CP2 - Escalade: Questions Flashcards Preview

Oral 1 - CP2 > CP2 - Escalade: Questions > Flashcards

Flashcards in CP2 - Escalade: Questions Deck (30)
Loading flashcards...
0

1 - Quelles sont « les modalités de pratique » et « les formes de performance » que l’on trouve en escalade de difficulté ?

En escalade de difficulté, il est possible de rencontrer 3 modalités de pratique: le « à vue », « le flash » et le « après travail ».Les formes de performance s’apprécient « en tête » et « en moulinette »
Dans le milieu scolaire, le « après travail » sera de fait utilisé le plus souvent (implication sur les ouvertures de voies). Les programmes de collège n’ouvrent aucunement la mise en situation de « à vue », hormis dans des situations de travail en bloc. Toutes les évaluations se déroulent sur support connu.
La moulinette, pour des raisons de sécurité, reste prépondérante au collège, voire lycée .L’escalade en tête n’apparaît qu’au niveau 4.

1

2 - Quel est le système de cotation de voies que l’on utilise en France? Quel est son origine?

En 1978, l’UIAA décide d’ouvrir vers le haut l’échelle des cotations rocheuses qui allaient de 1 à 6 (ED), échelle de WELZENBACH.
Depuis, les cotations n’ont fait qu’augmenter et représentent les repères de la pratique. Elles permettent d’évaluer la performance. En bloc, en difficulté, en artif… En SAE, en SNE.

2

3 - Existe-t-il une correspondance entre la cotation en voie et la cotation en bloc?

Donnez une valeur des niveaux « max » qui se pratiquent aujourd’hui à haut niveau.

Hormis les chiffres et les lettres qui sont utilisées dans l’évaluation de la difficulté d’une voie ou d’un bloc, il n’y a pas de correspondance directe.
Aujourd’hui, les niveaux max sont:
-en difficulté, 9a à vue A.MEGOS, 9b+ après travail (A.ONDRA). Chez les filles, on retrouve le 9A après travail.
-en bloc, des grimpeurs comme D.WOOD, A.ONDRA se situent dans le 8c+ après travail.
Ces cotations évoluent (diminuent) lorsque les performances sont réalisées à vue ou flash. A ce niveau, la différence est énorme.
Voir Actu Internet Escalade : Kairn, 8A.nu...

4

4 - Connaissez- vous l’historique de la réglementation actuelle concernant l’utilisation du matériel d’escalade en collectivité?

Pour résumer: Les EPI doivent répondre à la norme du décret du 5 août 1994. Ils doivent portés le marquage CE pour être conforme.
En 2008, la référence NF S72-7011 précise les méthodes de gestions des EPI (identification, contrôle et suivi) et les rapports entre le propriétaire et l'utilisateur.

La plupart des équipements de protection du grimpeur : casques,baudriers, mousquetons, cordes, (etc.) sont des Equipements de Protection Individuelle (EPI), ils doivent à ce titre être conformes aux normes applicables en la matière (Décret du 5 août 1994). En conséquence, seuls les EPI portant le marquage CE peuvent être
« (…) vendus, loués ou distribués à titre gratuit (…)». Ceci impose l’achat de matériel portant le marquage CE, la vérification précise de l’ensemble du matériel utilisé et la suppression de tout matériel non conforme.
Jusqu’au printemps 2004, l’article L235.5 du code du travail interdisait de mettre à disposition (prêt ou location) du matériel de protection contre les chutes de grande hauteur ayant déjà été utilisé. Le décret n° 2004-249 du 19 mars 2004 – JORF du 21 mars 2004 a modifié le code du travail en autorisant la mise à disposition et la location des EPI contre les chutes de hauteur dans le cadre d’activités sportives et de loisir. Il corrige une situation législative ingérable introduite en 1992 lors de la transposition en droit français de la directive européenne 89/689/CE sur les EPI.
En juin 2004, l’Afnor publiait une norme expérimentale intitulée : « Mise à disposition d’EPI et matériel de sécurité pour activités physiques, sportives, éducatives et de loisirs dédiés à la pratique de l’escalade, l’alpinisme, la spéléologie et activités utilisant des techniques et équipements similaires ». Ce texte précisait les méthodes de gestion (identification, contrôle et suivi) et les rapports entre le propriétaire et l’utilisateur.
En avril 2008 la norme est homologuée puis publiée sous la référence NF S72-7011. Son domaine d’application concerne : « la mise à disposition d’équipements de protection individuelle (EPI) contre les chutes de hauteur, contre les chocs et contre les chutes par glissade pour activités physiques, sportives, éducatives et de loisirs, par des professionnels, des associations, des établissements publics ou privés dans les domaines de l'escalade, l'alpinisme, la spéléologie et autres activités utilisant les mêmes techniques et équipements.»
Certains matériels de sécurité ne sont pas classés comme EPI, ils ne sont donc pas concernés par cette norme, toutefois l’obligation générale de sécurité impose la même rigueur.

