Histoire de la pharmacie Flashcards Preview

SSH1 > Histoire de la pharmacie > Flashcards

Flashcards in Histoire de la pharmacie Deck (16):
1

Que dire de la pharmacie en Orient il y a 3000 ans?

L'art pharmaceutique et l'art médical étaient liés, ce qui est resté le cas pour longtemps. La démarche était basée sur l'observation (méthode développée en Orient).
Se soigner et soigner l'autre se faisait à l'aide des produits fournis par la nature (plantes, animaux, minéraux). Les soins étaient apportés par les ministres des religions, la santé étant considérée comme l'apanage des dieux (en Grèce, Asklépos était le dieu de la chirurgie et de la médecine, et Hygia la déesse de la santé; à Rome, Esculape était le dieu de la chirurgie et de la médecine). La présence de serpent crachant du venin dans une coupe renvoie au caducée actuel: le venin était souvent utilisé comme composant dans les remèdes.
Nous sommes au courant de l'existence de ces pratiques par la découverte de formulaires (exemple de la tablette sumérienne de Nippur, considérée comme la première pharmacopée (-2100).
En Égypte, le papyrus Ebers (-1558) nous apprend que les médicaments étaient vus comme de simples auxiliaires censés accompagner des incantations religieuses.
En Inde, les Védas (livres sacrés) faisaient aussi office de pharmacopées.

2

Que dire de la pharmacie dans la Grèce Antique?

Que dire de la pharmacie dans la Grèce Antique?

3

Que dire de la pharmacie en Gaule?

Les druides (équivalents des médecins) étaient assistés d'ovates (équivalents des pharmaciens) pour soigner les gens, à l'aide de plantes, de sources thermales, des premiers médicaments à être mis en forme ainsi que d'amulettes.

4

Que dire de la pharmacie à Rome?

Discoride (Ier siècle) était le chirurgien de Néron et le père de la matière médicale. Il a écrit le traité "De Materia medica" (faisant référence aux apothicaires de l'époque).
Celse (Ier siècle) est l'auteur de la pharmacopée "De Arte medica", qui différencie les maladies curables par le régime (hygiène de vie) de celles curables par l'art manuel (chirurgie) ou les remèdes.
Galien (IIe siècle) était le médecin de Marc-Aurèle et est considéré comme le père de la pharmacie galénique. Il fonde le choix des remèdes sur la théorie des humeurs d'Hippocrate: c'est par les contraires que l'on soigne les contraires ("Contraria contrariis curantur"), posant ainsi le principe de l'allopathie. Ses remèdes sont adaptés à chaque tempérament, soit pour permettre la purgation, soit la coction (élimination par la chaleur). La purgation était alors l'affaire des apothicaires, tandis que les saignées étaient celle des chirurgiens.

5

Que dire de la pharmacie dans le monde arabe (VIIème siècle)?

Les préceptes d'Hippocrate et de Galien ainsi que des textes hindous et persans ont été traduits. Des centres universitaires ont été créés, permettant de structurer l'art de guérir.
Avicenne (Xème siècle) est l'auteur du Canon de la Médecine. Il a préconisé l'utilisation de poids et de mesures pour préparer les remèdes, a créé des formes originales de médicaments (plus agréables à prendre (sirops...)), des nouveaux matériels (exemple de l'alambic) et des règlements professionnels.

6

Que dire de la pharmacie au Moyen-Âge?

Des recueils de formules et de prescriptions sont apparus, notamment l'Antidotaire de Nicolas (ou "Antidotaire Magnus"), utilisé comme livre d'enseignement et devant être présent dans toute officine d'apothicaire au XIIème siècle.

7

Que dire de la pharmacie à la Renaissance?

Paracelse (XVème siècle) était un médecin suisse ayant été le premier à rechercher un médicament spécifique pour chaque maladie. Reniant les théories du passé (arabes, Galien...), il est à l'origine de la théorie des signatures (contraction de "Médecine des signes et de la Nature") et de la notion de principe actif. Il est également le fondateur de la chimie pharmaceutique (selon laquelle la chimie doit permettre de fabriquer des remèdes).

8

Quand est apparu le terme "apothicaire"? Que signifiait-t-il alors? Que dire des premiers apothicaires en France?

Le terme "apothecarius" est apparu au VIème siècle pour désigner le moine qui soigne. Jusqu'au Xème siècle, l'art de guérir est surtout pratiqué dans les couvents et communautés religieuses, et est lié à un seul personnage (souvent un moine (l'apothecarius)) qui exerçait l'art médical et recueillait les simples pour les transformer en remèdes dans leur boutique, l'"apotec".

