Sommeil 1 Flashcards Preview

Phusiologie > Sommeil 1 > Flashcards

Flashcards in Sommeil 1 Deck (55):
1

déf
sommeil

suspension partielle, immédiatement réversible sous l’effet d’une stimulation des rapports de l’individu avec son environnement.

2

sommeil
actif ou passif ?

n’est pas un processus passif, il met en œuvre différentes zones du cerveau. Il comporte plusieurs stades comportementaux et neurophysiologiques

3

Entre les états de veille et de sommeil il y a un équilibre de ?

de trois grands groupes de noyaux neuronaux responsables de l’éveil, et quand ils sont actifs ils vont inhiber les deux grands groupes de centres responsables du sommeil

4

Centre responsable du sommeil à onde lentes quand inhibition de l'éveil

On rentre en sommmeil à ondes lente et une partie des neuronnes de ce centre vont aller inhiber les centres reponsables du sommeil paradoxal

5

Comment on va entrer en sommeil paradoxal

par des phénomènes de bascule, cette inhibition va se lever

6

Quand on rentre dans le sommeil paradoxal on va déclencher...

une partie des neurones des noyaux responsables du sommeil paradoxal et vont inhiber le sommeil à onde lentes.

7

Role Histamine

responsable de l’éveil. Quand on bloque l’histamine on devient somnolent.

8

Role GABA

neuromédiateur du sommeil à ondes lentes, et les somnifères (ex : benzodiazépines) sont des agonistes GABA

9

Les centres responsables de l’éveil, du sommeil à ondes lentes et du sommeil paradoxale sont

très différents

10

Les centres responsables de l’éveil vont se projeter

sur les structures corticales avec la fameuse histamine mais également la dopamine, l’acétylcholine, la norépinephrine

11

Quant y a t'il narcolepsie ?

Quand les neuronnes à orexcine sont détruit (partiellement ou totalement)

12

neuronnes à orexcine
def

Groupe de neuronne très paticulier qui est un tout petit contingent de neurones : que 100000 neurones dans ces petits noyaux

13

Role noyau VLPO

Responsable du sommeil ondes lentes

14

Et ces neurones à GABA du VLPO vont aller...

inhiber tous les centres vus précédemment, qui sont les centres de l’éveil.

15

Avant les années 50 on ne connaissait

le sommeil qu’à travers des stades comportementaux.

16

Et à partir des années 50 on a commencé

à faire des enregistrements EEG:
• quand les gens dorment l’activité électro-encéphalographie du cerveau prenait une allure particulière à ondes lentes
• mouvement occulaire lent à l’endormissement.

17

En 55, les neurophysiologistes qui travaillaient sur le sommeil ont fait des enregistrements de sommeil

chez le chat et ce sont aperçu qu’il y avait un sommeil particulier au cours duquel l’EEG avait un aspect quasiment de réveil, qu’il y avait des irrégularités de la respiration et de la fréquence cardiaque et qu’il y avait une atonie des muscles posturaux.

18

On parle de sommeil paradoxal parce qu’il y a

un paradoxe entre le faite que vous regardez un sujet dormant, mais si vous enregistrer son EEG il a un EEG de cortex actif et pas de cortex dormant. Donc il y a un paradoxe dans son sommeil.

19

On l’appelle sommeil paradoxal chez l’animal, et chez l’humain on l’appelle

sommeil à mouvements oculaires rapides, mais en réalité on parle aussi de sommeil paradoxal chez l’humain.

20

Pour enregistrer, caractériser des états de veille et de sommeil chez un sujet on a besoin de trois choses
Chose 1

l’activité corticale avec un électro-encéphalogramme avec plus ou moins grand nombre d’électrodes d’EEG

21

Pour enregistrer, caractériser des états de veille et de sommeil chez un sujet on a besoin de trois choses
Chose 2

on a besoin d’enregistrer les mouvements oculaires

22

Pour enregistrer, caractériser des états de veille et de sommeil chez un sujet on a besoin de trois choses
Chose 3

Besoin d’un troisième signal qui est celui du tonus musculaire des muscles posturaux, donc on positionne l’EEG sur la houppe du menton.

23

On distingue les électrodes

au-dessus de la tête, autour des yeux, et sous le menton et on obtient un tracé EEG avec les mouvements oculaires, le tonus musculaire du menton

24

Du point de vue de la neurophysiologie :
- en état de veille active on a

un rythme rapide et de faible amplitude, on a des mouvements oculaires rapides et on a un tonus musculaire important.

25

Du point de vue de la neurophysiologie :

un sujet ferme les yeux et qu’il a une activité un peu plus synchronisée, on distingue mieux les ondes cérébrales mais c’est toujours un rythme rapide. Pas de rythme oculaire car les yeux sont fermés mais un tonus musculaire important.

