Cours 10 L’application de la TCC au jeu pathologique Flashcards Preview

Psy-1101 Fondements de l'approche béhaviorale et cognitive > Cours 10 L’application de la TCC au jeu pathologique > Flashcards

Flashcards in Cours 10 L’application de la TCC au jeu pathologique Deck (28):
1

On parle de jeux de hasard et d’argent lorsque 3 conditions sont présentes, lesquelles?

1. Argent ou objet de valeur en mise
2. Cette mise ne peut être reprise
3. L’issue du jeu repose, partiellement ou en totalité, sur le hasard

2

Qu'est-ce que le hasard dans les jeux de hasard et d'argent?

Il est le point central des jeux de hasard et d’argent

Il annonce et impose la notion qu’il est impossible de contrôler et de prédire l’issue d’un événement

3

Quels sont les raisons pour jouer au JHA

→ Pour le plaisir
→ Pour soutenir des organismes
→ Pour la participation de groupe
→ Comme loisir

Plusieurs raisons sont évoquées, mais la raison principale est..
pour gagner de l’argent!

4

Quels sont les types de classes des joueurs aux JHA?

-Joueurs récréatifs
-Joueurs à risque modéré
-Joueurs pathologiques probables

5

En quoi consiste les joueurs récréatifs?

La majorité des joueurs sont des joueurs récréatifs, aussi appelés joueurs sociaux ou sans problème. Ils…
→ jouent pour le plaisir
→ acceptent de perdre l’argent misé
→ ne retournent pas au jeu pour se refaire (c’est-à-dire, pour regagner l’argent perdu)
→ jouent selon leurs moyens

6

En quoi consiste les joueurs à risque modéré?

Ils représentent 1,4 % des joueurs québécois (Kairouz & Nadeau, 2014)

Bien qu’ils ne présentent pas suffisamment de symptômes pour recevoir un diagnostic de trouble mental, ils rencontrent certaines conséquences liées à leurs habitudes de jeu et ont parfois du mal à les contrôler (temps passé au jeu, fréquence de jeu et montants d’argent misés)

7

En quoi consiste les joueurs pathologiques probables?

Ils représentent 0,4 % des joueurs québécois (Kairouz & Nadeau, 2014)

Ils ont été dépistés comme répondant possiblement aux critères du jeu d’argent pathologique

Doit répondre au diagnostic de jeu d’argent pathologique du DSM-5

8

Quels sont les deux critères du DSM-V ?

A. Pratique inadaptée, persistante et répétée du jeu, amenant une détresse ou une altération du fonctionnement cliniquement significative, comme en témoignent au moins quatre des manifestations suivantes:
1. Besoin de jouer des sommes d’argent croissantes pour atteindre l’état d’excitation désiré
2.Agitation ou irritabilité lors des tentatives de réduction ou d’arrêt de la pratique du jeu
3. Efforts répétés mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter la pratique du jeu
4. Préoccupation par le jeu (p. ex., remémoration d’expériences de jeu passées, prévision de tentatives prochaines ou de moyens de se procurer de l’argent)
5. Joue souvent lorsque de la détresse est ressentie (p. ex., sentiments d’impuissance, de culpabilité, d’anxiété ou de dépression)
6. Après avoir perdu de l’argent au jeu, retourne souvent jouer un autre jour pour recouvrer ses pertes (se refaire)
7. Ment pour dissimuler l’ampleur réelle des habitudes de jeux
8. Met en danger ou perd une relation affective importante, un emploi ou des possibilités d’études ou de carrière à cause du jeu
9. Compte sur les autres pour obtenir de l’argent et se sortir de situations financières désespérées dues au jeu

B. La pratique du jeu n’est pas mieux expliquée par un épisode maniaque.

9

Que doit spécifier le thérapeute qui pose le diagnostic de jeu d'argent pathologique?

Si le trouble est épisodique ou persistant

Si le trouble est en rémission précoce ou complète (lorsqu’applicable)

La sévérité du trouble
- Légère: 4-5 critères
- Modérée: 6-7 critères
- Sévère: 8-9 critères

10

Quels sont les trois phases du jeu excessif?

