Cours 9 - Le trouble d'anxiété généralisée Flashcards Preview

P > Cours 9 - Le trouble d'anxiété généralisée > Flashcards

Flashcards in Cours 9 - Le trouble d'anxiété généralisée Deck (47):
1

Dans le trouble d'anxiété généralisé, comment fait-on pour déterminer s'il y a un problème, est-ce qu'on regarde s'il y a présence ou non d'anxiété (catégories) ou plutôt s'il y a un continuum (dimension) entre le fait de ne pas avoir d'anxiété du tout et avoir de l'anxiété extrême?

Catégorie: On ne peut pas analyser l'anxiété seulement pas sa présence ou son absence parce que dans la vraie vie ce n'est pas comme ça que ça se passe, les inquiétudes sont normales et tout le monde en vit.
Dimension: On pourrait tracer une ligne sur le continuum pour établir le seuil de normalité clinique - mais on ne le fait pas puisque ce ne serait pas très significatif.
Pour déterminer la gravité de l'anxiété on va plutôt regarder avec des critères (intensité de l'anxiété, impact sur le fonctionnement et détresse ressentie) pour voir comment elle affecte la personne puis la situer sur le continuum.

2

Quel est le modèle théorique de base du trouble d'anxiété généralisé?

1- Il y a une situation qui se produit.
2- La personne se dit: "et si...?" ou "s'il fallait que...?"
3- La personne se met à avoir des inquiétudes.
4- Des inquiétudes découlent l'anxiété.
5- L'anxiété entraine la démoralisation, l'épuisement et d'autres symptômes physiologiques comme des tensions musculaires.

3

Quel élément très important retrouve-t-on derrière le modèle théorique de base du trouble d'anxiété généralisé?

Il y a vraiment une intolérance à l'incertitude. S'il n'y avait pas cela, les gens se diraient moins souvent des "et si...?" et développeraient donc moins d'inquiétudes.

4

**Quelle est la définition d'une inquiétude?

Une inquiétude c'est un ensemble de pensées, d'images ou de doutes qui s’enchaînent, qui portent sur des événements négatifs futurs et qui sont accompagnés d'anxiété.

5

Durant la thérapie, on va demander à la personne de faire son auto-observation, en quoi cela consiste-il?

À 3 moments précis dans la journée, on va demander à la personne d'écrire dans une grille la date et l'heure - ses inquiétudes présentement - son niveau d'anxiété (sur une échelle de 1 à 10) - et le type d'inquiétude (type 1 ou type 2).

6

Qu'est-ce qu'une inquiétude de type 1 et qu'est-ce qu'une inquiétude de type 2?

Inquiétude de type 1: Elle a pour origine un problème qui est actuel (ex: blessure au pied).
Inquiétude de type 2: Elle a pour origine un problème éventuel, c'est-à-dire un problème qui pourrait arriver un jour (même s'il n'y a aucun signe que ça va arriver), c'est vraiment une inquiétude qui dépend d'un problème qui arriverait selon une éventualité (ex: ne pas vouloir prendre sa voiture dès qu'il neige un peu parce qu'il se pourrait qu'on ait un accident).
**C'est le problème qui doit être actuel ou éventuel pas l'inquiétude.

7

Vrai ou faux, ce ne seront pas les mêmes stratégies d'intervention qui seront utilisées dépendamment du type d'inquiétude de la personne.

Vrai.

8

Vrai ou faux, le problème cause l'inquiétude.

Vrai.

9

L'analyse des grilles d'auto-observation du patient permettent souvent de se rendre compte de quoi?

On va se rendre compte qu'il y a des thèmes récurrents chez le patient et qui sont à la source de ses inquiétudes.

10

Vrai ou faux, une inquiétude ne peut pas être de type 1 et de type 2 en même temps.

Faux, certaines inquiétudes peuvent être des deux types à la fois si par exemple l'inquiétude porte sur un problème actuel, mais que la personne s'inquiète de quelque chose d'éventuel par rapport à ce problème actuel.
ex. J'ai mal au ventre (problème actuel, inquiétude de type 1), c'est peut-être la maladie de Crohn (problème éventuel, inquiétude de type 2).

11

Quelles sont les 2 analogies qui illustrent bien le rôle de l'intolérance à l'incertitude dans le trouble d'anxiété généralisée?

