexte social = importance de bien accueillir un témoignage.

31

AS pour les garçons

caract des AS chez les garçon
- gestes sévères
-souvent par des personnes mineures

conséquences des AS
moins de symptome de stress post-traumatique
égale de probleme intériorisés (dépression, anxiété, isolement)
plus de problèmes extériorisés (colère, agressivité, délinquance)
même nombre de culpabilité
(QU'AVEC LES FILLES)

32

important à savoir concernant les conséquences d'AS

- multiple réactions possible= pas profil unique
- certaines personnes ne semblent pas vivre de bouleversement dans leur vie
-souvent il y a une évolution chez la victimes et elles se dirigent vers une perception plus positive d'elles-mêmes
F. pouvant amoindrir les conséquences de l'agression sexuelle= soutien offert par sexologue
- plus approprié de parler de corrélats ou symptomes que de conséquences

33

la polyvictimisation et implication pour intervention

déf; avoir vécu plusieurs types différents de victimisation, souvent pr des perpétrateurs différents
-50% des victimes d'agression sexuelle seraient polyvictimisées

Pour l'intervention:
1. importance évaluer les autres types de victimisation
2. traitement plus global et à plus long terme
3. impliqué les parents et le milieu scolaire
4. prévenir la victimisation future

34

déf: violence conjugale

prise de contrôle: actes répétitifs qui se produisent généralement selon une courbe ascendante.
violence psycho, sexuelle, physique, verbale, économique.
Moyen choisi pour dominer l'autre
Peut etre vécu dans relation maritale, extramarital ou amoureuse

35

déf: violence conjugale situationnelle

PROCESSUS DYNAMIQUE-CYCLIQUE

survient lors de conflits ou de différends ponctuels entre deux partenaires et résulterait d'une réponse inadaptée au stress, à l'exaspération et à la colère issus de conflits dans le couple,
pas schéma général de controle, mais plutot dynamique violente de gestion des conflits
peut etre mineure ou sévère, fréquente ou isolée

36

les différentes formes de violence conjugales

psycho= plus répandue, mais moins reconnue: dévaloriser, insulter, chantage, isolement social, controle, violence envers objets-animaux
ignorer, menaces du regard

physique= plus médiatisée, blessures peuvent etre déguisées (homicide)

sexuelle= forme de violence la moins dénoncées et souvent accompagné d'autres formes
ex: visionnement ou diffusion porno contre gré, transmission volontaire d'ITSS, coercition reproductive

économique= forme peu connue
controle des activités économique, privation ou controle, dépendance financière, dépense excessive qui met en péril le budget

37

prévalence de la violence conjugale

- diffère d'une étude à l'autre= différentes mesures utilisées (quelle forme, quelle fréquence, depuis combien de temps,
- 80% des adultes en couple auraient subi au moins un acte de violence psycho dans l'année
- homme et femmes aussi nombreux à rapporter des actes de violence, mais femme vivent de manière plus chronique et sévère

38

symétrie de la violence

violence perpétré également par les deux sexes

principale limite: différencie pas la gravité de certains geste et si les gestes sont comis pour se défendre

alternative proposé par Johnson = intimate terroriste violence de couple situationnelle

on pourrait aussi appelé violence bidirectionnelle

39

Déf: cycle de la violence

1. Tension= L'agresseur a des excès de colère, menace l'autre du regard- silence
victime= inquiète, tente améliorer le climat, fait attention à ses propos

2. Agression- CRISE
agresseur: utilse un type de violence
victime: se sent humiliée, triste, sentiment injustice

3. Justification
agresseur: excuse pour justifier cpt, peut mettre la faute sur la victime
victime: tente de comprendre, l'aide a changer, doute de ses propres perceptions, se sent responsable

4. réconciliation= LUNE DE MEIL
agresseur demande pardon, parle de thérapie, suicide
victime: donne une chance, apporte aide, constate efforts, change ses propres habitudes::

40

facteur de maintien de la violence conjugale

Victimes restent

- peur des représailles, manque de confiance envers le système judiciaire

-isolement social, -parent amis

-peur du jugement ou pas etre cru

-espoir constant que l'autre va changer en modifiant ces propres agissements

41

Intervention possible pour sexologue - violence conjugale

valoriser les relations amoureuses saines et égalitaires

promouvoir de saines habiletés de communication et de gestion de conflits, a n'importe quel stade de vie

