Travail Flashcards Preview

Oral Economie > Travail > Flashcards

Flashcards in Travail Deck (39):
1

Smith

Division du travail
Differences compensatoires des salaires
Coalition entre salaries ou entre employeurs oiur contrer les mecanismes de CPP

2

Keynes

Rejette lidee dun marche du travail

3

Tertiarisation de l economie

Secteur tertiaire concentre les trois qurts de la population active occupee

4

Elevation de qualifications

Entre 1962 et 2007, professions intermediaires haussent de quatorze points de pourcentage
Cadres augmentent de onze points de pourcentage

Cinquante pour cent a le bac a la fin de periode
De 80% a 20% sans diplome

5

Diversification des formes demploi

90% de salaries en 2007
Puis multiplication des statuts d emploi avec contts temporaires et nouveau mode de recrutement
Decrue du cdi apres 1990 et quadruplement de l interim depuis 2000

6

Essor et persistce du chomage

Croissance reguliere du chomage depuis 1980's
Au dessus de dix pour cent apres la crise

7

Pissarides

2000, understanding labour mrkets
Defaillance du processus d appariemment sur le marche du travail

8

Indicateurs de mesure

Rapport interdecile, coefficient de gini, rapport avec les millimes (piketty landais)
Piketty : loi de pareto pour estimer le degre de progression des inegalites
Enquetes de l insee

9

Inegalites salariales

2010, ecart interdecile est de 2,9.
Temps partiel represente 14% du volule de trzvail
Augmentation sur la periode et aussi si on differencie les temps de travail, si on annualise
1966 : reduction des disparites de 4,2 a 3,1

10

Hauts revenus salariaux

1% des revenus les plus eleves ont vu leur part dans la masse salariale s accroitre et reprise plus forte en 2010.
Landais constate une augmentation du role des revenus dans les inegalites, et pas seulement le patimoine. Dou la france aui rompt avec des annees de stabilite de hierarchie des salaires

11

Inegalites homles femmes

Ecart se reduit de 1960 a 1994 pour stagner a vingt pour cent
Differences dans les qualifications mais aussi dans le temos partiel subi.

12

Analyse neoclassique

Chomage involontaire
Salaire = tms
Plein emplo sauf si rigidites salariales

13

Lipman mac call

1979, prospection d emploi
Donne lieu au chomage frictionnel (volontaire) et arbitrage intertemporel entre chercher plus et accepter un emploi maintenant

14

Azariadis

1975, theorie des contrats implicites
Prise en compte dun univers risque fait quil existe des contrats. La firme fait face au risque que son offre ne corresponde pas a la demande et assure son employe. D ou salaires fixes et salaire superieur a la productivite marginale en cas de demadne faible. Donc chomage involontaire ex posrt

15

Salaire d efficience

Yellen 1984
Stiglitz 1974 la firme veut retenir ses salaries donc les paie plus et minimise ainsi ses couts de rotation.
Akerlof, 1984, la producitvite depend du fait que les salaries se sentent bien traites. Logique de don contre dons
Weiss salaire d efficience fonde sur la selection adverse.
Shapiro et stiglitz fonde sur l alea moral. La firme auglente le cout du licenciement en augmentant les salaires

16

Theorie des negociations collectives

Mac donald et solow, 1981, modeles de contrats optimaux ou firmes et syndicats negocient des modalites d echange. D ou infinite d esolutions qui dependent du pouvoir de negociation des agents
Nickel : droits a gerer où la firme choisit le niveau d emploi en fonction du salaire négocié
Lindbeck, snower : insiders outsiders

17

Dualisme du marche du travail

Insidrs outsiders vs doeringer et piore

18

Courbe de beveridge

Lien entre emplois vacants et taux de chomage. Decroissante et hyperbolique

19

Chomage d inadequation

Pissarides 1990, chomage frictionnel involontaire. Asyleties d information et couts de transaction lirs de l appariement font que travailleurs et employeurs arbitrent entre couts et benefices d occuper un emploi. Cela depend de la tension de leconomie. Chomage est utile pour appariemment de sualite

