Chap 4 Flashcards Preview

ESH > Chap 4 > Flashcards

Flashcards in Chap 4 Deck (71):
1

David Birch, Bestiaire des entreprises

1979. Classification basée sur création d'emplois
Eléphants
Souris
Gazelles
Licornes

2

Patrick Fridenson: caractéristiques des start-ups

start-up se caractérisent par perspective d'une forte croissance, usage d'une techno nouvelle, besoin de financement massif

3

Patrick Verley: 4 act de gestion d'une ent

Pr parler d'une ent, il faut combi de 4 act de gestion:
Gérer production, main d'oeuvre, financement, commercialisation

4

métaphore d'Alfred Chandler et sa def de l'entreprise

La main visible des managers, 1977
Au 19e, ent caractérisée par relations marchandes: main invisible de SMITH
Au 20e, main visible des managers: hiérarchie, pouvoir des managers.
Ent = mode de coordination hiérarchique des différents acteurs et fonctions

5

Jean-Luc Gaffard, def de l'ent au 19e

assemblage de contrats bilatéraux entre ouvriers et patrons

6

Entrepreneur pour Cantillon, 1755

celui qui dirige et qui prend des risques

7

Entrepreneur pour JB Say, 1803

agent dynamique et rationnel au centre de l'équilibre éco. Acteur clé: administre l'oeuvre de prod, profite de ce que les autres savent et de ce qu'ils ignorent, et de tous les avantages accidentels de la prod.

8

2 innovations pdt la RI

navette volante de John Kay, 1733
spinning jenny de Hargreaves, 1767

9

Taylorisme

Frederick Taylor, Les principes du management scientifique, 1911
division technique des tâches = parcellisation
"one best way": un seul geste par ouvrier
chronométrage des tâches
ouvriers payé à la pièce, salaire réduit si échec

10

Fordisme

taylorisme mais: remplace chronométrage par convoyeur, w à la chaîne, standardisation

11

Henri Fayol, analyse direction générale de l'ent

Administration industrielle et générale, 1916
comment améliorer efficacité d'ensb
6 fonctions clé
5 compétences du manager: prévoir, organiser, coordonner, commander (animer), contrôler + aujd: faire progresser compétences de ses équipes

12

2 formes de hiérarchie de Chandler au 20e

The visible hand of managers, 1977
forme en U
forme en M

13

analyse Berle & Means

The modern corporation and private property, 1932
ent amé: dissociation actionnaires/dirigeants qui pose q° des conflits d’intérêts: peuvent avoir intérêts divergents (rentabilité fi vs extension de l'ent)

14

John Kenneth Galbraith

Le nouvel état industriel, 1967
Ent au 20e: apparition technostructure (cat spécifique d'agents constituée de cadres qui détiennent le pouvoir ds l’ent que ce soit en termes d’innovations ou de décisions, et concentrent le pouvoir éco). Essor lié à volonté de
- réduire incertitude car internalisation des fonctions, acteurs pr mieux contrôler
- augmenter pouvoir de marché par la gde taille dans but de « faire le marché » price maker

15

Forme d'ent en J

Masahiko Aoki: divisions ont + d'autonomie, circulat° de l'info horizontal, org du w plus flexible, salariés plus autonomes, multitâches, réactifs. Autonomation.

16

Toyotisme

juste à temps
autonomisation des machines/des équipes
syst d'étiquettes pr indiquer le nb d'unités à produire
cercles de qualité

17

FMN

entreprise possédant au moins une unité de prod à l'étranger. Cette unité est alors sa filiale

18

Concentration: def, indicateurs, 3 formes, manières, chiffre révélateur

processus d'accroissement de la taille des ent qui aboutit au contrôle d'une part croissante du marché par une ou plusieurs d'entre elles.
Nb de firmes, évolution du CA des GE, évolution de l'effectif des GE
Horizontale, verticale, conglomérale
Interne (création)/externe (rachat)
Chandler: entre 1897 et 1904, 4227 entreprises se transforment en 275

19

Entreprises de l'ESS

ensb d'entreprises organisées sous la forme de coopératives, mutuelles, associations ou fondations dont le fonctionnement interne et les act sont fondées sur un principe de solidarité et d'utilité sociale.

20

Réseau

ensb d'entreprises entretenant des relations formelles qui prennent la forme de contrats entre les unités et non de liens financiers, ce qui les différencie des groupes. les contrats précisent l'étendue des actions communes sans aller jusqu'au contrôle.

