Cours 07 L’approche relationnelle et la médiation M.A.I.S Flashcards Preview

Médiation et justice réparatrice (exam final) > Cours 07 L’approche relationnelle et la médiation M.A.I.S > Flashcards

Flashcards in Cours 07 L’approche relationnelle et la médiation M.A.I.S Deck (27):
1

Quels sont les approches considérés comme dangereuses en matière de crimes graves...

A. Changer, se transformer ― on ne cherche pas à changer, ni la personne, ni leur regard de la situation…

B. «Se mettre à la place de l’autre» et «voir de l’autre côté» ― ne cherche pas à comprendre l'autre, sa vision de la situation

C. Rechercher des garanties de réussite du modèle: impacts sur la récidive, traitement… ―on ne cherche pas la réussite, le modèle sert seulement à dialoguer

2

Quels sont les conditions pour la dialogue?

1. La proximité temporelle de l’événement : combien de temps après le crime peut-on expérimenter une démarche de dialogue?
→ Très rapidement ou très longtemps après

2. Le degré de rétablissement de la victime : quel est le degré de rétablissement idéal pour entreprendre une telle démarche?
→ A fins de rétablissement ou après rétablissement

3. Les conditions psychologiques de la victime : quelles contrindications?
→ A fins d’amélioration psychologique ou après récupération

4. Le degré de responsabilisation de l’auteur : quelles exigences?
→ A fins de réinsertion ou en cours de réinsertion

3

Qui sont les participants en médiation?

Les condamnés, les détenus, les auteurs, les victimes, les citoyens…
→ Offre de service basée sur le principe de l’auto-sélection
→ On ne les sélectionne pas, on les prépare, et la préparation leur permettra de s’auto-sélectionner…
→ Tout le monde peut tenter d’engager un dialogue. Mais: est-ce le bon moment? Les bonnes conditions?

4

Quel est le rôle du médiateur?

Le médiateur accompagne le dialogue
→ Ce sont les personnes qui sont au centre de la démarche, pas lui
→ Il comprend qu’il va, par sa seule présence, influencer le dialogue.
→ Pour mettre le dialogue au centre de la démarche:
- L’animateur se met en relation avec la personne et il « pense, dit et fait » (il le rappelle au fur et à mesure)
- Il faut prévue d’acceptation inconditionnelle: aucun jugement envers la personne (abolir le rôle de «l’expert»)

5

Quels sont les outils utilisés par le médiateur?

Ses outils:
1. L’approche non-directive
2. L’auto exploration
3. La co-médiation est souvent recommandée (être toujours deux, un homme et une femme) ― pour les crimes graves

6

Qu'est-ce qui est important chez le médiateur en pratique?

L’exigence académique?
→ Les connaissances (les diplômes) sont nécessaires: le savoir

Le savoir-faire?
→ Une grande expérience, formation, supervision, pratique et mises en situation, retours sur expérience

Le savoir-être : le plus important
→ Talent
→ Personnalité et traits caractéristiques

Les critères physique? La diversité et la mixité (genre, âge, comportement) – recherche d’opposés appréciés

7

Quels sont les qualités principales du médiateur?

→ Le contrôle de soi tout en sachant rester sensible et démonstratif
→ La sensibilité et la générosité
→ Être vigilent, attentif et avoir envie de jouer son rôle
→ Une grande «virginité» criminelle et psychologique: ― être vierge d'émotions
- Ne pas attendre quelque chose de personnel des séances.
→ Ne pas attendre de pouvoir inscrire l’expérience à son CV
→ Ne pas juger - être ouvert au changement
- Si vous avez des valeurs trop fortes, des positions trop affirmées, une idée de la «justice parfaite» ou une tendance à diagnostiquer les personnes ou les personnalités… ce rôle n’est peut-être pas pour vous?

8

Quels sont les capacités de communication des médiateurs?

→ Inspirer la confiance, être « chaleureux »
→ Savoir accueillir et mettre à l’aise les participants
→ Être créatif, souple, posséder l’imagination nécessaire
→ Faciliter la communication sans la détourner

9

V ou F. La présence du médiateur est indispensable, il est le maître d’œuvre de la rencontre

Vrai

10

Quels sont les outils de communications du médiateur?