5

5 - Décrire en deux lignes les principes des 3 disciplines compétitives.

Difficulté: Gravir la (ou les) voie le plus haut possible, voir jusqu'au sommet sans chuter
Vitesse: consiste à gravir encordé une voie dans le temps le plus court possible. Les voies sont escaladées en moulinette
Bloc: Réaliser un maximum de bloc avec le minimum d'essai

6

6 - Comment départage t on deux compétiteurs en escalade de difficulté, qui chutent sur une même prise ?

On regarde la façon dont ils ont agit sur la prise:
Contrôlée: le grimpeur se stabilise 3 seconde sur la prise puis chute
Utilisée: le grimpeur contrôle la prise et effectue une action pour atteindre la prise suivante.
Le grimpeur qui a utilisée la prise est devant celui qui l'a contrôlé.

7

7 - En bloc, la hauteur atteinte est elle prise en compte dans le classement du compétiteur ?

En bloc, on classe les grimpeurs en fonction:
1. Du nombres de blocs réalisés
2. Du nombres d'essais pour réaliser les blocs
3. Du nombre de prise de zone atteinte
4. Du nombre d'essais pour atteindre la prise de zone
La hauteur atteinte n'est pas prise en compte dans le classement.

Pour une "super finale", quand les 2 premiers sont ex-æquo et qu'il faut les départager si aucun des deux ne réussit le bloc qui doit les départager on regarde celui qui est allé le plus haut dans le bloc.

7

9 - Qu’est ce que la force de choc ?

C’est la caractéristique la plus importante pour la sécurité du grimpeur ; C’est la force transmise au grimpeur et à toute la chaine d’assurage au moment de l’arrêt de sa chute. Elle se propage le long de la corde vers le point d’ancrage, les mousquetons et la personne qui assure.
Cette force de choc (ou force maximale d’interception- vocabulaire UIAA)
Fc = M x R x SE
• M= masse du grimpeur ( cste)
• SE =constante d’élasticité de la corde
• R = FACTEUR DE CHUTE

8

8 - Qu’est ce que le facteur de chute?

Le facteur de chute est une valeur utilisé pour déterminer la dureté d'une chute, elle est comprise entre 0 et 2.
R = H / L
R= Facteur de chute
H= Hauteur de la chute
L= Longueur de corde déployé entre le grimpeur et l'assureur
Donc plus R est grand, plus le choc subit par la cordée et le matériel, est important.

9

10 - Quels types de corde existe-t-il en escalade?
Laquelle (lesquelles) utilisez -vous en milieu scolaire?

Il existe plusieurs types de cordes :
• Les cordes semi-statiques : destinées à la spéléologie, au canyon ou aux travaux en hauteur. Elles sont dotées d’un allongement modéré, qui leur permet toutefois d’absorber suffisamment d’énergie en cas de chute.
• Les cordes dynamiques : de par leur caractéristique et leur réserve de dynamisme, elles amortissent les chocs et absorbent l’énergie de la chute. Elles s’utilisent en escalade ou en alpinisme. On retrouvera les cordes « à simple » utilisées plus particulièrement en escalade, les cordes « à double » et les cordes « jumelées » utilisées plus particulièrement en montagne.
En milieu scolaire, nous utiliserons dans les activités proposées, les cordes à simple.

10

12 - Quels « types » de ligne d’action peut- on trouver en escalade?

On retrouvera 3 types de lignes d’action associés à une organisation gestuelle très spécifique :
Mode de progression symétrique: ligne d’action CROISEE: grimper d’échelle
Mode de progression à l’amble (grimper en drapeau): ligne d’action ipsilatérale
Mode de progression en dülfer (grimper en opposition): lignes d’action confondues.

11

11 - Définissez le terme « ligne d’action ».

