Séance 10 : Microstructure Flashcards Preview

Lexicologie examen 3 > Séance 10 : Microstructure > Flashcards

Flashcards in Séance 10 : Microstructure Deck (39):
1

Qu'est-ce que la microstructure?

Patron d’organisation interne des articles d’entrées. (info procurée sur chaque unité)

=>change d'un dictionnaire à l'autre

2

Qu'est-ce que le programme minimal de la microstructure?

Obligatoire :

- forme (graphique et parfois phonique)
- catégorie (gramm. genre)
- définition

3

Qu'est-ce que le programme maximal de la microstructure?

Facultatif :

- Phonétique ou prononciation
- origine (étym., datation)
-marques (+)
- analyse du signe (morphologie)
- champ phonique (homophones)
- relations sémantiques (synonymes)

4

Qu'est-ce que le bloc entrée ?

composé de l’entrée et toute information qui la suit. :

• L’entrée (adresse ou mot vedette) TOUJOURS EN GRAS (à la x à la macro et micro)
• La prononciation
• La classe syntaxique
• L'étymologie
• La datation

P38

5

qu'est-ce que la graphie?

forme du mot (+ imp) => certaines admettent plusieurs graphies (appelées VARIANTES soit à l,entrée (si + courant dans PR) ou dans l,article (si + rare dans PR))

parfois accompagné de VAR

6

qu'est-ce que la catégorie?

catégorie grammaticale ou classe syntaxique + variation en genre OBLIGÉS => variation en nombre si pluriels problématique

7

comment est indiquée la féminisation de titres métiers fcts ?

à partir des éditions des années 2000. varie (ex: PR : REM : au féminin, on écrit aussi professeure)

8

qu'est-ce que l'étymologie?

son origine et sa datation

souvent absentes car ne changent pas grand chose
sur la fonctionnalité du mot,

après entrée ou fin article

9

que sont les marques ?

précèdent la définition

signalées par abréviation de la marque en question. (présentées avant la nomenclature)

10

que sont les marques d'usage ?

marquent la variation

par rapport au temps : diachroniques (class vs vieilli anciennt mod neol)

par rapport à l'espace :
diatopiques (région)

par rapport aux classes sociales ou sit de comm :
diastratiques et diaphasiques (pop fam vulg arg litter poet pej didact)

11

que sont les marques de domaine ?

font référence aux domaines de spécialités (le domaine du savoir ou le
secteur d’activité).

ex: ling tech med geol chim math

12

que sont les marques sémantiques ?

décrivent les liens
entre le sens propre d’un mot aux sens dérivés par figure

(fig, par anal, par métaph, par méton, par ext)

13

que sont les marques syntaxiques ?

décrivent les emplois des mots en relation avec leur sens. ??

tr (ansitif) ,, intr

14

qu'est-ce que la définition?

décrit l’objet auquel RENVOIE ce signe linguistique
ou qu’il dénote, elle ressemble alors à une analyse sémiotique (ou sémiologique).

résume le contenu d’un mot, la définition
ressemble alors à une analyse cognitive pour permettre au
locuteur de construire une élaboration conceptuelle (définition cognitive ou logique)

15

Quels sont les traits généraux de la définition? (5)

-pas une phrase complète.

-forme d’une périphrase (groupe de mots qui est synonyme d’un
seul mot.)

-substituable au mot-entrée (sémantiquement
équivalentes.)

-claire et compréhensible (les
définissants sont plus connus que le défini)

-transmet des contenus culturels, des
stéréotypes sociaux des représentations de la société.

-doit refléter la réalité de son époque. Elle doit
être sans cesse ajustée en fonction des changement de la société.

16

comment sont appelés les éléments d'une définition?

Les éléments d’une définition sont appelés les
définissants ou définisseurs, l’entrée étant le
défini.

17

quels sont les types de définition?

1. La définition par inclusion
2. La définition métonymique
3. La définition morphosémantique
4. La définition synonymique et antonymique
5. La définition métalinguistique

18

qu'est-ce que la définition par inclusion?

définit A’ par rapport à A.

inclusion d’un sous-ensemble
A’ dans un ensemble A quand tous les éléments de A’ appartiennent également à A et qu’il n’y a aucun
élément de A’ qui n’appartiennent pas à A.

ex: chaise dans meuble

ex: chameau : grand MAMMIFÈRE ongulé à pelage laineux

19

qu'est-ce que la définition métonymique ?

exprime A) la relation partie/tout, B) les définitions des termes collectifs.

20

qu'est-ce que la relation partie-tout?

relation hiérarchique
entre un couple de termes dont l’un dénote une
partie et l’autre dénote le tout (relatif à cette
partie).

EX: nuque : partie postérieure du cou

21

que sont des termes collectifs?

renvoient à un ENSEMBLE

ex: Chevelure : ensemble des cheveux

22

qu'est-ce que la définition morphosémantique?

Réservée aux mots construits dont le sens est prédictible (prob:circulaire)

simple et économique, car la définition renvoie
aux composantes du mot de base. Elle est relativement abstraite et peu explicite.

ex: bavardage : action de bavarder

23

qu'est-ce que la définition morphosémantique?

