COURS 4 - Système sémantique Flashcards Preview

ORT-6013 Psychologie cognitive du langage > COURS 4 - Système sémantique > Flashcards

Flashcards in COURS 4 - Système sémantique Deck (29)
Loading flashcards...
1

Sémantique componentielle

Concepts = connaissances conceptuelles à propos du monde

Les concepts ne se définissent que différentiellement par rapport aux autres concepts possibles ex. "jaune" = couleur que parce qu'il existe aussi les mots désignant les couleurs rouge vert
Concept = ensemble des traits par lesquels il se différencie du sens des autres concepts

2

représentation abstraite qui possède les valeurs moyennes des caractéristiques définissant l’appartenance à la catégorie

Le prototype
(prototypie)

3

Vrai ou faux
C’est à partir du prototype que sont catégorisés les objets et les exemplaires (caniche, bulldog) d’une catégorie (chien)

VRAI

À partir de l’idéal du concept de chien, on peut classer les autres plus spécifiquement

4

Une catégorie est représentée par ses exemplaires les plus ______

typiques

• banane et pomme sont jugés comme étant des fruits beaucoup plus résolument que noix et olive

5

Combien d’accès au SS doit‐on tester pour pouvoir conclure sur une possible atteinte sémantique ?

• Il est préférable de tester les 3 accès, mais dans la réalité de la pratique on n’a pas nécessairement le temps. Donc, le test de 2 accès au SS permet de conclure une atteinte sémantique.

6

-La cognition comme système symbolique, abstrait
-indépendant de son implémentation physique
-analogie de l'ordinateur

Théories non-incarnées

7

-Lacognition dépend de la corporéité (=physique)
-ancrage de l'individu dans son environnement matériel, social et culturel

Théories incarnées

8

Les 4 théories de la mémoire sémantique

1. Non-incarnées
2. Incarnation secondaire
3. Incarnation faible
4. Incarnation forte

9

• Organisation de type « base de données » / « encyclopédie »
• Représentations amodales (= indépendante des modalités de sortie ou d’entrée), abstraites, décontextualisées et stables
• Indépendante (de l’action, la perception, etc.)

1. Non-incarnées

10

1. Non-incarnées
Chez les patients qui présentent des déficits pour des catégories spécifiques, la séparation entre concepts préservés et déficitaires ne correspond pas exactement à _____

la différence entre catégories biologiques vs manufacturées. La limite n’est pas assez claire.

Exemple: cas JBR
• déficits pour les animaux, les fruits et les légumes, mais aussi pour les instruments de musique et les vêtements

11

1. Non-incarnées
Les concepts appartenant aux catégories biologiques (animaux, fruits, etc.) sont surtout définis par des attributs _____

sensoriels

• on détermine par le visuel: sent, voit, on peut les toucher

12

1. Non-incarnées
Les concepts appartenant aux catégories manufacturées (outils, instruments, etc.) sont surtout définis par des attributs _____

fonctionnels
• la fonction de l’objet plutôt que l’apparence

13

Critique du modèle non-incarnée ?

Activation d’aires sensorielles et motrices durant les tâches sémantiques en études RMf
→ Il y a activation des aires primaires

14

2. Incarnation secondaire
Mémoire sémantique =

• Représentations amodales
• Indépendante, mais associée avec l’information sensorielle / motrice
• Attributs de modalité spécifique + « hub » sémantique

15

2. Incarnation secondaire
Vrai ou faux
Le « hub » soutient l’activation des représentations de certaines les modalités et de toutes les catégories sémantiques

FAUX
de toutes les modalités

16

2. Incarnation secondaire
Où se trouve le hub?

dans les lobes temporaux antérieurs (LTA)

Si le « hub » (= LTA) est atteint, les difficultés sémantiques se manifesteront pour toutes les modalités d’entrée (image, mot, son, etc.) et de sortie (production orale et écrite, dessin, etc.)

