118.1 partie 1 la garde d'incendie et de secours Flashcards Preview

Plai > 118.1 partie 1 la garde d'incendie et de secours > Flashcards

Flashcards in 118.1 partie 1 la garde d'incendie et de secours Deck (26):
1

missions de compétence exclusive BSPP

la prévention et l’évaluation des risques de sécurité civile
la préparation des mesures de sauvegarde et l’organisation des moyens de secours
la protection des personnes, des biens et de l’environnement
les secours d’urgence aux personnes en détresse ou victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation

2

missions de compétence partagée

la BSPP concourt à:
la protection et la lutte contre les autres accidents, sinistres et catastrophes
l’évaluation et la prévention des risques technologiques ou naturels
aux secours d’urgence

3

le secteur administratif détermine les responsabilités organiques des autorités compétentes dans les domaines de gestion suivants :

commandement
gestion du personnel
établissements répertoriés
hydrants
cartographie
commissions de sécurité

4

le secteur opérationnel est:

soit superposé au secteur administratif (par défaut),
soit défini pour garantir l’équilibre fonctionnel de la couverture opérationnelle (secteurs nautiques, NRBC, aéroportuaires...).
Il peut être occasionnel, notamment pour répondre à un événement prévisible (DPS) ou fortuit (quadrilatère délimité en cas de déclenchement du plan violences urbaines, etc.).
Il contribue à l’élaboration des règles d’engagement des détachements (grille de départ des secours).

5

différents lieux de stationnement

Lieu de Stationnement Opérationnel (LSO) : localisation des moyens sapeurs-pompiers
Lieu de Stationnement Santé (LSS) : localisation des moyens médicaux et para médicaux
Lieu de stationnement des SDIS entrant dans le cadre des CIAM (LS SDIS).

6

La Brigade organise sa réponse opérationnelle en 3 niveaux :

la réponse de niveau 1:réponse autonome et initiale au risque courant, mise en œuvre simultanée et immédiate d’une ou plusieurs composante(s) opérationnelle(s) générique(s), sous l’autorité d’un COS du niveau de chef d’agrès ou de chef de garde. Cette réponse exige l’engagement des détachements correspondants, en posture de départ immédiat, dans les délais les plus brefs.

la réponse de niveau 2 : réponse autonome initiale ou complémentaire au risque particulier, se traduisant par la mise en œuvre simultanée, immédiate ou échelonnée, d’une ou plusieurs composante(s) opérationnelle(s) (générique(s) ou spécifique(s)), sous l’autorité d’un COS du niveau d’officier de garde compagnie au moins. Cette réponse exige l’engagement des détachements correspondants, en posture de départ immédiat, dans les meilleurs délais.

la réponse de niveau 3 : réponse initiale, au moins partielle, au risque majeur, planifiée et/ou adaptée en fonction de la disponibilité des moyens, se traduisant par la mise en œuvre immédiate ou différée d’une ou plusieurs composante(s) opérationnelle(s), s’appuyant sur les capacités de niveau 1 et 2, sous l’autorité d’un COS du niveau minimum d’officier supérieur de garde. Pour les moyens de la BSPP, elle est tributaire du maillage territorial des capacités disponibles de niveau 1 et 2.

7

fonctions opérationnelles

intégrantes
d'engagement
d'environnement

8

les fonctions intégrantes

il s’agit des fonctions incontournables pour assurer la capacité opérationnelle de la BSPP :
CDT (commandement)
SIC (Système d’Informations et de Commandement)
LOG (logistique) : RAV, MAINT, SH, SAN
SIO (Soutien Infrastructure Opérationnelle)

9

les fonctions d’engagement

il s’agit des fonctions nominales pour intervenir :
INC / EXT
SAUV
RECO / ELD
SAP/AMU/SR
VENT

10

les fonctions d’environnement

il s’agit des fonctions complémentaires et de spécialité :
NRBC
RSMU
NAUT
IMP
CYNO
PROTEC
ECL
COM

11

Unités Elémentaires Spécialisées (UES)

Kourou, Biscarrosse, Louvre, Balard

12

Les détachements permanents

Présidence de la République, les ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, l’Assemblée Nationale, le musée d’Orsay et l’Hôtel national des Invalides

13

la garde en CS

1 OGC dans les PC de compagnie, officier ou major de l’unité, titulaire de la qualification correspondante et habilité par le commandant de groupement