(1) Phase de gains
→ Gain significatif pour le joueur
―> Impact sur l’humeur
→ Liée aux expériences de départ
→ Apparition des idées erronées
―> Phase de gains renforce l’intensité et la conviction de gagner
―> Pousse vers le jeu
→ Lorsque le joueur bascule dans les illusions, c’est toute sa personnalité qui change
→ Aucune conséquence négative
→ Pas de demande d’aide

(2) Phase de pertes
→ Augmentation des mises sans jamais se refaire
→ Refus de perdre
→ Apparition du problème de jeu
→ Maintien des idées erronées
→ Apparition des conséquences négatives et de la « double vie »
- Problèmes financiers et relationnels
- Emprunt d’argent, fraude et vol

(3) Phase de désespoir
→ Détresse, agressivité, culpabilité, honte et anxiété
→ Apparition de symptômes physiques (maux de tête, insomnie, maux d’estomac, etc.)
→ Risque élevé de sombrer dans la dépression
→ Impuissance: retour au jeu
→ Ambivalence par rapport au jeu
―> Le jeu est la source de tous les problèmes, mais
―> Le jeu est encore perçu comme une solution magique car la conviction de gagner demeure présente
→ Aggravation des conséquences négatives
→ Demande d’aide psychologique

11

Qu'est-ce qui indique qu’un joueur est sur la voie de développer des problèmes de jeu ou que les problèmes sont déjà présents?

C’est la répétition des pertes de contrôle...
→ Il joue trop souvent
→ Il joue trop longtemps
→ Il joue trop d’argent

12

Qu’est-ce qu’un facteur de risque ? De quelles ordres peuvent être les facteurs de risque?

Élément ou caractéristique dont la présence augmente la probabilité que le problème se manifeste. Les facteurs de risque peuvent être de plusieurs ordres:
- sociodémographiques (le sexe, la relation conjugale, être moins de 35 ans)
- psychologiques (distorsions cognitives, tempérament/personnalité)
- sociaux (accessibilité, réseau social, normes familiales)
- biologiques (trouble mentale, toxicomanie)

13

Qu'est-ce que le programme de traitement Ladouceur? Quelles sont ses étapes?

La thérapie cognitive-comportementale représente l’approche thérapeutique la mieux éprouvée empiriquement dans le traitement des joueurs.

Au Québec, le Programme d’évaluation et de traitement des joueurs excessifs (Traitement Ladouceur) est le programme utilisé dans les centres de réadaptation en dépendance pour le traitement des joueurs

Le traitement Ladouceur en 15 séances (approx.) comporte différentes étapes
1. Évaluation du joueurs
2 Traitement cognitif (le cœur du traitement)
3. Traitement comportemental
4. Prévention de la rechute
5. Évaluations post-traitement et de suivi

14

Qu'est-ce que l'approche cognitive dans le traitement du jeu?

Façon dont l’individu perçoit les événements et les interprète

Erreur fondamentale: Faire des liens entre des événements indépendants

Accent sur les erreurs de pensée

Modèle A(antécédents) B(croyances, interprétation) C(conséquences)

La dimension cognitive représente le cœur du traitement pour les joueurs pathologiques, selon le traitement Ladouceur

15

En quoi consiste l'approche comportementale dans le traitement du jeu?

Les gains financiers occasionnels ont un effet de renforcement intermittent (1 fois sur 10, 1 fois sur 4, etc.) qui favorise la persistance au jeu

Ces gains produisent une excitation ou une stimulation provoquée par le jeu qui sera recherchée à nouveau par le joueur

16

Décrivez l'évaluation initiale.

Avant de débuter le traitement du joueur, le clinicien doit procéder à une bonne évaluation fonctionnelle du joueur

Il doit comprendre comment le problème de jeu a débuté et quelles sont ses caractéristiques actuelles

Pour procéder à l’évaluation du joueur, le thérapeute utilisera plusieurs modalités
→ Entrevue diagnostique semi-structurée servant à évaluer:
- Le motif de consultation
- Les jeux pratiqués et les comportements de jeu (temps, fréquence, argent)
- L’historique du problème de jeu
- Les conséquences du jeu sur le fonctionnement
- L’humeur et le risque suicidaire
- Les autres dépendances
- Les conséquences financières
- Les critères diagnostiques
→ Questionnaires auto rapportés
→ Grilles d’auto-notation des comportements de jeu (temps, fréquence, argent)

17

Décrivez l'évaluation (les questions liées au jeu).

Le joueur, lors de l’évaluation initiale et tout au long de la thérapie, devra évaluer différents aspects liés à ses habitudes de jeu, notamment:
→ La perception de contrôle sur le problème de jeu
- Jusqu’à quel point avez-vous l’impression que votre problème de jeu est résolu ou maitrisé?
→ L’envie de jouer
- Jusqu’à quel point avez-vous envie de jouer depuis une semaine?
→ La fréquence du jeu
- Pendant la dernière semaine:
> Combien de fois avez-vous joué?
> Combien de temps avez-vous passé à jouer?
> Combien d’argent avez-vous misé au jeu?
→ La perception d’efficacité personnelle devant les situations à risque
- Les situations à risque: Événements, contextes ou situations qui donnent envie au joueur de retourner au jeu.
- Question pour chacune des situations à risque: Si je me retrouvais dans ces situations ces jours-ci, jusqu’à quel point estimerais-je pouvoir m’abstenir de jouer?

