5. Troubles de l'attachement et exploration ---- 6. Attachement précoce et développement social ultérieur Flashcards Preview

L3 Développement socio-émotionnel chez l'enfant > 5. Troubles de l'attachement et exploration ---- 6. Attachement précoce et développement social ultérieur > Flashcards

Flashcards in 5. Troubles de l'attachement et exploration ---- 6. Attachement précoce et développement social ultérieur Deck (14):
1

Citer les 5 types de troubles de l’attachement pour les enfants de 1 à 5 ans. (Zeanah, Mammen et Lieberman)

- trouble de l’attachement non attaché
- trouble de l’attachement indiscriminé
- trouble de l’attachement inhibé
- trouble de l’attachement agressif
- trouble de l’attachement avec inversion des rôles
Les deux premiers étant les plus graves.

2

Expliquer le type 1 de trouble de l'attachement (classification de Zeanah, Mammen et Lieberman).

Dans le type I : trouble de l’attachement non attaché, l’enfant ne manifeste pas de préférence particulière pour un adulte donné et ne semble s’attacher à personne. Il peut, par ailleurs, présenter un retard de développement significatif. Vraisemblablement, une telle perturbation survient chez les enfants élevés en institution, les cas de négligence extrême ou les enfants dont les tuteurs se sont succédé les uns après les autres.

3

Expliquer le type 2 de trouble de l'attachement (classification de Zeanah, Mammen et Lieberman).

Le type II : trouble de l’attachement indiscriminé, se caractérise par une tendance à ne pas s’assurer de sa sécurité auprès du parent dans les situations non familières et à ne pas se réfugier vers lui en cas de peur ou d'appréhension. L’enfant fait plutôt preuve de promiscuité, en allant vers n’importe qui pour obtenir des soins et du réconfort. Dans le type II, on distingue les enfants qui ont en outre tendance à avoir des accidents et des comportements à risque de ceux qui présentent une promiscuité sociale avec recherche de réconfort de façon indiscriminée.

4

Expliquer le type 3 de trouble de l'attachement (classification de Zeanah, Mammen et Lieberman).

Dans le type III : trouble de l’attachement inhibé, l’enfant se montre réticent à s’éloigner de sa figure d’attachement et à explorer l’environnement comme le font les autres enfants de son âge. Certains de ces enfants s’accrochent de manière excessive à leur parent, une attitude qui va bien au-delà de la simple timidité. Face à des inconnus, ces enfants se montrent extrêmement anxieux. Une autre catégorie d’enfants de type III se montrent totalement soumis face à leur parent (compulsive compliance) en lui obéissant en toute circonstance, sans manifester la moindre résistance. Cet état résulte vraisemblablement d’une maltraitance physique à son encontre. L’enfant se montre ainsi hyper vigilent ; il contient ses affects et manque de spontanéité en présence du parent maltraitant.

5

Expliquer le type 4 de trouble de l'attachement (classification de Zeanah, Mammen et Lieberman).

Dans le type IV : trouble de l’attachement agressif, la relation avec le parent est essentiellement marquée par la colère. En effet, l’enfant se montre très agressif envers sa figure d’attachement (physiquement ou verbalement) et/ou envers lui-même (par ex. : en se frappant la tête contre les murs). Souvent l’agressivité est tellement prédominante que d’autres manifestations anxieuses comme des difficultés de séparation ou des troubles du sommeil passent inaperçues ou sont interprétées par les parents comme des tentatives de les mettre au défi. L’agressivité peut apparaître dans d’autres contextes, mais à un moindre degré. L’enfant peut piquer des crises de colère terribles lorsqu’il est frustré. De tels enfants sont généralement témoins ou victimes de violence à la maison.

6

Expliquer le type 5 de trouble de l'attachement (classification de Zeanah, Mammen et Lieberman).

Dans le type V : trouble de l’attachement avec inversion des rôles, l’enfant endosse le rôle de parent et se soucie de manière inhabituelle du bien-être psychologique de celui-ci. Dans son comportement, l’enfant peut infantiliser le parent en veillant sur lui ou en le commandant et en le punissant. Il semblerait qu’un attachement désorganisé pendant la petite enfance prédispose à ce type de trouble.

7

Comment l'enfant "abandonné" cherche-t-il à s'adapter à son environnement ?

En développant des stratégies qui vont accroître ses chances d'obtenir une protection quelconque. Par exemple, s'il n'a pas eu de figure d'attachement stable, il apprend à solliciter n'importe quel adulte pour assurer sa protection. S'il n'a personne qui veille sur lui, il va tenter de se familiariser avec le monde qui l'entoure par lui-même, sans attendre la guidance d'un adulte.

