Système urinaire Flashcards Preview

Patho systémique > Système urinaire > Flashcards

Flashcards in Système urinaire Deck (39):
1

Quels sont les rôles du syst. urinaire ?

Équilibre électrolytique

Équilibre hydrique

Régulation du PH sanguin

Élimination des déchêts métaboliques

Fonctions endocrines

2

Quelles sont les conséquences globales d'une insuffisance rénale?

 

  • Augmentation dans le sang de déchets métaboliques (composés azotés, guanidines, acides phénoliques, alcools à haut poids moléculaires, etc.)
  • DIminution du pH sanguin (acidose métabolique)
  • Débalancements hydriques et électrolytiques
  • Dysfonctionnements endocriniens

3

Quelle est la différence entre une IRA et IRC?

A image thumb
4

Quelles sont les lésions extra-rénales?

A image thumb
5

Expliquer l'insuffisance rénale d'origine pré-rénale et nommez des exemples de causes / patho

Diminution de la perfusion rénale

ex. déshydratation, insuffisance cardiaque, choc...

6

Expliquer l'insuffisance rénale d'origine post-rénale et nommez des exemples de causes / patho

Diminution de l'élimination de l'urine

ex. calculs, néoplasmes, hypertrophie prostatique...

7

Expliquer l'insuffisance rénale d'origine intra-rénale et nommez des exemples de causes / patho

Affections rénales

ex. glomérulonéphrite, néphrose tubulaire, pyélonéphrite, infarctus massif et bilat...

Il faut une destruction de 75% des néphrons

8

9

Que comprend l'examen macroscopique du rein?

  • La position, les dimensions et la forme de l’organe
  • La couleur (pâle ou foncée)
  • La consistance (friable ou ferme)
  • La capsule rénale (adhérée ou non, tension)
  • Après avoir enlevé la capsule, on observe la surface du rein qui peut être lisse (normal) ou rugueuse et irrégulière
  • Sur la section, on note le rapport entre la corticale et la médullaire, ainsi que les irrégularités de la corticale

10

Nommez un exemple de patho qui augmente le volume du rein

Souvent lors de patho rénale aigue

Oedème, congestion, tuméfaction cellulaire, infiltration cellulaire

11

Nommez un exemple de patho qui diminue le volume rénal

Souvent lors de patho chronique

Atrophie du parenchyme, rétraction du tissu conjonctif

12

Nommez un exemple de patho rénale qui modifie la couleur du rein

Plus foncée

Congestion, hémoglobinurie aigue, certaines pigmentation (lipofuscine, ictère, prohyrie)

Plus pâle

Anémie, lésions de dégénérescence, glomérulopathies avec tubulonéphrose secondaire, néphrites interstitielles subaigues

13

Nommez un exemple de patho qui modifie la consistance du rein

Plus ferme dans les néphrites chroniques (augmentation du tissu conjonctif)

Plus friable lors de néphroses toxiques

14

Vrai ou faux

La zone corticale du rein est plus épaisse et lisse lors d'inflammation chronique

Faux, la zone corticale est plus mince et irrégulière lors d'inflammation chronique. 

15

Vrai ou faux

Le rein est petit, ferme et irrégulier lors de nombreuses affections chroniques (stade terminale)

Vrai

16

À quoi sert l'examen microscopique?

 

Distinguer les atteintes primaires vs secondaires. 

Aide au diagnostic

17

Nommez les maladies rénales congénitales / héréditaires

agénésie rénale

Hypoplasie rénale

Dysplasie rénale

Rein en fer à cheval

Rein position ectopique/anormale

Kystes rénaux congénitaux

Maladie rénale polykystique

Néphropathie juvénile progressive

 

18

Agénésie rénale (aplasie rénale)

  • Ocasionnelle
  • Absence totale de développement d'un ou des deux reins.
  •  Si unilatérale, le rein présent pourra démontrer une hypertrophie de compensation.
  • Si bilatérale, incompatible avec la vie (retrouvée chez les mort-nés).
  • Héréditaire chez certaines races de chien (Beagle, Doberman, Shetland) et de porc (Large White).