9

Quel événement est survenu en France au XIIème siècle par rapport à la pharmacie?

Les fonctions dans l'art de guérir sont séparées en deux; les communautés des Medicus (= Fisicus) et des Pigmentarius (eux-mêmes séparés en Apothecarii (marchands de drogues végétales) et en Speciarii (marchands d'épices)).

10

Comment est organisée la profession pharmaceutique aux XIIIème et XIVème siècles?

Des réglementations sont mises en place, dans le cadre de corporations et de la Confrérie de Saint Nicolas, qui avaient à la fois un rôle religieux, social et politique. Les individus prouvaient leur appartenance à ces communautés à l'aide de jetons.

11

Que dire des apothicaires en France aux XVème et XVIème siècles?

Des mesures sont prises afin de veiller à la bonne qualité des drogues, et les officines sont inspectées par des médecins par souci de protéger le consommateur.
Des formations techniques payantes par un apprentissage (de 2 à 4 ans) chez un maître sont mises en place, ce dernier et son élève étant liés par un serment. Les opérations pharmaceutiques, les préparations galéniques, les études des drogues et des simples sont enseignées.
L'accession à la maîtrise (= installation) se fait sous condition de validations d'épreuves scientifiques, d'âge, de bonne vie et moeurs et parfois de catholicité. Le candidat à la maîtrise se présente au Bureau de la Communauté en compagnie d'un conducteur ou parrain pour subir une épreuve de lecture (explications sur les opérations pharmaceutiques), l'acte des herbes (reconnaissance des plantes) et l'épreuve du Chef d'Oeuvre (réalisation de préparations).

12

Que dit la déclaration royale du 25 avril 1777? Quelles sont ses conséquences?

Elle réglemente la pharmacie et la sépare de l'épicerie. Le monopole des apothicaires apparaît.
Les apothicaires de Paris forment alors une seule corporation, appelée "Collège de Pharmacie". Ils ont l'obligation d'exercer personnellement la préparation et la délivrance des remèdes.
En 1780, un enseignement public est créé et géré par les Maîtres en Pharmacie, où sont enseignés les premiers cours publics de chimie et de botanique distincts de ceux de la Faculté de Médecine.

13

Que dit la loi du 21 germinal an XI (1803)?

Le monopole et la formation encadrée des pharmaciens est maintenue. L'État prend en charge les études théoriques et les examens. Les premières écoles de pharmacie apparaissent à Paris, Montpellier et Strasbourg.
La Société Libre des Pharmaciens de Paris devient l'Académie de Pharmacie (1803), puis l'Académie Nationale de Pharmacie (1979); elle a pour unique rôle la contribution au progrès des sciences pharmaceutiques. La chimie se substitue aux remèdes antiques, avec les principes actifs et les l'allopathie comme base.

14

Que dit la loi du 11 septembre 1941?

Le nombre d'officine est limité, évitant les "pratiques préjudiciables de concurrence sauvage". Le monopole pharmaceutique est renforcé (le métier d'herboriste est supprimé et le nombre de médecins pro-pharmaciens est limité). La profession doit désormais être exercée à titre personnel. L'Ordre National des Pharmaciens est créé.

15

Que dit la loi hôpital, patients, santé, territoires (HPST) du 21 juillet 2009?

Elle donne des nouvelles missions de santé publique aux pharmaciens: ils doivent confirmer les missions de dispensation des médicaments, produits et dispositifs médicaux, ainsi que du conseil pharmaceutique; leurs actions sont orientées vers la prévention, le dépistage et l'éducation à la santé; ils participent à l'éducation thérapeutique du patient (ETP) dans le cadre du Protocole de Coopération entre Professionnels de la Santé.
Le pharmacien d'officine est donc positionné parmi les acteurs de soin de premier recours.

16

Que dire du pharmacien d'aujourd'hui?

C'est un professionnel de santé aux multiples activités, ciblées selon le lieu d'exercice: médicaments, produits d'hygiène et conseil à l'officine; recherche, développement de nouveaux médicaments et de nouvelles stratégies thérapeutiques au sein des entreprises pharmaceutiques, des établissements de santé et des instituts de recherche; missions de santé publique et politique de santé au sein des structures sanitaires nationales et régionales (agences françaises de sécurité sanitaire (ANSM = Agence Nationale de Sécurité du Médicament), Agences Régionales de Santé (ARS)...).