1- L'analogie des allergies: Quand on est allergiques au pollen il ne suffit que d'une petite quantité de pollen dans l'air et on réagit très fort. C'est le même principe avec les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisée: il ne suffit que d'un petit peu d'incertitude dans leur environnement et il vont réagir énormément (inquiétude, puis anxiété).
2- L'analogie des verres filtrants: Les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisée vont avoir des "lunettes" d'incertitude qui vont leur permettre inconsciemment de repérer l'incertitude dans leur environnement et toutes les mauvaises choses qui pourraient se produire.

12

Pourquoi n'est-il pas utile d'utiliser les statistiques très faibles que quelque chose se produise pour essayer de faire de la restructuration cognitive avec quelqu'un qui a un trouble d'anxiété généralisée?

Parce que les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisée vont s'inquiéter tant que la probabilité que quelque chose se produise n'est pas de 0. Il est donc inutile d'essayer de jouer avec les chiffres avec eux pour faire de la restructuration cognitive.

13

Que peut-on faire pour aider les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisé à améliorer leur niveau d'énergie afin qu'ils se sentent moins épuisés?

On va essayer de les aider à se rendre compte des choses automatiques qu'ils font quand ils s'inquiètent et qui les font dépenser beaucoup d'énergie inutilement.

14

Quelles sont les 2 familles de manifestations de l'intolérance à l'incertitude?

1- Les stratégies d'approche: pour diminuer l'incertitude, elles sont souvent très demandantes.
2- Les stratégies d'évitement: pour éviter l'incertitude.

15

Quelles sont les 6 stratégies d'approche qui sont des manifestations d'une intolérance à l'incertitude?

*Toutes les stratégies visent à réduire l'incertitude.
1- Faire tout soi-même et ne pas déléguer: Pour ressentir un certain contrôle de la situation, éliminer la possibilité que les autres fassent des erreurs et ainsi diminuer l'incertitude.
2- Rechercher beaucoup d’information avant de passer à l’action: Sert à récolter tellement d'information qu'il n'y a presque plus d'incertitude par rapport au choix que l'on prendra. Un temps fou et beaucoup d'énergie y sont consacrés, souvent pour des détails peu importants.
3- Questionner une décision déjà prise: Repasser la réflexion dans sa tête sans arrêt pour s'assurer d'avoir pris la bonne décision et ainsi diminuer l'incertitude (mais ça ne sert à rien, c'est déjà passé).
4- Chercher à être rassuré: Cela demande beaucoup d'énergie à l'entourage. Ils vont constamment chercher à être rassurés par autant de personnes qu'il le faut, pas seulement 1 ou 2, afin de diminuer l'incertitude.
5- Vérifier et revérifier: Pour minimiser l'incertitude le plus possible en étant vraiment certains à 100%.
6- Surprotéger les autres: Ils s'inquiètent toujours de tout, ils vont donc surprotéger les autres de ce qui pourrait arriver afin de diminuer leur propre incertitude.

16

Quelles sont les 3 stratégies d'évitement qui sont des manifestations d'une intolérance à l'incertitude?

*Toutes les stratégies visent à éviter l'incertitude.
1- Éviter de s’engager: Étant donné que l'engagement présente un risque, une incertitude, la personne préfère ne pas s'engager (ex: avoir peur des conséquences émotionnelles suite à l'engagement dans une relation si celle-ci prend fin). Donc, l'incertitude est évitée en ne s'engageant pas.
2- Trouver des raisons « imaginaires » pour éviter certaines activités: si une situation suscite de l'incertitude, la personne trouvera un moyen de ne pas y participer.
3- Procrastiner: Si quelque chose est une cause d'anxiété/d'incertitude, la personne l'évite en la reportant à plus tard (ex: procrastiner une décision).

17

Quelle est l'opinion des personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée à propos de l'utilité de s'inquiéter?

Les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée entretiennent des idées positives avec le fait de s'inquiéter, mais ce sont des idées qui sont fausses. Ils trouvent en général qu'il est utile de s'inquiéter et tiennent fortement à le faire.

18

Quelles sont les 5 fausses idées entrenues par les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisé à propos de l'utilité de s'inquiéter?

1- S’inquiéter aide à solutionner des problèmes.
2- Les inquiétudes constituent une source de motivation qui assure que les choses soient faites.
3- S’inquiéter permet de se protéger contre certaines émotions négatives.
4- Les inquiétudes peuvent prévenir les événements négatifs.
5- Le fait de s’inquiéter constitue un trait positif de la personnalité.

19

Pourquoi le fait de s'inquiéter n'aide-t-il pas à solutionner des problèmes?

Parce que quand on s'inquiète beaucoup ça interfère cognitivement avec notre capacité à utiliser le processus de résolution de problème. Cela a aussi un effet sur notre concentration donc on est moins concentré pour trouver des solutions. De plus, la personne va discréditer toutes les solutions possibles puisqu'elles ont toutes un degré d'incertitude.

