Définitions signes cliniques Flashcards Preview

Définitions L2 (totale) > Définitions signes cliniques > Flashcards

Flashcards in Définitions signes cliniques Deck (116)
Loading flashcards...
1
Q

Sémiologie

A

Etude des signes.

2
Q

Psychopathologie

A

Etude des troubles psychologiques.

3
Q

Signe

A

Manifestation d’un état pathologique telle qu’observée par le clinicien.

4
Q

Symptôme

A

Manifestation d’un état pathologique telle que décrite par le patient.

5
Q

Syndrome

A

Regroupement significatif de symptômes.

6
Q

Diagnostic

A

Définit le trouble attribué au patient.

7
Q

Anamnèse

A

Histoire des troubles (dimension diachronique).

8
Q

Pronostic

A

Evaluation (prudente) de l’évolution ultérieure du trouble.

9
Q

Thérapeutique

A

Méthode de traitement.

10
Q

Etiologie

A

Etude des causes des maladies.

11
Q

Mécanisme de défense

A

Processus psychique inconscient visant à réduire ou à
annuler les effets désagréables des dangers réels ou imaginaires, en remaniant les réalités interne et/ou externe. Ses manifestations (comportements, idées ou affects) peuvent être inconscientes ou conscientes.

12
Q

Objets d’investissement

A

Personnes investies affectivement et narcissiquement par le sujet.

13
Q

Structure

A

Organisation stable du psychisme.

14
Q

Déni

A

Processus par lequel le sujet écarte de son psychisme un fragment entier de la réalité.

15
Q

Refoulement

A

Processus par lequel le sujet écarte de son psychisme un fragment psychique.

16
Q

Clivage d’objet

A

Processus par lequel deux attitudes de valeur opposée (ex: amour/haine) coexistent psychiquement tout en étant maintenues dans deux compartiments
séparés en mémoire.

17
Q

Evénement traumatique

A

Evénement débordant les capacités d’élaboration du sujet.

18
Q

Elaboration

A

Fait de conférer un sens à une expérience traumatique.

19
Q

Décompensation

A

Fait de développer un trouble.

20
Q

Vulnérabilité

A

Potentiel de décompensation face aux événements rencontrés.

21
Q

Frayage (Freud, 1895)

A

Facilitation du passage d’une excitation d’un neurone à un autre lorsque cette voie a déjà été empruntée une première fois.

22
Q

Idée délirante

A

Croyance en opposition avec la réalité à laquelle le sujet attache une conviction absolue.

23
Q

Projection

A

Processus par lequel ce qui est inacceptable pour le psychisme est attribué à Autrui.

24
Q

Délire aigu

A

Délire dont l’évolution a une durée inférieure à quelques semaines.

25
Q

Délire persistant

A

Délire dont la durée dépasse plusieurs mois.

26
Q

Délire systématisé

A

Délire marqué par une forte cohérence interne.

27
Q

Délire non-systématisé

A

Délire incohérent, sans idée directrice, hermétique (impénétrable, incompréhensinble) pour Autrui.

28
Q

Intuition

A

Fausse croyance qui s’impose d’emblée au sujet avec évidence.

La formation d’un monde délirant repose toujours sur une intuition initiale.

29
Q

Interprétation

A

Attribution d’une signification erronée à un fait réel.

30
Q

Imagination

A

Construction d’un monde délirant qui paraît totalement imaginaire à Autrui.

31
Q

Illusion

A

Perception déformée d’un objet réel.

32
Q

Hallucination

A

Perception sans objet

33
Q

Hallucinations psychosensorielles

A

La source de la perception est localisée par le sujet à l’intérieur de son psychisme.

34
Q

Hallucinations psychiques

A

Des représentations mentales sont imposées.

Ce ne sont pas de véritables hallucinations puisqu’elles ne mettent pas en jeu la sensorialité. Elles relèvent plutôt de l’automatisme mental.

35
Q

Automatisme mental

A

Autonomisation de zones parasites dans la mémoire subjective reflétant un début de fragmentation psychique.

36
Q

Dépersonnalisation

A

Altération du sentiment d’identité

37
Q

Déréalisation

A

Sentiment d’étrangeté du monde.

38
Q

Idée de référence

A

Sentiment infondé d’être l’objet de l’intérêt d’autrui.

39
Q

Schizophrénies

A

Psychoses persistantes non systématisées.

40
Q

Dissociation (Spaltung)

A

Perte de l’unité de base de la personnalité.

41
Q

Autisme

A

Repli sur le monde intérieur.

42
Q

Délire paranoïde

A

Délire qui n’est ni structuré, ni systématisé en raison de la force de la pression dissociative.

43
Q

Autisme abrasif

A

Lorsque l’autisme devient abrasif, il use l’ensemble du fonctionnement : émotionnel, relationnel, intellectuel.

