exam mi sess Flashcards Preview

archéo > exam mi sess > Flashcards

Flashcards in exam mi sess Deck (115):
1

archéo c'est quoi

science historique qui a pour but de Comprendre les sociétés du passé à partir de vestiges conservés dans le sol, dans l’eau et sur les tous autres supports utilisés par l’homme

2

role de l'arquéologue

nterpréter les signes du passé des plus nobles aux plus infimes et de participer à la conservation et à l’identification des traces les plus diverses des hommes qui nous ont précédé

3

définition site archéo

Lieu d’enfouissement d’abandon ou d’engloutissement des vestiges matériels que les archéologues peuvent trouver et exploiter

4

4 types de sites archéo

• terrestre
• subaquatique
• ruines/ monument en élévation
• art rupestre

5

3 méthodologie d'archéo

analyse critique ou théorique
expérimentation
enquete

6

Méthodologie : 1. L’analyse critique ou théorique

approche philisophique , très théorique

7

Méthodologie: 2. expérimentation

on veut voir si notre théorie ets bonne donc on essai de reproduire l'objet ou l'art rupestre

8

Méthodologie: 3. l'enquete Les 3 étapes principales

cuillette de donnée
description des fait et leur classement
Analyse des faits à l’aide de certains outils
1. Outils de localisation et d’organisation des faits et des objets
2. Outils d’analyses des objets

9

la méthodologie découle de ........

la problématique

10

comment trouver un site

A. Témoignage écris ou oraux
B. Propection
C. Les sondages et le cas de l’archéologie préventive

11

prospection terrestre

recherche au sol de témoignage archéologique. Pas de sondage juste un ramassage de surface. Dans les champs après le labourage, randonnées, spéléologie, navigation sur les lacs et les rivières,

12

prospection aérienne

avant avion, maintenant drone. Observe nivelé du sol : ancien fossé = donne des arbres. Ancien mur= moins de végétation au dessus

13

prospection aerienne lidar

scan le sol et permet d’enlever la vegetation, On lance de la lumière au sol et on regarde comme elle est réflétée,comme elle nous revient

14

prospection subaqatique

Comme la prospection pédestre mais dans l’eau. Eau peu profonde : palme, masque, tuba et en apnée, ou avec des bouteilles. Eau profonde : des bouteilles ou avec des outils de prospection par sonar ou LIDAR

15

prospection géophysique : quoi faire en premier

données gps
établir maille (carré)
prendre les mesures en s'Arretant sur tout les points déterminé (un par maille)

16

prospection géophysique 3 types

• Électrique
• Magnétique
• Électromagnétique

17

prospection géophysique électrique:

basé sur résistivité

avant de faire: connaitre résistivité du terrain, type de sol et hygrométrie (humidité)

2 regle: • Une structure ne peut être détectée que si son diamètre est inférieur à sa profondeur d'enfouissement
• Si on veut sonder de 1m de profond : faut écarter les électrode de 1m (ça devient proportionnel) mais plus on écarte les électrode, moins on a de résolution

18

prospection géophysique électrique avantage /inconvénient

Avantages
S’adapte à tous les terrains
Contrôle sur la profondeur d’investigation
Non influence des objets métalliques
Acquisition facile
Inconvénients
Sensibilité à l’humidité du sol
Acquisition lente, au point par point
Résolution limitée par le principe d’acquisition (métrique)

19

La prospection en générale 4 carasctérisques

• Travail de pré-terrain et de terrain
• On reste à la surface
• Non-invasive
• Peu couteuse la plupart du temps

20

prospection géophysique magnétique

La prospection magnétique permet d’enregistrer des variations locales du champ magnétique terrestre occasionnées par les vestiges archéologiques enfouis (anomalies) et le sol.
Avant cuisson :les minéraux magnétiques n’ont pas d’orientation privilégiée
Après cuisson, puis refroidissement de l’objet : les minéraux magnétiques se sont orientés selon le champ magnétique terrestre : l’objet est aimanté
L’objet produit un champ magnétique indépendant du champ magnétique terrestre

21

prospection géophysique magnétique. comment ça amrche sur le terrain

• Mesure de deux champs magnétiques avec des magnétomètres :
• Champ magnétique terrestre
• Champ magnétique du sol
apres on soustrait champs magnétique terrestre et on a seulement celui de l'objet

On doit s’éloigner des métaux quand on fait ça : environnement sans poteau électrique, pas porter de montre ou bijoux

