Cours 2 Flashcards Preview

Psychologie de la sexualité module 1 > Cours 2 > Flashcards

Flashcards in Cours 2 Deck (30)
Loading flashcards...
1
Q

Qui a développé la théorie de l’attachement et en quelle année ?

A

John Bowbly en 1982

2
Q

À quoi sert l’attachement pour un enfant ?

A

La fonction principale de l’attachement est de produire un état réel ou perçu de protection ou de sécurité. On peut observer l’attachement chez les enfants d’au moins sept mois, mais ce mécanisme se développe dès la naissance, alors même que le cerveau n’arrive pas encore à faire du sens des expériences qu’il vit. Le système d’attachement s’active lorsque sa figure d’attachement principale, par exemple sa mère, s’éloignera. L’enfant ayant un attachement sécure se sentira alors menacé et cherchera à rétablir la proximité. Le système d’attachement se désactive lorsque ce sentiment de proximité et de sécurité est restauré.

3
Q

Quels sont les différents styles d’attachement

A

a. L’attachement sécure
Le parent répond aux besoins de l’enfant de façon adéquate. Les réponses du parent aux besoins de l’enfant procurent un sentiment de sécurité et une capacité à explorer le monde qui l’entoure. Il est capable d’aller jouer et d’aller vers l’autre, mais garde tout de même un œil sur sa mère. Il vit un moment de détresse, il retournera vers sa figure d’attachement pour être rassuré.
b. L’attachement insécure
i. Évitant
Les besoins primaires de l’enfant sont ignorés donnant lieu à un rejet. L’enfant apprendra à inhiber ses besoins. Il renoncera ainsi à faire appel à ses parents pour ne pas les incommoder ou provoquer de l’hostilité et s’exposer en retour à un rejet. Il comprend que pour que ses parents demeurent disponibles pour lui, il ne doit pas trop en demander. Il apprendra vite à être autonome.
ii. Anxieux ambivalent
L’enfant apprend à hyperactiver son système de comportement d’attachement pour obtenir du parent un minimum de réconfort. Il apprend qu’il a de l’attention et qu’on répond à ses besoins lorsqu’il cri, qu’il est en détresse. Il saisi donc toutes les occasions pour se montrer anxieux et démuni afin d’obtenir de l’attention.
iii. Désorganisé-désorienté
Oscillation rapide des stratégies de suractivation et de désactivation du système d’attachement. L’enfant n’arrive pas à s’ajuster, il ne sait pas comment entrer en relation avec son parent, parfois parce que le parent est lui-même instable et change d’humeur rapidement. On voit souvent ce type d’attachement dans des situations de violence.

4
Q

Quelle est la théorie de l’attachement adulte de Miljokivtch (2001) ?

A

Tendance stable à faire des efforts pour chercher et maintenir la proximité et le contact avec un ou plusieurs individus qui offrent la possibilité subjective d’une sécurité physique ou psychologique. L’attachement filial se rejoue dans l’attachement amoureux. Les comportements adoptés par les amants rappellent ceux de la mère envers son bébé (cajoler, embraser, minoucher, tenir la main).

5
Q

Quel est le principe de cohérence dans le développement (Delisle, 2021) ?

A

Notre développement suit certaines règles. Il demande une cohérence dans l’histoire de chaque personne pour la mise en place se structures neuronale. Le fonctionnement et le processus (la trame de fond) demeurent dans le temps, mais les manifestations du comportement vont changer au cours de la vie, tout dépendant du stade de développement afin de s’adapter à son environnement.

6
Q

Quel est le principe de continuum en attachement ?

A

Une pathologie provient d’une déviation plus ou moins important de la trajectoire normale (le suffisamment bon), et ce que l’on déborde dans le pas assez bon ou le trop bon. La présence d’une telle déviation signifie que les facteurs de risque ont surpassé les facteurs de résilience. Plus l’écart de la trajectoire normale est important et long, plus il sera difficile d’y revenir.

7
Q

Ça veut dire quoi un parent suffisamment bon ?

A

C’est par exemple une mère qui sait donner des réponses équilibrées aux besoins du nourrisson. Une mère négligente laisserait l’enfant en souffrance de façon répétée, alors qu’une mère trop bonne répondrait trop aux besoins de l’enfant et ne le laisserait pas assez ressentir le manque.

8
Q

Pourquoi est-ce qu’il est essentiel pour un bébé de ressentir le manque ?

A

Afin de différencier son moi du rôle de sa mère.

9
Q

Quels sont les facteurs de risques d’un attachement insécurisant ?

A

La dépression post-partum (mère indisponible émotionnellement, moins d’interaction avec l’enfant), naissance prématurée, milieu violent ou négligent, consommation, isolement familial (voir peu de personnes de l’extérieur).