19

Hypoplasie rénale

  • Condition plutôt rare.
  • Formation d'un nombre insuffisant de néphrons, lobules et calices à la naissance (développement incomplet du rein).
  • Peut apparaître dans les cas bilatéraux comme deux petits reins (symétriques). Dans les cas unilatéraux, on peut observer une hypertrophie de compensation du rein controlatéral.
  • Peut être difficile à différencier de l'atrophie rénale.

20

Dysplasie rénale

  • Condition occasionnelle
  • Représente toute anomalie de développement caractérisée par une différentiation anormale du parenchyme rénal.
  • Certaines structures ne représentant pas une néphrogenèse normale sont observées (différentiation non-synchronisée des néphrons, persistance des 9 conduits métanéphritiques et du mésenchyme primitif, épithélium tubulaire atypique, etc.)
  • Peut affecter le rein en entier ou une partie de ce dernier (lésion focale).

21

Reins en fer à cheval

  • Condition occasionnelle
  • Résulte de la fusion des pôles antérieurs ou postérieurs des reins (degré de fusion variable).
  • Ne présente pas de problème clinique.
  • Observé chez la plupart des espèces (cheval, chat, bovins, porc).

A image thumb
22

Ectopie rénale

  • Retrouvé en position pelvienne ou inguinale.
  • Surtout observé chez l'espèce porcine.
  •  Ordinairement peu d'implications cliniques. L'uretère par contre peut être tordu ou plié, prédisposant ainsi à d'autres problèmes (hydronéphrose, etc.).

23

Kystes rénaux congénitaux

  • Condition très commune.
  • Isolés ou multiples (1mm – plusieurs cm).
  • Apparaissent dans le cortex ou la médulla et résultent d’un développement fœtal anormal des tubules.
  • paroi mince, opaque ou claire, et contiennent un liquide similaire à l'urine.
  • Observés chez toutes les espèces animales, mais beaucoup plus commun chez le porc et le veau.
  • Généralement peu important cliniquement.
  •  Ne pas confondre avec les kystes rénaux acquis (petits et surtout corticaux) suite à une fibrose interstitielle ou à une obstruction intratubulaire.

24

Maladie rénale polykystique

  • Peu commun sauf chez le chat.  
  • parfois associées à des kystes hépatiques (conduits biliaires kystiques)
  • Avec le temps, ces lésions peuvent entraîner une insuffisance rénale.
  • Macroscopiquement, les reins sont volumineux, pâles et criblés de kystes (l mm - l cm). Les kystes semblent originer des tubules.
  • Une cause héréditaire semble impliquée dans certains de ces cas (ex. : Cairn terrier, chat). 
  • Cette condition est mieux connue chez le chat, notamment chez le Persan (et Persan croisé), chez qui l’on peut observer une forme infantile ou juvénile (autosome récessif probable) et une forme adulte (autosome dominant), cette dernière forme étant la plus commune. 

A image thumb
25

Quelle est la condition la plus probable ? 

Q image thumb

Maladie rénale polykystique

26

Néphropathie juvénile progressive

 

  • tendance familiale chez plusieurs races de chien
  • lésions de fibrose rénale sévère bilatérale (néphrosclérose)
  • bas âge (3 mois – 2 ans).
  • La pathogénie et les changements morphologiques varient d’une race à l’autre

A image thumb
27

Amyloïdose (secondaire)

Maladie rénale héréditaire

 

Familiale chez Abyssin, Beagle et Sharpei

28

Télangiectasie rénale

Maladie rénale héréditaire

Corgi

29

Désordres tubulaires rénaux fonctionnels

Maladie rénale héréditaire

Anomalie dans le transport cellulaire tubulaire

Cystinurie, acidurie urique, glycosurie primitive, acidose tubulaire rénale...