être empathique, ne pas juger, comprendre les raisons qui font qu'elles restent

il faut contrer l'isolement

diffuser les ressources d'aide

commencons par changer nos propres comportements

42

VRA à l'adolescence

prévalence: plus de la moitié des jeunes en couple subissent au moins une forme de violence: 58%

psycho: 52
physique
sexuelle
menace

source de conflit
jalousie-controle
contacts et activités
besoins et attentes
habitudes de consommation

stratégie:
compromis,
évitement
réactivité
séparation
domination
soumission

43

violence conjugale LGBT

prévalence- F

L seraient autant à risque
G et B seraient plus à risque
on en connait trop peu sur T

violence sexuelle (non conjugale) en milieu universitaire seraient plus à risque

Facteurs
1. isolement social ( parteneraire peut etre source principale de soutien)
2. pressions sociales ( désir de bien paraitre dans communauté)
3. homonégativité intériorisé (honte par rapport à son orientation sexuelle)

4. contrôle hétérosexiste (plus ado) (menaces de révéler l'orientation sexuelle)

5. présence du VIH (adulte) (blamer le statut séropositif, menacer de le dévoiler, empecher d'avoir acces a des services médicaux)

6. manque de modèles LGBT (peu de modele survivant de violence)

7. ressources insuffisantes (peu de ressources adaptées aux personnes LGBT)

44

trajectoire typique de services

Les personnes adultes ont une trajectoire beaucoup moins linéaire que les enfants

1. dévoilement
- barrière
-déclencheurs

2. Investigation policière

3. Évaluation DPJ

4. intervention médicale
- trousse + égament medico legale

5. serivices psychosociaux
-traitements
-aide financière

6. parcours socio-judiciaire
CAVAC

45

Le dévoilement

révéler a quelqu'un
continuum= un proche ou police

importance= mettre fin a situation abusive ou recevoir du soutien et des services

Le dévoilement devrait être encourager par la société et non juste poids sur la victime

dévoilement Agression sexuelle à l'enfance= majorité on dévoilé apres 5 ans - plus d'hommes que de femmes = jamais dévoilé

46

barrière au dévoilement

individuelle:
- internalisation du blame
- mécanisme de protection: minimisation, refoulement, consommation, perte de confiance
- immaturité du développement au moment de l'As: manque de connaissances, confusion à propos de l'AS

relationnelles
-violence et dysfonctionnement de la famille: pas se sentir en sécurité
- Dynamiques de pouvoir: manipulation, loi du silence, complexité avec de la relation avec l'agresseur
- conscience de l'impact de dévoiler: peur réaction (blame colere), des conséquences
-réseau social pauvre: personne a qui dévoiler ou qui peut amener de l'aide

Socio-culturelles
- stigmatisation: peur d'être étiqueté comme victime, crainte des réponses homophobes
- sexualité est tabou
- manque de services dispo
- culture période historique:

47

comment réagir à un dévoilement de mineur et (adultes)

écouteur: sans jugement, ne pas questionner trop précisément, rester calme

respecter: les silences, démontrer croyance

encourager: a exprimer émotions, déculpabiliser, féliciter,

confidentialité: pas promettre de garder le secret, peut garder info entre pofessionnels (promettre de garder l'information confidentielle sauf si sécurité de certaines personnes compromise)

prendre en note: noter ce que l,enfant dit dès que possible

(Besoins: l'amener à identifier ses besoins immédiats et l,accompagner)

signaler: signaler à la dpj

(ressources tenter de la guider vers les ressources appropriées)

48

objectif des interventions face au dévoilement

réduire les symptomes associés a la violence sexuee et favoriser un état fonctionnel de la personne
- réduire les symptomes de stress post traumatique, les difficultés intériorisées, difficultés sexuelles
-encourager l'expression des sentiments et des pensées par rapport à l'AS

contrer les sentiments d'isolement, de honte et de culpabilité et corriger les attributions négative comme le blame

connaitre et solliciter les sources de soutien dispo

49

types d'intervention psycho

thérapie cognitivo-cptale: diminuer les symptomes via enseignement de stratégies d'adaptation efficaces comme la relaxation, la reconstruction cognitive et la régulation

thérapie axée sur les émotions: amener la victime à approfondir sa compréhension de son expérience émo et des actions qui en découlent ( ex: colère vécue comme source d'empowerment)

thérapie psychodynamique: rendre conscient ce qui était inconscient à la victime en explorant la signification donnée au trauma

intervention basée sur le modèle féministe: accompagner les femmes survivantes d'agression sexuelle à reprendre le pouvoir sur leur vie en mettant l,accent sur l'action et la conscientisation

autres: thérapie avec jeux, groupe de soutien,

50

évaluation

important de procéder à l'évaluation avant une intervention !
- parcours de vie
- description de la violence sexuelle subie
-symptomes associées à la situation de violence sexuelle
- facteurs pouvant moduler les symptomes