1 chef de garde, titulaire du CCGI, officier ou sous-officier dans les PC de compagnie, sous-officier dans les autres centres de secours

le personnel équipant les engins en service

le personnel du PVO

le service de jour

14

la garde au GPT

1 OSG, titulaire de la qualification « officier supérieur de garde » et habilité par le Général sur proposition du sous-chef emploi

1 OPC, ou officier CMO appui (OCA) titulaire de la qualification « officier poste de commandement »
le personnel du poste de commandement tactique ou du CMO appui

le sous-officier « statique » et le personnel du Centre de Suivi Opérationnel (CSO)

les conducteurs

15

la garde BSPP

le commandant opérationnel Brigade

le colonel de garde, Chef d’Etat-Major Opérationnel(CEMO)

le médecin-chef Brigade de garde

l’officier supérieur de garde CO, l’officier de garde CO, le médecin coordinateur chef et le personnel du centre opérationnel et de l’EMO

le DSM) et la garde des secours médicaux constituée d’un vétérinaire, d’un pharmacien, d’un psychologue, du médecin d’astreinte et des équipages des AR, du CMO San et officier CMO San (OCS)) et du VAS
les officiers ou sous-officiers « garde environnement PCTAC » : prévention, sécurité et dessinateur opérationnel

l'officier communication opération

les officiers ou sous-officiers « experts » : officiers NRBC, NAUTIQUE, chef de section RSMU, ELD, chefs de groupes IMP, CYNO, représentant des cultes, le personnel de garde RCCI

les officiers de liaison Brigade :CCZ1,CIC DOPC2/ renfort CCZ, COPP/SIC DSPAP2

le personnel du GSS, et du GFIS armant certains moyens spéciaux, d’aide au commandement ou d’appui à la couverture opérationnelle

le sous-officier du service général

les conducteurs de la section transport

le personnel de garde et d’astreinte technique ou administrative

16

maintien du potentiel RH en cas de crise:
niveau ALPHA

Absentéisme à moins de 10 % dans un ou plusieurs GIS, ce niveau ne requiert aucune adaptation particulière pour assurer la couverture opérationnelle.

En cas de pandémie :
Le personnel doit être doté des EPI
Les dispositifs permettant de se laver et/ou se désinfecter les mains après chaque intervention doivent être prévus selon les directives de la division santé (sur place ou au CS)

17

maintien du potentiel RH en cas de crise:
niveau BRAVO

Absentéisme de 10 à 20 % dans 1 ou plusieurs GIS, ce niveau, déclenché par le CEM (ou le colonel de garde en cas d’absence du CEM ou en dehors des heures ouvrables), après compte-rendu du commandant de groupement, conduit à une réponse interne au groupement sans procéder à des mouvements d’engin :
rééquilibrage des effectifs en fonction des particularités locales (rééquilibrage intra ou entre compagnies)

les demandes de renforcement sont honorées dans la limite des possibilités du GSS et du GFIS (la décision d’arrêter les actions de formation du GFIS devra être prise par le commandant opérationnel Brigade sur proposition du chef de corps du GFIS). Un point de situation est alors fait quotidiennement.

par le CO sur proposition du colonel de garde sur le personnel disponible du GSS et du GFIS pouvant être mobilisé

il n’y a pas de renforcement entre GIS

18

maintien du potentiel RH en cas de crise:
niveau CHARLIE

Absentéisme de 20 à 40 % dans 1 ou plusieurs GIS, ce niveau est déclenché par le commandant opérationnel Brigade, sur proposition du colonel de garde.

Il induit l’arrêt immédiat des activités non opérationnelles dans les centres de secours, à l’exception de celles qui sont incontournables à la bonne marche des opérations

les permissionnaires et le personnel en situation de repos (non atteints en cas de pandémie) sont rappelés par les commandants de groupement dans la mesure où les transports peuvent être assurés. Les permissions à venir sont annulées pour tout le personnel de la Brigade

en cas de pandémie, les malades sont mis au repos, regroupés et isolés dans des chambres des CS ou des PCC, en fonction des possibilités bâtimentaires locales, en attendant les décisions médicales

dans les limites des possibilités du GFIS et du GSS, tout le personnel apte du GFIS et du GSS, à l’exception de celui dont le rôle est essentiel à la gestion de la crise dans leur groupement ou service d’origine, se tient à la disposition, prêt à venir en renforcement des unités d’incendie ou d’appui

19

maintien du potentiel RH en cas de crise:
niveau DELTA

Absentéisme supérieur à 40 % dans au moins 1 GIS, ce niveau est déclenché par le commandant opérationnel Brigade, sur proposition du colonel de garde.

en complément des mesures du niveau C, le service de garde est modifiable selon le besoin opérationnel

20

L'OGC se rend obligatoirement sur les interventions dans les cas suivants :

tous cas prévus par la grille de départ des secours ;

toutes demandes ou envoi de groupes, renforts ou sections ;

demande de moyens de renforcement (sur feu ou interventions particulières) ou d’un plan spécial ;

demande d’un chef d’agrès ;

intervention dans une ambassade, une légation, chez une autorité ou une personnalité publique ou impliquant une autorité ou une personnalité publique ou leurs proches ;

accident de circulation sur son secteur impliquant un véhicule du corps ;

sur ordre de l’officier responsable de l’EMO ou de l’OSG.

