Examen final Flashcards Preview

Espace rural > Examen final > Flashcards

Flashcards in Examen final Deck (33):
1

On retrouve le plus souvent deux grandes familles d’approches pour définir la 
pauvreté, quelles sont‐elles ? Qu’est‐ce qui les caractérise ?

concepts absolus : accent sur l’incapacité d’une personne d’obtenir ce qui est nécessaire à sa survie (nécessité, privation). 

concepts relativistes : accent placé sur la situation pénible de la personne par rapport à la norme sociale (paupérisme, misère, gêne). 

2

Statistique Canada calcule un seuil de faible revenu, à quelle famille d’approche cet indicateur appartient‐il ?

limites de revenu duquel une famille est susceptible de consacrer une part plus importante de son revenu à l'achat de nécessités comme la nourriture, le logement et l'habillement qu une famille moyenne. L'approche consiste essentiellement à  Concept absolu : un seuil de revenu à partir duquel on s'attend à ce que les familles dépensent 20 points de plus que la famille moyenne pour l'alimentation, le  logement et l'habillement. Les seuils varient selon sept tailles de famille et cinq tailles de population de région de résidence

3

Citez trois groupes sociaux qui sont plus vulnérables à la pauvreté en milieu rural

• les enfants et les jeunes (17 % au Québec en 2003) 
• les femmes (incluant les familles monoparentales; 1/7 au Canada)
• les immigrants (isolement par rapport à la communauté)
• les aînés (22 % au Québec; manque de ressource spécifique en milieu rural)
• les Autochtones.

4

Quelles sont les principales causes de la pauvreté en milieu rural ?

Les causes de la pauvreté dans les régions rurales, qui sont le plus 
souvent étudiées :
• les faibles revenus, 
• le manque d’emplois, 
• les coûts élevés de construction de nouveaux logements, 
• la piètre qualité des habitations (qui engendrent des coûts de 
chauffage plus élevés), 
• la santé déficiente et le manque de soins de santé à distance 
raisonnable ,
• les faibles niveaux d’éducation.

5

Quels sont les traits les plus distinctifs de la pauvreté en milieu rural ?

• L’importance du transport

• La difficulté d’avoir accès à des soins de 
santé

• La difficulté d’avoir accès à l’instruction 
(endettement des jeunes)

• La difficulté d’avoir un emploi 
correctement rémunéré

• La difficulté d’avoir accès à des garderies 
(pauvreté chez les femmes)

• L’appui de la cohésion sociale et du 
sentiment d’appartenance mais quand ils 
disparaissent…

• L’importance de la dispersion 
géographique de la pauvreté rurale (mais 
des poches de pauvreté persistante)

6

Quel peut être l’effet d’une migration massive des jeunes dans les petites 
communautés rurales des régions éloignées ?

Une préoccupation de premier plan pour les régions éloignées (ou ressources)

• Réduction des dépenses de consommation
• Réduction de la disponibilité des services d’éducation
•Réduction du nombre de travailleurs prêts à entrer sur le marché du travail : 
raréfaction de la main d’œuvre
• Raréfaction de la relève entrepreneuriale
•Départ à l’âge de faire des enfants : accentuation du déclin démographique

Impacts sur la santé et vitalité à long terme des collectivités rurales

7

Pour quelles raisons les chercheurs préfèrent‐ils parler de migration des jeunes 
plutôt que d’exode des jeunes ?

• toutes les régions ne sont pas touchées de la même manière, 
• même des régions que l'on considère comme centrales connaissent le phénomène 
migratoire. Ainsi, le taux de migration des 25‐29 ans, soit des jeunes qui avaient 15‐19 
ans en 1981 ou en 1986, était pratiquement aussi négatif en 1991 et en 1996 dans une 
région comme les Cantons‐de‐l'Est qu'en Abitibi‐Témiscamingue 

parler de "migration interne" plutôt que d'"exode" des jeunes.