(varier les méthodes d'évaluation: outils standadisés, entrevue, observation

51

interventions psychosociales auprès des enfants

Marie-vincent= thérapie cognitivo-comportementale axée sur le trauma (TF-CBT)
durée de 12 rencontres, individuelle, avec le parent, et dynamique parent enfant

particularités: modèe structuré selon les composantes spécifiques tout en offrant une flexibilité, accent sur les compétences et forces de l'enfant, parent non agresseur est positionné comme agent actif du changement

autres organismes: centre d'intervention en abus sexuels pour famille
parents-unis lanaudière
programm

52

Composantes de la TF-CBT (

P: psychoeducation and parenting skills= psychoéducation relative aux réactions associées au trauma ainsi qu'à la problématique de lAS et composante centrée sur les pratiques parentales

R; relaxation skills: habiletés de relaxation

A: Affective modulation skills: développement d'habiletés de reconnaissance, d'expression et de gestion des émotions

C- Cognitive coping: développement d'habiletés de reconnaissance et de restructuration des pensées: vise meilleure compréhension des liens entre les pensées, émotions tet comportements associés au trauma

T- trauma narrative- exposition graduelle au souvenir du trauma, (raconter la situation)

I- In-vivo mastery of trauma reminders: désensibilisation relative aux souvenir liés au trauma et maitrise des émotions liées au trauma

C- conjoint parent-child sessions: sessions dyadiques permettant à l'enfant et au parent de s'exercer à appliquer les habiletés apprises et favorisant une discussion sur le trauma vécu

E Enhancing personal safety and optimal development: éducation sexuelles et élaboration de stratégies d'adaptation et d'affirmation de soi ainsi que des habilités de protection de soi afin de promouvoir la sécurité et le développement optimal de l'enfant

53

interventions psychosociales auprès des adultes

Les CALACS: centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel

soutenir les femmes victime d'agression sexuelle approche féministe
trois volets:
aide directe: rencontre individuelle ou groupe de soutien
prévention et sensibilisation (promotion des relations amoureuses saines)
Lutte et défense des droits (journée internationale des droits des femmes)

pour les hommes: Criphase: centre de ressources et d'intervention pour les hommes abusés sexuellement dans leur enfance
intervention: individuelles, mais surtout en groupe
différentes phases avec des groupes fermés

groupe momentum

IVAC= indemnisation des victimes d'actes criminels: support et dédommagement financier (perte de journées de travail, dommage psycho, consultation)
pour enfant et adultes ayant subi acte criminel
indépendant du système judiciaire
service très utile mais qui peut causer certaines frustrations

54

Parcours socio-judiciaire

plainte à la police
enquête policière
dénonciation
comparution de l'accusé

1. - plaidoyer de culpabilité
- peine

2. - plaidoyer de non culpabilité
- enquete préliminaire
-procès
- verdict: acquittement ou culpabilité
- peine

55

role de la DPJ

veille a mettre fin ou prévenir la répétition de situations ou la sécurité et ou le développement de mineurs est compromis

loi de la protection de la jeunesse= depuis 1950
est une loi
-exceptionnelle
-essentiellement curative

protection: réponse minimale des besoins fondamentaux + meilleur intérêt de l'enfant

primauté de la responsabilité parentale

compromission de la sécurité: menace à l'intégrité, danger réel présent ou imminent

compromission du développement: entrave actualisation des capacités

56

sécurité vs développement DPJ

sécurité: court terme, comme une tempete= plus pressent

développement: long terme comme de l'érosion

distinction guide l'intervention de la DPJ

57

Réception et traitement des signalements

4 critères

qui peut signaler tout le monde -même mineurs

doit signaler : tout le monde dépendamment des actes
membre d'un ordre ou professionnel sont obligés de signaler certaines choses

