mode opératoires liés au feux Flashcards Preview

EA révision 118 partie 2 > mode opératoires liés au feux > Flashcards

Flashcards in mode opératoires liés au feux Deck (35):
1

caractéristiques d'un feux d'habitation:

-présence de gaz et d’électricité
-propagation horizontale possible vers :  les autres cellules de l’appartement, les appartements voisins, les couloirs et les escaliers lorsque la porte de l’appartement en cause est restée ouverte ou n’a pas résisté
-propagation verticale possible vers les étages par les escaliers, gaines, courettes, façades, balcons
-dans les immeubles anciens, les appartements ouvrent généralement directement sur l’escalier. Celui-ci sert alors de voie pour le passage des gaz chauds et des fumées, qui s’élèvent vers les étages supérieurs et s’y accumulent
-pour les personnes : risque de ne pas pouvoir évacuer l’appartement, tentation de se réfugier sur les toits, balcons et corniches, voire de se jeter dans le vide
Il est donc nécessaire de rechercher toutes ces informations lors des premières reconnaissances, en gardant à l’esprit le risque permanent de l’accident thermique pour les intervenants.

2

il convient lors de l'extinction d'un feu intéressant un local de petit volume de:

-se renseigner sur l’occupation de l’étage concerné notamment auprès du concierge, souvent présent dans ce type d’immeuble
-n’engager que le personnel strictement nécessaire à l’attaque, disposant d’un moyen hydraulique lui permettant de délivrer au minimum un débit de 500 l/mn, en ayant préalablement reconnu l’itinéraire de repli
-ne pas stationner dans la circulation horizontale du niveau sinistré, trajectoire fortement probable d’un phénomène thermique
-rechercher rapidement les possibilités de création de sortants et mettre en œuvre la ventilation opérationnelle d’attaque (escaliers encloisonnés)
-s’appuyer sur l’existence de plans qui pourraient renseigner sur la configuration des lieux, toujours différente, des niveaux courants
-prendre les plus grandes précautions lors de l’ouverture des portes, afin de ne pas créer des modifications aérauliques brutales
-lors de la reconnaissance de locaux enfumés, refermer la porte derrière les explorateurs

3

extinction d'un feu qui s'est propagé a plusieurs pièces:

l’attaque est menée en trois temps, de préférence par l’intérieur et dans le sens du tirage :
1/ isoler le foyer principal dans son volume initial
2/ combattre les propagations dans toutes les directions autour du volume initial
3/ compléter le dispositif à l’intérieur de l’appartement, afin de faciliter la pénétration et d’achever l’extinctionSimultanément, de manière à créer une ventilation efficace, ouvrir un exutoire de fumées ou créer un sortant en partie haute des escaliers, tout en s’assurant de l’existence d’un entrant en partie basse de l’immeuble.

4

manoeuvre lorsque le feu menace de se propager aux étages supérieurs par l'extérieur

Le chef de garde peut exceptionnellement faire établir une lance de plain-pied ou sur échelle (cf. feu de façade), en étroite coordination avec les équipes d’attaque engagées par l’intérieur.
Cette manœuvre vise à enrayer la propagation par l’extérieur (fenêtre, façade1, stockage sur balcon, etc.) et à refroidir les gaz chauds qui menacent les étages supérieurs. Elle doit être de courte durée et cesser dès que le feu baisse d’intensité.

5

CAT lorsque la porte d'entrée de appartement ne s'ouvre pas:

-établir une lance en eau en attente devant la porte d’entrée
-mettre la VO en manœuvre (surpression au niveau de la porte d’entrée)
-localiser tous les sortants par lesquels le feu est susceptible de se propager (fenêtre située à l’arrière, en courette, en puits de lumière)
-ne pas se trouver face à la fenêtre (effet thermique)
-ne pas pénétrer à l’intérieur de l’appartement pendant l’attaque par l’extérieur
-s’il y a plusieurs fenêtres, créer un ouvrant afin de permettre l’expulsion des gaz chaud

6

que faire lorsque l'incendie se déclare dans un immeuble comprenant plusieurs étages au dessus du sinistre et/ou plusieurs cages d'escaliers:

Des reconnaissances, menées au moyen d'échelles si nécessaire, doivent être entreprises sans délai pour :
-secourir au plus tôt les personnes les plus menacées par les manifestations du sinistre (gaz chauds et fumées)
-découvrir rapidement les éventuelles victimes, au besoin en employant rapidement la caméra thermique dans les zones enfumées, mais encore froides
Il y a lieu, dans ce cas, de visiter en priorité les appartements du dernier étage et de redescendre étage par étage jusqu'au niveau le plus bas par le cheminement le plus adéquat.

