9. Pragmatique et communication non verbale Flashcards Preview

Psychologie du langage > 9. Pragmatique et communication non verbale > Flashcards

Flashcards in 9. Pragmatique et communication non verbale Deck (23)
Loading flashcards...
1
Q

Exemples de communication non verbale:

A

domaine vaste et potentiellement infini:

gestes, regard voix, posture, odeurs, codes vestimentaires, distance interpersonnelle…..

2
Q

Quels différents types de gestes y a-t-il?

A

A. Mouvements adaptateurs (Accompagnement du langage oral)

B. Langue (langue des signes - gestes communicatifs au sens stricte)

C. Révélateur de l’état émotionnel du sujet

3
Q

Exemples de gestes accompagnant la production orale

A
  • mouvements de la tête (ex. oui, non)
  • mouvements des mains et bras (ex. saluer, indiquer…)
  • mouvements des épaules (ex. je ne sais pas)

… de manière coordonnée et automatique:

  • gestualité présente même lorsque l’interlocuteur ne peut pas les voir
  • si on interdit la gestualité, le parole est moins fluide
  • —> idée de processus de planification communs
4
Q

Comment distingue-t-on les gestes?

A
  • rythmiques (accompagnent le rythme et les accentuations de l’énoncé)
  • déictiques (désignent une direction, un emplacement)
  • symboliques (signification conventionnelle plus ou moins arbitraire)
  • iconiques (illustrent un aspect de ce qui est expliqué verbalement)
5
Q

Gestes rythmiques

A

La parole et les gestes sont coordonnées:

  • au niveau temporel (du rythme)
  • –> également chez le jeune enfant, chez des aveugles congénitaux
  • lorsqu’on emphatise le contenu
  • pour la régulation des tours de parole
6
Q

Gestes déictiques

A
  • Indiquer quelque cose en pointant vers le référent
  • attirer l’attention sur des objets/persones
  • différences interculturelles!
    • Ex: pointer avec le doigt vs avec le poings/la main, vs ne pas pointer du tout
7
Q

Gestes symboliques

A

Signification conventionnelle plus ou moins arbitraire -> variations inerculturelles

  • expressions d’états ou d’évaluations/jugements (ok, j’approuve, je ne sais pas)
  • des objets/actions/concepts (mais moins fréquent que les gestes iconiques)
8
Q

Gestes iconiques

A
  • réfèrent aux objets/actions/concepts dont on parle
  • peuvent accompagner ou remplacer des items lexicaux
  • Très reliés à la parole au niveau temporel et de contenu
  • souvent l’interprétation dépend du contexte, comme pour les mots –> pragmatique
9
Q

Gestes iconiques: Quelles sont les 3 position quant au lien entre la parole et le geste?

A

A. L’information spatiale et motrice est générée à partir du message pré-linguistique (conceptualisation)

–> indépendance des processus d’encodage du langage et des gestes

B. Le geste est généré à partir de l’information lexico-sémantique

C. L’information spatiale et motrice des gestes est générée simultanément avec l’encodage linguistique et influencée par celui-ci

–> interdépendance entre le geste et les processus linguistiques

10
Q

Qu’est-ce qu’ont trouvé Morrel-Samuels et Krauss (1992) sur le lien entre parole et geste?

A

Les gestes iconiques précèdent de 1 à 3 sec la production du mot correspondant

11
Q

Qu’est-ce qu’ont trouvé Beattie et Coughlan (1999) sur le lien entre la parole et le geste?

A

Sujets en situation de ToT; la moitié des sujets empêchés d’utiliser la gestualité. Résolution du ToT:

  • 71.4% chez les sujets pouvant gesticuler
    58. 3% chez les sujets avec les “mains liées”.

=> Hypothèse d’un rôle facilitateur du geste sur l’encodage lexical

12
Q

Qu’est-ce qu’ont trouvé Özyürek & Kita (1999, 2003) sur le lien entre la parole et le geste?

A

Comparaison de gestes iconiques entre Anglais, Japonais et Turc.

Un objet qui dévale une pente. En expression orale:

  • Anglais: il rolled down the hill
  • en japonais et turc: “descendre + rouler”

La gestualité des locuteurs correspond à l’expression orale:

  • en anglais: un seul geste qui montre le roulement et la descente chez les anglophones
  • 2 gestes consécutifs (descendre + rouler) chez les autres
  • => interdépendance entre geste et langage oral.
13
Q

La langue des signes (LS)

A

reconnue officiellement depuis -300 ans (l’abbé de l’Epée 1760)

langue à part entière, partageant les propriétés des langues orales:

  • lien arbitraire entre geste et signification (même si certains sont plus iconiques)
  • double articulation: combinaison d’un nombre limité de traits gestuels pour former les mots, combinaison des mots pour former des phrases
  • Acquisition automatique par l’enfant exposé à la LS
14
Q

Double articulation - quels sont les 3 paramètres de base des traits gestuels?

A
  • configuration de la main (et orientation)
  • emplacement (localisation)
  • mouvement

–> paires minimales.

15
Q

Quelles sont les caractéristiques de la LS partagées avec le langage oral?

A
  • paires minimales
  • perception catégorielle de la configuration (Emmorey et al., 2003)
  • Accès partiel à la forme lors des “Tips of the Fingers” (ToF)
  • Erreurs lexicales et erreurs de paramètre dans les “Slips of the Hand” (Hohenberger et al., 2002)
16
Q

Définition de la pragmatique

A

Notion très vaste qui fait référence à divers domaines

  • Le contexte: l’ensemble des aspects extra-linguistiques de la communication, cad
    • connaissances du monde
    • connaissance de l’interlocuteur
    • connaissance des règles sociales
  • les actes de langage (cours 2)
  • règles conversationnelles
17
Q

Le contexte

A
18
Q

Exemple de situations ou le sens de la même énoncée dépend du contexte

A
19
Q

Des exemples où

A. une phrase erronée est comprise en contexte ou

B. Où une information non explicitée est comprise

A

A. Il s’habilla puis il prit une douche.

B. Puis-je vous offrir un café? - Je ne prends jamais d’excitants après 16h.

=> Les connaissances partagées par les partenaires de communication et le contexte sont utilisés pour rectifier l’interprétation d’énoncés incorrects ou pour expliciter l’information implicite

20
Q

Compréhension de l’information non explicitée - quand l’interprétation littérale n’est pas adéquate:

  • langage indirect
  • ironie, humour
  • métaphores
A
  • langage indirect: “Il y a un courant d’air dans cette salle.”
  • ironie, humour: “Tu as l’air en forme ce matin…!”
  • métaphores: “Ce chirurgien est un boucher”

Questions: comment sont compris ces énoncés?

=> coût de traitement?

21
Q

Quels sont les 2 hypothèses dans le traitement du langage indirect?

A

1. On traite le sens littéral de l’énoncé, on confronte ce sens au contexte, si l’interprétation est non-pertinente, on élabore une interprétation indirecte (Searle, 1975):

  • sens littéral: le locuteur ressent un courant d’air
  • pertinence: le locuteur ne veut pas informer sur son ressenti
  • élaboration: il demande de fermer la fenêtre
    • => coût dans l’élaboration du sens

2. L’accès est direct: on ne doit pas passer par le sens littéral, il est calculé directement (Gibbs, 1979)

  • pas de coût cognitif dans le traitement du langage indirect
22
Q

Etude de Clark et Lucy (1975) sur s’il y a un coût de traitement

vérification phrase-image

A
23
Q

Etude de Clark et Lucy (1975) sur s’il y a un coût de traitement

vérification sens littéral vs figuré

A