8

Quelle est la différence entre une migration intrarégionale, une migration 
interrégionale de retour et une migration interrégionale de sortie ?

migration intrarégionale = se déplace dans une autre municipalité de la même région d'origne

ne migration interrégionale de retour
= s'est établi à l'extérieur de la région ou il a grand, revien s'établir dans la région d'originie

migration interrégionale de sortie= s'est établi à l'extérieur de la région ou il a grandit sans revenir

9

D’après le graphique de la page suivante, quelles sont les régions qui accueillent 
le plus de migrants de retour ?

Les jeunes qui sont les plus portés à revenir dans leur région d’origine après l’avoir
quittée sont ceux originaires de Lanaudière, des Laurentides, de la Montérégie, de la
Capitale-Nationale, de l’Outaouais et de l’Abitibi-Témiscamingue. Au contraire, Laval
est la région où les retours sont les moins fréquents. À Montréal, les retours sont
relativement importants chez les jeunes ayant migré au tout début de l’âge adulte,
mais beaucoup moins chez ceux ayant migré plus tardivement.

10

Qu’est ce qu’un néorural ?

urbains ayant décidé de s’installer de manière permanente en zone rurale (Simard 2005)

L'institut de sondage Ipsos en France utilise la définition suivante pour qualifier les néoruraux :
Habitant actuellement une commune rurale de moins de 2 000 habitants ;
Résidant dans cette commune depuis moins de 5 ans ;
Ayant leur précédent domicile dans une commune de plus de 2 000 habitants et située à plus de 50 km de leur commune d'habitat actuelle.

11

Le phénomène de la néoruralité est nouveau, il s’observe surtout depuis les années 1990. Discutez cette affirmation.

.Au Québec, se manifeste dès le début du 20ième siècle mais essentiellement associée à la récréation et à la détente (ski, bord de lacs et bord du Fleuve Saint‐ Laurent).

► S’est accélérée sensiblement avec l’implantation des infrastructures de communication au milieu du 20ième siècle.

CE QUI EST NOUVEAU!!
► Implantation permanente des urbains dans des milieux sans attrait ou équipement récréatif significatif (ex.: en territoire agricole)

12

Quels sont les facteurs qui ont favorisé le phénomène de la néoruralité ?

.Motivations personnelles:
Goût d’une vie plus naturelle
Amélioration des réseaux routiers
Flexibilité des horaires de travail
Coût plus bas du foncier et des taxes en milieu rural
Désir de passer la retraite dans un cadre rural


Facteurs plus globaux :
Tertiarisation de l’économie
Déconcentration des activités
Nouvelles technologies
Télétravail

13

Sur la base des études qui ont étudié les phénomènes de migration néorurale, diriez‐vous que la ville repousse ou que le campagne attire ?

.La qualité de l’environnement et des paysages, les activités récréatives, un rythme de vie plus calme : premiers motifs de migration vers le milieu rural avant les considérations économiques (ex.: emploi)

Toutes les études sur les motifs de migration vers les zones rurales soulignent que c’est avant tout la recherche d’une qualité de vie et d’un mode de vie qui justifie la migration, et ce, même pour les migrants de retour ( attraits de la campagne domine devant les motifs professionnels ou familiaux; Guimond et Simard 2009)

14

Que désigne l’embourgeoisement rural ?

.Certaines aménités naturelles (plan d’eau, espace naturel, paysage agro‐forestier à la topographie marquée) attirent des néo‐ruraux au profil socioéconomique plus élevé (Halfacree, 1994)  tendance à l’embourgeoisement

Embourgeoisement (gentrification) : redéveloppement de la propriété par et pour des nouveaux arrivants menant au déplacement des groupes sociaux à plus faible revenus qui sont incapables de supporter les hausses de taxes foncières.
Originellement employé suite à la régénération des quartiers urbains (Lower East Side, New‐York; Islington, Londres), ce terme a récemment été appliqué aux communautés rurales où la colonisation par les classes moyennes a augmenté le prix des propriétés et exclues les populations à plus faibles revenues (Woods 2005)

15

La néoruralité est synonyme d’embourgeoisement rural. Discutez cette affirmation

.Des opportunités communes à toutes les zones rurales

1‐ Les néoruraux (comme les touristes) sont des acteurs importants dans la reconnaissance et la mise en valeur d’un certain patrimoine

Les néoruraux sont des acteurs d’une diversification des paysages agricoles – Deux façons ‐

‐ Conserver des paysages agricoles «traditionnels» qui ne sont plus rentables pour l’agriculture conventionnelle


16

Les néoruraux sont un problème pour les communautés rurales. Donnez deux arguments pour et deux arguments contre.