21

L'OGC se rend à son initiative sur les interventions lorsqu’il juge sa présence nécessaire, notamment :

lorsqu’un chef de détachement (ou d’agrès) éprouve des difficultés ou manifeste de l’inquiétude ;

pour une intervention autre que « secours à victime » ayant entraîné une victime décédée et toute intervention ayant entraîné de nombreuses victimes.

22

Rôle du CdG à sa prise de service :

il prend connaissance des opérations de la veille et de celles en cours ;

il inspecte au rassemblement la garde d’incendie et les personnels de service. Il vérifie notamment la tenue, l’hygiène et l’aptitude du personnel (attention aux permis) ;

il fait vérifier la présence, le fonctionnement et l’état du matériel dans les engins. Il s’assure de leur recomplètement, de leur validité et du respect des règles d’hygiène et de désinfection. Il veille à la mise à jour des ressources dans le système ADAGIO ;

il prend connaissance des ÉTARÉ 1, des répertoires d’indisponibilité des bouches ou poteaux d’incendie et de la liste des rues barrées. Il s’assure de leur mise à jour et de leur diffusion ;

il s’assure de l’essai des lignes directes quand elles existent ; il s’assure que la prise en compte du PVO, ainsi que la vérification des diverses installations techniques s’y rapportant (sonneries de feu, temporisation, report téléphoniques), ont été réalisées par le stationnaire ;

il consulte la liste des services à fournir.

23

Role du CdG pendant son service :

il lui est rendu compte de tout changement intervenant dans la composition de la garde ou dans la disponibilité des matériels. Il s’assure, à son initiative, du maintien permanent du potentiel opérationnel de son centre de secours ;

il rend compte à l’OGC de tout événement ayant ou susceptible d’avoir une incidence sur le service d’incendie et prend les mesures palliatives nécessaires. Ces évènements peuvent être :
indisponibilité ou remise en service d’engin ou matériel ;
manifestation sur la voie publique ;
baisse anormale de pression dans les conduites alimentant les bouches ou poteaux d’incendie ;
indisponibilité de moyens de secours dans certains établissements (ETARE, etc.) ;

il contrôle l’exécution des tournées de BI-PI et s'assure, à l'issue, du signalement des appareils indisponibles ;

il s’assure par sondage que tous les rapports de sortie de secours sont correctement rédigés et validés ;

il organise et dirige les séances de préparation opérationnelle :séances de préparation physique ; manœuvre de la garde ;instruction théorique ; perfectionnement des conducteurs (étude des plans muraux, école de conduite, alimentation des pompes) ;

préparation opérationnelle des stationnaires et auxiliaires (exercices de transmission de messages (ETM), modes dégradés) ;

étude des ÉTARÉ.

24

Rôle du CdG à la fin de son service :

il effectue les rappels nécessaires ;
il vérifie et signe les documents du SIS.

25

L'OSG:Il se rend sur les lieux d’une intervention dans les cas suivants :

activation d’un plan spécial ou intervention impliquant de nombreuses victimes ;
demande de renfort ;
demande de renforcement conséquent sur une intervention particulière;
demande du COS ;
intervention particulière et/ou importante ayant une répercussion notable;
sur ordre du colonel de garde ;
lorsqu’il juge sa présence utile.

26

L’OPC se rend sur les lieux d’une intervention avec les moyens du PC TAC, dont il assure le commandement, dans les cas suivants :

départ de groupe incendie ou habitation ou PMA;
à partir de 2 engins pompes demandés par le COS ou présence de 4 engins pompes sur intervention ;
demande de renfort ;
engagement d’un plan spécial ;
départ INTERFER ;
départ du groupe hydrocarbure ;
demande du COS ;
ordre de l’officier responsable de l’EMO ou de l’OSG ;
intervention particulière et/ou importante ayant une répercussion notable;
à son initiative s’il le juge nécessaire.