22

prospection géophysique magnétique avatages/inconvénients

Avantages
S’adapte à tous les terrains
Acquisition rapide et facile
Couplage GPS
Inconvénients
Nécessité de correction permanente
Modification possible du magnétisme par des processus naturels et anthropiques
pas etre proche des métaux

23

Électromagnétique Le radar

On envoie des ondes électromagnétiques dans le sol et on repère à l’aide d’un capteur, les ondes réfléchies par le sol. On localise la position et la profondeur des structures en dur (murs), des structures en creux (fossés), mais aussi des limites entre les différentes couches du sol.
• Comment les ondes sont réfléchis par le sol, Avec quelle angle revient la transmission

24

Prospection géophysique électromagnétique. avantages et inconvénients

avantages
S’adapte à tous les terrains
Valeur de la conductivité directement connue
Non influence des objets métalliques
Acquisition rapide et facile
Couplage GPS
Inconvéninent
Effets de bords à la limite conducteur/résistant
Dérive électronique
Poids de l’appareil (14kg)
Encombrement de l’appareil (3,66m de long)

25

Prospection géophysique électromagnétique.

Méthode basée sur l’induction de courant électrique dans les corps conducteurs lorsque ceux-ci sont excités par un champ magnétique
• Plus milieu est conducteur, plus le champ induit est fort et plus la tension mesurée dans la bobine réceptrice est grande
• C’est le principe des détecteurs de métaux mais aussi du radar
• On envoi un champs magnétique dans le sol et on regarde comment le milieu réagit


parametre profondeur investigation
• Plus la fréquence d’émission est faible, plus la profondeur d’investigation est forte
• La distance qui sépare les 2 bobines est importante et influe sur la capacité du signal à pénétrer le sol
• La conductivité du sol

26

Prospection géophysique électromagnétique. comment faire sur le terrain

• On choisit l’orientation des dipôles (parallèlement ou perpendiculaire au sol
• L’appareil est porté sur le devant, au niveau des hanches, à environ 1m du sol
• Se fait en marchant en suivant des lignes parallèles espacées d’une dizaine de mètres (la direction du parcours est donnée par un repérage grâce à un GPS)
• 2 bobines génèrent le champs magnétique
• Comme prospection électrique : si on veut aller en profondeur on écarte nos bobines
• On peut aussi augmenté la fréquence du champs

27

Comment trouver un site : le sondages

• Trou ouvert sur 1m² (le plus souvent) ou tranchée puis fouille normale
Objectifs :
• pour confirmer données géophysiques,
• pour voir l’étendue d’un site
• pour étendre la fouille
• Voir s’il y a un potentiel archéologique sur un site avant de construire un autoroute ou un immeuble
• Voir s’il y a quelque chose en dessous d’un site déjà trouvé

28

Archéologie préventive ou de sauvetage:

Objectifs :
• Fouiller un site archéologique avant qu’il ne soit détruit
• Vérifier le potentiel archéologique d’une zone
Méthodologie différente:
• Sondages sur 5 à 10% de la zone à potentiel archéologique
• Récolter le plus de données en un minimum de temps
• Pas de problématique le plus souvent
• Dilemme de l’archéologue : qu’est-ce que l’on sort du site pour le conserver?

29

conservation des arteacts quelques regles de base

• On ne touche rien avec ces mains directement. On porte des gants (nitrile vendus en pharmacie)
• On ne nettoie rien, sauf brossage léger avec un pinceau au besoin
• On laisse les objets fragiles dans leur environnement de découverte : dans le sédiment, dans l’eau salée, etc.
• Si nécessité d’emballer, demander conseil. Si pas possible d’avoir des informations, bandes de gaze . Dans le cas des objets organiques, mouiller les bandes avec de l’eau distillée ou de l’alcool. Attention, ne convient pas à tous les types d’objets organiques, notamment pour les tissus teints, possibilité d’attirer la teinture sur la bande de gaze

30

comment fouiller
a) Sur terre
b) Dans l’eau
c) L’art rupestre

C’est le chef de chantier qui choisi selon….
1) Type de sol
2) époque qui est fouillé
3) type d’objet qu’on s’attend à trouver

31

comment fouiller sur terre (et eau pcq meme principe)

• Milieu d’enfouissement ou d’engloutissement
• Types de sites
• Aire ouverte vs carrés en quinconces
Quelques bases du travail sur le terrain:
• Fouille carré par carré et couches par couches
• Référencement et localisation des carrés et des objets
• Enregistrement des données sur les carnets
• Nouvelles technologies : enregistrement 3D du site couche par couche

Dans l’eau: meme principe que sur la terre Com :on cherche carré par carré
C’est vraiment plus difficile de faire de la stratigraphie