10
Q

Quels sont les facteurs de résilience/protection de l’attachement ?

A

Famille élargie présente, figure d’attachement stable, présente et aimante.

11
Q

Parle moi du principe probabiliste et de multifinalité ?

A

Il s’agit de ne pas porter des conclusions trop hâtives. Par exemple, on pourrait dire qu’un enfant très timide aura des difficultés à se faire es amis à l’école, mais il peut aussi s’en faire. Plusieurs enfants peuvent vivre les mêmes expériences et s’en sortir différemment. Un autre exemple est que certaines victimes d’abus physiques deviennent des adultes violents, mais d’autres pas. À partir d’un même point de départ, plusieurs résultats sont possibles.

12
Q

Quels motifs de consultations pourraient soulever un intérêt envers des enjeux d’attachement ?

A

De la difficulté à entrer en relation avec les autres, dépendance à la pornographie, jalousie, infidélité, évitement dans la relation, violence conjugale, etc.

13
Q

C’esr quoi l’experience de la situation étrangère ?

A

L’enfant pleure quand sa mère part et est réconfortée lorsqu’elle revient, c’est un témoignage d’un attachement sécure. Lorsqu’une inconnue tente de la réconforter, elle continue de pleurer car sa figure d’attachement n’est toujours pas présente. De plus, quand la mère est là, l’enfant joue et explore, tandis que lorsqu’elle quitte, il ne fait que pleurer car il ne se sent plus suffisamment en sécurité. Un enfant insécure aurait pu demeurer stoïque, que sa mère soit là o non, il aurait aussi pu être vite consolé par l’étrangère, ou même pleurer lorsque sa mère revient.

14
Q

Nomme trois caractéristiques d’un enfant insécure et d’un enfant sécure.

A

Insécure : Boude le parent, l’ignore, a le regard fuyant.
Sécure : Il cherche la proximité de la figure d’attachement, l’utilise comme base d’exploration et renoue le contact lorsqu’elle revient.

15
Q

Parle moi de l’attachement 0-9 mois.

A

De par son ton de voix, le touché, le délais de gratification et la validation affective, la mère (ou autre) crée un lien de communication émotionnel sécure avec son bébé. Elle peut utiliser la protoconversaton, soit des interactions face-à-face hautement stimulantes comprenant les yeux, les mains et la bouche.

16
Q

Que veut-on dire par « l’attachement se joue dans la période préverbale » ?

A

C’est que dès la naissance, tout le nécessaire est dans le cerveau, mais les connexions restent à faire. Celles-ci se feront en fonction des expériences de l’histoire de vie, alors même que l’enfant n’est pas en mesure de comprendre ce qui se passe. Cela se fait dès la naissance de par des ressenti, l’ambiance et l’atmosphère. C’est pourquoi on dit que des traumatismes vécus jeunes ont plus d’impact que ceux plus vieux, car le cerveau ne comprend pas ce qui se passe et cherchera des réponses dans le peu de connexions qu’il a.

17
Q

Parle-moi de l’attachement 9-18 mois.

A

On parle d’une tension lié-lbre, alors que l’enfant a encore besoin de sa figure d’attachement principale, mais cherche aussi à s’en différencier. L’enfant se met debout, marche, explore, tout en gardant une distance qu’il trouve confortable de sa mère. L’estime se construit également au cours de cette période. C’est le début du Moi.

18
Q

Qu’amène l’apparition du langage ?

A

La capacité à mentaliser, à faire du sens de ce qui lui arrive, et ainsi à apaiser et diminuer la détresse par soi-même.

19
Q

Quels sont les deux types de traumas et leur définition ?

A
Type 1 (simple) : 
Il est induit par un évènement unique, limité dans le temps ; c’est un évènement accidentel. Par exemple, une agression, un accident, un incendie.
Type 2 (complexe) : 
C’est un évènement répété, constant, menaçant de se reproduire à tout instant durant une longue période. C’est un évènement relationnel, précoce et continu. Par exemple, de la violence intrafamiliale, des abus sexuels, des faits de guerre, de la négligence. Plus la source aura un lien proche de l’enfant, plus la séquelle va être importante (« comment ma source de sécurité peut me mettre en insécurité de façon si intense ? »).
20
Q

Parle moi du lien entre le trauma de type 2 et l’attachement.

A

En situation d’abus, l’enfant est toujours en préparation pour que la situation survienne à nouveau, en hypervigilence.
En situation de négligence, où l’enfant tire la plug, en demande le moins possible car de toute façon son parent ne répond pas plus à ses besoins. Il inhibera son attachement afin de conserver son énergie.

21
Q

Qu’est-ce que le cycle de dysrégulation ?