18

Prendre la décision d’arrêter de jouer, c’est:

→ RECONNAÎTRE et ACCEPTER que l’argent misé soit perdu à jamais

→ S’avouer VAINCU(E) ou BATTU(E) par les jeux

→ Vivre le DEUIL de toute cette perte de temps, d’argent et d’énergie

→ CESSER de voir le jeu comme une solution à court terme

→ Penser à une réorganisation financière

→ Travailler fort à l’application des nouvelles stratégies

19

Pour aider le joueur à prendre cette décision, le thérapeute utilisera une technique visant à dresser...

Les avantages et désavantages, soit la balance décisionnelle. Cette technique amènera le joueur à dresser la liste des POUR et des CONTRE liés à la poursuite du jeu ou à son arrêt

20

Qu'est-ce qui est au cœur du traitement du jeu?

La dimension cognitive est au cœur du traitement des joueurs et comporte différentes thématiques à aborder avec le joueur:
→ Analyse de la séance de jeu
→ Définition du hasard et situations à risque
→ Les erreurs de pensées
→ Les exercices « À moi de jouer »

21

Quels sont les objectifs de la rencontre d'analyse de la séance de jeu?

Identifier les pensées erronées du joueur par rapport au jeu:
→ Conviction de gagner
→ Tendance à prédire l’issue du jeu

Déterminer ce qui déclenche l’envie de jouer ainsi que les pensées et émotions liées

Préciser le style de jeu spécifique du jouer

Comprendre comment il joue et pourquoi il ne peut arrêter

22

Lors de la première rencontre, il faut définir le hasard et les situations à risque... comment?

Clarifier avec le joueur la définition du hasard

Faire la distinction entre jeux d’adresse et jeux de hasard

Sensibiliser le joueur aux situations à risque et à son discours intérieur sur sa décision de jouer

Prendre connaissance de la chaîne de comportements liés au jeu excessif

23

Comment sensibiliser le client de ses erreurs de pensées?

Informer le joueur des différents pièges des jeux de hasard et d’argent afin qu’il puisse reconnaître ses erreurs de pensée

Semer un doute chez le joueur en ce qui concerne ses croyances par rapport au jeu

24

Quel modèle peut aider à la reconnaissance des pensées cachées derrière son choix de jouer?

Le modèle A-B-C vise à apprendre au joueur à reconnaître les pensées qui se cachent derrière son choix de jouer

A: Situation à risque (je reçois mon chèque de paie)

B: pensée spontanée (je me dis que...)

C: Conséquences (je vais jouer, je mets plus d'$ que prévu...)

25

En quoi consiste les exercices ''à moi de jouer''?

Aider le joueur à remettre en question ses pensées erronées concernant le jeu

Faire prendre conscience au joueur qu’il a le pouvoir de décider de jouer ou non (Les exercices lui permettent d’ordonner ses pensées et d’agir sur elles)

26

Comment aborder les dimensions comportementales du traitement?

Exposition au jeu :
→ Discuter des risques de l’exposition au jeu pour le maintien de l’abstinence
→ Développer des stratégies concrètes pour limiter l’exposition au jeu

Problèmes financiers:
→ Aider le joueur à trouver des stratégies (en rapport avec l’argent) pour limiter ses excès au jeu et stabiliser sa situation financière
→ Sensibiliser le joueur à des notions de budget et de gestion d’argent pour assurer un meilleur contrôle et une meilleure connaissance de la valeur de l’argent

Problèmes relationnels et pression sociale incitant à jouer:
→ Favoriser chez le joueur la compréhension du lien existant entre ses problèmes de jeu et certaines difficultés relationnelles
→ Aider le joueur à surmonter des difficultés relationnelles liées au maintien des problèmes de jeu

Manque d’occupation:
→ Guider le joueur dans sa recherche d’activités pour compenser le vide associé à l’arrêt du jeu

Consommation d’alcool ou de drogues:
→ Discuter des implications de la consommation d’alcool ou de drogues sur le maintien des comportements excessifs au jeu

27

Quels sont les signes précurseurs d'une rechute?

→ Je deviens trop confiant(e) au sujet de mon abstinence
→ Je commence à m’isoler
→ J’ai des conduites excessives
→ Je commence à rêver éveillé
Etc.

28

Quels sont les objectifs de l'évaluation post-traitement?

→ Faire le point sur ce qui a été acquis pendant le traitement
→ Prendre des mesures quantitatives et qualitatives des habitudes de jeu du joueur et de sa façon de percevoir les jeux de hasard et d’argent
→ Mesurer la perception d’efficacité personnelle du joueur devant des situations à risque, ainsi que sa perception de contrôle sur le jeu
→ Évaluer l’impact de la modification des habitudes de jeu sur les différents aspects de la vie du joueur (humeur, niveau de stress, etc.)