.POUR
- Embourgeoisement
- Privatisation du paysage : La plantation de haies vient privatiser l’espace et atténuer la dimension publique du paysage. Le paysage est un bien public résultant d’actions privées
CONTRE
- Main d'oeuvre et expertise
- acteurs d’une diversification des paysages agricoles (reprise de ferme et de territoires agricoles)

17

Au Québec, il serait possible de distinguer différents types de zones agricoles. Nommez‐les.

Zone d’agriculture périurbaine
Entre spéculation foncière, accès au foncier, cohabitation et opportunités urbaines

Zone d’intensification agricole
Environnement, coût du foncier et aussi, la dévitalisation

Zone de déprise douce
Production laitière, quotas et libéralisation de l’agriculture Gentrification et accès à la terre

Zone d’agriculture marginale
Disparition de l’agriculture et dynamisme rural

18

Les zones d’agriculture périurbaine font face à des défis spécifiques, quels 
sont‐ils ?

Hausse de la valeur foncière

Présence de nombreuse terres sous spéculation foncière et parmi celle-ci des terres en friches

Morcellement des terres agricoles (plusieurs petites terres agricoles isolées)

Terres agricoles en location

19

Quelles différences y‐a‐t‐il entre les principaux enjeux des zones de déprise 
douce et des zones d’agriculture marginale ?

.Zone de déprise douce
Production laitière, quotas et libéralisation de l’agriculture Gentrification et accès à la terre

Zone d’agriculture marginale
Disparition de l’agriculture et dynamisme rural

20

Quel est le principal enjeu qui traverse les zones d’intensification agricole ? De 
quelle manière le gouvernement a‐t‐il répondu à cet enjeu ?

Des territoires qui concentrent de multiples dégradations environnementales : erosion et compaction des sols, degradation de la qualité de l’eau, perte de biodiversité, uniformisation des paysages

L’approche québécoise en agroenvironnement:


1998 : Conférence sur l’Agriculture et l’Agroalimentaire (Forum des décideurs)
 Doubler les exportations pour 2005
 Plan d’action 1998‐2005 en agroenvironnement :
Approche : “ une meilleure connaissance de la problématique et une meilleure compréhension des solutions possibles, tant à l’échelle des exploitations qu’à celle d’un territoire, devraient mobiliser davantage les agriculteurs face à la question environnementale en agriculture “ (MAPAQ, 1999)


 Une approche qui mise surtout sur des mesures d’accompagnement et qui est encadrée par un certain nombre de règlements

21

Les initiatives de banques de terres se développent au Québec. Elles visent à 
mailler les propriétaires de terres agricoles avec des individus qui souhaitent s’installer en milieu agricole. À quel type de zone agricole s’adressent plus spécifiquement ces initiatives ? 

On parle de gérer le foncier et dynamiser les nouvelles installations : banque de terres

Donc, péri-urbaine

22

Un maire d’un village rural déclare « pour la municipalité, la seule solution pour l’avenir, c’est d’attirer une industrie minière », discutez cette déclaration en apportant des éléments pour et contre.

.

23

Quelle différence entre croissance et développement ?

Le développement est + que la croissance. Il vise l’amélioration du bien‐être dans une perspective qui n’est pas que monétaire, mais comprend aussi des dimensions plus qualitatives : sociales, humaines, environnementales.

24

Qu’est‐ce que le développement local ou territorial ?

