Cours 9: Troubles des conduites alimentaires Flashcards Preview

Troubles mentaux exame 2 > Cours 9: Troubles des conduites alimentaires > Flashcards

Flashcards in Cours 9: Troubles des conduites alimentaires Deck (16):
1

Quels sont les types de troubles des conduites alimentaires

1. Anorexie

2. Boulimie

3. Hyperphagique boulimique

2

Quels sont les critères de l'anorexie ou qu'est-ce que l'anorexie

A.
- Restriction de l'apport énergique par rapport aux besoins

- Conduit à un poids corporel significativement faible selon
le sexe, l'âge, la santé physique et la trajectoire développementale

- Un très faible poids est défini comme un poids qui inférieur à la normal ou chez les enfants et adolescent moins que le minimum attendu

B.
Peur intense de prendre du poids ou de devenir gros
ou
comportement interférents à la prise de poids.
Alors que le poids est inférieur à la normale

C. Altération de la perception du poids et/ou de la forme de son propre corps
Influence excessive du poids ou de la forme corporelle sur l'estime de soi, ou déni de la gravité de la maigreur actuelle

Spécifier:
type restrictif (régime), types avec crises de boulimie / vomissement, pris de purgatif (laxatif)

Spécifier: en rémission partielle ou en rémission complète

Spécifier : l'indice de masse corporelle allant de léger à extrême
** peut être biaisé notamment chez les athlètes, il ne faut pas se faire prendre. % de gras corporelle

3

Reconnaître les signes chez les anorexiques

1) Signes comportementaux

2) Signes physique de dénutrition

4

Quels sont les signes comportementaux (anorexie)

1) Évitement d'aliments riches, diètes, calcul de calorie (peut être compulsive)

2) Refus de manger en public

3) Excuses répétées (avoir déjà mangé, avoir un "petit appétit"

4. Vêtements amples = dissimulant la maigreur (jusqu'au cou, poignet)

5. Comportements de compensation rigides ou exagérés
Horaire d'entraînement

5

Quels sont les signes physiques de dénutrition (anorexie)

1. Epuisement / léthargie (joue entré, cernes)

2. Constipation, douleur abdominale

3. Intolérance au froid, fatigue, faiblesse (essoufflé rapidement)

4. Aménorrhée (absence de règle) / retard de la ménarche

5. Lanugo (cas plus sévère)

6. Symptôme de purgation
- le signe du Rushell
- Face dorsal de la main, oedème lors de la pris de poids

6

Autres informations (anorexie)

1) Présentation majoritairement chez les femmes. Apparition typiquement avant la puberté et avant 40 ans..

- perfectionnisme, contrôlante ( 9 cas sur 10 F, 1 cas sur 10 H) 10x plus d'homosexuelle

2) Sévérité du trouble
Dans certains, le trouble peut cause la morts, soit par dénutrition sévère, soit par suicide

Le risque de décès chez les femmes atteintes est 10x plus élevés que des femmes appariées sans le trouble

3) Certains individus réussissent à maintenir une fonctionnement et professionnel relativement peu altéré
l'altération du fonctionnement n'est pas un critère diagnostic pour le trouble

7

Quels sont les facteurs de risque (anorexie)

1) tempérament
- anxiété, traits obsessionnels à l'enfance
- perfectionnisme, attente élevées (personnelles, parentales), rigidité

2) Environnement
Facteur culturel et occupationnel (modèle, athlètes)

3) Génétique et physiologique
- augmentation du risque si un parent était atteint (attention, ceci peut être génétique ou une transmission de valeurs et attitudes, même involontaire) et dans des études de jumeaux MZ

8

Fonctionnement sociale (anorexie)

L'anorexie est fréquemment associé à un fonctionnement social altéré

Le psychoéducateur doit donc être attentif a évaluer le réseau de soutien, notamment au niveau familial

1. Conflit et isolement
- Tendre fuir, lié pression sociale

2. Épuisement du réseau

3. Relations amoureuses
- orientation sexuelle (masculin)

9

Fonctionnement familiale

1) attente parentale et type de relation
- Beau / entraînement
- parent dominant (souvent parce que parent peur vie de l'enfant)

2) antécédents familiaux
- surtout la mère

3) Fratrie
+ elevé deux soeurs
surtout plus jeune (modeling)

4) comment se passe les repas
- vécu partagé
- comportement déviation
- aspect relationnel (relation par rapport au dessert)
- le non-verbal

*Jeune fille souvent hospitalisé = pleur, crise, lutte

menace final = gavage, négociation sortie

10

Qu'est-ce que la Boulimie

A. Survenu récurrente de crises de boulimie (binge eating).
Une crise de boulimie répond aux deux caractéristiques suivantes

1. Absorption, en une période de temps limité (ex: moins de deux heures), d'une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des gens absorberaient en une période de temps similaire et dans les mêmes circonstances

2. Sentiment de perte de contrôle (ressentie et visible) sur le comportement alimentaire pendant la crise (ex: sentiment de ne pas pouvoir contrôler ce que l'on mange ou la quantité que l'on mage)

B. Comportement compensatoires inappropriés et récurrentes visant à prévenir la prise de poids tels que :

- vomissement provoqué
- emploi abusif de laxatif
- diurétiques
- lavements ou autres médicaments
- jeûne
- exercice physique excessifs

C. Les crises de boulimie et les comportements compensatoires inappropriés surviennent, en moyenne, au moins une fois par semaine pendant trois mois.