20

Becker

Capital humain, 1964
Preferences qui n ont pas d explication economique

21

Taxation des hauts salaires

Landais 2007 voit cela comme une raison de l explosion des hauts revenus avec des prmes, jne forte hausse des revenus avec un star system

22

Discrimination selon les preferences/ statidtiques

Sur les preferences cf becker
Statistiques : lie aux caracteristiques statistiques d un groupe. Proposé par arrow et phelps dans le cas d asymetrie d information

23

Edo et jacquemet

Envoi de cv avec juste des prenoms a consonnance etrangeres. Piur les femmes : maitrise du francais.

24

Mesures de la discrimination

Testing
Evaluation des cv anonymes
Decomposition de blinder oaxaca : methode de decomposition econometrique a partir de l equation de mincer. On decompose l ecart des salaires horaires holles femmes

25

Travail selon les classiques

la demande de travail provient des entreprises pour qui il est un facteur de product° comme les autres => salaire réel = productivité marg. du travail. L’offre de travail provient des individus procédant à un arbitrage entre consommation et loisir deux effets s’opposent : effet de revenu & effet de substitution. Le chômage est volontaire, les individus refusant de travailler au salaire d’équilibre. Le retour à l’équilibre se fait par un ajustement du salaire. Cependant selon Malinvaud (1977) la complexité de l’éco fait que les prix ont du mal à s’ajuster.

26

Le travail selon les keynésiens

le taux d’intérêt fixé par la confrontation entre l’offre et la demande de monnaie = prix de la renonciation à la liquidité (motifs de précaution, transaction & spéculation). Il conditionne l’investissement par sa confrontation avec l’efficacité marginale du capital (emac) et conditionne donc l’activité éco. La décision de production des entrepreneurs repose sur des prévisions de la demande effective i.e. celle composée par l’investissement & celle fonction du niveau d’emploi. Cette dernière est régie par la loi psychologique fondamentale : +le nombre de travailleurs est grand, + la demande augmente mais de - en – fortement car la proportion marginale à consommer est décroissante => les producteurs déterminent donc le niveau d’emploi de manière unilatérale sans que n’intervienne le travailleur => la flexibilité des salaires ne permet pas un retour à équilibre. Et si l’effet de substitution incite à + travailler cela entraîne un effet dépressif suite à la baisse de PA => déprime les anticipations => chômage volontaire.

27

Modèle du tir au flanc de Shapiro-Stiglitz (1984)

Plus la rémunération du travail est élevée plus la probabilité qu’un travailleur ne fiche rien diminue, puisqu’il voit son coût d’opportunité (i.e. ce qu’il perd) augmenter en cas de licenciement.

28

Théorie des contrats implicites d’Aziariadis (1975), Bailey et Gordon (1974)

il y a contrat implicite entre le travailleur et l’employeur : Celui-ci assure le travailleur d’un revenu fixe => hausse de l’utilité car ça permet de lisser la consommation, facilite le crédit…, en échange il s’ajuste à la conjoncture par les quantités i.e. en licenciant.

29

Théorie du capital humain (BECKER, 1972)

travail est hétérogène du fait des caractéristiques propres à chaque individu. La productivité des individus est spécifique a l’entreprise (car habitude de l’équipement, de l’équipe de travail). La productivité des salaries est donc plus forte dans leur entreprise que dans une autre, même pour un poste équivalent. Des lors, les salaries récemment embauches ont une productivité moindre et pourtant l’entreprise est obligée de leur payer le salaire d’équilibre du marché pour attirer les meilleurs candidats.

