Fondement - exam final Flashcards Preview

Didactique > Fondement - exam final > Flashcards

Flashcards in Fondement - exam final Deck (76):
1

Associez le niveau de lecteur, le degré de lecture et le niveau scolaire correspondant à chaque enfant :

Maxime : Il déchiffre les lettres une à une, mais peine à lire les syllabes.

Myriam : elle lit d'un ton assuré et relativement fluide, mais sans inflexion de la voix.

Maxime :
(-) apprenti lecteur ;
(-) lecture sous-syllabique ;
(-) fin maternelle début première année.

Myriam :
(-) Lectrice en transition :
(-) lecture courante ;
(-) 3e et 4e année.

2

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "arbre", Marc prononce "arbe"

Omission de lettre. Pseudo-mot, déchiffrage.

3

Quels sont les deux processus dans la mise en texte ?

(a) Génération de texte : transformer ses idées en phrases (vocabulaire, syntaxe, liens entre les phrases)

(b) Transcription : graphomotricité et orthographe, conventions liées au domaine extra-alphabétique

4

Énonce différentes difficultés que l'on peut envisager en transcription de texte de l'ordre de la segmentation

1- Sur-segmentation : Segmenter un mot ;
2- Sous-segmentation : Fusionner deux mots ;
3- Liaison ;
4 - Élision.

5

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "locomotive", Marc prononce "locotive"

Omission de syllabe. Pseudo-mot.

6

Quels sont les trois aspect de la génération de texte ?

(a) Tenir compte du vocabulaire :
(-) Recours à l'écrit à des mots moins fréquents ;
(-) Richesse et précision du vocabulaire.

(b) Tenir compte de la syntaxe :
(-) Présence et ordre des mots dans la phrase ;
(-) À l'écrit, structure de phrases différente de l'oral.

(c) Souci des liens entre les phrases : Clarté + cohérence
(-) Utilisation adéquate des pronoms ;
(-) Utilisation adéquate des connecteurs ;
(-) Utilisation de temps de verbes peu fréquents à l'oral

7

Est-ce que ces phrases sont acceptables sur le plan syntaxique ?

1- Nous château très bien (au lien de "chantons"

2- Nicolas porte un beau chandail (au lieu de chapeau)

3- Il y a des enfants qui jouent dehors (au lieu de "deux")

4- Les enfants chantant au spectacle de Noël (au lieu de "chantent")

1- Non

2- Oui

3 - Oui

4- Non

8

Quelles sont les deux grandes composantes de la révision ?

- Relecture
- Édition

9

Expliquez ces différents types de méprise ou illustrez-les par le biais d'un exemple.
(A) : Proximité phonologique
(B) : Proximité graphique
(C) : Méconnaissance ou manque de maitrise des graphèmes complexes (digramme ou trigramme)
(D) Influence de l'oral
(E) Difficulté dans le traitement séquentiel

(A) : Confusion auditive ou difficulté de prononciation. Ferte/verte
(B) : Confusion visuelle : habile/habite, matin/main
(C) : Ca-te-eau/château gen-ou/genou
(D) élèphant/éléphant
(E) Souvent ce sont les syllabes complexes (CCV/CVC). Arbe, cocombe, une avion, crocodile.

10

Décrivez brièvement ces différents concepts :
- Microprocessus
- Processus d'intégration
- Macroprocessus
- Processus d'élaboration
- Processus métacognitifs

- Microprocessus : comprendre les mots et la phrase
- Processus d'intégration : comprendre les liens entre les phrases
- Macroprocessus : compréhension globale du texte
- Processus d'élaboration : aller plus loin que le texte
- Processus métacognitifs : contrôler et réguler la compréhension. Être en mesure de repérer les pertes de compréhension et d'y remédier.

11

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "carte", Marc prononce "crate"

Déplacement de lettres. Pseudo-mot

12

Qu'est-ce que le décodage (section identification de mots) ?

Fusion des phonèmes (correspondances graphèmes - phonèmes) pour créer les mots

13

Quelles sont les trois approches les plus courantes pour enseigner la lecture ?

a) Approche synthétique : Du plus petit au plus grand
b) Approche analytique : Du plus grand au plus petit
c) Approche mixte ou équilibrée : mélange des deux

14

Quel est le type de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s).

Au lieu de lire "bibliothèque", Marc prononce "blibliothèque"

1. Ajout du son (l)

2. Proximité graphique/influence de l'oral.

15

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "long manteau", Marc prononce "manteau long"

Déplacement de mots.