4 critères d'évaluation
1. fait signalés (gestes fréquences)
2. vulnérabilité de l'enfant ( déficience, bas age)
3. capacité parentale ( volonté)
4. ressources

LPJ

- abandon
-négligence - risque sérieux
- mauvais traitement psycho
- abus sexuels- risque sérieux
- abus physiques- risque sérieux
- troubles de comportements sérieux

58

entente multisectorielle

but: garantir une meilleure protection et apporter l'aide aux enfants victimes d'abus en assurant une concertation efficaces entre les ministères, les établissements et les organismes intéressés

quelques objectifs:
diminuer les rencontre et éviter de multiplier les interrogatoire
permettre a chacun des acteurs d'effectuer son mandat de facon optimale
éviter la contamination des propres de l'enfant
favoriser la concertation des acteurs
maximiser l'efficacité des actions

acteurs principaux: DPJ, Police, procureur

59

investigation policière

par qui + but

les policiers dirige les entrevues (a moins d'être mineur = intervenantes de la protection de la jeunesse)

but: évaluer si l'agression sexuelle est fondée ou non

60

3 défis auxquels les services policiers font face

1. la mémoire

2. la suggestibilité

3. le développement

61

notion liée a la mémoire

processus reconstructif plutôt qu'une reproduction de la réalité
- enfants difficultés à gérer information et souvenir

- encodage:
perception de l'événement
- entreposage
conservation de l'information dans la mémoire
- rappel: facon d'accéder aux souvenirs de manière spontanée


mémoire de rappel (peut tout se souvenir et raconter) versus
mémoire de reconnaissance (peut reconnaître parmi des choix)

62

notion de suggestibilité

dégré auquel l'individu recoivent, acceptent et incorporent dans leur mémoire des informations données après l'événement vécu

enfant = vulnérable
F. influençant= type de questions posées et le style de l'interviewer

63

suggestibilité style de questions lors d'une investigation policière

le plus ouverte possible
- invitation générales
(racontes moi ce qui s'est passé)

invitation par indices ( parle-moi plus de sa main sur ta cuisse)

Intiation avec segmentations de temps ( quest passé entre le moment ou tu te couches jusqu'au moment ou ton pere t.enleve ton pyjama)

À NE PAS FAIRE
Question fermées
questions à choix de réponse
question suggestive
( tu avais peur n'est ce pas ?)

poser deux fois la meme question

64

suggestibilité style d'interviewer

l'interviewer devrait favoriser un style soutenant
- compliments, encouragements
- sourrires, regards
- renforcements positifs
- employer le prénom de la personne
- faire preuve d'empathie

65

développement

Le plus grande défi !
- devoir d'adapter style d'entrevue et l'interprétation des réponses des enfants
- stade de développementlié au taux de dévoilement, à la quantité de détails dans les récits ainsi qu'à leur cohérence et leur complexité
- défis liés aux habiletés cognitives, langagières et socio affective

compréhension des questions posées ?

66

important pour les investigation policière

les investigations policières auprès des victimes doivent etre faite par des personnes compétentes et AYANT SUIVIS UNE FORMATION spécialité

la mémoire de rappel, les questions ouvertes et un style soutenant de la part de l'interviewer = essentiels pour favoriser les détails et la cohérence du récit

certains F. peuvent diminuer les chances d'avoir un récit menat à suffisamment de détails pour porter des accusations ( jeune age, temps depuis les événements, difficultés de langages)

67

intervention médicale

intervention se font dans des centres désignés (établissements de santé, services sociaux)
24h sur 24h 7 sur 7

le role du médecin n'est pas de confirmer s,il y a eu agression sexuelle

la grande majorité des examens médicaux ne révèlent pas de signe physique d'AS

68

Pourquoi faire une intervention médicolégale

F. favorisant la tenue d'une intervention médicoléale

- temps écoulé depuis le dernier épisode
- 5 jours ou mois (apres 5 jours plus de signes physiques,
sperme, ecchymose,)
- 6 jours ou plus intervention médical habituelle

- symptomes de la victime (pertes vaginales, douleurs, troubles de comportements, détresse importante)

- désir de porter plainte pertinence de procéder à des prélèvements médico

(équipe méd peut soutenir les victimes, les informer rassurer sur leur intégrité physique)