7

Les moyens du « renfort habitation » permettent d'entreprendre rapidement et simultanément :

-les missions de reconnaissances
-la prise en charge des victimes et des personnes impliquées
-les opérations d'extinction

8

précautions quand à l'utilisation de l'eau:

L'eau peut créer des dégâts importants. L'attaque doit donc être conduite avec le volume d'eau strictement nécessaire. Les mesures de protection sont prises au plus tôt, y compris durant la phase active.

9

le déblai et le dégarnissage sont entrepris systématiquement pour éviter les reprises de feu. De surcroît, il faut qu’ils soient minimisés au strict nécessaire dans certains cas afin :

-d’éviter la détérioration des objets, dont certains sont précieux ou ont une valeur affective et irremplaçable pour leur propriétaire (photos, bibelots, livres anciens, etc.)
-d’optimiser les investigations, dans les meilleures conditions, de la garde RCCI et de la Cellule Investigation Après Incendie (CIAI) qui est composée : du Groupe de Recherche des Causes et des Circonstances des Incendies (GRCCI) et du Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP)
-de préserver les scènes soumises à une éventuelle enquête (Retex, Police Judiciaire, etc.)

10

L’attaque (feu d'ERP) se fait avec le souci de préserver les dégagements, en complétant le dispositif éventuellement mis
en place par le service de sécurité. Elle est conduite simultanément :

-de façon directe sur les développements visibles du feu
-de façon indirecte sur les parties arrières et cachées des locaux, pour couper les propagations et rechercher les zones envahies par la fumée et les gaz chauds (cages d’escalier, ascenseurs, gaines, combles, sous-sols)

11

CAT extinction feu de cage d'escalier:

-rassurer à la voix et mettre en sécurité les occupants paniqués
-barrer immédiatement la conduite de gaz montante de l’immeuble
-ramener dès que possible les cabines d’ascenseur au niveau d’accès des secours et les bloquer en position ouverte2
-si la cage d’escaliers dispose d’un jour, précéder si nécessaire l’attaque d’un jet bref de lance verticalement dans la cage, pour abattre les flammes, refroidir et préparer la progression des porte-lance
-progresser du niveau inférieur du feu vers le haut avec deux lances, l’une en avant, abattant les flammes et l’autre immédiatement derrière, en protection, pour combattre les réinflammations et terminer l’extinction

12

caractéristiques feu de cheminée:

Il se caractérise par l’odeur qui s’en dégage, par le ronflement anormal dans le conduit, par la fumée abondante variant de l’ocre au noir qui en sort et par l’apparition d’étincelles, voire de flammes, au débouché supérieur.

13

CAT extinction feux de cheminée

-éteindre tout d’abord le foyer situé dans l’âtre. La vapeur dégagée par l’extinction peut, dans certains cas, suffire à éteindre le foyer à l’intérieur du conduit :
-à l’aide d’un miroir, tenté de localiser le foyer à l’intérieur du conduit
-si l’action n’a pas été suffisante, procéder à l’extinction complète sur toute la hauteur du conduit, en déversant de l’eau par petites quantités (éviter un refroidissement trop rapide du conduit, ce qui pourrait provoquer son éclatement) le long des parois internes du conduit au moyen du seau-pompe ou de la LDT en jet diffusé. Cette manœuvre nécessite au préalable de protéger l’âtre des déversements d’eau mélangée de suie, et de mettre en place un dispositif de liaison (canal tactique par exemple) entre les deux extrémités du conduit, afin de coordonner l’envoi de l’eau
-s’il persiste un point de chaleur anormale et inaccessible depuis une trappe de ramonage, il pourra être nécessaire de pratiquer une trouée de dégagement. Cette trouée, dont la section doit permettre l’enlèvement aisé des matières en ignition, sera réalisée légèrement en dessous du point où la chaleur est la plus intense

14

CAT extinction feux de gaine technique:

Ces feux sont traités selon les mêmes principes que les feux de cheminée, en insistant sur la visite des locaux où débouchent les parties haute et basse de ces gaines.
Une attention particulière doit être portée sur le transport possible des fumées et gaz chauds en des points très éloignés du foyer initial.

