COURS 2 Flashcards Preview

SJP > COURS 2 > Flashcards

Flashcards in COURS 2 Deck (18):
1

Comment était la justice pénale avant le tournant des années 1960?

- La justice pénale est perçue comme un processus légaliste et formalisé (ne se restreignait qu'à l'ensemble de ses structures formelles; fonctionnait comme une bureaucratie);
- Pratique et décision dirigées vers le respect de la loi;
- Série d'institutions indépendantes.

2

Comment était la justice pénale après le tournant des années 1960?

- La justice pénale comme un système (modification de la représentation des médias, des ministres de la justice pénale);
- Série d'institutions interdépendantes.

3

Nomme l'une des composantes de l'idéologie qui oriente la justice pénale après le tournant des années 1960.

Notion persistante et obstinée que la justice pénale fonctionne comme un «système».

4

Comment se définit la notion de «système»?

Unité complexe formée de plusieurs parties assujetties à un plan ou un objectif commun
Ex : le corps humain

5

Quelle est l'utilité de la notion de «système»?

Permet de concevoir la justice pénale comme une interdépendance d'agences et de ressources au sein de laquelle chaque décision et décideur est influencé par un objectif commun.

6

Quel est l'objectif symbolique de la notion de «système»?

Maintenir la confiance du public dans l'administration de la justice.

7

Quelles sont les quatre composantes perturbatrices de la justice pénale?

1. Indépendance formelle des agences
2. Caractère profondément humain de la justice pénale
3. Absence de directives opérationnelles uniformes
4. Influence extérieure du public (médias)

8

Expliquez en quoi le principe d'indépendance formelle des agences perturbe la justice pénale.

- Possèdent leurs propres mandats
- Subissent pressions internes
- Peuvent être rongés par objectifs personnels ou professionnels
- Subissent compétition inter agence
- Possèdent pouvoirs discrétionnaires étendus
- Sont assujettis à relations de pouvoir (les trois pouvoirs doivent travailler de façon hermétique)

9

Expliquez en quoi le caractère profondément humain de la justice pénale la perturbe.

Activités et décisions des employés diverses et variables (valeurs, convictions politiques, cultures des employés peuvent varier, ce qui a un impact sur les décisions de la justice pénale)

10

Expliquez en quoi l'absence de directives opérationnelles uniformes perturbe la justice pénale.

Les acteurs vont connaître uniquement les objectifs de l'agence qui les embauche.

11

Expliquez en quoi l'influence extérieure du public (médias).

- Vague de crime
- Influence et construction médiatique
- Manifestation
- syndrome «pas dans ma cour»

12

Qu'est-ce que le syndrome «pas dans ma cour»?

Être en accord avec les décisions de la justice pénale, mais résistance sociale à accepter sur son territoire tout projet qui menacerait ou qui serait perçu comme une menace à la qualité de vie."

13

Pourquoi peut-on affirmer que la justice pénale agit comme un appareil et non comme un système?

Assemblage vaguement intégré et coordonné d’institutions ayant des objectifs et tâches liés, mais séparés.
(Agences réunies pour exécuter un travail, observer un phénomène, prendre des mesures.)

14

Que représente la façade dans la justice pénale?

Manipulation des apparences (uniformes, toges, podium, architecture carcérale, etc.)

15

Que représente la scène dans la justice pénale?

Jeu des acteurs au tribunal et aux audiences de libération conditionnelle.

16

Que représente les coulisses dans la justice pénale?

Gestion des apparences; ce qui se passe derrière...ce qui nous est caché.

17

Nommez trois caractéristiques de la mise en scène de la justice pénale.

1. Manipulation de l'information
2. Contrôle de l'information
3. Dissémination de demi-vérités

18

Donnez un exemple de dissémination de demi-vérités.

Loi C-10 qui se promet d'être une loi massue, mais pas question de construire de nouveaux pénitenciers malgré le fait que cette dernière loi augmentera le taux de personnes incarcérées. Finalement, agrandissement des pénitenciers.

Firme de comptable qui avait reçu un mandat du gouvernement fédéral d'aller voir dans les autres pays comment fonctionnaient les prisons privées.

But : proposer le meilleur modèle de prison privée

Coulisse = proposer meilleur modèle de prison privée
Scène = «NOUS NE CONSTRUIRONS PAS DE NOUVELLES PRISONS»