Repiratoire 2.1 Flashcards Preview

Phusiologie > Repiratoire 2.1 > Flashcards

Flashcards in Repiratoire 2.1 Deck (50):
1

La résistance à l’écoulement gazeux

est inversement proportionnelle au rayon

2

Résistance des voies aériennes définie par

la différence de pression dans les alvéoles et la bouche en fonction du débit.

3

Résistance si
- réduction du diamètre bronchique

entraîne une augmentation desrésistances et une diminution du débit.

4

Résistance si
- augmentation du diamètre bronchique

entraîne une diminution des résistances et une augmentation du débit.

5

Spirométrie permet

de mesurer les volumes pulmonaires (inspiré ou expiré).

6

A la fin d’une expiration, on a expiré

la totalité du volume de réserve expiratoire et inversement pour le volume de réserve inspiratoire.

7

Afin d'explorer l'expiration forcée et les débits respiratoires dans les voies aériennes de façon plus
approfondie

on utilise une courbe débit/volume obtenue grâce à la mesure du débit instantané.

8

Comment faire courbe de débit

On demande au sujet d’expirer le plus fort et le plus vite possible : on observe alors une augmentation très rapide du débit expiratoire jusqu'au maximum DEmax puis une diminution progressive

9

A quoi correspond la diminution progressive

correspondant à l’expiration continue jusqu'à ce que le sujet n'ait plus d'air à expirer. Le sujet a alors
expiré sa capacité vitale CV.

10

définition
VEMS

(Volume expiratoire maximum seconde) correspond au volume expiré maximal au bout d'une seconde, il s'exprime en Litres

11

Dans les années 50, un français a essayé de trouver

un index d'obstruction bronchique. Il a mis en évidence le rapport VEMS/CV et a montré que chez un sujet normal on pouvait expirer 80 % de sa CV en 1 seconde

12

Comment mettre en evidence un syndrome obstructif

Ainsi, on pouvait désormais quantifier un déficit ventilatoire par la baisse de ce
rapport VEMS/CV

13

L'air inspiré contenant l'O2
passe

par les voies aériennes supérieures et arrive jusqu'aux alvéoles pulmonaires par un phénomène convectif, il n'y a pas d'échanges gazeux à ce niveau.

14

Les gaz diffusent ensuite de part et d'autre

de la membrane alvéolo-capillaire
grâce à un gradient de pression (pressions partielles de gaz)

15

Ils circulent ensuite dans

le sang à nouveau grâce à un phénomène convectif et les échanges par diffusion reprennent au niveau des capillaires des organes périphériques

16

La pression de chaque gaz est

indépendante des autres pressions mais est proportionnelle à sa
concentration fractionnelle dans l'air

17

La pression barométrique (air ambiant) est

de 760 mmHg et la fraction inspirée (FI) d’O2 vaut environ 21%.

18

Soit PB la pression totale qui règne dans le mélange gazeux, PB représente

la somme des pressions partielles des gaz constituant le mélange (air sec; température ambiante)

19

Lorsque le mélange gazeux n’est pas sec

Lorsque le mélange gazeux n’est pas sec

20

Dans certaines situations, la pression barométrique

est diminuée (altitude) ou augmentée (plongée), mais les FI restent inchangées (toujours égale à 21% pour l’O2).

21

A l’inverse, une inspiration d'O2 pur

(FI à 100%, par exemple pour un insuffisant respiratoire) va
augmenter de façon considérable la pression partielle en O2, PB restant normale.

22

Dans les alvéoles, on a un

mélange d’O2 provenant de l’air alvéolaire et de celui contenu dans les vaisseaux

23

Les échanges entre 2 mélanges gazeux

aboutissent à une égalité entre les pressions partielles

24

Les échanges entre un milieu gazeux et un milieu liquide

sont fonction de la solubilité du
gaz dans le liquide.

25

Par exemple, la diffusion de l’O2

de l’air alvéolaire vers le sang capillaire doit tenir compte de la
solubilité du gaz dans le sang

26

Les pressions sont exprimées en

mmHg.