15

CAT extinction feu de façade

-rassurer à la voix et mettre en sécurité les occupants paniqués
-barrer le gaz sur rue
-ramener dès que possible les cabines d’ascenseur au niveau d’accès des secours et les bloquer en position ouverte
-l’attaque est réalisée par l’intérieur selon les règles habituelles, mais aussi de plain-pied et au moyen des échelles afin d’éviter la propagation rapide du sinistre et de limiter la production de fumée qui s’engouffre à chaque niveau par les baies brisées
-reconnaître tous les locaux
-porter une attention particulière au dégarnissage des parties de façade non brûlées. L’utilisation de la caméra thermique est fortement conseillée

16

CAT extinction feux de comble:

L’attaque est conduite selon les règles habituelles, si possible par l’intérieur, en portant une attention toute particulière à ne pas déclencher un phénomène thermique par la brusque modification de l’air ambiant notamment en cas de nécessité de création de sortant. L’emploi des lances pour trouées de type « BELIER », en dotation dans le PRM, combiné avec des trouées pratiquées dans la toiture largement en amont du feu, est particulièrement adapté à ce genre de sinistres.

17

dangers feux de terrasse:

Afin de prévenir toute atteinte en cas de projection de bouteilles de gaz jusqu’à plusieurs centaines de mètres, le cheminement au pied des immeubles se fait en longeant les façades, là où le risque est le plus faible. L'emploi des MEA et des BEA ne doit être qu'exceptionnel et lié aux difficultés d'accès. En cas de déploiement, le haut de la nacelle du BEA ou du dernier plan des échelles aériennes ne doit en aucun cas dépasser le bord supérieur de la terrasse.
Le LCPP est demandé d'urgence lors d'un incendie, impliquant des bouteilles d'acétylène

18

CAT extinction feu de terrasse

L’attaque est conduite prioritairement par les communications existantes, en se ménageant une possibilité de repli en cas d’embrasement de la totalité du revêtement.
L’extinction se fait à l’eau en jet diffusé d’attaque, très efficace pour les hydrocarbures lourds, ou, éventuellement, à la mousse en cas de difficulté d’accès.

19

CAT extinction feux de plancher, de cloison, de mur

L’extinction se fait en dégarnissant très largement autour des parties atteintes et en employant pour l’attaque, en principe, des moyens légers (seau-pompe, LDT).
Il convient de porter une attention particulière aux gaines traversantes situées aux jonctions avec les autres éléments de la construction (points d’appui, charpente, etc.), ainsi qu’aux vides constitués par les faux- plafonds et qui peuvent être de véritables gaines

20

CAT extinction feux de joints de dilatation

Dans les cas difficiles, il faut réaliser des séries de trouées largement autour de la zone chaude pour devancer le feu, puis injecter de l’eau « additivée » en produit mouillant à l’aide du doseur mélangeur en ligne.
Avant de procéder aux trouées, il convient de s’assurer, dans la mesure du possible, de l’absence de conducteurs électriques ou de canalisations diverses à l’endroit choisi.

21

risques feux de PSC

-un voire plusieurs niveaux entièrement enfumés
-un voire plusieurs niveaux entièrement embrasés
-un effet de « four », qui rend difficile et/ou dangereuse l’attaque au niveau sinistré
-une température élevée entrainant une fragilisation de la structure allant jusqu’à l’effondrement partiel le cas échéant
-éventuellement une notion de victimes à l’intérieur du parc

22

risques de propagation du feu dans un feu de PSC

-une propagation horizontale rapide, du fait de la proximité des véhicules, de la présence éventuelle de cloisons métalliques (boxes grillagés), voire de stockages anarchiques (fort potentiel calorifique)
-une propagation verticale par les joints de dilatation et/ou les gaines techniques (absence de recoupement)
-une propagation descendante par les écoulements d’hydrocarbures au travers de la dalle fissurée ou déstructurée
-un risque d’envahissement par les fumées des niveaux supérieurs du PSC (via les rampes d’accès des véhicules) et/ou des cages d’escaliers des bâtiments en superstructure (absence ou défectuosité de l’iso- lement), car les PSC se trouvent en règle générale sous un bâtiment
-la présence d'éventuelles victimes dans les étages supérieurs, car les fumées peuvent se propager par les conduits d'évacuation des eaux usées en PVC, détruits par la chaleur, mais également dans les voitures et les SAS qui servent parfois d’hébergement à une population défavorisée ;
-différents types de motorisation des véhicules, tels que essence, diesel, GPL, GNV ou électrique et très prochainement, hydrogène.

