Cours 08 Les rencontres détenus-victimes (RDV) Flashcards Preview

Médiation et justice réparatrice (exam final) > Cours 08 Les rencontres détenus-victimes (RDV) > Flashcards

Flashcards in Cours 08 Les rencontres détenus-victimes (RDV) Deck (11):
1

D'où provient l'origine du programme RDV?

Inventé en Grande Bretagne dans les années 1990 mais réinventé au Canada

Autrefois '' Face à Face ''

2

Le modèle actuel a été fondé...

à Montréal en 2001 (par David Shantz et Thérèse de Villette)

3

Quels sont les fondements de la RDV?

Modèle entièrement bénévole - «don de soi» (et donc totalement gratuit)

Approche humaniste

Modèle parfaitement laïque

4

Quels sont les conditions préalables imposées au Qc?

1. Le détenu doit avoir suivi quelques programmes préalables incarcérés ou doit avoir subi une peine d’enfermement d’une certaine durée

2. Il est encadré par un aumonier et son ALC

3. La victime doit avoir entrepris des démarches de réparation psychologique et/ou être suivie durant le temps de la démarche (papier exigé)

4. Certaines situations sont évitées en cadre RDV (violence conjugale)

5

C'est un processus adaptés à des situations particulières, lesquelles?

Les victimes
→ L’auteur est décédé
→ L’auteur n’a jamais été dénoncé et appréhendé
→ La victimisation est restée secrète et/ou taboue
→ Les procédures sont en cours
→ Les procédures sont terminées

Les détenus
→ La victime est décédée
→ La victime est inconnue ― surtout aux crimes organisées
→ La victime refuse toute confrontation et contact/ la victime a entrepris de prendre contact
→ La famille ou l’entourage désire reprendre contact / la famille ou l’entourage a rompu les liens
→ La libération est imminente / La libération n’est pas prévue avant longtemps ou pas possible

6

Quels sont les conditions pour participer?

1. Rencontre préparatoire individuelle
2. Rencontre préparatoire de chaque groupe pris à part dans le pénitencier avec les deux animateurs et les représentants de la communauté
3. Volontariat
4. Reconnaissance du tort causé par l’offenseur ou causé à la victime
5. Confidentialité
6. Même genre de délit, sauf si mal pris… SAUF l'inceste, ne pas mélanger!!!!!
7. Aptitudes personnelles: évaluation du cheminement de la personne
8. (Ne pas quitter le groupe en cours de session, valable pour tous)
9. Il ne s’agit pas d’un crime lié à la violence conjugale

7

Qu'est-ce qui ne constitue pas un critère de sélection?

→ La proximité de l’événement
→ La santé physique et morale (tempéraments)
→ La participation ou non à des programmes antérieurs
→ La dénonciation du crime
→ La connaissance de l’identité de son véritable agresseur/victime

8

Quel est la représentation symbolique des représentants de la communauté?

A l’origine, ils représentent l’entourage de la victime ou de l’agresseur:
→ Les membres de la parenté ou du clan
→ Les amis
→ Les collègues de travail
→ Les connaissances

Ils sont aussi des participants symboliques à l'acte criminel comme...
a) L’agresseur symbolique?
→ Il s’abstient d’intervenir
→ Il ne se sent pas concerné ou se sent extérieur à l’évènement
→ Il n’a pas su prévenir
→ Il stigmatise
→ Il encourage la vision manichéenne du criminel et de la victime, du «normal» et de l’«anormal»
→ Il constitue un obstacle non-négligeable à la réinsertion/la réparation
→ Il ressent de la pitié ou du dégoût

b) La victime symbolique?
→ Il ressent des conséquences ou des répercussions suite à l’acte criminel ou à la victimisation
→ Il a peur
→ Il change ses comportements
→ Il représente la société pour laquelle est puni le crime
→ Il dénonce

9

V ou F. le représentant de la communauté a un rôle d'écoute majeur?

Vrai

10

Quel est le déroulement d'une séquence de RDV?

1. (une ou deux séquences par séance)
2. Discours d’accueil et de mise en contexte
3. Tour de cercle imposé
4. Choix de la personne qui témoigne
5. Période de questions libres
6. (tour de cercle final)
7. Discours de clôture
8. (Prise de pouls finale, tour de cercle?)
9. Fin de la séquence
10. Pause ou fin de la séance

11

Les RDV sont une démarche pertinente lorsque...

→ Ce n’est pas mon(ma) véritable agresseur/victime
→ A cause de l’incarcération, rien ne changera plus au niveau pénal
→ Je suis déjà suivi(e) en thérapie/programme
→ Je ne comprends pas l’intérêt d’entendre d’autres témoignages de personnes dans la même situation que moi
→ Le crime que j’ai subi/commis ne se «répare» pas