Pour résumer:
On recherche l'équilibration, pour ce faire on établit un jeu de forces. Ces forces se répartissent selon des "lignes de forces":
- Les lignes d'appuis (manuelle ou podale): couplage des forces de traction et/ou de poussée par 2 segments de même nature.
- Les lignes d'équilibration ou d'action: servent à contrôler la posture d’équilibre en phase statique ou à réaliser le déplacement en phase dynamique.
Elles correspondent à la résultante des couplages de forces de traction et/ou de poussée intermanuelles et interpodales.
Elles représentent ainsi les synergies fonctionnelles possibles associant les 2 lignes d’action autour desquelles le grimpeur construit son polygone d’équilibration.

En escalade, la construction et le maintien de l’équilibre, par les choix de postures adaptées, suppose une gestion spatio-temporelle subtile et économique de la répartition des forces d’équilibration du corps, sur les prises servant de support au mouvement. Cette équilibration s’obtient par un jeu de force de traction et/ou de poussée, conjuguées ou opposées, appliquées sur les prises, par les membres concernés.
Ces forces se répartissent selon des « lignes de forces » que l’on différencie en fonction de leur rôle dans me contrôle du mouvement.
En effet, lorsqu’elles correspondent au couplage des forces de traction et/ou de poussée sur des prises par deux segments corporels de même nature (membre inférieur ou supérieur), on les appelle lignes d’appuis (manuelle ou podale).
Lorsqu’elles servent à contrôler la posture d’équilibre en phase statique ou à réaliser le déplacement en phase dynamique, on les nomme ligne d’équilibration ou d’action.

12

13 - Qu’est ce qu’une opposition? Un Dülfer? Un crux? Un effet « de porte » ou de « charnière »?

Une opposition: c'est lorsque on produit des forces de sens opposés avec différents segment du corps
Un Dülfer: Les deux mains et les deux pieds se trouvent alignés sur un même axe (verticale), d'un côté et le bassin de l'autre, le corps étant de ce fait de profil. Les mains sont légèrement plus hautes que les pieds.
On tire avec les mains en poussant avec les pieds
Un crux: séquence, série de mouvement la plus difficile de la voie
Un effet "de porte": déséquilibre produit sur le grimpeur si celui-ci grimpe à l'amble

13

14 - Que signifie « séquentialiser une voie »?

Pour résumer:
Séquentialisé c'est réaliser un découpage de l'itinéraire en sections sur lesquels le grimpeur focalisera successivement son attention.
Action directement liée à la notion de lectures prédictives
Le grimpeur expérimenté passera de la lecture de voie aux passages, puis au mouvement et enfin à l'action motrice

Ceci afin de repérer le but final et les buts intermédiaires dans "l'espace de cheminement" et de se faire une carte mental des lieux.

La tâche de grimper implique le repérage d’indices qui pourraient baliser le parcours et orienter les déplacements: Il s’agit de repérer le but final et d’identifier les buts intermédiaires ( ancrages, PME, prises clés, crux….) dans un champ spatial assez lointain que l’on appelle « espace de cheminement ». Il s’agira de se faire en quelque sorte une carte mentale des lieux (importance des représentations).
Ainsi le grimpeur confirmé, dans une voie, procèdera au découpage de l’itinéraire en sections ou passages sur lesquels il focalisera successivement son attention. On parle de séquentialisation de la voie., ce qui réduit le nombre d’alternatives également. Il y a là un aspect technico-tactique très important. A ce titre, les grimpeurs de haut niveau effectuent leur séquentialisation lorsqu’ils sont au pied du mur, dans leur phase d’observation. De la notion de voie, on passe au passage puis au mouvement et enfin à l’action motrice.
Dans le milieu scolaire, nous retrouverons ces capacités à développer, au collège dès lors que l’on parle de mémorisation dans une voie et d’identification de PME…Cependant, cette séquentialisation n’apparait véritablement qu’au niveau 3 de la compétence. On parle alors de prévoir et anticiper son itinéraire, de réguler son déplacement pendant l’action…..On retrouve également au DNB pour la classe de 3ème, une évaluation de l’efficacité du grimpeur dans son déplacement (saccadé, fluide).

14

15 - Quels sont les facteurs qui guident la sélection d’une ou plusieurs prises?