16

Évoquez deux raisons pour lesquelles on commence avec les voyelles selon l'approche synthétique ?

1) Il y a six voyelles. Or, une fois que je les saisis je peux faire de la fusion syllabique.
2) Elles sont simples à apprendre. En effet, lettres = sons.

* Après les voyelles on poursuit avec les consonnes fricatives, car on les entend plus. D'ailleurs, il est préférable de commencer par les consonnes fricatives en début de mot.

17

Qu'est-ce que l'enfant est susceptible de faire fautivement pour pallier à sa difficulté avec la structure syllabique CCV ?

- Ajout d'une voyelle
- Suppression de la 2e consonne
- Inversion de la consonne et de la voyelle

18

Dites les limites de l'approche synthétique ?

- Nécessite beaucoup de ressources cognitives
- Déchiffrage au lieu de décodage
- Prise en considération seulement de la dimension phonogrammique
- Difficulté de lire les mots irréguliers

19

Décrivez l'approche analytique ?

- Part de la plus grande unité vers la plus petite (mot, syllabe, graphème)
- Approche centrée sur la reconnaissance instantanée (mots-étiquettes)
- S'intéresse bcp à la syllabe
- Suppose que les enfants vont découvrir les associations phonèmes-graphèmes en les voyant souvent dans les syllabes
- Comparaison des mots pour leur trouver des segments communs (ette, son, ouille)

20

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "bateau", Marc prononce "navire"

Substitution de mot. Nouveau mot, lien sémantique.

21

Quelles sont les limites de l'approche analytique ?

- Pas de connaissance systématique des relations phonèmes-graphèmes
- Blocage devant les mots nouveaux (impossible de les décoder)

22

Associez le niveau de lecteur, le degré de lecture et le niveau scolaire correspondant à cette enfant :

Kim s'amuse à lire des pièces de théâtre et se prend au jeu en imitant son personnage préféré, Hansel.

Lectrice confirmée, lecture expressive, 5e ou 6e année.

23

Quel est le type de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s).

Au lieu de lire "cette", Marc prononce "kette"

1. Substitution du son (s) pour (k)

2. Méconnaissance du caractère multi-phonologique

24

Quelles sont les deux composantes de la fluidité en lecture ?

1) La reconnaissance instantanée (automatisation décodage)
2) La lecture par groupe de mots.

25

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "bateau", Marc prononce "poteau"

Substitution de syllabe. Nouveau mot, Lien phonologique.

26

Quels sont les types de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s). :

Au lieu de lire "garde", Marc prononce "grande"

1. Substitution de mot
Substitution de son (a), (an)
Déplacement son a/r

2. Proximité graphique/difficulté séquentialité.

27

À quoi reconnaît-on un lecteur qui a une bonne fluidité ?

- Reconnaissance instantanée
- Découpe sa lecture par groupe de mots (unités sémantiques)
- Comprend ce qu'il lit
- Pourra mettre de l'expression
En somme, le lecteur aura besoin de moins d'énergie cognitive pour se centrer sur la compréhension de ce qu'il lit

28

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "locomotive", Marc prononce "lococomotive"

L'ajout de syllabe. Pseudo-mot.

29

Associez le niveau de lecteur, le degré de lecture et le niveau scolaire correspondant à chaque enfant :

Joanny : Elle est apte à lire des syllabes, mais les scinde en marquant à chaque fois une pause.

Jérémie : Jérémie lit relativement bien les mots, quoiqu'il lui arrive encore de faire une pause entre les mots et les groupes de mots.

Joanny :
(-) lectrice débutante ;
(-) lecture syllabique ;
(-) Mi/fin 1ère année.

Jérémie :
(-) lecteur débutant ;
(-) lecture hésitante ;
(-) 2ème année.

30

Qu'est-ce que l'approche équilibrée (mixte) ?

- Approche qui demande à l'enfant d'analyser et de synthétiser (décodage _ reconnaissance instantanée)
- Reconnaissance de mots-étiquettes ET apprentissage systématique de correspondance graphèmes-phonèmes
- Reconnaissance instantanée de mots fréquents + certains segments complexes (ette, esse, ouille)
- Décodage de mots nouveaux

31

- Quels sont les 3 processus dans la production de texte ?

- Par quoi les différents processus interagissent-ils ?