30

Quels sont les anomalies glomérulaires

  • Glomérulonéphrites immunitaires
  • Protéinurie avec ou sans syndrome néphrotique
  • Insuffisance rénale
  • Amyloïdose rénale
  • Autres glomérulopathies

31

Glomérulonéphrites immunitaires

Aspect lésionnel

Glomérulonéphrite membraneuse

  • épaississement de la membrane basale des capillaires glomérulaires par un matériel hyalin et homogène (excès de membrane basale).
  • glomérules sont moins cellulaires que normalement et sont augmentés de volume.
  • Chez le chat il s’agit de la forme la plus communément observée (GN membraneuse progressive féline).

Glomérulonéphrite proliférative

  • glomérules volumineux et hypercellulaires. 
  • prolifération de cellules mésangiales 
  • forme la plus commune de GN chez le porc.

Glomérulonéphrite membranoproliférative

  • épaississement de la membrane basale des capillaires et une hypercellularité des glomérules dus notamment à la prolifération des cellules mésangiales. 
  • forme communément observée chez le chien.

Glomérulonéphrite chronique avec sclérose glomérulaire (glomérulosclérose)

  • phase évolutive possible, commune à plusieurs types de lésions glomérulaires.
  • Fibrose glomérulaire et périglomérulaire.
  • Sclérose glomérulaire entraîne une ischémie progressive du néphron => atrophie, dégénérescence et disparition du néphron => remplacé par du tissu fibreux (dommage tubulo-interstitiel)
  • Si extensif => néphrosclérose progressive et irréversible (rein terminal du point de vue clinique). 

32

Progression vers la néphrosclérose (pathogénie)

A image thumb
33

Progression vers la néphrosclérose favorisée par:
 

A image thumb
34

Glomérulonéphrite immunitaire 

Pathogénie /étiologie

Immunité humorale (via présence d'Ac): rôle prédominant

  • Ac anti-membrane basale (très rare)
  • Précipitation complexe immun Ag-Ac solubles circulant au sein du glomérule
  • Formation de complexes immuns in situ au sein du glomérule 
  • Activation de la voie alterne du complément

Ag souvent inconnu

Ag endogène : ADN lors de LES, ag tumoral

Ag exogène: Dirofilariose, Ag bactérien

Immunité à médiation cellulaire : rôle moindre

A image thumb
35

Nommez moi des exemples de conditions qui prédisposent parfois à la formation de glomérulonéphrite (différentes espèces animales)

CHIEN

  • Puomètre bactérienne
  • LES (lupus érythémateux systémique)
  • Hépatite infectieuse canine
  • Dirofilariose chronique
  • Certains néoplasme (mastocytome, lymphome...)
  • Maladie de Lyme
  • AHMI
  • Dermatite chronique...

Cheval: anémie infectieuse équine

Vison: plasmocytose du vison

Porc: Syndrome de dermatite et néphropathie porcin, peste porcine chronique

Chat: Infection par le virus de la leucémie féline, PIF (péritonite infectieuse féline), certains néoplasme

Bovin: BVD, Trypanosomiase

 

36

Conséquences clinicopathologiques des glomérulonéphrites

Dépendent de l'étendue et la sévérité des lésions

1. aucune conséquence (surtout grands animaux)

2. Protéinure avec ou sans syndrome néphrotique

3. Insuffisance rénale

37

Protéinurie avec ou sans syndrome néphrotique

Pathogénie

Augmentation de la perméabilité de la membrane basale => laisse passer les protéines 

38

Protéinurie avec ou sans syndrome néphrotique

Signes et symptômes

Syndrome néphrotique (indication d'une maladie glomérulaire généralisée

  • Oedème généralisée
  • Protéinurie sévère et prolongée
  • Hypoalbuminémie
  • Hypercholestérolémie, hyperlipidémie
  • Augmentation des alphas-2-globulines

39

Insuffisance rénale