Il s’agit pour le grimpeur de sélectionner, parmi les prises les plus accessibles, celles dont la combinaison est la plus économiquement adaptée à l’orientation et à la structuration gestuelle du mouvement envisagé.
Cette sélection s’effectue en fonction:
• de leur orientation favorable par rapport à la logique du mouvement envisagé (sens optimal d’utilisation des prises)*
• de leur pertinence ergonomique (taille,forme)
• de leur complémentarité fonctionnelle (relations topographiques)
Cette tâche d’interprétation exige un gros effort d’interprétation qui dépend bien évidemment du niveau d’expertise du grimpeur. Par exemple, une forte structuration de prises comme une fissure, diminue ainsi la complexité informationnelle de la tâche.
Infos sur fiches ressources:
- Pour le niveau 1, il est précisé dans les capacités à acquérir « identifier les voies: le départ, le sommet, le niveau de cotation, la couleur des prises, la densité, l’emplacement et la nature des prises » OU encore « identifier et utiliser des prises permettant des PME simples ».
Pour le niveau 2 « s’équilibrer en organisant son placement en fonction de l’orientation et du type de saisie de la prise…. »

15

16 - Quelles sont les 2 tâches perceptivo-motrices qu’implique la saisie d’une prise?

Chaque saisie, qu’elle soit manuelle ou podale implique deux tâches perceptivo-motrices:
• le contrôle balistique de la main et/ou du pied vers les prises à saisir. On peut l’appeler « le pointé de précision ».
• l’ajustement final de la saisie, c’est-à-dire de la surface, préhensible du segment concerné à la morphologie de la prise dont l’analyse dicte le choix de la technique de préhension.

17

17 - Quelles sont les 3 règles d’efficacité pour construire les gestes de moindre effort?

Gestes de moindres efforts: ensemble de posture, saisi, placement qui permet de franchir un passage, soit en limitant l'intensité de l'effort, soit sa durée.
Règles d’efficacité n°1: Lignes d'appuis croisées
Actions dominante: MD + PG pour aller à une prise MG
Règles d’efficacité n°2: La poussée des pieds rend la prise de main meilleur
La poussée doit être opposée au sens d'utilisation de la prise de main
Règles d’efficacité n°3: En dalle ou mur verticale, coller/rapprocher le CG de la paroi pour s'économiser

17

19 - L’encordement en escalade en milieu scolaire: Lequel? Lesquels? Pourquoi?

Nœud de 8 tressé plus nœud d’arrêt.
Le nœud de 8 tressé est facilement réalisable, contrôlable et se défait sans trop de problème. Le nœud d’arrêt permet d’être sûr que le 8 tressé soit complet et revienne par le haut.

19

18 - Quelle technique d’assurage en moulinette enseignez- vous pour une classe de 6ème?

Je leur apprend la technique de l'assurage en 5 temps
Possibilité de technique ABCD pour le lycée:
Avaler, bloquer, croisé, décroisé

20

20.1 - Quelles sont les modalités de l’épreuve en escalade au DNB ?

Réaliser 2 voies différentes en moulinette, à son meilleur niveau.
Prévoir l’assurage « corde molle ».
Deux essais sont autorisés par voie.
Pour l’enchaînement des deux voies, le temps sera limité et précisé.
Le grimpeur annonce son projet de voies avant le début de l’épreuve.

21

20.2 - Quelles sont les modalités de l’épreuve en escalade au baccalauréat ?

Le dispositif comprend des voies de niveau 3c à 6a, d’une longueur minimale de 7 m en SAE et 12 m en falaise. Les dégaines sont en place.
Le candidat choisit son niveau de difficulté pour grimper en tête 1 voie plus ou moins connue tirée au sort parmi deux voies possibles de même cotation.
L’épreuve consiste à se préparer, s’équiper puis grimper dans un temps maximum de 8 minutes. L’épreuve est complétée par une prestation d’assurage au cours du grimper du partenaire.
À la première chute, le candidat peut reprendre sa progression à l’endroit de la chute. À la seconde chute, l’épreuve s’arrête.
L’épreuve s’arrête également si le candidat effectue une erreur de mousquetonnage non corrigée immédiatement (mousquetonnage à l’envers ou yo-yo) ou ne mousquetonne pas tous les points.
Dans le cas d’un arrêt de l’épreuve (dépassement du temps, chutes, erreur de mousquetonnage non corrigée), pour la partie « cotation de l’itinéraire », le candidat marque des points en fonction de la hauteur de voie gravie et les points accordés seront obligatoirement inférieurs à la moitié des points prévus pour le niveau de difficulté tenté.

22

20.3 - Quelles sont les modalités de l’épreuve en escalade pour des optionnaires (niveau 5) ?

