Partie 3 - L'organisation des secours sur intervention - Titre 2 - RÔLES ET DEVOIRS PARTICULIERS EN INTERVENTION Flashcards Preview

BSP 118.1 > Partie 3 - L'organisation des secours sur intervention - Titre 2 - RÔLES ET DEVOIRS PARTICULIERS EN INTERVENTION > Flashcards

Flashcards in Partie 3 - L'organisation des secours sur intervention - Titre 2 - RÔLES ET DEVOIRS PARTICULIERS EN INTERVENTION Deck (14):
1

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

Avant sa prise de commandement, tout officier qui se rend sur une intervention qu’il est susceptible de
commander doit :

AVANT DE PARTIR:
Recueillir les renseignements connus sur le sinistre:

"A l’échelon des groupements et de l’état-major, une fiche est établie à son intention (respectivement par le CSO ou par le CO), mentionnant :"

- l’adresse et le nombre d’appels

- le premier chef de garde et les engins dont il dispose, y compris les renforts éventuellement demandés

- l’établissement concerné et ses risques connus

- les ressources en eau du secteur (seulement en cas de difficulté à prévoir)

- tout autre élément jugé utile

2

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

Avant sa prise de commandement, tout officier qui se rend sur une intervention qu’il est susceptible de
commander doit :

SUR L' ITINÉRAIRE:

- suivre le déroulement de l’opération en écoutant les messages

- demander le cas échéant des renseignements complémentaires.

3

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

Avant sa prise de commandement, tout officier qui se rend sur une intervention qu’il est susceptible de
commander doit :

A L’ARRIVÉE SUR LES LIEUX:

- se présenter (status), puis se rendre au PC TAC s’il est en place

- se faire rapidement une opinion aussi exacte que possible sur la situation :
(en interrogeant le premier COS et éventuellement tout tiers en mesure de fournir des renseignements // en effectuant une première et rapide reconnaissance permettant de déterminer l’importance et la
nature des moyens supplémentaires nécessaires et de contrôler le dispositif en place)

- transmettre un message d’ambiance si nécessaire.

4

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

PENDANT L'INTERVENTION:

- Il définit son idée de manœuvre, demande les moyens supplémentaires éventuellement nécessaires et
précise ses axes d’effort.

- Il donne ses ordres soit directement, soit par l’intermédiaire de l’officier PC après lui avoir précisé son idée de manœuvre.

- Il se conforme, en particulier pour les messages de renseignements et de demande de moyens, au titre 4 / 3e
partie du présent règlement

5

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

PENDANT L'INTERVENTION IL A LE SOUCI DE :

- d’engager le plus rapidement possible les moyens de renfort pour compléter le dispositif, en fonction de l’effort défini dans son idée de manoeuvre, tout en conservant ou en reconstituant une réserve dont le volume est directement lié à celui du personnel directement engagé

- d’organiser le dispositif en secteurs, en s’assurant que chaque chef de secteur désigné est doté d’un poste radio portatif

- de connaître directement l’évolution de la situation aux points dangereux en s’y rendant personnellement dès que le PC TAC et le dispositif sont organisés, afin de pouvoir prendre rapidement les mesures qui s’imposeraient

- de renseigner le commandement sur l’évolution de la situation. À cet effet, il exige des chefs de secteur
des comptes-rendus indiquant : (la situation initiale du dispositif du secteur et les difficultés rencontrées // l’évolution de la situation à intervalles réguliers (toutes les demi-heures si l’intervention se déroule normalement))

- de faire des points de situation réguliers au profit du public impliqué, élus ou représentant des
collectivités territoriales, responsables d’établissement dans le but de leur délivrer les informations
utiles : nature du sinistre et actions entreprises, durée prévisionnelle de l’intervention, réintégrations,
hébergements, etc


***Dans toutes les phases de l’opération, il s’efforce d’anticiper la situation pour avoir un temps d’avance,
c’est-à-dire être en mesure de préparer les ordres et les moyens pour la phase suivante.
Si au début de l’intervention son souci est de ne pas manquer de moyens, en revanche, dès que la situation
évolue favorablement, il doit avoir pour préoccupation d’en renvoyer le maximum le plus tôt possible, afin
de permettre de rétablir la couverture opérationnelle Brigade (en priorité les EP et les MEA ).***

6

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

EN QUITTANT LES LIEUX DE L' INTERVENTION:

Après avoir donné les orientations sur la phase de retour à la normale, dont il doit se soucié, il laisse le
commandement des opérations de secours à l’officier de garde ou au chef de garde du secteur
territorialement compétent.
Il transmet alors le message suivant :
« Je laisse le commandement des opérations de secours à
l’officier de garde de la Xe compagnie ou au chef de garde de tel CS ».