1. La planification : trouver et organiser les idées
2. Mise en texte : rédiger
3. Révision : relecture et édition (effacer et réécrire)

- Par le contrôle : habileté à réviser, à passer d'un processus à un autre. Le contrôle correspond à ce qui est le plus difficile dans la production de textes.

32

À quel niveau de lecture silencieuse correspond chacune des descriptions suivantes :

1- Lecture silencieuse à la même vitesse que lecture orale. Subvocalisation

2- Lecture orale qui agit comme régulateur (élève oralise, énonce mots à mesure.

3- Lecture silencieuse plus rapide que lecture orale. Diff à gérer la vitesse de lecture silencieuse à l'oral.

4- Difficulté à lire en silence.

5- Véritable lecture orale. Coordination texte-voix. Vitesse plus rapide en lecture silencieuse qu'à l'oral.

1- Lecteur débutant (2e année)

2- Lecteur apprenti (1re année)

3- Lecteur en transition (3e et 4e année)

4- Lecteur apprenti (1re année)

5- Lecteur confirmé (5e et 6e année)

33

Quel sont les types de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s).

Au lieu de lire "téléviseur", Marc prononce "télévision"

1. Substitution son ion/eur
Substitution de mot

2. Proximité graphique/influence de l'oral (télévision bcp + utilisé)

34

En cas de méprise d'un élève, quelle question doit-on se poser dans une posture pédagogique ?

- Quel type de méprise a-t-il fait ?
- La méprise est-elle acceptable sur le plan sémantique/syntaxique ?
- Le lecteur a-t-il corrigé la méprise ou tenté de le faire ?

35

Quelle est l'apport de l'analyse des méprises ?

Elle permet :
- D'évaluer la progression de l'élève ;
- De comprendre la nature des faiblesses d'un lecteur ;
- d'identifier un déséquilibre dans les stratégies utilisées ;
- De planifier un enseignement adapté.

36

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "magasin", Marc prononce "gamasin"

Déplacement de syllabes. Pseudo-mot

37

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "bateau", Marc prononce "pateau"

Substitution de lettre. Pseudo-mot, déchiffrage

38

Quels sont les éléments influençant la lecture par groupe de mots ?

- Ponctuation
- Complexité du vocabulaire
- Structure des phrases.

39

Quelles sont les qualités de l'approche analytique ?

Approche intéressante pour :
- Reconnaître les mots fréquents ;
- Être en mesure de lire des mots irréguliers (monsieur) ;
- Être en mesure de lire des mots avec des morphogrammes (aiment, petits, etc.)

40

À quoi correspond le processus de planification ?

- Décider quoi dire - et - comment dire

- Comprendre l'intention (en fonction du type de textes en question et du destinataire)

- Idées en fonction de l'intention :
(-) Les trouver ;
(-) Choisir les meilleures ;
(-) Organiser de façon claire et cohérente.

41

Quels sont les trois aspects de la transcription de texte

- Tenir compte des aspects extra-alphabétique ;
- Exécution motrice (maitrise du geste graphomoteur pour produire les lettres)
- L'orthographe lexicale et grammaticale (construction d'un lexique et des règles d'accords - genre, nombre, flexion verbale.

42

Dans les microprocessus, on retrouve deux voies de la lecture. Identifie-les ! :)

A) Décodage : assemblage, médiation phonologique, voie indirecte (p) + (a) + (p) + (a)

B) Reconnaissance instantanée : adressage, reconnaissance globale, voie directe : papa

43

Dites et décrivez quels sont les 4 types de transformations graphophonologiques dans les méprises en lecture ?

1) Substitution : remplacement de lettre(s), phonème(s), d'une syllabe ou d'un mot par un autre
2) Omission : oubli de lettre(s), phonème(s), d'une syllabe ou d'un mot
3) Déplacement : déplacement dans l'ordre de lettre(s), phonème(s), d'une syllabe ou d'un mot/problème de séquentialité.
4) Ajout : addition de lettre(s), phonème(s), d'une syllabe ou d'un mot

44

Décrivez les 5 degrés de lecture et dites à quel niveau scolaire chacun de ceux-ci correspond :
A) Lecture sous-syllabique (apprenti) ;

B) Lecture syllabique (débutant) ;

C) Lecture hésitante ;

D) Lecture courante (lecteur en transition) ;

E) Lecture expressive (lecteur confirmé).

A) Reconnaît les lettres sans arriver à lire les syllabes ou lit syllabe par syllabe avec une lenteur extrême. FIN MATERNELLE/DÉBUT 1RE ANNÉE.