44
Q

Hallucinations cénesthésiques

A

Perceptions sans objet relatives aux sensibilités proprioceptives et intéroceptives.

45
Q

Discours diffluent

A

Perte du fil directeur.

46
Q

Barrages

A

Ruptures brutales du discours.

47
Q

Fading

A

Ralentissement intermittent de la parole.

48
Q

Rationalisme morbide

A

Raisonnement détaché du réel, pseudo-scientifique ou pseudo-philosophique.

49
Q

Ambivalence

A

Existence de pensées, de sentiments, de comportements contradictoires, incohérents, exprimés au même moment.

50
Q

Apragmatisme

A

Difficulté à effectuer des actes de la vie quotidienne.

51
Q

Négativisme

A

Attitude butée, opposition.

52
Q

Stéréotypies

A

Répétitions de gestes ou de mots.

53
Q

Clinophilie

A

Fait de rester constamment dans son lit

54
Q

Schizophrénie catatonique

A

Forme de schizophrénie marquée par une désorganisation psycho-motrice.

55
Q

Schizophrénie hébéphrénique

A

Forme de schizophrénie marquée par un appauvrissement émotionnel d’aspect déficitaire.

56
Q

Paranoïa

A

Psychose chronique intervenant sur fond de structure psychotique et de personnalité pré-morbide paranoïaque.

57
Q

Réactions paranoïaques

A

Délires transitoires survenant pour des raisons variées sur fond de structure et de personnalités de différents types.

58
Q

(Paranoïa) en secteur

A

Une “idée prévalente” liée à une intuition initiale est investie passionnément tandis que le reste de la vie sociale est preservé.

59
Q

(Paranoïa) en réseau

A

Aucun secteur de la vie n’est préservé.

60
Q

Quérulence

A

Tendance morbide à chercher des querelles, à revendiquer des droits imaginaires.

61
Q

Délires paraphréniques

A

Cas de fragmentation partielle entre un secteur délirant qui conserve une unité interne et un secteur qui reste adapté à la réalité.

62
Q

Peur

A

Réaction émotionnelle, induite

par un danger réel et objectif.

63
Q

Anxiété

A

Vigilance douloureuse concernant une crainte plus

ou moins nette.

64
Q

Angoisse

A

Peur sans objet, subjective, qui induit un état d’hypervigilance douloureuse concomitant de manifestations somatiques.

65
Q

Crise d’angoisse

A

Développement brutal, en quelques minutes, d’un sentiment de malaise ou de menace intense échappant à la réassurance.

66
Q

Trouble panique

A

Crises d’angoisse survenant à répétition, de

façon imprévisible, sans facteur déclenchant net.

67
Q

Anxiété généralisée

A

Fond d’anxiété permanent conservé

pendant plusieurs mois ou années. L’angoisse est “flottante”.

68
Q

Névrose d’angoisse

A

Association de crise d’angoisse et d’anxiété généralisée.

69
Q

Phobie

A

Crainte d’être en présence d’un objet ou

d’une situation extérieure déterminés, dénués de dangerosité objective.

70
Q

Conduite contraphobique

A

Attitude de fuite en avant.

71
Q

Objet contraphobique

A

Objet ou personne dont la présence rassure le sujet face à l’objet phobogène.

72
Q

Agoraphobie

A

Crainte de toute situation sans issue ou sans secours facilement accessible.

73
Q

Phobies sociales

A

Crainte d’être exposé à l’observation d’Autrui, de

se comporter de façon humiliante ou embarrassante en public.

74
Q

Déplacement

A

Processus par lequel l’investissement d’un objet est transféré vers un objet susbstitutif lié par association mais moins conflictuel.

75
Q

Bénéfices secondaires d’un symptôme phobique

A

Avantages conscients que le sujet retire grâce à lui.

76
Q

Bénéfice primaire d’un symptôme phobique

A

Réduction de

l’angoisse née du conflit intrapsychique, car il réalise symboliquement le désir refoulé.

77
Q

Obsessions

A

Représentations intrusives qui “assiègent” la conscience, pénibles et absurdes pour le
sujet, d’autant qu’il reconnaît qu’elles sont le produit de son propre psychisme.

78
Q

Obsessions idéatives

A

Pensées ou images qui s’imposent à l’esprit.

79
Q

Obsessions impulsives

A

Crainte de perdre le contrôle de soi en commettant des actes obscènes ou agressifs.

80
Q

Obsessions phobiques

A

Liées aux représentations de certains objets menaçants.

81
Q

Compulsions

A

Comportements ou actes mentaux que le sujet se sent contraint d’effectuer en réponse à une obsession
pour la neutraliser.

82
Q

Rituel

A

Procédure compulsive stéréotypée exécutée de façon quasi-magique.

83
Q

Annulation

A

Processus par lequel une représentation conflictuelle pour la conscience (l’obsession) est “annulée” par un acte mental ou un comportement symboliquement opposé (la compulsion) ce qui empêche par la même l’élaboration conflictuelle et favorise son retour.