Réservée aux mots construits dont le sens est prédictible (prob:circulaire)

simple et économique, car la définition renvoie
aux composantes du mot de base. Elle est relativement abstraite et peu explicite.

ex: bavardage : action de bavarder
futilité : caractère futile
porte-drapeau : soldat qui porte le drapeau

24

qu'est-ce que la définion synonymique et antonymique?

présenter une équivalence du contenu en
utilisant des relations de synonymie ou d’antonymie.


syn : ex: Grailler.... FAM : manger

si antonymique définit termes négatifs (im..) => définition morphosémantique d'opposition

ex: impolitesse : manque de politesse

sinon (positif) => antonymie lexical

ex: sec : qui n’a pas ou peu d’humidité

25

qu'est-ce que la définition métalinguistique ?

parle exclusivement du signe :

-soit par la présence d'une copule explicite autre qu'être (se dit de... qui sert à à s'accoter (acotoir)

-soit par l'apparition d'un incluant métalinguistique (ex : onomatopée notant un bruit qui vibre légèrement (zzz)

imp : elles ne
sont jamais substituables au défini (mot-entrée)

ex: *En ouvrant la porte, elle a entendu une onomatopée notant un bruit continu qui vibre légèrement.

26

comment sont ordonnées les acceptions?

1. Structure arborescente ou linéaire

=> Organiser la suite des sens en établissant une
hiérarchie par l’emploi des chiffres romains (structure arborescente; fréqunence) et/ou des chiffres arabes (structure linéaire: chronologique)

27

comment sont AUSSI ordonnées les acceptions?

2. Selon ds types de plans (varient selon les orientations méthodologiques des dictionnaires)

28

quels sont les types de plans ?

Le plan historique : les acceptions sont présentées selon l’ordre de leur
date d’attestation, commençant par les acceptions plus anciennes.

Le plan logique : les acceptions sont organisées selon la nature logique du
lien qui unit le sens propre aux sens dérivés. Partant au sens supposé initial
jusqu’au sens le plus éloigné de celui-ci. Les dictionnaires qui utilisent le plan historique emploient également le plan logique

Le plan fréquentiel : les acceptions sont classées selon la fréquence.
L’acception la plus fréquente vient en tête, l’acception la moins fréquente en
fin d’article.

Le plan syntaxique : les acceptions sont classées selon les types d’emplois,
signalés par la catégorie et la marque syntaxique. (NOM, ADJ..)

29

comment sont traitées les unités phraséologiques (locutions) ?

Différemment selon les dictionnaires :

EMPLACEMENT : Certains les regroupent ensemble (ex: fin) (PLI, DH, DFC, Lexis), tandis que d’autres les placent à intérieur des articles (PR, GR, TLF, GLLF,
DAF). Le choix revient au lexicographe et cela dépend aux objectifs
du dictionnaire.

CHOIX DE LA VEDETTE : variable

ex: casser la tête (sous casser et/ou tête)

30

Quelle est la forme des exemples et citations?

En italique

31

Qu'est-ce que l'exemple ?

Une séquence autonyme (renvoie à un lui-même, pas à un référent interne) qui renvoie au signe linguistique (contient le mot-entrée)

32

Quelles sont les 3 catégories d'exemples?

-Exemple forgé (ou construit) : rédigé par le lexicographe (variété plus grande)

-Exemple cité (ou signé) est repris d’une autre source. (Il s’agit d’une citation.) (plus longs)

-Exemples observé non signé (issus de différents corpus sans que le
lexicographe mentionne leur origine) ex : MR du PR

33

Quelles sont les fonctions des exemples?

1. Fonctions linguistiques
2. Fonctions philologiques
3. Fonctions extralinguistiques (fonctions
qui situent au-delà de la langue)

34

Que sont les fonctions linguistiques (2 types) ?

Informations de natures morphologiques et
syntaxiques : les exemples ont pour fonction principale de présenter les marques flexionnelles, les
collocations usuelles, et les constructions syntagmatiques fréquentes.

Informations de nature sémantique : ces exemples ont pour fonction d’aider à la compréhension du sens
du mot-entrée.

35

Qu'est-ce que la fonction philologique?

L’exemple a la valeur
d’attestation des faits de langue (Ce sont les attestations d’écrivains (témoignages à valeur philologique (critique)) qui garantissent, mieux que tout autre texte, la pertinence d’un usage

36

Que sont les fcts extralinguistiques (3)?

Contenu encyclopédique : les exemples encyclopédiques
s’inscrivent dans une visée DIDACTIQUE ; ils transmettent des connaissances qui concernent la description du référent.

Contenu idéologique : ce type d’exemple présente les CLICHÉS CULTURELS de la société. Ils peuvent apparaître sous n’importe
quelle entrée. Ce genre d’exemples est évolué dans le temps.

Valeur littéraire : ce type d’exemple illustre le FAIT LITTÉRAIRE. Ils représentent le style de l’écrivain, un procédé stylistique, etc. Les citations des écrivains sont des exemples de valeur
littéraire

37

Comment apparaissent les relations lexicales dans la microstructure?

Sous la forme de
renvois (->)

38

Quels sont les relations formelles?

-Les paronymes (rares) : mots ou des suites de mots de
sens différent, mais de forme relativement voisine.

ex: allocation et allocution

-Les homonymes (même forme 2 sens) :
= homographes : se suivent dans la
nomenclature
= homophones : se suivent
rarement (si connaît pas
orthographe, difficile : souvent en
fin d'article HOMONYMES: quart,
carre)

39

Que sont les relations sémantiques ?

-Synonymie et antonymie (largement représentés)

Dans le PR, précédés d'une flèche (en fin d'article)

-Exemple/renvoi onomasiologique (part du sens pour arriver au mot) => exemple amenant un autre mot relié à l'entrée (ex: cheval châtré -> hongre))

-Hyponymie (sous-ensemble ex: deux-roues => bicyclette, moto, scooter) = dans les renvois analogiques

-Méronymie (parties) : introduits à partir des exemples (ex: parties de la fleur : périanthe, étamine, pistil) PR : parties de (en rouge)