21

Groupe

ensb de sociétés ayant des relations financières et économiques, et contrôlées soit par une société mère, soit par une société de portefeuille

22

Entreprise (INSEE et LME)

INSEE: unité éco dotée d'une autorité juridique qui utilise des facteurs de prod et des produits intermédiaires pour produire des B&S vendus sur un marché: c'est une org productive.

LME: plus petite combi d'unités légales qui constitue une unité organisationnelle de prod de B&S jouissant d'une autonomie de décision, notamment pour l'affectation de ses ressources courantes

23

Firme réseau

entité productive qui unifie un ensb de firmes légalement indép, verticalement intégrées et coordonnées par une firme focale (pivot). celle-ci érige le réseau et y occupe une place active.
actifs intangibles stratégiques
structure apprenante

24

Fusion-acquisition

opération qui consiste en le rachat d'une ent par une autre, que ces deux ent soient similaires, complémentaires ou distinctes

25

Ernt Friedrich Schumacher

Small is beautiful, 1973
retour de la petite taille comme source d'efficacité

26

Retour en force des petites ent: D. Audretsch

The entrepreneurial society, 2007
petites structures plus efficaces car mutations productives, adaptation/réactivité + forte ds PME, nouvelles techno et informatique plus facilement utilisables ds petites structures

27

Typologie des PME d'Olivier Torres

PME tradi
Entrepreneur communautaire
Entrepreneur individualiste
PME moderne

28

Retour en force des petites ent: A. Marshall

Industrie et commerce, 1919
fonctions de proximité, sociales, bancaires, faibles coûts de prod
2 raisons: leur spécificité, leur lien ac les GE

29

Litan, Baumol & Schram

bon capitalisme

30

Gouvernance

ensb des règles, procédures, organes de décision qui permettent d'assurer le bon fonctionnement, le contrôle d'une institution, soit des relations de pouvoir

31

Que disent
Alchiam & Demsetz, 1972
Jensen & Meckling, 1976
sur la gouvernance

apparition due au fait que les propriétaires de l'ent = actionnaires et il faut mettre en place des procédures de décision incitatives qui mènent l'ensb de l'ent à valoriser l'action
gouvernance stakeholders à shareholders

32

3 types d'efficacité des ent

allocative: utilise au mieux facteurs de Q
productive: réalise importance Q à moindre coût
innovative: capacités d'innovation

33

Herbert Simon: réflexion sur la rationalité

rationalité des acteurs peut être procédurale, imparfaite d'où existence de la firme

34

Libenstein: réflexion sur l'épaisseur de la firme comme organisation

1966
2 ent ayant les mm facteurs de prod, les mm procédés de prod dans le mm secteur n'ont pas les mm résultats. Tient au facteur d'efficience X qui renvoie à qualité organisationnelle

35

Cyert & March: réflexion sur l'épaisseur de la firme comme organisation

A behavioral theory of the firm, 1963
les ent sont des groupes d'ind ac rapports de conflit et de coopération + phénomène d'apprentissage coll important pr l'ent

36

Ronald Coase: pk la firme se constitue et définition

The nature of the firm, 1937
firme se constitue car coûts de transaction: recherche de l'info, de négociation et de réalisation/contrôle des contrats
firme qd coûts de transaction > coûts d'org
Def: mode de coordination des acteurs alternatif au syst des prix

37

Paradigme transactionniste de de la firme, Williamson: hypothèses et pluralité des arrangements institutionnels

Hypothèses: rationalité limitée, comportements opportunistes (d'où incomplétude des contrats), spécificité des actifs
Plusieurs arrangements institutionnels: selon spécificité des actifs et fréquence des transactions avec acteurs utiles, firme recourt au marché ou internalise. Internalisation si actifs spécifiques auxquels on a souvent recours

38

Paradigme contractualiste de la firme: cadre d'analyse, auteurs

Firme = noeud de contrats où contrats sont négociés librement. C'est un ensb de relations entre ind égaux qui participent à une prod, chacun cherchant à maximiser son intérêt
Alchiam & Demsetz: ent comme structure des droits de prop
Jensen & Meckling: théorie de l'agence appliquée à l'ent

39

Alchiam & Demsetz: ent comme structure des droits de prop

1972
Si les ent ne se réduisent pas à un seul ind, c'est que la prod nécessité du w en équipe où il est difficile d'évaluer w de chacun, d'où internalisation de certaines act. La propriété justifie le fait qu'on organise l'entreprise --> propriétaires organisent et contrôlent

40

Jensen & Meckling: théorie de l'agence ds l'ent

1976
ent = noeud de contrats avec asymétries d'info. Donc syst d'incitation.