→ Gestion des silences, respect du rythme
→ Écho
→ Rappelle constamment (si moment approprié) son rôle dans le processus

11

V ou F. Le médiateur ne garantit pas que la démarche est nécessaire/pertinente/gratifiante. Il ne garantit pas les émotions qui y seront vécues, encore moins les conséquences de cette démarche sur un parcours personnel. Mais il garantit que si l’expérience doit être vécue, il possède le talent et le professionnalisme nécessaire pour accompagner la personne en amont, en cours et en aval de l’expérience, et que chaque émotion vécue aura été préparée

Vrai

12

Le médiateur doit les rassurer sur le comment:

→ Sécurité
→ Droits
→ Son droit de se retirer, de changer d’avis
→ Votre profession, vos compétences
Ses autres recours, alternatifs et/ou complémentaires…

13

Le médiateur doit le moins possible les influencer quant au pourquoi...

→ Ce qu’elle vient chercher,
→ Ce qu’elle va trouver
→ Les bienfaits ultérieurs possibles
→ Les raisons de la participation des autres personnes etc.

14

quels sont les 11 erreurs classiques de l'animation?

1. Faire en sorte que la rencontre ait lieu le plus vite possible
2. Chercher le «consensus, l’harmonie, le pardon, la paix, le miracle, l’humanité…»
3. Chercher et identifier des preuves de la satisfaction des parties
4. Ne pas respecter les silences
5. Insister sur le dévoilement des faits et rechercher la «vérité»
6. Se prendre pour un expert (diagnostic)
7. Empêcher ou craindre l’expression des émotions fortes (surtout la colère)
8. Être trop présent ou trop absent
9. Chercher à avoir le dernier mot en faisant le résumé de la situation
10. Abuser des techniques de communication (écoute active, relances)
11. Suggérer les émotions («vous voyez, ça va déjà mieux!»)

15

Quel est le principe de la scénarisation dans les rencontre préparatoires?

→ Avoir tout prévisualisé ― *Ce qui fait mal, c'est la surprise… c'est ce qui revictimise*
→ Le sentiment de justice vient du fait qu’un événement est prévisible
→ Le libre arbitre : la personne a scénarisé tout ce qui pourrait arriver. Elle a donc le choix en tout temps.

16

Qu'est-ce que la MAIS

Outil mnémotechnique à l’intention des médiateurs. Le MAIS se fait avec chacun des participants!
M… oi
A… utre (l')
I… nformation
S… écurité

17

En quoi consiste le M

(1) Moi
L’événement que j’ai vécu
→ (Impacts, émotions, soutien reçu, actions posées, vécu maintenant, etc.)

Comment je perçois la démarche
→ (Attentes, objectifs, perception du déroulement, quoi dire et comment le dire, accompagnement, etc.)

Comment je vais réagir à l’autre
→ (Perception de ses propres réactions à la rencontre de l’autre, à ce qu’il exprimera, capacité de gérer les attentes non-répondues, etc.)

Ce que je suis ou ce que je vis
→ (Comment les expériences, les forces, les difficultés, les manières de réagir, la personnalité influenceront ma démarche, etc.)

On ne s'occupe pas de l'autre partie, mais de la personne.

18

En quoi consiste le A

(2) A (l'autre)
L’événement qu’il a vécu
→ (Impacts, émotions, cheminement possible, etc.)

Comment il perçoit la démarche
→ (Attentes et objectifs de l’autre, ce qu’il peut avoir à dire et comment il le dira, l’attitude et les émotions possibles, etc.)

Comment il réagira devant moi
→ (Réactions de l’autre lorsqu’il me verra, ses réactions à ce que je lui dirai, à mon attitude, sentiments que je peux provoquer chez l’autre, sa capacité à répondre à mes attentes, etc.)

19

En quoi consiste le I

(3) I (informations concernant la démarche)
→ Le contexte, le cadre, le déroulement
→ Les fondations du programme, son cadre
→ La temporalité, les horaires
→ Le rôle du médiateur et sa disponibilité
→ Le processus
→ Les conditions
→ Les recours
→ Etc.

20

En quoi consiste le S

(4) S (la sécurité)
→ Physique (état, médications, routine, placement etc.)
→ Psychologique (état, soutien, émotions, etc.)
→ Soutiens, rythme, intentions
→ Écarts entre les attentes et la capacité de les gérer; possibilité d’attentes non comblées
→ Éléments de préoccupation dévoilés par les participants au fil de la rencontre.