30

Chômeur au sens du BIT

- Être en âge de travailler (+15ans)
- Rechercher activement un emploi
- Etre dépourvu d’emploi
- Etre dans les 15 jours disponibles pour un emploi

31

L’effet d’hystérèse du chômage de Blanchard & Summers (1986)

correspond à une situation dans laquelle le taux de chômage d'équilibre augmente durablement, alors que sa cause a disparu, car il y a eu une dégradation du capital humain : les chômeurs de longue durée connaissent une dévalorisation de leur capital humain. Ainsi, ils seront considérés par les employeurs comme moins productifs, donc moins rentables. Le chômage de longue durée a donc tendance à "s'auto-entretenir".
Il a servi à expliquer le chômage structurel en Europe dans les périodes d'expansion.

32

La loi d'Okun (1962)

il existe une relation linéaire entre le taux de croissance (du PIB) et la variation du taux de chômage. En dessous d'un certain seuil de croissance, le chômage augmente ; au-dessus de ce seuil, il diminue. Aux USA, chaque point de croissance au dessus de 3% => baisse du taux de chômage de 0,5. Il y a un lien entre les marchés des produits et celui du travail.

33

Théorie du travailleur découragé de Thelot (1975) :

l’implantation d’une usine dans une région peu entrainer une hausse du chômage, malgré sa politique d’embauche, car cela à redonné espoir à des chômeurs découragés de nouveaux attirés par le marché du travail. Inversement la récession => baisse du nombre de demandeur d’emploi.

34

L’indemnisation chômage de Cahuc & Zilbergberg (2004) : le

le chômage est socialement utile puisqu’il permet une réallocation de la main d’œuvre. L’indemnisation permet alors à l’individu de rechercher le meilleur travail et de participer au processus de destruction créatrice. En moyenne dans les pays industrialisés 15% des emplois sont détruits et créés 15% chaque année.

35

Théorie du Job Search de Stigler :

on suppose que l’agent n’a pas d’info parfaite mais qu’il connait son espérance de revenu en restant au chômage ou en acceptant telle ou telle offre d’emploi . Il va donc mener une comparaison entre les deux espérances de revenus et acceptera un travail seulement à partir du moment où le montant du salaire qui lui est proposé est supérieure à l'espérance mathématique du salaire qu’on lui proposera plus tard. Ainsi, l’individu restera au chômage tant que le bénéfice marginal qu'il retire des offres d'emploi qui lui sont proposées demeure inférieur au bénéfice marginal qu'il a à rester au chômage, dans l'attente d'offres meilleures et compte tenu de l'indemnisation dont il bénéficie.

36

Théorie du dualisme du marché du travail Doeringer et Piore (1971) :

la formation des salaires est différente selon qu’on se trouve sur le:
- Marché primaire : salaires plutôt élevé, emplois stables et qualifiés à l’abri des variations conjecturelles
- Marché secondaire : emplois précaires, peu rémunérés, travailleurs supportent le poids de l’ajustement de l’économie à des chocs de productivité.

37

La théorie des différences compensatrices Smith, Rosen & Becker

les différences de salaires proviennent des différences dans la pénibilité des tâches et dans les compétences des offreurs de travail. Ces compétences décrites par des informations telles que la durée d’étude, l’expérience… résultent d’un investissement dont le coût est justement compensé par le différentiel de salaire obtenu.

38

Modèle Insider-Outsider de Lindbeck et Snower (1989)

L'entreprise est très averse au risque, principalement du fait du coût de rotation de la main d'œuvre, et du pouvoir de négociation décentralisé. Ainsi, plutôt que d'embaucher des outsiders prêts à accepter un salaire réel plus faible, les entreprises préfèrent garder les insiders et les rémunérer à un salaire réel plus élevé que celui du niveau concurrentiel. Le modèle explique donc la persistance du chômage.

39

La théorie du partage des profits de Weitzman (1984) :

La solution au chômage ne passe pas par des changements à appliquer au marché du travail, mais des modifications relatives au mode de rémunération. L’idée est de substituer une éco salariale composée de salaires fixes et non directement fonction des résultats de l’entreprise à une éco de partage des profits où les paiements seraient fortement liés aux performances de l’entreprise. Cela devrait déboucher sur un excès de demande de travail et ainsi résorber le chômage.