D. L'estime de soi (sentiment de valeur personnelle) est influencée de manière excessive par le poids et la forme corporelle

E. Le trouble ne survient pas exclusivement pendant des épisodes d'anorexies mentales

Spécifier: en rémission partielle ou rémission complète
Spécifier: en terme de fréquence hebdomadaire des comportements compensatoires inappropriés
Léger à extrême

Beaucoup d'anorexique deviennent boulimique. Mais boulimique ne peut pas devenir anorexique à cause du critère A???

11

Les crises (boulimie)

Les crises sont accompagnées d'une sentiment de perte de contrôle et généralement de honte.

Les crises sont typiquement faites en privé, dans un environnement contrôlé par la personne atteinte

Les épisodes peuvent être longs (heures) et peuvent impliquer un certain rituel. Dans certains cas les crises sont planifiés

Le principal prédicteur des crises = affect négatif

Stresseurs interpersonnels
Restriction alimentaire (ex: régime)
Image négative de soi ou pensées négatives (poids, alimentation, nourriture

Ennui et isolement

12

Comorbidité avec la boulimie

La majorité des boulimiques atteignent aussi les critères pour un ou plusieurs autre troubles mentaux

Le profil de commorbidité est très hétérogène et les symptômes du trouble secondaire tendent à diminuer dans les mois suivant le traitement de la boulimie

- dépression
- trouble bipolaire
- anxiété
- TPL
- toxicomanie, alcool et stimulant surtout

- contrairement à l,anorexie la boulimie est souvent plus simple a dissimuler. Ceci peut retarder le moment de consultation et l'accès aux soins

13

Trouble hyperphagique boulimique

Critère A : Épisodes récurrentes de frénésie alimentaire (même que A boulimie)

B. Les épisodes alimentaires sont associés à trois ou plus

1. Manger beaucoup plus rapidement que la normale
2. Manger jusqu'à se sentir mal à l'aise
3. Manger de grande quantité de nourriture sans ressentir la faim
4. Manger seul parce que la personne est embarrassé par la quantité de nourriture consommée
5. Un sentiment de dégoût de soi-même, de déprime ou sévère culpabilité après avoir mangé

C. détresse marquée en ce qui concerne la frénésie alimentaire

d. Les comportement hyperphagiques sont présents en moyenne une fois par semaine pendant 3 mois

E. l'hyperphagique boulimique n'est pas associé à l'utilisation récurrente des comportements compensatoires innapropriés

spécifique: rémission partielle ou complète
spécifié: en terme de fréquence hebdomadaire des crises hyperpahiques
léger a extrêmes

14

Autres informations trouble hyperphagique boulimique

Fréquemment associé à un surpoids ou à une obésité. Contrairement à la boulimie, il est commun qu'un régime soit entrepris après la phase active du trouble, mais pas avant celle-ci

2) Le TCA pour lequel le ratio homme: femme est le moins fortement biaisé vers les femmes (ne veut pas dire qu'il y a plus d'hommes que de femmes)

3) L'Évolition du trouble est relativement méconnue
- le taux de rémission est plutôt favorable que dans l'anorexie ou la boulimi
- l'âge moyenne de consultation est plus avancé (forcé par le médecin, beaucoup réseau de la santé

15

Traitement des TCA

1) suivi médical

2) Gestion des stresseurs psychosociaux et évaluation du fonctionnement (académique, social, implication sportive)

3) Intervention spécialisé recommandés

4) Évaluer le risque suicidaire

5) maintenir la relation de confiance: évitez de vous placer dans une situation d'opposition surtout en début de relation
- attention à la triangulation avec la famille: identifiez bien vos rôles et assurez-vous de connaître les attentes de chacun

6) Attention au consentement et veillez réévaluer la progression du trouble, notamment s'il y a des stresseurs prévisibles

7) Considérer l'influence du milieu familial

16

Bases biologiques des TCA

1) Mécanismes biologiques
possible vulnérabilité des circuits de dépendance (dopamine) et des circuits qui sont en charge des rythmes biologiques, dont la faim (sérotonine)

2) Composante génétique
Facteur de risque, mais pas de gène dominant identifié
pour l'anorexie: il est difficile de séparer l'impact des gènes de l'impact des conduites parentales

3) Pharmacothérapie
pas de consensus et peu de preuves d'efficacité sur l'anorexie
- Inversement, la pharmaco semble plus efficace pour la boulimie et l'hyperphagique boulimique (ISRS, tricycliques, anticonvulsivant, antiémétique)