A

C’est l’effet du manque de régulation venant de l’extérieur. L’enfant vocalisera sa détresse, se cognera, lancera des choses. Au long court, la dysrégulation affective de l’attachement aura pour effet de créer des carences émotionnelles menant plus tard à des déficits cognitifs.

22
Q

Comment sont les 4 styles d’attachement à l’âge adulte ?

A

a. Anxieux-ambivalent
Il craignent le rejet, l’abandon. Pour apaiser sa peur de ne pas être aimé, il recherche une grande proximité physique et psychologie. Il tend à être dépendant à son partenaire.

b. Évitant
Évitement de l’intimité, inconfort face à l’intimité émotionnelle et à la dépendance. Il réprime ou contient ses besoins d’attachement.

c. Attachement sécure
Il se sent à l’aise de dépendre de son partenaire, tout comme de ne pas l’être. Représentation d’eux-mêmes comme étant digne de l’amour d’autrui. Ils auront moins tendance à tolérer a violence.

d. Attachement désorganisé
Beaucoup d’anxiété d’abandon et évitement de l’intimité. Ils aimeraient développer des liens interpersonnels, mais tentent de les éviter pour se protéger d’un rejet potentiel. Souvent un individu qui s’auto-sabote.

23
Q

Quelle est la différence principale entre l’attachement filiale et romantique ?

A

Dans la relation filiale, le parent assiste son enfant, c’est une relation asymétrique de survie. La relation romantique quant à elle est caractérisée par un échange plus équitable dans lequel chacun peut trouver chez l’autre une source de réconfort et lui servir de soutien émotionnel et affectif. Les rapports sexuels contribuent à la formation de liens d’attachement durables.

24
Q

Décris-moi le fonctionnement sexuel d’une personne sécure ?

A

Cet individu aura une bonne gestion émotionnelle lui permettant d’être détendu et confortable pendant les activités sexuelles. Il sera également plus confiant. Il peut croire que les rapports sexuels doivent survenir dans le cadre d’une relation intime ou dans le contexte d’un nombre limité de relations ponctuelles avec un petit nombre de partenaires.

25
Q

Décris-moi le fonctionnement sexuel d’un individu insécure.

A

C’est une personne qui sera plus susceptible d’éprouver des problèmes ou des conflits entourant la sexualité. Elle préfère les rapports sexuels plus occasionnels et est anxieuse par rapport à celles-ci. Cependant, par crainte du rejet, elle a tendance à avoir des rapports même quand ça lui tente moins. Elle est plus insatisfaite qu’une personne sécure.

26
Q

Donc quelle est la différence entre la sexualité et l’attachement ?

A

La sexualité se développe plus tard dans la vie et s’approfondit souvent dans le contexte de relations amoureuses et non filiales (parents). La sexualité peut être utilisée pour satisfaire un besoin d’attachement et l’attachement peut jouer un rôle sur la régulation des émotions, qui à son tour peut avoir un impact sur le fonctionnement sexuel.

27
Q

Comment caractérise-t ’on la satisfaction sexuelle dans un couple selon les types d’attachement des partenaires ?

A

Dans un couple où les deux partenaires sont insécures, l’insatisfaction sexuelle serait souvent au maximum. Dans un couple où les deux sont sécure, elle sera à son minimum. Cependant, dans un couple mixte, on se retrouve dans un espace entre les deux, où le partenaire insécure bénéficie plus du fait que l’autre est sécure. En effet, l’insécure pourrait observer son partenaire vivre sa sexualité de manière plus satisfaisante et se sentir lui-même apaisé.

28
Q

Pour quelle raison non-sexologique est-ce qu’une personne pourrait consulter, pour laquelle on pourrait soupçonner un problème d’attachement ?

A

Trouble de panique, dépression, trouble de personnalité, abus de substances.

29
Q

Que veut-on dire par syntonisation bihémisphérique ?

A

C’est de stimuler les deux côtés du cerveau de part divers sujets. Si on veut stimuler le droit, on parle plus des émotions, tandis que le gauche on va parler plus de l’analyse de ces émotions. Cependant, on a besoin d’un équilibre entre l’intellectualisation et l’affect. Si on va trop dans l’intellectualisation, on passe à côté, il fait juste raconter sa vie et ventiler. Au contraire, si on va de l’autre côté dans l’affect trop intense, ça peut même mener à une dissociation, la personne est trop submergée, on n’est pas dans l’accompagnement optimal. On doit baisser l’état émotionnelle. Donc dans notre suivi, on équilibre entre les deux. On doit vivre les affects, mais aussi leur donner un sens.

30
Q

On doit faire attention à quoi lorsqu’on aborde les traumas ?

A

Réactiver un traumatisme du passé sans mettre des mots, sans ajouter un début de sens nouveau, est non seulement insuffisant, mais peut même comporter un risque de retraumatisation.