41

Théorie des contrats incomplets

Grossman & Hart, 1980
incomplétude des contrats, rationalité parfaite, asymétries d'info -> pb de hold up

42

Edith Penrose sur l'ent comme noeud de compétences

1959
ent a compétences propres
excédent de ressources donc diversification

43

Richardson sur l'ent comme noeud de compétences

The organization of industry, 1972
distinction act/compétences
ex de BIC

44

Schumpeter, firme évolutionniste

Théorie de l'évolution économique, 1912
dynamisme du kpi fondé sur innovation
Capitalisme et démocratie, 1942
kpi va disparaître: routinisation, fin de l'entrepreneur et de l'ent

45

Nelson & Winter: def de la firme et ce que ça permet d'expliquer (Kodak)

An evolutionary theory of economic change, 1982
Firme = ensb de capacités dynamiques qui se construisent sur le LT du fait d'un processus d'apprentissage collectif, ce qui se traduit par l'apparition de compétences spécifiques. Donc:
- Pq ent se diversifie: compétences dvpt act similaires
- Pq moindre efficacité de certaines formes: routines l'emportent
- Pq formes différentes d'ent: compétences propres à leur hist et à leur org

46

Approche de l'ent par la diversité des capitalismes: auteurs (intro)

Hall & Soskice, Varieties of capitalism, 2001: forme de l'ent liée au type d'éco dominant: ELM, ECM
Litan Baumol & Schram: 4 types de capi

47

Approche de l'ent par théorie de la régulation

forme liée au régime d'accumulation et au mode de régulation qui dominent.

48

Sociologie de WEBER: mot qui la caractérise, ouvrage, idéaux-types (formes d'action sociale, de domination)

socio compréhensive: quel sens les ind donnent à leur action
Ref: Economie et société, 1921
Idéaux-types de l'action sociale:
- affective-émotionnelle
- traditionnelle
- rationnelle en valeur
- rationnelle en finalité (type dominant)

Idéaux-types, typologie des formes de domination:
- charismatique
- traditionnelle
- légale rationnelle

49

Quelle est la forme d'entreprise la + efficace pr WEBER? et pourquoi

forme bureaucratique dans soc modernes marquées par actions rationnelles et domination légale rationnelle. Se caractérise par dépersonnalisation et division des fonctions, formalisation des tâches et hiérarchie

50

Robert MERTON sur les dysfonctionnements brueaucratiques

Bureaucratic structure and personality, 1940
dysfonctionnements sont le fait même de la trop grande rationalisation. Empêche adaptabilité face au changement
Dvpt d'une personnalité bureaucratique = ind qui se conforme trop aux règles au point d'en oublier la demande du client.

51

Alvin GOULDNER sur les dysfonctionnements bureaucratiques

Patterns of industrial bureaucracy, 1954
ex de l'entreprise de plâtre avec le manager qui s'en va et est remplacé par un jeune qui réorganise tout. Mq affectivité joue dans la productivité

52

Peter BLAU sur les dysfonctionnements bureaucratiques

The dynamics of bureaucracy, 1955
efficacité due au fait que les ouvriers contournent les règles

53

effet Hawthorne: qui, quand, quoi

Eton MAYO, 1933
usine Western Electric de Hawthorne près de Chicago
Ccl: conditions de w n'ont pas d'impact sur le rendement. Ce qui est déterminant: "supervision amicale" donc nécessité de prendre en compte facteurs affectifs et psycho

54

pyramide des besoins de MASLOW

Motivation and personality, 1954
Besoins primaires, physiologiques
de sécurité
d'appartenance
d'estime
d'accomplissement de soi
Ind d'autant + productif que l'employeur saura satisfaire ses besoins et créer conditions de réalisation de soi au w.

55

Analyse de MARCH & SIMON sur la rationalité et la stratégie des acteurs

Organization, 1958
ind: rationalité limitées, procédurales. L'efficacité de l'ent dépend de ces rationalités où les ind cherchent à faire le mieux possible et pas l'optimum car n'ont pas une info parfaite sur tous les éléments

56

Analyse de Michel CROZIER, L'acteur et le système, 1977

Les règles édictées ne st qu'un décor ds lequel les actions s'inscrivent avec leur logique propre. Pr qu'une ent fonctionne, les salariés doivent les interpréter, les compléter voire les contourner -> marges d'incertitude transformées en marges de liberté. Stratégies d'acteur pr atteindre objectifs persos.

57

Michel CROZIER, étude "Le phénomène bureaucratique", 1963

Le fonctionnement d'une org dépend d'un Système d'action concret: ensb des ensb des relations qui se nouent entre les membres d'une org, règles informelles construites par les acteurs qui peuvent participer à l'efficacité ou expliquer les dysfonctionnements, les résistances face au chgt

58

Contingence structurelle

Toute ent est inscrite ds un environnement dont on ne peut faire abstraction. Environnement technologique, social qui contraint la forme d'org.