17

2. Incarnation secondaire
De quelle atteinte provient l'appuie de cette théorie ?

la variante sémantique de l’Aphasie Primaire Progressive (vsAPP)

→ anomie
→ difficultés de compréhension des mots

18

2. Incarnation secondaire
Vrai ou faux
Il y a toutefois peu de preuve de l'activation des lobes temporaux antérieurs lors d'analyse sémantique

FAUX
Activation du LTA lors de tâches sémantiques selon 28 études de neuroimagerie fonctionnelle (TEP et RMf)

19

2. Incarnation secondaire
Critique de ce modèle
• L’atrophie du lobe temporal médian est _______
• Une lésion du _____ et _____ affecte aussi le traitement sémantique (la reconnaissance et le rappel de l’information)

plus associée aux déficits sémantiques que les LTA

cortex d’association ou des aires sensorielles primaires

20

3. Incarnation faible
Mémoire sémantique =
• Les représentations sémantiques sont constituées d’informations _____ et _____
• Ces informations ont un vrai rôle _____
• Certain niveau d’abstraction
• Dépendance de l’info sensorielle et motrice : pas au niveau du ______

-sensorielles et motrices
-sémantique (pas d’activation secondaire)
-cortex primaire, mais du cortex adjacent

21

3. Incarnation faible
Zones de convergence
• Comme les hubs du modèle précédent, mais ______

plusieurs zones plutôt qu’une seule

Il s’agit de multiples zones distribuées dans le cerveau, ex :
• une ZC qui encode les associations entre la forme et le nom d’un objet
• une ZC entre la couleur et le mouvement

22

Mémoire sémantique = aires sensorielles et motrice primaires seulement (isomorphisme; la forme est unique)

Quelle théorie ?

4. Incarnation forte

• La cognition et le système conceptuel sont enracinés dans le cerveau, le corps et l’environnement
• Représentations dynamiques liées à la perception‐ action et à l’expérience
• Le contenu sémantique se représente à travers la « simulation »

23

4. Incarnation forte
réseau cortical qui fonctionne comme une unité dans les aires primaires qui font l’intégration multimodale

« Cluster fonctionnel »

Ces « clusters » font la simulation des représentations

24

4. Incarnation forte
mapping entre une source perceptuelle et un domaine non‐perceptuel.

« Métaphores conceptuelles »

25

4. Incarnation forte
Critique de ce concept

• Une lésion focale dans les aires sensorielles et motrice primaires ne donne pas de problèmes de conceptualisation abstraite / raisonnement
• Pas seulement les aires primaires qui s’activent durant le traitement sémantique

26

les résultats en littérature appuient les modèles de

de l’incarnation secondaire et de l’incarnation faible, mais pas les théories extrêmes

27

Vrai ou faux
Il y a des outils d’évaluation en clinique seulement pour les théories non‐incarnées et de l’incarnation secondaire

vrai

28

Cas clinique (M.L.) - Altération de la mémoire sémantique:

Tâche d’appariement définition-mot écrit
1) Ex.: Petit animal à longue queue et aux oreilles pointues (chat; lapin ; mouton) – le patient choisit « LAPIN »
2) Ex.: Mammifère domestique qui aime les souris (chat; lapin; mouton) – le patient choisit « CHAT »

Analyse qualitative : erreurs commises sur les catégories animaux/végétaux; fruits/légumes

Quel modèle théorique d’organisation sémantique permet d’expliquer ce patron de performances ?

Théorie sensorielle/fonctionnelle (Warrington & Shallice, 1984)

M. L. (évalué en 2014) apparaît être un descendant de JBR et SBY, les deux patients avec déficits de catégorie spécifique après une lésion par encéphalite herpétique présentés par Warrington et Shallice.

29

Nomme toutes les tâches qui seraient échouées par Monsieur M.L. :
1. Dénomination écrite
2. Jugement de similarité sémantique sur des mots écrits
3. Décision lexicale écrite
4. Dénomination oral
5. Appariement image-image
6. Jugement de longueur des lignes

1. Dénomination écrite
2. Jugement de similarité sémantique sur des mots écrits
4. Dénomination oral
5. Appariement image-image

Monsieur M.L. a de problèmes sémantiques. Toutes les tâches sélectionnées passent par le système sémantique.