politiques conjoncturelles Flashcards Preview

FIches cresp > politiques conjoncturelles > Flashcards

Flashcards in politiques conjoncturelles Deck (36)
Loading flashcards...
1

définition politique conj

ensemble de mesures de la politique économique prises par un gouvernement à CT, en fonction de la position de l'économie dans les cycles économiques

2

K.POLANYI ( intervention de l'Etat)

la grande transformation 1944

Intervention de l'etat dans la conjoncture pour contrer les crises devient légitime à partir de 1929 :

-fin du libéralisme
-augmentation de la bureaucratie

3

Nicolas KALDOR

"Le carré magique"
pol conj doit trouver le meilleur compromis entre :

-plein emploi
-stabilité des prix
-croissance du PIB
-équilibre extérieur

4

Musgrave

Théorie des finances publiques 1959
3 fonctions de l'Etat :

-Allocation: Allocation des ressources aux différents usages possibles. C'est le rôle du marché et l'Etat vient corriger les défaillances.
-Stabilisation: Intervention pour résorber les déséquilibres macro eco conjoncturels.
-Redistribution: Modification de la répartition des revenus par les PO et PS

5

définition de la politique budgétaire

politique mise en place par un gouvernement pour agir sur l'économie des pays en utilisant son pouvoir de fixer les recettes de l'Etat et les priorité dans la répartition des dépenses publiques.

6

exemple plan de relance France (context)

Choc pétrolier de 1973 = inflation + récession = plan Chirac de 1975 avec une baisse des taux d'intérêt directeurs de la BC ( augmentation du Déficit public, coût total = 3,5% du PIB)

7

def politique monétaire par banque de France

"ensemble des moyens mises en oeuvre par un Etat ou une autorité monétaire pour agir sur l'activité économique par la régulation de sa monnaie"

8

mise en application politique conjoncturelle et effet sur la conjoncture ( positif)

année 1960 aux Usa
Administration Kennedy : l'équilibre budgétaire n'est pas une fin en soi

Quasi superposition entre croissance effective et croissance potentielle

9

Critique de FRIEDMAN sur pol mon conjoncturelles

les variation à CT de la masse monétaire peut être inefficace et perturber les anticipations des agents à LT

Solution: règle du K% de FRIEDMAN --> La masse monétaire doit croître à un taux constant identique à celui de la croissance de longue période.

Obj : les autorités fournissent une information suffisamment fiable aux agents sur laquelle ils fondent leurs anticipation

10

Critique de FRIEDMAN sur pol budg conjoncturelle

1957

Notion de revenu permanent ( revenu à LT qui intègre revenus Passé présent et futurs) remet en cause l'efficacité de la relance budgétaire car la demande de monnaie ne dépend que de ce RP

11

point d'appuis de FRIEDMAN sur BARRO

Are Government bond net Wealth ? 1974

équivalence ricardienne : augmentation de la dette publique aujourd'hui ==> augmentation des impots demain

or : les agents sont rationnels ==> anticipation --> augmentation de l'épargne ==> inefficacité de la politique budgétaire.

12

Une des instruction du model MUNDELL-FLEMING

dans les année 1960 extension du model IS LM aux économies ouverte (libre circulation du capital)

--> efficacité de la politique budgétaire dépend du régime de change

13

P.KRUGMAN et R.WELLS

2016, Macroéconomie

Croyance dans la politique monétaire comme principal outil de stabilisation associé au scepticisme envers l'efficacité de la politique budgétaire et une acceptation des contrainte du taux de chômage naturel ( tx vers lequel l'économie tend à LT)

14

tournant des années 1980' en matière de pol conj

"INFLEXION DES POLITIQUES CONJONCTURELLES"

2 chocs pétrolier ==> Pol key dans l'impasse (plus d'efficacité dans un contexte de stagflation) (contraire aux preconnisation de la courbe de Phillips.

politique : revolution conservatrice ( TATCHER RU / REAGAN USA) et arrivé de P.VOLCKER FED 1979

15

SARGENT et WALLACE

1976 , Rational expectations and the theory of Economic policy

La politique monétaire ne peut être efficace que par surprise à cause des anticipations rationnelles (agents anticipent l’inflation) mais la crédibilité est ruinée

16

BUCHANAN et TULLOC

the calculus of Consent 1962
raisonnement du public choice et théorie du cycle politique

+NORDHAUS 1975 : conséquence conjoncturelles car l"objectif est d'être réélu donc augmentation des dépenses l'année avant les élections aux US

17

KYDLAND et PRESCOTT

1977 Rules rather than discretion

Les gouvernements sont tentés d'utiliser la politique conjoncturelle pour leurs propres objectifs.