84
Q

Conversion somatique

A

Symptôme d’allure organique, sans lésion réelle sous-jacente, réversible, lié à un conflit psychique et non produit intentionnellement.

85
Q

Pathologie psychosomatique

A

Présence d’une lésion non intentionnelle liée

à un conflit psychique.

86
Q

Pathomimie

A

Pathologie provoquée volontairement par le patient.

87
Q

Hypochondrie

A

Préoccupation exagérée, ou sans fondement, apportée à la santé de soi-même avec introspection permanente et analyse des
moindres signes fonctionnels.

88
Q

Conversion psychique

A

Altération transitoire des fonctions intégratives de

la mémoire, de l’identité ou de la conscience.

89
Q

Amnésie psychogène

A

Perte transitoire et partielle de la

mémoire, dont un compartiment est comme “effacé”.

90
Q

Fugue psychogène

A

Abandon de domicile et adoption nouvelle identité avec amnésie totale ou partielle.

91
Q

Personnalité multiple

A

Plusieurs personnalités avec leur identité propre

prennent tour à tour le contrôle de la conscience.

92
Q

Etat de transe

A

Altération transitoire de
la conscience, analogue à un état hypnotique, avec une diminution des
réactions aux stimuli sensoriels.

93
Q

Etat crépusculaire

A

La conscience est obscurcie et centrée sur une idée

fixe subconsciente avec dépersonnalisation et déréalisation.

94
Q

Etat somnanbulique

A

Le sujet « joue » une scène dramatique (imaginaire ou non) en état
de sommeil profond et ne s’en souvient plus au réveil.

95
Q

Thymie

A

Tonalité affective de base reflétant l’accord global du sujet et du monde, tel qu’on peut le projeter sur un
axe allant de la douleur la plus intense à la joie la plus profonde.

96
Q

Trouble thymique

A

Survenue isolée d’un syndrome dépressif, maniaque ou mixte.

97
Q

Anhédonie

A

Impossibilité du plaisir.

98
Q

Asthénie

A

Grande lassitude, fatigue.

99
Q

Aboulie

A

Absence de désir.

100
Q

Attitude ordaliques

A

De mise en danger.

101
Q

Syndrome de Cotard

A

Délire de négation des
organes, voire du corps entier, ou même de la totalité du monde extérieur,
avec parfois des idées d’énormité et des idées de possession, de persécution justifiée, de damnation avec la conviction d’être immortel en alternance avec celle d’être déjà mort.

102
Q

Dépression primaire

A

Syndrome dépressif qui ne dépend pas d’un trouble psychique

ou organique plus fondamental.

103
Q

Dépressions réactionnelles

A

Succèdent à des événements dont la valeur traumatique est évidente.

104
Q

Dépressions névrotiques

A

Succèdent à des événements dont la valeur traumatique est conférée par le
sujet.

105
Q

Psychose maniaco-dépressive

A

Trouble au long cours caractérisé par la survenue d’épisodes tantôt
maniaques, tantôt mélancoliques, avec une guérison en principe complète
entre les accès, la périodicité de ceux-ci étant très variable.

106
Q

Névrose dépressive (dysthymie)

A

Inclut une symptomatologie dépressive persistante, ou intermittente, d’au moins
deux ans, une intensité subsyndromique (juste en dessous d’un accès dépressif majeur) et une absence de virage maniaque ou hypomaniaque.

107
Q

Dépressions secondaires

A

Le syndrome dépressif survient
sur fond d’un autre trouble psychique (dépression associée) ou d’un
trouble organique (dépression somatogène).

108
Q

Ludisme

A

Le sujet entre dans une relation de jeu et fait des blagues.

109
Q

Logorrhée

A

Incontinence verbale.

110
Q

Hypomanie

A

Le sujet est excité mais conserve son adaptation au monde.

111
Q

Syndrome mixte

A

Coexistence ou l’alternance rapide de

composantes maniaques et de composantes dépressives.

112
Q

Trouble de la personnalité

A

Regroupement de modes de
comportement, de pensée, d’affectivité et de relation induisant des difficultés au long cours, avec une souffrance subjective et/ou une altération de l’adaptation sociale.

113
Q

Syndromes psycho-traumatiques

A

Troubles où un événement clairement repérable a un rôle déclenchant.

114
Q

Syndrome traumatique aigu

A

Survient à la suite d’un
événement hors du commun confrontant directement le sujet à la mort
ou à un équivalent symbolique. Il se déclenche immédiatement ou dans
les minutes suivant l’événement qui a suscité un sentiment de de peur, d’impuissance ou d’horreur.

115
Q

Activité automatique

A

Fait d’agir un peu comme un robot, sans affect, de faire ce qu’il y a à faire dans une sorte d’état second.

116
Q

Pseudo-confusion

A

Peut inclure apathie, hébétude ou agitation, violence.