27

D'ou proviennent les 40 mmHG de CO2 dans l'air alvéolaire

des échanges avec le sang qui arrive de l’ensemble des cellules de l’organisme par les artères pulmonaires : les pressions
s’équilibrent au contact des alvéoles

28

L’espace mort anatomique

(150 mL) correspond au volume de l’ensemble des voies aériennes jusqu’aux
bronchioles terminales.

29

Le volume alvéolaire permet

important (3L), permet au contraire les échanges
gazeux alvéoles/sang capillaire.

30

Certaines maladies diminuent

Le volume alvéolaire pouvant aboutir à une insuffisance respiratoire par diminution de la quantité d'O2 apporté

31

La ventilation « minute » correspond à

la ventilation totale (alvéolaire + espace mort) multipliée par
la fréquence respiratoire soit
500 mL x 12/min = 6000 mL/min

32

Or la ventilation de l’espace mort

ne représente qu’une infime partie de cette ventilation
(1800mL/min), la ventilation alvéolaire étant celle permettant les échanges (4200mL/min). Cette dernière est ainsi appelée ventilation efficace

33

Dans le cas de la ventilation assistée (coma)

on impose un volume et une fréquence respiratoire

34

Le volume est le paramètre

le plus important car si on augmente la fréquence on va ventiler l’espace mort ce qui n’a pas d’intérêt.

35

Diffusion des gaz à travers la membrane alvéolo-capillaire concerne

que les gaz dans l’air ou dans le plasma sous forme dissoute.

36

La membrane alvéolo capillaire possède

une mince couche épithéliale du côté alvéolaire et une
couche du côté vasculaire qui correspond à la fusion des membranes basales endothéliale et alvéolaire (<1µm d’épaisseur).

37

La diffusion va surtout dépendre

de la surface d’échange.

38

Si le volume pulmonaire diminue

on va avoir une diminution de la surface d’échange donc de la diffusion et si l’épaisseur de la membrane augmente (si fibrose pulmonaire par ex), la diffusion diminuera aussi.

39

On définit une PaO2 normale égale à

95mmHg.

40

Le transport à lieu...

De 2 facons :
- sous forme dissoute dans le plasma
- combiné à l'hémoglobine

41

Sous forme dissoute dans le plasma :

dépend de la PO2 et de la constante de solubilité α.
(0,28g/100mL sang)

42

Combiné à l’Hémoglobine

(18,5 g/100mL sang, forme majoritaire ++) : dépend de la PO2 et de la [hémoglobine]sang (= 15g/100mL sang)

43

Conséquence transport de l'O2 chez personne anémié

très diminué :Si sujet a
concentration de 8g/100mL sang d’Hb on va observer une dyspnée (augmentation de laventilation pour essayer d’augmenter l’apport d’O2 alvéolaire) ainsi qu’une tachycardie (augmentation de la FC pour essayer d’augmenter la rapidité des cycles respiratoires).

44

O2 dissous

PO2α
avec α la constante de dissociation de l’O2 dans le plasma.

45

O2 dissous dans sang artériel/ sang veineux

Le sang artériel en contient plus de 2 fois plus que le sang veineux

46

Forme de transport de l'O2

surtout transporté sous forme de bicarbonates et en minorité sous forme dissoute et
combinée à l’hémoglobine.

47

Bicarbonates ont une fonction importante car...

puisqu’ils permettent de tamponner l’acidité dans le sang.

48

Le pH normal dans le sang est autour de

7,40 et il est étroitement régulé par deux organes qui sont
le poumon et le rein

49

rein dans la régulation du PH

concentre (tamponne) ou élimine (diminution du tampon) les bicarbonates en
fonction de la situation biologique. C’est une adaptation lente de l’organisme

50

poumons dans la régulation du PH

si la ventilation augmente, on va augmenter la libération de CO2 entrainant alors une alcalose respiratoire. Au contraire si un sujet est insuffisant respiratoire voire en arrêt respiratoire, il va y avoir une accumulation de CO2 responsable alors d’une acidose
respiratoire. C’est une adaptation rapide de l’organisme.