8

A quoi participent les MIO ?

Les MIO participent à la pérennisation des modes de relations initiaux et des affects associés ; ils influencent le comportement de l'individu dans ses rapports interpersonnels.
En agissant sur les anticipations relatives au déroulement des interactions et, par là-même, sur les attitudes qui en découlent, les MIO participent à la pérennisation des modes de relations initiaux et des affects associés.

9

Comment est qualifié le rapport entre les enfants sécures et les MIO et relations aux autres/environnement ?

Les MIO des enfants sécures leur sont favorables sur le plan des relations interpersonnelles et des émotions que cela provoque. Les échanges avec leur entourage familial leur apportent les assisses narcissiques nécessaires à la formation d’une image positive de soi et participent à la construction d’une image positive d’autrui. Les relations avec les autres sont perçues comme gratifiantes. Ainsi les attentes de ces enfants tendent à induire des modes d’interactions satisfaisants, qui viennent renforcer l’image préalablement formée des relations. Ce faisant, elles réduisent l’occurrence d’échanges conflictuels susceptibles d’engendrer des affects négatifs. Et lorsque de tels échanges ont lieu, la confiance que ces enfants ont en eux-mêmes et en l’avenir les prémunit contre les effets néfastes qu’ils pourraient avoir.

10

Que fournissent les MIO aux enfants insécures et quelle est leur relation avec les autres/environnement ?

Les enfants insécures développent le sentiment de ne pas réussir à se faire aimer, ainsi que l’idée que les relations sont sources de frustration. Ils développent alors une attitude méfiante ou dépendante vis-à-vis d’autrui, qui risque de gêner l’établissement de rapports satisfaisants (voir par ex. Cassidy, Kirsh, Scolton, & Parke, 1996). Ainsi, leurs relations leur renvoient à nouveau une image négative d’eux-mêmes, de même qu’elles engendrent des sentiments pénibles, difficiles à gérer. Leurs MIO les conduisent à faire des erreurs d’attributions, dont on sait, par ailleurs, qu’elles sont impliquées dans différents troubles. Cette sphère d'influence des MIO concourt à la cristallisation d'un vécu affectif négatif, tant au niveau de la qualité de celui-ci, qu'au niveau de sa capacité à y faire face.

11

Définir l'exclusion défensive de Bowlby.

Il s'agit d'un phénomène qui consiste à exclure de sa conscience les informations qui engendrent un trop grand sentiment d'insécurité, car bannies et réprouvées par les parents ou plus généralement, parce qu'elles sont nuisibles aux conditions de sécurité Par exemple, mieux vaut, pour un enfant, idéaliser un parent violent (et donc « fermer les yeux » sur certaines choses), lorsque cette idéalisation favorise un climat plus apaisé. Ainsi, l'exclusion défensive vise à minimiser l'insécurité.

12

Conséquence de l'exclusion défensive ?

Elle empêche une bonne mise à jour des MIO, en écartant du système de représentations les informations non conformes à ce qui y est établi. Par conséquent, l'apparition de nouvelles perceptions et de ce fait, de nouveaux comportements, est compromise. La personne insécure est limitée dans sa capacité à mettre à jour son MIO ou d'en créer de nouveaux, plus en adéquation avec les informations nouvelles.

13

Pourquoi les enfants insécures auraient un rapport au monde plus rigide ?

Plusieurs travaux suggèrent en effet que les personnes qui recourent à l'exclusion défensive sont moins enclines que les autres à développer des MIO différents de ceux mis en place auprès des parents (Cohin & Miljkovitch, 2007; Miljkovitch, 2009). On peut donc s'attendre à ce que les personnes insécures, parce qu'elles sont plus susceptibles de recourir à ce type de défense, voient les modalités relationnelles mises en place auprès des parents se généraliser davantage que les personnes sécures. Elles auraient un rapport au monde plus rigide à travers les différents domaines et situations. Leur MIO d'attachement précoce aurait un caractère envahissant, en ce qu'il entraînerait une tendance excessive à l'analogie, entre des situations nouvelles non pertinentes et les situations sources. Le caractère envahissant du MIO est alors susceptible de conduire à des réactions inadaptées, conformes aux réactions provoquées par l'insécurité d'origine.

14

Expliquer : certains travaux suggèrent aussi que l'attachement précoce se rejoue dans les relations de couple.

Plusieurs recherches montrent un effet durable des modèles de relations précoces sur les relations amoureuses nouées par l’individu plus tard dans sa vie