1. COMMANDANT DES OPÉRATIONS DE SECOURS

EN QUITTANT LES LIEUX DE L' INTERVENTION:

Après avoir donné les orientations sur la phase de retour à la normale, dont il doit se soucié, il laisse le
commandement des opérations de secours à l’officier de garde ou au chef de garde du secteur
territorialement compétent.
Il transmet alors le message suivant :
« Je laisse le commandement des opérations de secours à
l’officier de garde de la Xe compagnie ou au chef de garde de tel CS ».

7

4. CHEF D' AGRÈS

Au départ des secours, le chef d’agrès recueille le maximum de renseignements utiles à l’exécution de sa mission concernant :

- l’appel : nature de l’intervention, nombre d’appels, heure du premier appel, moyens envoyés

- l’adresse ou le lieu de rendez-vous

- les risques existants à l’adresse

- les moyens de secours à demeure

- l’itinéraire à suivre

8

4. CHEF D' AGRÈS

Que fait-il au départ de l'intervention ?

- Il informe son personnel du motif de départ et fixe la tenue d’intervention adaptée

- Il se rend obligatoirement et dans les délais les plus brefs à l’adresse indiquée, sauf ordre contraire précisant un autre point de rendez-vous, ou modifiant voire interrompant sa mission

- Il indique au conducteur l’itinéraire à prendre pour se rendre sur les lieux de l’intervention, tout en lui rappelant si nécessaire les consignes de sécurité routière

- Si en cours de trajet aller il découvre un autre évènement nécessitant l’intervention des secours ou qu’il en
est prévenu, il poursuit l’exécution de sa mission initiale tout en prenant les premières mesures pour faire face au second évènement (demander les secours, laisser du personnel sur place, etc.). Dans tous les cas, il en rend immédiatement compte au CSO territorialement compétent.


9

4. CHEF D' AGRÈS

Arrivée sur intervention :

- Sur place, il définit l’emplacement de son engin, afin d’éviter un suraccident et en anticipant l’engagement d’engins de secours supplémentaires

- Il doit garder à l’esprit de perturber le moins longtemps possible la circulation par un stationnement gênant et ses établissements de tuyaux.

- Sur son ordre, l’équipage se munit des matériels et équipements indispensables à la réalisation de l’intervention et à sa sécurité.

10

4. CHEF D' AGRÈS

Au retour d'intervention :

- Sur le trajet retour et dans les mêmes circonstances, il se rend sur les lieux où sa présence est nécessaire et en rend compte au CSO.

11

4. CHEF D' AGRÈS

Le chef d’agrès doit demander la police dès :

- qu’il estime que la situation l’exige, notamment lorsqu’elle est susceptible de se prolonger par une action en justice.

Dans ce cas, il doit en préciser le motif de la demande dans son message

12

4. CHEF D' AGRÈS

Expliquez les délais de demande police :

1ere demande en expliquant le motif par radio

Après 15 min d'attentes : le CA redemande police par radio
(le cso retransmet la demande)

Après une nouvelle attente de 20min : le chef d'agrès passe le message suivant :
« police demandée à telle heure non présentée … ».

Il peut alors se désengager

13

4. CHEF D' AGRÈS

Si les missions ont été définies par radio, les chefs d’agrès alertés se rendent directement dans les secteurs qui leur ont été impartis et font porter dès que possible au PC TAC :

- leur jeton de présence

- les renseignements suivant : nom du chef d’agrès, effectif, mission, emplacement, moyens mis en oeuvre, orifices de refoulement encore disponibles sur l’engin, risques particuliers rencontrés, besoins éventuels

14

6. MILITAIRE ISOLÉ

Procédure militaire isolé :

- Tout militaire de la Brigade qui est témoin ou a connaissance d’un sinistre ou d’un accident proche, s’y rend immédiatement et donne les premiers secours, tout en faisant le nécessaire pour alerter les secours.

- À l’arrivée du détachement, il se présente au premier chef d’agrès, lui rend compte (ou l’informe) de la situation et des premières mesures prises. Il se met ensuite à sa disposition.

- À l’issue de l’intervention, il rend compte à son chef dès sa reprise de service

- Si l’intervention a lieu sur le secteur Brigade, le chef de détachement inclut dans son rapport principal le militaire isolé en le créant dans la partie engin sur intervention (détachement à pied). Si l’intervention a lieu hors secteur Brigade, le militaire isolé rédige un compte-rendu et l’adresse à son chef de corps avec
copie au BOPO/groupe rapport, pour archivage permettant notamment de répondre à d’éventuelles demandes des SDIS concernés.

- En fonction de la nature de l’intervention, un courrier est alors adressé au SDIS territorialement concerné.

- Lorsqu’un militaire isolé traite un événement sans faire appel à un MMA sur le secteur Brigade, il en rend
compte à son autorité hiérarchique dès sa reprise de service. Il rédige un rapport principal (ODE en retard
dans son PVO d’affectation).