32

photogrammétrie ?

prise de photo pour refaire modélisation 3d

33

comment fouiller Art rupestre

Enregistrement GPS du site : taille, zone où l’art est présent, place dans le paysage
Avec l’art rupestre on fait beaucoup plus de de relevé que de fouille
1. Papier calque
2. Photo ou DStretch = changer parametre de couleur lumière contraste
3. Relevé 3d

34

L’objet archéologique c'est quoi?

 restes, traces, vestiges
 objets perdu, abandonnés, jetés (déchets), détruits (débris), cachés (trésors ou sépultures) donner en offrandes
 objet fabriqué par l’homme, objet utilisé par l’homme?
un objet trouve véritablement son sens quand on peut le replacer dans son contexte

35

Artefacts vs ecofacts

 Artefacts = tout produit de l’activité humaine
 Ecofacts = vestiges biologiques ou traces dans l’environnement induites par l’activité humaine

36

types d'analyse d'un objet (3)

Technomique : Objets en rapport direct avec l’environnement naturel
Socio technique : Moyens extra-somatiques de garder la cohésion du groupe
Idéo-technique : Composantes idéologiques du système social

37

2 étapes pour classer les objets archéo

inventaire
catalogage

38

classement :étape de l'inventaire

Les données mises dans l’inventaire sont le plus souvent succinctes : nom, lot, matériau, nombre d’individus, nombre de fragments, description concise
Le plus souvent un tableur excel

39

classement : étape catalogage

Les catégories répondent la problématique et sont variables
Fait le plus souvent par un spécialiste
Dans tous les cas, il faut maintenir les informations sur l’endroit où a été trouvé l’objet

40

nature du sol : composition changement particularité

Le sol est composé de :
1. solides : argile, silice (acide), calcaires (basique), 
divers minéraux, etc. 

2. colloïdes : complexe argilo-humique
3. liquides :
4. gaz
5. micro-organismes et végétaux: bactéries, algues, champignons, (racines, bulbes, etc). 

6. animaux : protozoaires, vers, larves, insectes, mammifères. 


Sa composition dépend de :
• de son histoire géologique 

• la situation climatique, topographique et hydrologique 

• sa productivité végétale 


Le sol se transforme par : 

• addition et décomposition (humus) de matière 
organique 

• pertes par érosion de surface, minéralisation (fer ferreux→ fer ferrique) 

• dépot transporter par le vent, sédiment marin d’ancienne terre submergée

41

La pédologie ?

étude des sols dans leur succession chronologique comme dans leurs transformations naturelles ou anthropiques

42

La géoarchéologie ?

discipline qui se situe au croisement des sciences de la Terre et de l’archéologie.

43

La stratigraphie ?

science décrivant l’agencement des couches
Principes :
Les différentes couches géologiques du sol et du sous-sol s’agencent selon la succession d’événements qui ont eu lieu
Les événements les plus anciens sont localisés, normalement, dans les couches les plus profondes et les événements les plus récents dans les niveaux supérieurs

44

4 caractéristiques couche stratigraphique

o sa texture 

o son contour – sa position dans la stratigraphie (interface) 

o sa surface et son volume 

o sa date ou sa position dans le temps, déterminée à partir de son contenu et de sa position stratigraphique 


45

matrice de harris

• pour visualiser les séquences stratigraphiques et les analyser
• représenter les rapports qu’entretiennent les couches entre elles
• le numéro d’un lot est inscrit dans une case et reliée par un trait à une autre unité stratigraphique. 

• Un trait vertical indique une relation temporelle de type avant/après,
• deux traits horizontaux parallèles indiquent que deux couches divisées sur le terrain sont équivalentes, c’est-à-dire, ne sont qu’une seule et même couche, coupée par une autre. 

Comment faire ? :

1. On établit la nature de l’événement à l’origine du dépôt ou de l’interface (ex : destruction).
2. On établit le lien (en termes d’antériorité et postériorité) entre les événements qui constituent l’histoire du site (entre deux niveaux d’occupation)
3. On date ces événements et on les regroupe en périodes significatives de l’histoire du site ou phases événementielles
Basées sur le principe : événements les plus anciens sont les plus profonds

46

Pourquoi dater?

* Pour comprendre l’occupation d’un site Remttre les objets dans leur contexte de création d’utilisation
* Pour déterminer les différentes phases de son occupation
* Pour assouvir notre curiosité

47

comment dater?