26

Quand on passe de la veille au sommeil lent,

on va assister à ralentissement progressif de l’EEG. Mais en même temps qu’il va se ralentir l’amplitude va augmenter.

27

stades de sommeil lents

3 : N1, N2 et N3, du plus léger au plus profond

28

En sommeil lent léger on va

avoir des mouvements oculaires lent

29

puis au stade N2 et N3

plus du tout de mouvements oculaires

30

Au fur et à mesure qu’on va approfondir le sommeil

le tonus musculaire va diminuer mais pas complètement disparaître.

31

Au stade N1 on a une activité

de faible amplitude mais qui s’est ralenti. Il n’y a plus du tout de mouvement oculaires, et le tonus musculaire qui est toujours là.

32

En Stade N2,

on a toujours une activité de fond un peu lente, on a des ondes très particulières.

33

au stade N3

l’amplitude a augmenté, et le rythme est encore plus lent.

34

Rythme dans le sommeil paradoxale

rythmes de faibles amplitudes et plutôt rapides donc une activité corticale qui
ressemble beaucoup une activité de veille. On a des mouvements oculaires rapides, et pas du tout de tonus musculaire, il y a une atonie musculaire complète.

35

(Il y a un ensemble de pathologies où il n’y a pas d’atonie musculaire pendant le sommeil paradoxal

parasomnie, c’est à dire on va bouger, agir pendant son sommeil et on agit ses rêves et en général ce sont des rêves violents

36

Définition Hypnogramme

représentation graphique de la succession et de la durée des différents stades de sommeil en fonction du temps

37

Abscisse/ ordonée Hypnogramme

En abscisse le temps et enordonnée les différents stades de sommeil, éveil, sommeil paradoxal, sommeil lent léger, intermédiaire et profond.

38

Le système paradoxale n'est pas...

continue.
-Il y a des cycles

39

Dans chaque cycle on va avoir

du sommeil léger, du sommeil à ondes lentes et du sommeil
paradoxal par définition

40

La durée des cycles pour un individu donné

est à peu près fixe, c’est entre 90 et 120 minutes.
La durée d’un cycle est une caractéristique individuelle.

41

Au cours d’une nuit on va faire

1, 2, 3, 4, 5, 6 cycles qui va dépendre de la longueur de la nuit
qu’on nous autorise à avoir

42

La phase de sommeil paradoxal est

de plus en plus allongée en fin de nuit. Et à l’inverse pour ce qui est du sommeil profond il est de plus en plus court

43

Mais dans les cycles de début de nuit

le sommeil lent profond est abondant et le sommeil paradoxal peu abondant

44

dans les cycles
de fin de nuit

le sommeil lent profond est peu abondant voir absent et le sommeil paradoxal
est abondant.

45

Il y a des zones d’éveil

en particulier à chaque fin de cycle. Et c’est assez caractéristique d’un
sommeil d’adulte. On ne va pas voir cela chez un enfant, un adolescent ou un jeune adulte, chez qui le sommeil est plus continue.

46

Le fait de se réveiller pendant la nuit

une ou deux fois n’est pas une maladie c’est la physiologie du sommeil.

47

Reve dans quel cycle de sommeil

Pendant très longtemps on a pensé qu’on ne rêvait que pendant le sommeil paradoxal mais en vrai on rêve dans tous les stades de sommeil.
Simplement le contenu du rêve et la nature de l’activité mentale va être différente selon qu’on est en sommeil lent ou en sommeil paradoxal

48

Reve en sommeil lent

l’activité mentale est dénouer d’affect donc pas très chargée en émotion voir
pas du tout et est plus de l’ordre du raisonnement.

49

Reve dans le sommeil paradoxal

on devientcomplètement délirant avec des scénarios complètement construits et on met en œuvre beaucoup les sens.

50

Le stade de lent profond (N3) en durée cumulée

c’est 100 à 110 minutes et prédomine en
première partie de nuit, et le sommeil paradoxal c’est 20 à 25 % du temps total de sommeil et il est très abondant en deuxième partie de nuit : c’est la macrostructure du sommeil.

51

Conséquence EEG/ microréveil

brusque accélération du rythme EEG qui durent de 3 à 15 secondes mais pas
plus. Ce micro-éveil est trop brusque pour être mémorisé

52

S’il y a trop de micro-réveil

on se réveille avec l’impression d’avoir eu un sommeil qui n’est pas réparateur

53

Ce micro-éveil est dit cortical puisqu’il

correspond à une accélération du rythme EEG et accompagnée toujours d’un réveil qu’on dit autonomique, c’est-à-dire de modifications de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque qui s’accélère.

54

Qu’est-ce qui peut donner des micro-éveils et fragmenté le sommeil ?

le bruit ou l’environnement

55

Pathologie du sommeil qui fragmente le sommeill

•le syndrome d’apnée du sommeil
•Anxiété ou dépréssion
•Douleur
• elancement dans les articulations