20

Pourquoi les inquiétudes ne constituent pas une source de motivation qui assure que les choses soient faites?

Parce qu'on peut très bien être motivés même si on ne s'inquiète pas. On sait aussi que le fait de s’inquiéter va inciter les gens à procrastiner. En plus, les inquiétudes vont nuire à la performance (concentration, mémoire, etc.).

21

Pourquoi s'inquiéter ne permet pas de se protéger contre certaines émotions négatives?

Il est faux de croire que s'inquiéter tout de suite de quelque chose permet de mieux recevoir la nouvelle si cela arrive pour vrai.
Parce que en plus de vivre de l'inquiétude pour rien, on vivra la mauvaise nouvelle autant durement (même plus puisqu'on n'est pas en bonne condition physique et mentale étant donné le temps passé à s'inquiéter avant qui nous a épuisé, donc au final la personne qui ne s'est pas inquiété sera plus en forme pour faire face aux émotions négatives).
De plus, si on s'inquiète et que la mauvaise nouvelle n'arrive jamais, on a passé tout ce temps à s'inquiéter et à nuire à notre qualité de vie pour rien.

22

Que peut-on faire avec une personne qui a la conviction que le fait de s'inquiéter permet de prévenir les événements négatifs?

La personne a la fausse croyance que: "Si je m'inquiète de quelque chose, ça n'arrivera pas. Je me suis toujours inquiété et ce n'est jamais arrivé..."

Il faut faire de la restructuration cognitive avec la personne qui entretient ces fausse croyances. On va lui demander s'il n'y aurait pas des situations où elle ne se serait pas inquiétée et que rien ne s'est passé malgré tout. On peut aussi lui demander s'il y aurait un moment où elle s'est inquiétée et que l'événement s'est produit quand même.

23

Que peut-on faire avec une personne qui croit que s’inquiéter constitue un trait positif de la personnalité?

Le fait de croire que de s'inquiéter des gens qu'on aime signifie qu'on tient à eux est faux.

On peut faire de la restructuration cognitive avec ces personnes. On pourrait leur demander si dans leur entourage il n'y aurait pas des gens qui ont des enfants qu'ils aiment et qui ne s'inquiètent pas pour eux tout le temps. On peut aussi demander avec beaucoup de doigté à ces personnes si le fait qu'elles s'inquiètent tout le temps pour les gens qu'elles aiment ne nuirait pas à leurs relations avec ceux-ci plutôt que de les améliorer (on veut faire comprendre à la personne qu'il y a des mauvais côtés à s'inquiéter pour ses proches).

24

Quelle révélation peut-on retirer de l'analyse des fausses idées à propos de l'utilité de s’inquiéter?

S'inquiéter ça ne sert à rien du tout.

25

Pourquoi est-il difficile de faire changer d'avis une personne ayant un trouble d'anxiété généralisée à propos de l'utilité de s'inquiéter?

Parce que les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée trouve qu'il est utile de s'inquiéter et tiennent fortement à le faire.

26

Comment peut-on décrire la façon dont les gens ayant un trouble d'anxiété généralisée font face à leurs problèmes?

Leur façon de faire face à leurs problèmes est négative.
Ils vont considérer le fait d'avoir un problème dans la vie comme étant anormal.

27

Quelles sont les 3 conceptions négatives des problèmes que les personnes avec un trouble d'anxiété généralisée vont avoir?

1- Voir le problème comme une menace: avoir peur, nier l'existence du problème, se révolter contre le problème: trouver injuste le fait d'avoir un problème.
2- Avoir des doutes quant à leur capacité à solutionner le problème.
3- Être pessimistes par rapport aux conséquences du problèmes, anticiper des conséquences négatives.

28

Quelles sont les conséquences que vont vivre les personnes avec un trouble d'anxiété généralisée en raison de leur façon négative de faire face à leurs problèmes (voir le problème comme une menace, avoir des doutes, pessimisme)? (3)

1- Conséquences émotionnelles.
2- Conséquences cognitives (ex: on va s'inquiéter d'avantage).
3- Conséquences comportementales (ex: Prendre des décisions de manière très impulsives parce qu'elles sont épuisées).

29

Puisque les gens ayant un trouble d'anxiété généralisée ont une façon négative de faire face à leurs problèmes, en thérapie que va-t-on faire pour le aider? Quelles sont les stratégies utilisées?

