Partie 3 - L'organisation des secours sur intervention - Titre 9 - OPERATIONS A EFFECTUER AU RETOUR D INTERVENTION Flashcards Preview

BSP 118.1 > Partie 3 - L'organisation des secours sur intervention - Titre 9 - OPERATIONS A EFFECTUER AU RETOUR D INTERVENTION > Flashcards

Flashcards in Partie 3 - L'organisation des secours sur intervention - Titre 9 - OPERATIONS A EFFECTUER AU RETOUR D INTERVENTION Deck (7):
1

1. EN FIN D’INTERVENTION, AVANT DE QUITTER LES LIEUX

Le chef d'agrès :

- reçoit le compte rendu du conducteur sur la présence et l’état du matériel

- si du matériel est laissé sur les lieux de l’intervention, rédige et fait signer le bon de prise en charge
provisoire, ou de prise en compte selon les cas

- s’il a été amené à pénétrer dans des locaux dont les occupants sont absents, les informe de son passage en disposant bien en vue l’imprimé BOPE 13 dûment renseigné

- s’assure de la présence de tout son personnel

- lorsque le MMA est complet et en mesure de se rendre à nouveau sur intervention, transmet un message
de disponibilité dès son retour sur son secteur

2

1. EN FIN D’INTERVENTION, AVANT DE QUITTER LES LIEUX

Le conducteur:

- vérifie la présence et l’état de son matériel

- si du matériel est laissé sur les lieux, il en établit la liste et fait signer un « bon de mouvement » en 3 exemplaires au chef de détachement bénéficiaire, voire au locataire ou au propriétaire

- complète le remplissage de sa tonne

3

2. PENDANT LE TRAJET DE RETOUR

Le chef d'agrès :

- assure la veille radio

- met à profit le déplacement pour perfectionner le conducteur du MMA

- décrit les points particuliers du secteur devant lesquels le MMA passe

- peut passer, sur ordre, à des endroits prévus dans le cadre de mesures prises lors de certains plans (grand
froid par exemple)

4

3. À L’ARRIVÉE AU CENTRE DE SECOURS

Le chef d'agrès:

- fait mettre le personnel dans la position « à vos rangs » et lui fait connaître, s’il y a lieu, son appréciation sur le déroulement de l’intervention

- s’assure de l’état physique et psychologique de son personnel (fatigue, blessures légères, etc.), en particulier après une intervention difficile et au besoin, fait prendre les premiers soins, voire provoque une consultation médicale

- vérifie l’état vestimentaire du personnel. Si un équipement de protection individuelle ou un vêtement est
détérioré, il fait procéder à son échange et fait rédiger un compte rendu par l’intéressé

- contrôle, si besoin est, le contenu des poches et des coffres de l’engin

- s’assure de la remise en condition et de la restauration de son personnel

- prend les dispositions pour remettre son MMA disponible au plus vite

- se rend au PVO avec les renseignements pris sur intervention et dicte son message de rentrée au stationnaire, avant de faire saisir le cas échéant le CRI

- rédige son rapport d’intervention (il ne quitte sa garde qu’après avoir rédigé tous ses rapports)

5

3. À L’ARRIVÉE AU CENTRE DE SECOURS

Le conducteur :

- contrôle l’aspect extérieur de son engin

- assure les échanges nécessaires et le recomplètement du matériel

- effectue, le cas échéant, le plein de carburant

- effectue avec le reste du personnel le nettoyage de la cellule sanitaire et des matériels utilisés


- signale au garde remise et à son chef d’agrès toute anomalie ou absence de matériel

6

4. RETOUR D’EXPÉRIENCE

Le RETEX est un processus qui se décompose en plusieurs phases :

- le recueil de l’information sur le terrain généralement effectué par les intervenants , complété le cas
échéant par la garde RCCI

- l’identification, l’analyse et l’exploitation des enseignements

- la recherche de solutions (évolutions des règlements, études, modifications techniques…)

- la diffusion et l’archivage de ces enseignements

7

4. RETOUR D’EXPÉRIENCE

Le RETEX doit produire deux effets :

- garantir la qualité de la préparation opérationnelle et l’enrichissement de la culture opérationnelle

- faire évoluer la doctrine et les matériels : apporter des réponses opérationnelles et/ou règlementaires aux difficultés rencontrées