23

idée de manoeuvre pour les feux de PSC

-une prise en compte des moyens de secours propres à l’établissement
-des reconnaissances approfondies dans l'ensemble du PSC et dans les bâtiments attenants
-une localisation rapide du foyer (CTHE)
-une attaque massive du foyer (avec produit mouillant)
-l’utilisation du désenfumage mécanique du PSC, lorsqu'il existe, ou de nos moyens de ventilations propres, qui permet d'abaisser la température, d’évacuer les fumées et de faciliter les reconnaissances
-une utilisation de la mousse qui peut s’avérer judicieuse dans certains cas : niveau le plus bas, attaque « classique » impossible (demande du groupe mousse ventilation GMV)

24

3 foisonnement de mousse:

-bas (0 à 20)
-moyen (20 à 200)
-haut (> 200, « grosses bulles »)

25

caractéristique feu de classe A

-combustion vive, avec flammes
-combustion lente, sans flamme visible, mais avec formation de braises incandescentes

26

extinction feux de classe A

Il s’agit dans ce cas de feux « couvants ». L’extinction complète, qui s’effectue généralement à l’eau, comprend
en général 2 phases :
-la cessation de la combustion vive (abattage des flammes)
-la cessation de la combustion lente (noyage des braises)

27

extinction d'un liquides inflammables non miscibles a l'eau (classe B feux gras)

Les deux agents extincteurs les plus efficaces sont la poudre pour les feux de faible importance et la mousse pour les nappes de grande superficie.

28

extinction d'un liquide inflammable miscible à l'eau

En cas de recours à la mousse, il convient de s’assurer au préalable de la compatibilité de l’émulseur avec ce type de feu et de son mode d’application. L’émulseur Brigade est du type polyvalent et cela même dans tous les engins (PS, F, BA, etc.).
Un feu de faible étendue peut être éteint en jet diffusé. Pour les feux plus importants, le CO2 et la poudre sont les meilleurs agents d’extinction.

29

extinction d'un solide liquéfiables:

Ces feux, qui dégagent une grande quantité de chaleur et de fumées, sont généralement éteints au moyen de l’eau.
Dans certains cas, l’action de l’eau pourra se révéler insuffisante. L’extinction sera alors menée à l’aide de mousse.

30

risques feux de classe C

-un très fort dégagement calorifique susceptible de propager l'incendie par simple rayonnement
-un danger potentiel d'explosion consécutif à la présence de poches gazeuses créées avant l'inflammation
ou de gaz stockés à proximité du sinistre dont les récipients ont chauffés
-un dégagement de vapeurs toxiques, dans le cas de produits chimiques gazeux

31

extinction feux de classe C (gaz)

l'agent extincteur à
employer est la poudre polyvalente A,
B et C.

32

extinction feux de classe D feux de métaux

Ces feux ne doivent en aucun cas être éteints au moyen d’eau ou de mousse. Seuls sont à employer des agents d’extinction secs (poudre, sable, terre, ciment).

33

règle des 4 i

-Identifier le véhicule et ses caractéristiques
-Inspecter les éléments constitutifs
-Interdire les actions potentiellement dangereuses
-Intervenir conformément à chaque type de motorisation

34

conditions d'intervention pour feu de transport ferroviaire:

-abaissement du pantographe ou retrait du frotteur : attaque par l’intérieur avec des moyens portatifs uniquement
-confirmation de coupure à distance de l’alimentation : attaque par l’extérieur possible, à l’eau ou à la mousse, à l’aide de lances à main

35

opérations d'extinction pour feu d'aéronef

-l’attaque des feux d’hydrocarbures (carburant) réalisée au moyen de la mousse ou de la poudre
-l’attaque des parties métalliques, entièrement réalisées en alliage léger dont le refroidissement peut être obtenu avec de l’eau, mais dont l’extinction totale n’est réalisable qu’au moyen de sable ou de terre. Les éléments en magnésium ne seront éteints qu’avec des poudres spéciales ou du ciment
-l’attaque des aménagements intérieurs (ameublement, sièges, coussins, etc.) est à effectuer au moyen de jets diffusés
-l’attaque de feux de bâtiments voisins, qui doit être conduite par les moyens ordinaires