En thérapie on va améliorer la façon qu'ont les gens ayant un trouble d'anxiété généralisée de faire face à leurs problèmes en leur apprenant 3 stratégies (meilleures façons de faire face aux problèmes):
1- Identifier les problèmes avant qu’il ne soit trop tard.
2- Reconnaître que les problèmes font partie de la vie (normale).
3- Voir les problèmes comme des opportunités ou des défis plutôt que comme des menaces.

30

Pourquoi le fait d'identifier les problèmes avant qu'il ne soit trop tard est une meilleure façon de faire face aux problèmes? Comment fait-on pour identifier un problème avant qu'il ne soit trop tard?

Il vaut mieux s'occuper du problème avant que celui-ci ne grossisse et devienne trop gros.

Ce qui va nous dire si on fait face à un problème ou non c'est notre ressenti, comment on se sent face à un événement, une chose, etc.

31

Quelle est la différence quant à la la gestion des problèmes entre une personne de la population générale et une personne ayant un trouble d'anxiété généralisée? Les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée ont-elles plus de problèmes que les personnes de la population générale?

Les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisé vont trouver qu'ils ont toujours plus de problèmes que les autres autours d'eux, mais en vrai la différence avec les autres c'est que les autres vont régler leurs problèmes quand ils se présentent plutôt que de tomber dans le déni et de les accumuler comme le font les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée. Donc, les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée n'ont pas plus de problèmes que les personnes de la population générale, c'est plutôt que les gens de la population générale les gèrent mieux et s'en débarrassent plus vite qu'elles.

32

Pourquoi le fait de voir les problèmes comme des opportunités ou des défis plutôt que comme des menaces représente-t-il une meilleure façon de faire face aux problèmes?

Parce que si on voit le problème comme une opportunité ou un défis plutôt que comme une menace notre attitude sera meilleure et plus positive lorsqu'on va aborder le problème.

33

Souvent, quel est le but des personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée lorsqu'elles arrivent en thérapie? Quel est le but qui sera plutôt établit avec ceux-ci?

Le but des gens avec un trouble d'anxiété généralisée lorsqu'ils commencent la thérapie c'est souvent d'accroitre leur niveau de certitude, mais c'est impossible de faire cela, on ne peut pas avoir de contrôle sur cela. Ainsi, en thérapie, on visera plutôt à accroitre leur niveau de tolérance à l'incertitude.

34

Que peut-on faire pour aider la personne à accroitre son niveau de tolérance à l'incertitude?

-On va encourager la personne à sortir de ses habitudes ou à faire un choix sur quelque chose qui n'a pas trop de conséquences importantes (ex: aller au cinéma et choisir un film sans savoir s'il est bon), bref à choisir une situation dans laquelle elle n'a pas l'habitude de se retrouver et qui provoque de l'incertitude afin de l'exposer progressivement à l'incertitude.
-Il faut rester modeste et réaliste dans le choix de la situation puisqu'il faut choisir des défis qui sont au niveau de la personne, c'est-à-dire qui ne comportent pas plus d'incertitude que ce que la personne est capable de tolérer.
-Il faut que la personne s'attende à être anxieuse ou inconfortable.
-Il faut que la personne soit consciente que la motivation ne précède pas l'action, mais qu'elle lui succède.

35

Du côté du psychologue, quand on dit que "la motivation ne précède pas l'action, mais qu'elle lui succède", qu'est-il important que celui-ci prenne en compte?

Il doit faire en sorte que le patient n'est pas trop téméraire dans son choix d'une situation dans laquelle il va devoir se placer puisque le psychologue doit avoir la certitude que le patient va réussir son défi. La motivation vient après l'action et un échec serait moins motivant, du moins surtout au début de la thérapie.

36

Comment faut-il faire pour montrer aux personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée à faire face aux inquiétudes de type 1 (problèmes actuels)?

On va les aider à maitriser le processus de résolution de problème. C'est ce qu'on doit tous faire quand on a un problème: le résoudre.
-Durant la semaine, la personne va continuer son journal et à chaque fois qu'elle va rencontrer un problème avec des inquiétudes de type 1, elle va devoir le résoudre à l'aide du processus de résolution de problème.

37

Est-il possible d'utiliser le processus de résolution de problème avec les inquiétudes de type 2 (problèmes éventuels)?

Non, on ne peut pas régler un problème qui n'existe pas. La seule façon de faire disparaitre ces problèmes c'est de ne plus s'en inquiéter. Pour ce faire, il faut exposer progressivement les personnes aux images qui les inquiète.

38

La courbe d'anxiété s'applique-t-elle aux inquiétudes de type 2? Pourquoi?