"Rules rather than discretion" = cadre privilégié à la surprise/ action égoïste de l'Etat

Incohérence temporelle = pol économique peut devenir non cohérente

18

Distinction de WICKSELL

distinction entre le Ti monétaire (proposé par les banques) et ti naturel ( où S=I)

19

O.BLANCHARD

Repenser la politique macroéconomique 2010

Il est probable que les coûts induits par une inflation a 4% ne soient pas plus élevés qu'une inflation à 2% ==> Cible d'inflation à 4%

couts:
-transaction : agents retirent plus aux banques
-menu: ajustement des prix
-volatilité de l'inflation

20

règle de TAYLOR

1993

But de la BC est de faire tendrele TI monétaire vers le Ti naturel (ou du moins vers la cible d'inflation)

21

B.BERNANKE et V.BEINHART

Monetary policy alternatives at the zero Bound 2004
3 nouveaux outils qui forment la pol mon non conventionelle:

-forward guidance : orienter les anticipations des agents
pour aplatir la courbe des taux et redémarrer l'investissement
-Quantitative easing: achat par la BC d'actifs risqus aux banques
- qualitative : echange
-credit easing : achat de titres à des acteurs éco

22

but politique mon non conventionnel

allègement des banques commerciales de leurs risques pour qu'elles rejouent le rôle de financement de l'écoomie:

BCE 2015 et 2018 (2600 Milliards d'euro d'actif acheté par BCE) déflation évitée

23

M.AGLIETTA (abondance monétaire)

l'abondance monétaire facilité le financement de projet risqués et alimente les bulles spéculatives:
-marché boursiers: actions
-marché obligataire: obligation

24

suite de ARTUS et VIRARD aux propos de AGLIETTA (abndance monétaire)

La folie des banques centrales; 2016

Diagnostic de bulle sur le matché obligataire et les victimes seront les assureurs et les ménages endettés à taux variables.

==> abondance de liquidité entraîne une extrêùe volatilité des marchés et pose des pb de taix de change soumis à de fortes variation (H.REY)

25

C.BARIO

Capital regulation, risk-taking and monetary Policy 2008

La prise de risque est un nouveau canal de la politique monétaire :

baisse des taux ==> augmentation de la prise de risque ==> "financiarisation accrue" des banques qui cherchent d es rendements et + de concurrence entre les banques

26

Chiffre :

-dépenses publiques en FR après 1918
-moyenne du tx de dep pays OCDE 2016 / France
-déficit public francais (et dette publique brute 2018)

- 30 % (15% avant 1918)
-40% / 55%
-depuis 40 ans ==> structurel
2018: 96% du PIB dette publique brute

27

citation de OFCE sur PSC

"le PSC a failli : les déficits et les dettes augmentent et les politique recommandées pour les limiter ne font que les pérenniser"

28

M.AGLIETTA sur QE ????

préconnise le QE en outil "normal" en raison d'un ti très faible
-Effet ti à LT ==> afaiblissement de la courbe des taux
-effet sur marché financier => bulles

29

O.BLANCHARD (solutions)

Repenser la politique macro économique 2010
Propose un outil réglementaire à la BC pour mettre fin à l'emballement spéculatif :
-Relèvement des ratios fond propre = Fonds propre/ actifs et ou de liquidité des banques = Actif CT/ PAssif LT
- apport plus important de la part des banques pour les prêts immobilier

il propose de nouveaux types de dépenses débloquées au moment opportun

ex : crédit d'investissement
transfert sociaux temporaires ciblés

30

CAHUC et ZYLBERBERG

Le négationnisme économique 2016

Il faut définir les conditions d'application de la politique budgétaire :
-tissu économique qui réagit à la stimulation dela demande
-accès au crédit des entreprise