Cours 3 et 4 Flashcards Preview

Psychologie de la sexualité module 1 > Cours 3 et 4 > Flashcards

Flashcards in Cours 3 et 4 Deck (25)
Loading flashcards...
1
Q

Qu’est-ce qui est important en éducation sexuelle avec les enfants ?

A

On interprète avec des lunettes d’enfant, c’est-à-dire sans l’aspect de la fantasmatique qui entoure la sexualité.

2
Q

Pourquoi est-il important d’apprendre aux enfants les bons termes (pénis, vulve…)?

A

Pour prévenir les agressions sexuelles.

3
Q

À quel âge est le pic de curiosité sexuelle chez les enfants

A

3 ans

4
Q

Est-ce que c’est bien que mon enfant joue au docteur avec son ami(e)?

A

On doit recadrer car dans l’enfance, la sexualité se vit seul.

5
Q

Sur quoi est-ce que les stéréotypes sexuels peuvent avoir un impact?

A

Sur l’identité (choix de carrière, choix d’activités), sur l’estime de soi (baisse de confiance en soi), l’image corporelle (pression sociale vs normes, apparence, alimentation), la prévention des agressions sexuelles (faire respecter ses limites, bons vs mauvais secrets), puberté.

6
Q

Selon les études, à quel âge est-ce que les jeunes filles commencent à avoir des préoccupations pour leur image corporelle ?

A

3-4 ans.

7
Q

Quels sont les indices pouvant nous amener à croire qu’un enfant a des comportements sexuels problématiques ?

A

Il a des comportements sexuels adultes ou trop avancés pour son âge (on se demande comment il a eu accès à cela), des douleurs physiques, la fréquence élevée des comportements inadéquats, la persistance des comportements malgré les limites imposées par l’adulte, la notion de secret.

8
Q

Quels sont les âges du consentement ?

A

Moins de 12 ans = aucun consentement valide
12-13 ans = moins de 2 ans d’écart
14-15 ans = moins de 5 ans d’écart

9
Q

De quoi a besoin un consentement pour être libre et éclairé ?

A

Il ne doit pas y avoir de rapport de force ou de pouvoir, ni d’alcool ou de drogue en jeu.

10
Q

Quelles sont les données au sujet de la violence dans les couples d’adolescents ?

A

Plus de la moitié des jeunes en couple subissent au moins une forme de violence de leur partenaire. On constate aussi beaucoup de dynamiques de violence dans laquelle celle-ci provient des deux partenaires et on constate des schémas d’escalade de la violence.

11
Q

Quelles sont les phases du modèle de la réponse sexuelle de Master et Johnson ?

A

Excitement, plateau, orgasme et résolution.

12
Q

Quelle phase de plus ont les hommes ?

A

C’est la période réfractère. Elle est caractérisée par le fait que ceux-ci perdent leur érection après leur orgasme et qu’ils doivent prendre une pause pour si une autre relation sexuelle est souhaitée. Sa durée dépendra de son âge, son désir, son dernier orgasme et le degré d’intimité. La période réfractère d’un homme plus âgé sera plus longue que celle d’un plus jeune.

13
Q

Quelles sont les réponses physiologiques fondamentales de la fonction sexuelle?

A

La vascocongestion, soit l’engorgement dans les tissus suite à une excitation sexuelle. Cela cause des rougeurs, de la chaleur, l’érection du pénis et la lubrification du vagin. Puis il y a la myotonie, soit les tensions musculaires, comme des spasmes et des contractions dans tout le corps pendant une excitation sexuelle.

14
Q

Par quoi est caractérisée la phase de résolution ?

A

Le retour à la normale.

15
Q

Explique moi la différence entre le modèle de Master et Johnson VS celui de Kaplan.

A

Selon Kaplan, le cycle de la réponse sexuelle est composé de trois phase et n’inclut pas celle de la résolution, puisque selon elle, cette dernière n’est pas importante sur le plan clinique. De plus, la phase de plateau n’est pas là et est plutôt remplacée par une étape avant l’excitement, soit le désir.

16
Q

Quelle est l’une des critiques faites à l’égard du modèle de Kaplan ?

A

On n’a pas toujours besoin de passer par le désir pour avoir une relation sexuelle. En effet, ça peut être pour réduire le stress, avoir du plaisir, se sentir désirer, se sentir aimer, par vengeance, pour avoir des ressources, par pression du partenaire, par croyance que ça fera en sorte qu’on gardera notre partenaire, etc.

17
Q

Que sont les dysfonctions sexuelles ?

A

C’est un ensemble de troubles qui perturbent le désir et la réponse sexuelle.

18
Q

Pourquoi est-ce que les dysfonctions sexuelles féminines sont plus difficiles à traiter ?

A

Parce que c’est dur de faire le repérage de la limite entre le normal et le pathologique. Qu’est-ce qui est normal au fond ? 2 fois par semaine ? qu’est-ce qui cause la détresse ? La pression mise par son partenaire ? la peur de ne pas être comme les autres ?

19
Q

Comment précise-t-on les Dx de dysfonction sexuelle ?

A

a. Primaire : La perturbation est présente depuis que l’individu est devenu sexuellement actif. OU
b. Secondaire : La perturbation a commencé après une période de fonction sexuelle relativement normale.
ET
c. Généralisé : Non limité à certains types de stimulation, situations ou partenaires. OU
d. Situationnel : Se produit avec certains types de stimulations, de situations ou de partenaires.
ET
On peut aussi préciser la gravité actuelle de la détresse :
i. Léger
ii. Modéré
iii. Grave ou extrême

20
Q

Si le problème d’érection est dû à un historique de cancer de la prostate, est-ce qu’on peut Dx une dysfonction érectile ?

A

Non, car dans le dsm5, pour coter le diagnostic, le problème ne doit pas être attribuable à une affectation médicale. Par contre, on peut quand même l’aider cliniquement à vivre sa sexualité autrement que par le biais d’une érection et de potentiellement une pénétration.

21
Q

À quelle étape du modele de Kaplan surviennent la vascocongestion et la myotonie?

A

Excitation

22
Q

Qu’a apporté le modèle de la réponse sexuelle de Basson ?

A
  • Les rapports sexuels sont initiés pour diverses raisons (et non pas juste le désir comme Kaplan, par exemple exprimer son amour)
  • Satisfaction avec ou sans orgasme
  • Contrairement au modèle de Kaplan, le desir peut arriver plus tard

C’est un modele qui comporte plus de possibilités, il n’est pas lineaire

23
Q

Qu’est-ce qui caractérise un trouble du désir ?

A

L’absence de pensées, fantasmes, ou de désir d’activité sexuelle

24
Q

De quel modele vient la période refractaire?

A

MAster et Johnson

25
Q

De quelle façon est-ce qu’une dysfonction érectile peut jouer sur le désir ?

A

À force de vivre sa sexualité de façon négative et de l’associer à des échecs, de peur que ça ne “fonctionne pas”, le physique et le mental s’auto influencent