Appliqué à l’échelle locale, il rend compte de la capacité d’une population localisée à s’adapter à la concurrence, à s’organiser, à innover, à se différencier, à protéger ses ressources, …

Il est admis que ce développement ne peut pas se faire « par le haut ». Il est
« endogène », « ascendant », « autocentré ». En cela il s’oppose à une vision du développement descendante et imposée par l’État.

25

Quelle est la différence entre une ressource générique et une ressource spécifique ?

.La ressource est‐elle générique (par exemple les matières premières ou une main d'oeuvre non qualifiée Sa valeur et l’utilisation ne dépendent pas d’une localisation particulière.

La ressource est‐elle spécifique (par exemple un produit technologique ou une main d’œuvre disposant de compétences particulières).

26

Donnez 5 éléments qui influencent positivement une dynamique de développement local

Capital humain : La communauté et la cohésion de celle-ci

Capital technique (routes, accès, etc)

Utilisation de ressources territoriales spécifiques
- Paysage
-Récréotouisme
- Industrie spécifique

27

Qu’est‐ce que la dévitalisation ?

Processus par lequel une collectivité territoriale est progressivement dépossédée de sa vitalité démographique, économique et sociale du fait de sa marginalisation, de son exclusion par rapport aux espaces qui accaparent la croissance économique et ses retombés sur le plan des services, des équipements et du bien être.

Généralement associée aux régions rurales éloignées des centres, la dévitalisation touche aussi des zones urbains qui n'ont pas été intégrée à la dynamique de modernisation et de conversion de la structure économique locale.

28

Fournir trois indicateurs qui caractérisent les municipalités dévitalisées au Québec ?

Caractéristiques :
structure de peuplement de très faible densité,
structure de services en voie de désorganisation,
problèmes chroniques d'emploi,
une activité axée presque exclusivement sur les ressources locales,
bas niveau de vie
relativement éloigné de toute ville ou centre de services
relation de l'individu à l'espace relativement statique et enfermée dans un cadre assez étroit

29

Quelles sont les limites des approches socioéconomiques de la dévitalisation ? Quels sont les avantages de ces approches ?

LIMITES
Un indice qui est une photo instantanée d’une situation donnée ne pouvant être réévaluée que tous les cinq ans (recensement)

Direction et vitesse du développement ?
Un indice qui divise les municipalités en deux catégories (dévitalisées ou non) sans prendre en compte l’évolution de leur situation

ne permet pas de repérer avec précision toutes les enclaves de marginalité sociale à l'extérieur des villes, ni tous les cas de marginalité géographique, mais contribue néanmoins à jeter un éclairage valable sur l'ensemble du phénomène


AVANTAGES
Donne une idée statistique d'une situation

30

Quelles sont les régions du Québec présentant une faible vitalité économique ?

GIM
BSL
Côte Nord

31

Quelles est la différence entre une cause structurelle et conjoncturelle de dévitalisation ? Entre une cause interne vs externe ?

Structurelle/Interne: faible leadership dans la communauté, taux de scolarisation faible, vieillissement de la population, exode des jeunes

Structurelle/Externe: Centralisation des services, infrastructures déficientes, Urbanisation

Conjonctuelle/Interne: Faible concertation, mobilisation et leadership dans la communauté locale, sentiment de fierté et d'appartenance en baisse, perte d'emplois, pertes de services

Conjonctuelle/Externe: fermeture d'usine, crise économique, tendances de la consommation

32

Citez 5 causes de dévitalisation fréquemment rencontrées au Québec

Vieillissement de la population
Exode des jeunes
Faible niveau de scolarité
Perte de sentiment d'appartenance
Désintéressent à la vie communautaire

33

Quelle sont les grandes catégories de facteurs qui influencent un phénomène de revitalisation ?Pour chacune de ces catégories de facteurs, citez un exemple et expliquez de quelle manière il peut jouer sur la revitalisation.

ACTEURS
Présence d'un comité de développement actif

DÉMARCHES
Réalisation de projets rassembleurs avec des retombées visibles pour la communauté

CONDITION
Fort sentiment d'appartenance