Chap 1 et 2 - Mémoires sensorielle et à court terme Flashcards Preview

x L1 Psy cognitive > Chap 1 et 2 - Mémoires sensorielle et à court terme > Flashcards

Flashcards in Chap 1 et 2 - Mémoires sensorielle et à court terme Deck (22)
Loading flashcards...
1

Def générale mémoire sensorielle

Registre transitoire conservant pendant quelques ms les informations perceptives captées par le système cognitif

2

Quel instrument a facilité l'étude du registre perceptif

Tachistoscope > permet de maîtriser de très brèves durées d'exposition à un stimulus

3

Premières études sur la mémoire sensorielle ?

Sperling 1960 :
Présentation de 3 rangées de 4 lettres pendant 50 ms
Fixation > Stimulus > Masque > Rappel
Condition report complet : rappel moyen 4 à 5 lettres / 12

4

Qu'est ce que l'empan perceptif ?

Quantité d'infos qu'on est capable d'appréhender instantanément

5

Objectif et procédé de Sperling
en condition report partiel ?

Objectif : savoir si rappel moyen en condition report complet correspond à l'empan perceptif
Procédé : interroge sur 1 seule ligne indiquée par un signal sonore aigu, médian ou grave pendant le masquage
Résultat : rappel environ 3 lettres / 4
>> empan perceptif = 9 items

6

Rôle de la durée d'exploration sur l'empan perceptif ?
(Sperling)

Sperling 1963
En condition report total,
fait varier délai entre stimulus et masque
> rappel augmente jusqu'à une durée de 100 ms mais stagne au-delà

7

Caractéristiques durée de rétention registre sensoriel ?

Sperling 1960
Registre très labile,
durée de rétention limitée à 250 ms
> mesurée en condition report partiel, en faisant varier durée entre cible et signal sonore indiquant ligne à rappeler : performance diminue avec augmentation délai

8

Caractéristiques qui différencient
persistance perceptive
et rétinienne ?

Persistance rétinienne :
- monochromatique
- augmente avec intensité lumineuse
- survient après délai d'1 seconde et dure 1 seconde

Persistance perceptive :
- polychromatique
- diminue avec intensité lumineuse
- survient immédiatement et dure 100 ms

9

Quelle expérience a permis de vraiment distinguer persistance rétinienne et perceptive ?

Turvey 1973
- Stimulus sur 1 seul oeil
- Masquage alternativement sur oeil stimulé et oeil non stimulé
- Masque est soit un flash soit un motif
- Masque flash n'affecte que l'oeil stimulé tandis que masque motif affecte les 2 yeux
>> flash agit au niveau rétinien, motif agit en mémoire sensorielle

10

Date +
Caractéristiques du modèle de Sperling

1967
- distingue registre sensoriel visuel et registre sensoriel auditif
- rôle : conserver transitoirement l'info sensorielle avant utilisation par système cognitif
>> seraient de nature précatégorielle :
ce qui serait conservé en mémoire ne serait qu'une icône stockée dans un buffer de reconnaissance avant d'être traitée et maintenue dans ce buffer par un mécanisme de révision mentale
>> balayage info visuelle par traitement séquentiel (lettres une par une)
>> oubli serait résultat d'une perte de disponibilité de l'info dans les registres sensoriels

11

Critiques du modèle de Sperling

> nature précatégorielle : en report partiel critères catégoriels sont aussi efficaces que critères physiques ou spatiaux
> des travaux montrent que traitement serait parallèle et non séquentiel
> oubli possible avec info tjs dans le registre sensoriel (exp des erreurs de position en report partiel)

12

Mémoire sensorielle auditive
> citer une expérience montrant en quoi est elle analogue à la mémoire iconique

Expériences d'Efron (1970) montrent que la durée apparente du son est de 130 ms, que le son réel entendu dure 30 ou 100 ms

13

Propriétés de la mémoire échoïque

- sensible aux effets de masquage sonore (son masque suivant le son initial) (Goldburt 1961)
(- précatégorielle) ??
- empan de 8 ou 9 items (Moray et al 1965)
- durée de rétention d'environ 250 ms (Gutman et Julesz 1963)

14

Comment s'est d'abord faite la distinction entre mémoire à court et à long terme ?