21

Quels sont les 3 étapes pour le MAIS?

1ère étape de la préparation: la scénarisation
→ A chaque élément du M.A.I.S, faire l’exercice suivant:
- Pourquoi aborde-t-il cet élément?
- Qu’en attend-il?
- Comment réagira-t-il si ses attentes sont comblées?
- Comment réagira-t-il si ses attentes sont déçues?

2ème étape de la scénarisation: l’écho
→ C’est une scénarisation en négatif. A chaque affirmation de la personne:
→ Reposer la question en lui mettant en évidence la possibilité que la réalité se passe exactement de la manière contraire.

3ème étape de la scénarisation:
→ Guider la personne dans son processus de décision
→ Couvrir et aborder tous les aspects possible
→ La personne est prête quand elle est capable de faire l’exercice toute seule, qu’elle a compris la démarche et que les rencontres préparatoires sont saturées

22

À quoi ressemble le temps de préparation pour les médiations sociales et les médiation SCC?

Médiations sociales, petits conflits:
- Une séance de préparation par personne minimum
- Environ une heure de médiation

Médiations SCC:
-Les préparations peuvent durer de 6 mois à 2 ans. (3 à 5 rencontres par personne, de plusieurs heures chacune, espacées de plusieurs semaines ou mois)

23

Quels sont les derniers préparatifs avant la rencontre?

1. Le médiateur et son partenaire
→ Connaître les principes de base de la gestion de crise, se préparer avec son partenaire
→ Connaître son rôle d’intervenant social
→ Connaître ses propres limites et en faire part à son partenaire
→ Se répartir les tâches
→ Avoir des ressources immédiates à portée de main
→ Se connaître et se faire confiance
→ Ne jamais (dans aucune situation) se désolidariser

2. Le cadre de la rencontre
→ Le contexte matériel et physique: visualiser la pièce, le mobilier, la disposition, les places, l’établissement (sécurité, mouchoirs et café, stationnement, décoration..)
→ Les personnes présentes. Qui? A quoi elles ressemblent? Quelles sont leurs attitudes? Quelles sont leurs attentes?

3. Le déroulement
→ Le temps de témoignage et des échanges. Qui commence?

4. Prévoir la sécurité en amont et en aval de chaque rencontre
→ S’assurer d’un soutien psychologique extérieur (voire en demander garantie)
→ Vérifier le rôle des tiers (famille, conjoint)
→ A qui puis-je en parler en toute confidentialité?
→ Ai-je le soutien d’un professionnel du monde médical ou paramédical?
→ Les déplacements de la victime
→ Le suivi
Évoquer le long terme

24

Comment se déroule la rencontre, la séquence?

1) En groupes séparés:
→ L’arrivée à la salle

2) Ensemble:
a. Accueil et rappels par le médiateur
b. Premier témoignage
c. Second témoignage
d. Période de questions
e. Développements éventuels (accords, nouvelles rencontres)
f. Bilan et «météo» (comment on se sent)
g. Fin de la rencontre

3) En groupes séparés:
→ Débriefing : un médiateur par participant (ou groupe de participants

25

En cas d’intervention, le médiateur applique immédiatement le MAIS, comment?

1) Toujours parler au «je». Toutes les émotions et sentiments sont bienvenus mais tout recours à la projection doit être évité. Employer la reformulation si nécessaire.

2) Intervenir en encourageant la personne à ne surtout pas donner une opinion mais à détailler ce qu’elle ressent

3) Encourager la personne à s’adresser à l’autre (pas au médiateur)

4) Se tourner vers l’autre et lui demander comment il reçoit ce qui a été dit.

26

Qu'est-ce qui ne doit jamais arriver durant la rencontre?

Ne jamais laisser aller une dynamique de duo non contrôlée. Se tourner ensuite à nouveau vers la première personne et l’interroger sur sa perception. En cas de doute, une pause.

27

Comment assurer l'équilibre des pouvoirs dans la rencontre?

Le devoir de l’animateur : que les participants puissent témoigner, dialoguer d’égal à égal. A ce titre, le médiateur peut être qualifié d’impartial au sens où il ne prend parti pour aucun des participants en particulier.

Par contre, il n’est jamais neutre puisque, pour être impartial, il doit assurer l’équilibre des pouvoirs entre les participants