59

Contingence stratégique

les choix des managers permettent d'agir sur l'environnement, de le contrôler par intégration des relations avec syst social, syst de formation.

60

Analyse de Renaud SAINSAULIEU de l'ent comme lieu de production identitaire: 2 ouvrages

L'identité au travail d'hier à aujourd'hui, 1977
Dans une ent, construction d'identités qui sont des représentations qu permettent aux ind de se situer // aux autres. 4 types:
- identité en retrait
- fusionnelle
- par affinité
- par négociation

Les mondes sociaux dans l'ent, 1997: les mutations éco (chômage, nouvelles formes d'emploi) ont profondément déstabilisé ces identités ce qui participe à la crise du travail.

61

Claude DUBAR, La crise des identités, 2001

Avec les mutations de l'emploi, les identités sont bousculées
identité de retrait s'est transformée en marginalité
identité fusionnelle bloquée
identités de négociation et par affinité connaissent doutes àp années 8à car chô touche aussi cadres. Idée qu'on peut s'élever ds l'entreprise est de moins en moins vraie.
Cela oblige les ind à repenser leur rapport au travail -> fort rejet de l'ent puis renouveau de l'engouement ac stratégies + individuelles ²

62

Culture d'ent: définition

ensb des valeurs et des traditions propres à chaque ent et produites par l'hist particulière de cette ent. Elément de socialisation, de sociabilité, de cohésion des identités sociales et professionnelles.

63

Paternalisme

doctrine du 19e qui vise à faire de l'ent une communauté. les dirigeants mènent une pol de protection voire organisent vie sociale des salariés. Ex: Michelin

64

Maternalisme

terme inventé par Steve Jobs
l'ent fait attention aux fragilités. Se traduit par sollicitude au client, accent mis sur bien-être des salariés

65

Culture d'entreprise, retour du paternalisme, maternalisme: dangereux?

Oui: l'ent veut régenter la vie des individus
Non: c'est du socialisme utopique (FOURIER, familistère de Guise)

66

La culture d'ent: préexiste aux salariés ou se construit avec eux?

Directeurs: culture d'ent préexiste aux salariés, s'impose à eux
Sociologues: c'est le résultat des confrontations culturelles entre les différents gpes sociaux qui composent l'ent. Elle se construit par les interactions.

67

Analyse de Pierre d'IRIBARNE sur l'influence de la culture nationale sur les ent

La logique de l'honneur, 1989
Culture et mondialisation, 1999
Selon la nationalité des ent, les relations sociales ne sont pas les mêmes.
France: logique de l'honneur. La place, le statut, le diplôme comptent -> du mal à changer, à s'adapter
EU: prédominance du résultat
Pays-Bas: forte culture du compromis comme en All

68

Def concept de RSE: def, raisons d'apparition

Responsabilité sociale et environnementale
intégration volontaire par les ent de préoccupations sociales et environnementales à leur activités commerciales.
Causes: critiques croissantes: chô, dégâts environnementaux, scandales financiers, irresponsabilité sociale
But: redorer l'image des ent, retrouver confiance perdue, éviter de se voir imposer des réglementations par les pouvoirs pub. Elément de compétitivité hors-coût

69

Chiffre qui mq la Fr est un pays leader en matière de RSE

étude OCDE 2014
47% des ent françaises ont un syst de management en RSE contre 40% pr l'OCDE et 15% pr les BRICS

70

Débats sur la RSE et sa légitimité

Efficacité éco
Economistes: pénalise leur compétitivité car les détourne de la recherche du profit
Spécialistes de l'éthique: RSE pas incompatible avec rentabilité, peut même mener à cercle vertueux

L'entreprise doit-elle se soucier des csq sociales et environnementales?
- Responsabilité sociale est une exigence que devraient avoir ttes les ent
- hérésie qui ne fait que les détourner de leur but 1er: faire du profit

71

Denis SEGRESTIN, modèles d'entreprises dans l'hist

Sociologie de l'entreprise, 2008
- 19e: modèle communautaire: relations paternalistes
- après 1945: modèle contractuel, partenarial: relations relèvent de contrats, de négociations reconnues
- années 80: modèle patrimonial: permanence d'une org qui vise à réguler et institutionnaliser les relations
+ principe communautaire (culture de l'ent, volonté de faire)
et recomposition du pouvoir en // de financiarisation, montée de valeur actionnariale qui déséquilibre gouvernance au profit des actionnaires