B) Avec des pauses à chaque syllabe (syllabe par syllabe). MI/FIN 1RE ANNÉE

C) Arrêt moins fréquents qui séparent les mots et les groupes de mots. 2E ANNÉE.

D) Sans hésitation. Arrêts aux signes de ponctuation mais accentuation monotone. 3E ET 4E ANNÉE.

E) Met le ton. 5E ET 6E ANNÉE.

45

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "carton", Marc prononce "cartron"

Ajout de lettre, pseudo-mot

46

Quel est le type de méprise dans le cas suivant :

Au lieu de lire "carton", Marc prononce "cartron"

Ajout de lettre, pseudo-mot

47

Quelles sont les forces de l'approche équilibrée (mixte) ?

Compromis entre :
- Enseignement explicite de la correspondance graphèmes-phonèmes et la découverte par l'analyse de mots fréquents et de segments de mots ;

- Permet de lire + rapidement que par simple décodage : coût cognitif moindre ;

- Engage les élèves dans la lecture de texte authentique.

48

Qu'est-ce qu'une méprise ?

En quoi celle-ci ne doit pas être confondue avec une erreur proprement dite ?

Mot lu qui diffère dans ce qui est dans le texte à lire.

Elle doit être considérée positivement en tant qu'indice des stratégies utilisées en lecture et des habiletés du lecteur.

49

Décrivez l'approche synthétique

- Part de la plus petite unité vers la plus grande (graphème, syllabe, mots, phrase, texte)
- Approche centrée sur le décodage (fusion des phonèmes)
- Approche systématique et gradué (des correspondances graphèmes-phonèmes)

50

Quels sont les types de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s).

Au lieu de lire "pied", Marc prononce "piède"

1. Substitution lettre e/è
Ajout du son (d)

2. Morphogramme (lettre muette)/méconnaissance des graphèmes complexes (ed = é)

51

Comment développer la fluidité chez les jeunes lecteurs ?

- Soumettre les élèves à des activités de lecture fréquentes
- Privilégier des textes faciles :
(-) Forme : structure simple, phrases courtes
(-) Contenu : mots et thèmes connus
- Encourager la relecture d'un texte
(-) Favorise les auto-corrections/meilleure compréhension
- Intérêt des structures répétitives
- Privilégier les situations de lecture authentique

52

Quel est le type de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s).

Au lieu de lire "spectacle", Marc prononce "spestacle"

1- Substitution son (c) pour (s)

2 - Influence de l'oral/multiphonologie

53

Quel est le type de méprise dans le cas ci-dessous ? Formulez une ou des hypothèse(s) explicative(s).

Au lieu de lire "patineur", Marc prononce "patin"

1- Substitution son (i) pour (in)
Substitution de mot
Omission de syllabe (eur)

2 - Proximité graphique/graphèmes complexes/attention sur début du mot.

54

Sur quoi repose le contrôle, c'est-à-dire la mise en interaction des processus de production de textes ?

- La mémoire de travail

55

Illustrez ces différents types de méprise au moyen d'un exemple.
(A) : Attention ciblée sur le début du mot
(B) : Mot émis en fonction du contexte
(C) : Méconnaissance du caractère multi-phonologique
(D) : Morphogrammes
(E) : Difficulté à analyser un mot complexe

(A) : appeler/apparaître
(B) : la princesse porte des vêtements ("robes") roses
(C) : Collation/Colattion
(D) : Finale des verbes à la 3e personne du pluriel. Les enfants chantent ("chantant"). Lettres muettes : Plant/plante
(E) : ?

56

En quelle circonstance la transformation graphophonologique d'un élève sera de facto inacceptable sur le plan sémantique et syntaxique ?

Lorsque l'élève produit un pseudo-mot

57

Quels sont les critères permettant de trancher la question de l'acceptabilité syntaxique des transformations graphophonologiques ?

1) Classe de mot/conjugaison (syntaxe)
2) Est-ce que ça sonne français ?

58

Quel est le rôle de l'enseignant pour aider les élèves en révision de textes.

- Modélisateur
- Organisateur de la réflexion
- Rendre explicites les questionnements (Est-ce que j'ai dit ce que je voulais dire ? Est-ce clair ? Est-ce que mes phrases sont bien construites ?.

59

Est-ce que ces phrases sont acceptables sur le plan sémantique ?

1- Nicolas porte un beau chandail (au lieu de chapeau)

2- Il y a des enfants qui jouent dehors (au lieu de "deux")

3- Papa et maman se lavent tôt (au lieu de lèvent tôt)

4- Quand je vais chez mon coussin (cousin) Éloi (...).