Première formulation de cette distinction par Waugh et Norman (1965) : mémoires primaire et secondaire
Différence principale = durée de rétention
> transitoire / permanente

Hypothèse qui s'appuie sur 2 groupes de résultats montrant que :
- mécanismes de fonctionnement différents
- certains facteurs comme la répétition n'ont pas le même effet dans les deux types de mémorisation

15

Quelle expérience montre
l'effet des caractéristiques de surface
sur la durée de rétention ?

Posner et al. 1969
Effet de la typographie sur mémorisation
à court et à long terme

Tâche : décider le plus rapidement si deux lettres simultanées ou successives sont nominalement identiques (exp a=A)

Variable manipulée : délai entre les deux lettres
Variable dépendante mesurée : temps de réponse

Temps de réponse diminue à mesure que le délai entre les deux lettres augmente

16

Quel est l'effet des propriétés phonologiques
sur la rétention en mémoire ?

Même type d'effet que pour stimulis visuels comme typographie

Expé de Conrad 1964 montre que les confusions
portent plus souvent sur
les ressemblances de prononciations (exp P et V)
que sur les ressemblances graphiques (exp R et P)

Suite à Conard, Baddeley a montré qu'il était plus difficile de retenir suite de mots phonologiquement proches

17

Qu'est ce que l'effet de position sérielle ?

Distinguer ses deux types

Performance au rappel peut dépendre
de la position de l'item dans la série
> 1ers et derniers items sont généralement mieux rappelés, et rappel se fait préférentiellement dans l'ordre d'apprentissage

- effet de primauté (premiers items) persiste en rappel immédiat ou différé >> passage en mémoire à long terme
- effet de récence (derniers items) disparaît en rappel différé >> implique la MCT

>> ces 2 effets n'agissent pas sur les mêmes mémoires
cf. Postman et Phillips, 1965

18

Expé de Rundus sur la répétition

1971
Expérience :
apprentissage de listes à voix haute
mesure de la fréquence des répétitions de chaque item

Hypothèse :
cause effet de primauté = premiers items sont répétés davantage de fois pendant mémorisation de la liste
>> meilleur rappel

19

Quel est le modèle de la MCT
le plus influent ?

Modèle d'Atkinson et Shiffrin 1968

Information entrante >> Registres sensoriels
>> MCT (encodage, récupération et stockage temporaire)
> capacité limitée
> durée de rétention faible (peut être augmentée par répétition)
>> passage en mémoire à LT

20

Quel est l'empan mnésique de la MCT ?
Quelle expé de mesure ?

Miller 1956
Empan = 7 items +/- 2

Présentation de listes d'items et demande de rappel immédiat > mesure items rappelés

Empan augmente si possibilité de rassembler les items en chunks (exp lettres en mots, numéro de téléphone)

21

Labilité de la MCT

si information n'est pas traitée
elle décline dès 3-4 secondes
et disparaît de la MCT au bout d'une 15aine de secondes

>> cf expérience de Peterson et Peterson
1959
mémorisation de trigrammes

22

L'accès à l'info en MCT
est-il parallèle ou séquentiel ?

Accès séquentiel
cf. paradigme de Sternberg 1966

Tâches de reconnaissance plutôt que de rappel
> mesure temps de réponse

Liste de chiffres à mémoriser
listes plus ou moins longues
> interro sur présence ou non d'un item

Temps de réponse
- varie selon longueur liste
- ne varie pas en fonction de présence de l'item

>> Balayage séquentiel et exhaustif des items vus
Rythme de 38 ms par item