Le dispositif comprend des voies de niveau 4c à 7a, d’une longueur minimale de 7 m en SAE et 12 m en falaise. Les dégaines sont à poser par le grimpeur.
Le candidat réalise un enchaînement de deux voies différentes (en 45’ maximum) plus ou moins connues et tirées au sort dans le(s) niveau(x) de cotation choisi(s). 10 minutes de récupération sont autorisées entre les 2 ascensions. La note finale résulte de la moyenne des
notes obtenues sur les deux voies. Avant le départ, sur une portion de voie désignée par l’enseignant (entre deux points d’assurage), le candidat décrit la succession de pas qu’il pense effectuer pour franchir cette zone.
En cas de 1ère chute ou de repos artificiel, le candidat peut reprendre sa progression à la dernière dégaine posée. À la seconde chute, l’épreuve s’arrête.
L’épreuve s’arrête également si le candidat effectue une erreur de mousquetonnage non corrigée immédiatement ou ne mousquetonne pas tous les points.
Dans le cas d’un arrêt de l’épreuve, pour la partie « cotation de l’itinéraire », le candidat marque les points en fonction de la hauteur de voie gravie et les points accordés seront obligatoirement inférieurs à la moitié des points prévus pour le niveau de difficulté tenté.
Sur au moins une voie, le candidat effectuera la pose d’une moulinette (manoeuvre de maillon rapide) ou la descente en rappel (rappel autoassuré).

23

21.2 - Comment se répartissent les points au BAC?

10 pts Cotation de l’itinéraire choisi
4 pts Évolution du grimpeur dans sa voie
3 pts Coordination de l’action grimper/s’assurer
3 pts Coordination des actions assureur/grimpeur

24

21.3 - Comment se répartissent les points pour des optionnaires?

11 pts Cotation de l’itinéraire choisi
3 pts Coordination de l’action grimper/s’assurer
2 pts Coordination des actions assureur/grimpeur
4 pts Lecture anticipée de la voie

25

21.1 - Comment se répartissent les points au DNB ?

8pts: Pertinence et efficacité du projet = sur 5 pts
Cotation des voies sur 3 pts
8pts: Efficacité du grimpeur
4pts: Efficacité dans le rôle de l’assureur

25

23 - Quelles sont les erreurs du débutant dans le mousquetonnage ?

Chez un débutant, il sera possible d’observer plusieurs comportements nécessitant l’attention de l’enseignant et un travail spécifique : (préparez les situations d’apprentissage)
1. Mousquetonnage à l’envers
2. Mousquetonnage en yoyo (mauvais brin)
3. Mousquetonnage trop tôt ou trop tard
4. Mousquetonnage trop lent

26

22 - Quelles sont les « exigences » spécifiques, dans le déroulement de l’épreuve, pour les optionnaires ?

Les 5 exigences spécifiques sont:
- des cotations plus élevés
- l'élève place lui même les dégaines
- il grimpe 2 voies différentes, tirées au sort dans le(s)
niveau(x) de cotation choisi(s).
- avant le départ, sur une portion de voie désignée par l’enseignant (entre deux points d’assurage), le
candidat décrit la succession de pas qu’il pense effectuer pour franchir cette zone
- sur au moins une voie, le candidat effectuera la pose d’une moulinette (manœuvre de maillon rapide) ou la descente en rappel (rappel auto-assuré)

27

24 - Quelles sont les erreurs du débutant dans l’assurage en tête ?

L’assurage en tête est très spécifique. Le débutant sera confronté à :
- Difficulté à estimer le mou jusqu’au premier point : souvent la parade est abandonnée en cours de route.
- Mauvais positionnement par rapport au grimpeur.
- Le mou n’est pas fluide, n’est pas ravalé correctement….

28

25 - Qu’est ce que l’assurage dynamique ?

L’assurage dynamique consiste à accompagner la chute du grimpeur (pas de mouvement de recul) en avançant au moment du vol afin d’amortir davantage le grimpeur dans sa réception.

29

26 - Comment aborder le « vol »

Tout d’abord, il est important de réaliser toute une batterie de situation en moulinette afin de permettre à l’élève de se construire :
- Une position pour déclencher, conduire et amortir une chute
- Une attitude réactive en tant qu’assureur
Ces situations se feront dans le cadre de chutes volontaires avec des quantités de mou évolutives (augmenter la hauteur de chute), puis involontaires (ou non déclarées à l’assureur).
Cette démarche va s’étendre ensuite à l’escalade en tête.