69

trousse médicolégale

administrée lors de l'intervention médicolégale d'urgence soit 5 jours ou moins apres l'agression sexuelle

contient des formulaires pour info lié au récit de l'AS, tests et prélèvement

prélevement (sang, salive, sperme, sécrétions génitales de l'agresseur) sont analysés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale du Québec

- prélèvements faits seulement si victime souhaite porter plainte, Si personne hésite elle a 14 jours pour prendre une décision sinon détruit)

70

intervention médicale différences enfance vs adolescence

ado et adulte:
examen des organes génitaux externes et internes
utilisation du spéculum si nécessaire
test de grossesse
dépistage d'iTSS

71

on cherche quoi avec examen médico légal

certains signes spécifiques a un trauma ou a un contact sexuel qui permettent de corroborer les verbalisation de la victime (lacération, ecchymoses sur les organes génitaux et ITSS (pas l'hymen..)

il n'y aurait que deux signes réellement spécifique a un contact sexuel
- grossesse
- spermatozoies dans les prélèvement effectués sur le corps de la victime

72

important pour examen médicolégal

majorité des cas l'examen médical = normal

dans moins une rareté de cas (5% enfants) des signes spécifique servent de preuves corroborant les verbalisations des victimes

abscence de preuve med veut pas dire pas D'AS

examen = important = rassurer l'intégrité physique de la personne et d'identifier ses besoins d'intervention. PAS OBLIGATOIRE= consentement

73

une mère dont l'enfant a été victime d'agression sexuelle vous mentionne qu'on ne doit pas parler de la situation avec son enfant, car cela pourrait avoir une influence sur sa mémoire et sa suggestibilité selon la police

enfants sont suggestibles = important de ne pas lui poser des questions, mais c'est important pour l'enfant de comprendre qu'il y a des gens qui sont la il ne doit pas penser qu'il ne doit pas en parler

74

une ado croit que amie AS avec son chum, mais veut pas lui poser clairement la question de peur de lui mettre des mots dans la bouche

utiliser question ouvertes: dire que son amie peut venir nous voir exemple de questions:
comment ça se passe avec ton chum,
ça feel moins bien ces temps ci ?
d'assurer la personne que la sexologue est la pour aider

75

modèle des cercles d'influence

on prend en considération les facteurs de risques individuel, relationnel, communautaire, sociétal pour faire des interventions efficaces

76

approche universelle vs sélective (ou ciblée)

prévention universelle = cible ensemble de la popu

prévention sélective qui cible des sous population considérés à risque

(manque de programme qui utilise approche sélective)

77

objectifs des programmes pour enfants

diminuer la vulnérabilité en favorisant

- meilleures connaissances face aux AS (comment reconnaitre une situation d'abus)

l'affirmation de soi et le sens de ses droits (dire non)

favoriser l'identification d'un réseau de soutien et le dévoilement à une personne de confiance

majorité des programmes = école + contenu évite la référence directe à la sexualité

thème:
- les secret et le fait de dévoiler à un adulte de confaince une situation abusive
- affirmation de soi + apprendre à dire non
- éducation à la sexualité
- le continuum de l'abus
- être maitre de son corps
- les types de touchers (ceux qui font du bien, du mal et mélangent)
-les situations sécuritaires et à risque

commence dès 3 ans !!!

78

comment adapter programme pour les enfants

répétition
concepts concrets
matériel animé, jeux, chansons, films
activité qui engagent le mouvement (imitation répétition de comportements)
session courtes
périodes de révision
inclure les parents= soutenir et renforcer les apprentissages

79

efficacité des programmes de prévention

indivudel
-
connaissances et maintien des acquis
-habiletés de protection de soi
-perception des risques
-dévoilement des AS
peu d'effets négatifs

relationnel - communautaire
connaissance
attitude
comportements de prévention de l'AS

sociétal
sensibilisation du public
attitudes et comportements


PAS D'EFFET négatifs pour aucun programme

80

quel role pouvez vous jouer en ce qui a trait a la victimisation

prévention, référer, accompagnement dans la trajectoire des services

81

éléments déclencheurs du dévoilement

motivation intérieure: ressentir le besoin de dévoiler, prendre conscience de la situation d'AS, vouloir metre fin à l'AS protéger les autres, besoin d'aide

initié par un proche ou un contexte propice: question posée directement, confidences mutuelles, après un programme ou une émission de télévision, sentiment de sécurité

influencé par l'extérieur: dévoilement d'une autre victime, témoignage de l'agresseur, indice physique