-Les personnes ayant un trouble d'anxiété généralisée évitent constamment de se laisser submerger par les images de ce qui les inquiète et les rend anxieuses (par rapport à leur inquiétude de type 2).
-Cet évitement est de l'évitement cognitif: il occasionne de légères diminutions d'anxiété sans avoir l'effet bénéfique de l'exposition.
-Le traitement a pour but de faire de l'exposition graduelle, prolongée et répétée aux images inquiétantes.

39

Comment fait-on pour aider les personnes atteintes d'anxiété généralisée à se débarrasser de leur inquiétude de type 2 (problème éventuel)?

On va utiliser le même principe qu'avec l'exposition graduelle, prolongée et répétée, on va faire de l'exposition cognitive aux images de leur inquiétude de type 2.

40

Quel lien peut-on faire entre l'exercice de l'éléphant blanc et les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisée?

Dans l'exercice de l'éléphant blanc, quand on nous disait de ne pas penser à un éléphant blanc nous n'étions pas capables de ne pas penser à un éléphant blanc. Plus on essaie de ne pas y penser et plus on y pense. C'est a même chose avec les gens qui ont un trouble d'anxiété généralisée avec leurs inquiétudes de type 2: plus ils essaient d'éviter de penser aux images concrètes relatives à leurs inquiétudes de type 2 et plus ils y pensent.

41

Afin de trouver l'origine d'une inquiétude type 2, quelle stratégie utilise-t-on? Pourquoi?

On utilise la stratégie de la flèche descendante parce qu'une inquiétude de type 2 est toujours le résultat d'une peur fondamentale qui est souvent inconsciente.

42

Comment procède-t-on pour faire de l'exposition cognitive avec une personne ayant un trouble d'anxiété généralisée?

1- On trouve la peur fondamental du patient à l'aide de la stratégie de la flèche descendante.
2- On écrit le scénario de la pire scène possible qui est reliée à la peur fondamentale.
Préparer le scénario préliminaire: on l'écrit comme ça vient au début.
Finaliser le scénario: On va corriger le scénario et ajouter le plus de détails possible en respectant certaines règles.
3- Le patient lit le scénario et on l'enregistre en même temps.
4- On demande au patient d'écouter le scénario en boucle tous les jours pendant un minimum de 30 minutes (exposition répétée) pour l'habituer à se laisser envahir par les images et le désensibiliser progressivement à celles-ci.

43

Quelles sont les 4 règles à respecter durant l'écriture du scénario avec le patient?

1- Le scénario doit être écrit à la première personne (je).
2- Le scénario est écrit au temps présent.
3- L'ensemble des sens doit être de la partie pour rendre le scénario le plus réaliste possible.
4- Il ne doit pas y avoir d'éléments de neutralisation (éléments qui apaisent la personne dans le scénario - ex: accident d'auto de l'enfant - l'ambulancier prend l'enfant par la main et lui caresse les cheveux).

44

Si le scénario représentant la pire scène d'une peur fondamentale du patient se produit pour vrai, est-ce que le patient sera désensibilisé à ce qui se passe en raison de l'exposition cognitive à ces images précédemment?

Non, l'exposition cognitive a un effet sur les inquiétudes, mais ne désensibilisera pas la personne si la situation devait arriver pour de vrai.

45

Pourquoi est-il important que ce soit le patient qui lise le scénario lorsqu'on l'enregistre?

C'est important que ce soit le patient qui lise le scénario puisqu'il y aura des émotions véhiculées dans la lecture.

46

Vrai ou faux, l'écriture du pire scénario possible relatif à une peur fondamentale est un processus très long.

Vrai.

47

À quoi ressemble le modèle théorique complet du trouble d'anxiété généralisée?

1- Il y a une situation.
2- La personne se dit: "Et si...?"
3- La personne développe des inquiétudes et entretient des croyances positives à propos du fait de s'inquiéter (elle croit qu'il est utile de s'inquiéter et tient à s'inquiéter).
4- Les inquiétudes de la personne provoquent de l'anxiété. À partir de là, la personne fait deux choses: soit elle fait de l'évitement cognitif ce qui la ramène à chaque fois à l'étape des "Et si...?" ou soit elle adopte une orientation négative face aux problèmes ce qui l'amène à ne pas régler ses problèmes, ce qui la ramène alors à l'étape des "Et si...?".
5- La boucle se fait sans arrêt en provoquant toujours plus de démoralisation et d'épuisement.
**L'intolérance à l'incertitude est toujours en arrière-plan, c'est elle qui entretient les inquiétudes