1- Non : la phrase sonne français, mais la méprise change le sens du texte. Il faut la corriger pour ne pas entraver la compréhension.

2- Oui : la phrase sonne français et la méprise ne change pas le sens du texte. Il n'est pas nécessaire de la corriger.

3- Non : change le sens. À corriger.

4- Non : change le sens. À corriger.

60

Quelles sont les 3 questions à se poser pour savoir si on corrige l'enfant quant à sa méprise en lecture ?

1- Pseudo-mot - Est-ce que le mot existe. Si non, corrigez.
2- Syntaxe - Est-ce que la phrase sonne bien français. Si non corrigez.
3- Sens - Est-ce que ma phrase respecte le sens du texte. Si non, corrigez.

61

Qu'Est-ce qui permet de faciliter la lecture ?

- Habiletés en langage oral
- Vocabulaire

62

En quoi consiste la compréhension d'un texte ?

Pouvoir s'en faire une représentation mentale incluant :
(-) Mes connaissances ;
(-) Info explicites du texte ;
(-) Info implicites du texte.

63

Identifie les trois types de compréhension.

1- Littérale : je décode les mots, capable de repérer les informations, microprocessus. Je comprends les structures de phrases simples ;

2- Inférentielle : intégration, macroprocessus, liens entre les phrases ;

3- Critique : macroprocessus, processus d'élaboration, se faire une représentation singulière.

64

À quoi servent les processus d'intégration ?

Faire des liens entre les phrases et les propositions

65

Quelles connaissances sont requises pour la réalisation du processus d'intégration ?

- Mots de substitution
- Connecteurs, marqueurs de relation
- Inférences

66

Quelles sont les deux catégories de mots de substitution ? Décris-les brièvement.

A) Anaphore (+ présent et + simple). Mot ou syntagme (groupe de mots) qui reprend un élément antérieur dans un texte.
B) Cataphore : mot ou syntagme qui renvoie à un élément à venir dans un texte.

67

Qu'Est-ce qu'un connecteur ?

Des mots qui relient deux propositions, deux événements ou deux phrases.

68

Qu'Est-ce qu'une inférence ?

L'inférence permet la compréhension, c'est-à-dire le fait de combiner des informations de différents ordres (linguistique, conceptuelle, connaissance du monde) pour former un ensemble cohérent.

Autrement dit, les inférences sont des informations qui ne sont pas explicitement données dans le texte, mais que le lecteur peut néanmoins supposer.

69

Donnez et décrivez les 4 différents types d'inférence.

1) Nécessaires : l'enfant doit les faire afin de comprendre le texte. Elles en assurent la cohérence.

2) De cohérence : La cohérence peut être locale (entre 2 propositions, processus d'intégration) ou globale (lien entre différentes parties du texte, processus d'élaboration)

3) Logiques : elles découlent directement du texte. Comprises grâce au raisonnement.

4) Pragmatiques : elles dépendent des connaissances antérieures des élèves. Plus difficiles surtout pour un élève avec moins de connaissance.

70

Évoquez des difficultés liées aux inférences.

- L'info ne se trouve pas directement dans le texte
- Les enfants manquent de connaissances antérieures
- On n'entraine pas assez les élèves à réfléchir

71

À quoi servent les macroprocessus ?

Comprendre le texte dans son ensemble.

72

Quelles sont les connaissances préalables requises au niveau des macroprocessus ?

- Utiliser la structure du texte ;
- Trouver les idées principales
- Résumer le texte.

73

Qu'Est-ce que le processus d'élaboration ?

Il permet au lecteur d'aller au-delà du texte : faire des prédictions, utiliser des connaissances antérieures, créations d'images mentales, réagir au texte (affectif).

74

Qu'Est-ce que les inférences optionnelles ?

Elles font parties du processus d'élaboration. Elles ne sont pas nécessaires à la compréhension, mais bonifie la représentation du texte (par exemple, les images mentales)

75

Qu'Est-ce que les inférences d'élaboration ?

Elles ne sont pas obligatoires. Elles enrichissent la représentation du texte avec des informations non explicites qui spécifient le référent.

76

Quel est le lien entre compréhension et métacognition ?

Être conscient de ce que l'on fait lorsqu'on lit, savoir choisir les stratégies efficaces face à des difficultés

La métacognition permet de détecter la perte de compréhension et déterminer la nature du problème.