* Méthodes relatives: Mettre les objets en relation : celui là était utiliser avant celui là. Chronologie sans mettre de date. Ex : Stratigraphie, Matrice de Harris
* Méthodes “absolues”: avoir une date

48

age maximum vs age minimum

Age maximum: peut etre plus jeune ( on parle de stratigraphie en lien avec les objets qu’on y trouve) date plancher = terminus post quem

Age minimum : peut être plus ancien date plafond = terminus ante quem

49

4 conditions pour dater un objet avec une date

* Disposer d’une variable = d’un paramètre qui évolue au cours du temps et que l’on peut mesurer expérimentalement
* Connaître la valeur initiale de cette variable
* Connaître la loi d’évolution de cette variable
* Connaître la dépendance de la valeur initiale et de l’évolution de la variable par rapport à l’environnement

50

dendrochonologie?

Méthode basée sur la croissance des cernes des arbres.
Cernes de croissance : 1 par an
Composé d’un bois clair (printemps) et d’un bois foncé (été)
Se forme sous l’écorce
Son épaisseur dépend: climat, température, Précipitation, sol (drainage et profondeur), ensoleillement, Vent, neige, Attaque d’insectes

Gros vaisseau qui laisse passé la sève = trou = bois clair créé au printemps
Puis fait un bois foncé = fait l’été

51

Cambium

nouveau dernier cerne d'un arbre

52

étapes pour obtenir date en dendrochronologie

* Établir une séquence de référence pour une espèce, une région et une période données
* Échantillonner le bois à dater et faire sa séquence en fonction de l’épaisseur des cernes
* Caler la séquence du bois à dater avec la séquence de référence pour son espèce et sa région grâce à des outils statistiques
* Chercher des morceau de bois dans des contexte dater ou qui peuvent etre dater avec d’autre méthode
* On fait des séquences de références adapté au type de bois, à la région , etc. = on fait une moyenne et ça donne notre séquence de référence

53

critere pour avoir datation fiable en dendrochonologie

* Identifier l’espèce d’arbre à dater
* Identifier la région où a poussé cet arbre
* Échantillon d’au moins 50 voire 80 cernes
* Séquence complète de cernes avec l’écorce ou le cambium à datation à l’année près
* Alternativement, repérage de l’aubier, situé en périphérie de l’arbre dans lequel circule la sève
* Séquence sans déformation des cernes : éviter nœuds, base du tronc, départ d’une branche
* Identifier si l’arbre a subi une pression anthropique (ex: déforestation) ou encore des incidents (ex: feu, maladie).

54

Les méthodes d edatation radiométriques sont basées sur ....

sur la décroissance radioactive des isotopes d’un élément chimique

* Les isotopes d’un élément chimique =
* Même nombre de protons
* Nombre de neutrons différents
Certains isotopes stables, d’autres instables (radioactifs)
Carbone stable = 12 isotope/Carbone 14 = instable
La radioactivité peut etre calculer avec la période de demi-vie

55

La datation par radio carbone C14 général

* Applicable sur tout objet ou matériau qui contient du carbone
-on date la mort de l'individu
* Période d’application : -45 000 à 1950
* Prendre un échantillon le plus gros possible avec gants et outils stériles, stocké dans papier aluminium
* Bien noter et renseigner l’emplacement de votre échantillon
* Ne pas hésiter à demander conseils au laboratoire auquel vous envoyez l’échantillon

56

comment prendre un échantillon pour le C14

* Utiliser une pince, scalpel ou tout autre outil stérile
* Porter des gants SINON ON MET LE CARBONE DE NOS MAINS DESSUS NOOOOOO
* Stocker dans du papier aluminium (2 couches minimum) ou un contenant en verre stérile PAS DE PLASTIQUE CONTIENT DU CARBONE
* Donne un nom , identifier l’échantillon (lieu, numéro etc)
* Changer gants, outils et tout objet qui a touché l’échantillon prélevé entre chaque échantillon Changer d’outil avant chaque prélèvement
* Prendre des photos de l’échantillon in-situ et bien prendre en note sa localisation et toute autre information pertinente

57

3 possibilité de moffé ses résultat de C14

* L’effet réservoir : quand on a des coquillages qui était profond dans l’eau. Le carbone 14 peut pas échanger avec l’Athmospère donc l’objet a l’air plus vieux de ce qu ’il est
* Le fractionnement isotopique : on peut pas dater le collagène, faut chercher certaines composantes précise du collagère pour les dater
* L’effet vieil arbre : le centre de l’Arbre est déjà mort donc le carbone a déjà commencer à se décomposer avant qu’il soit utilisé

58

2 autres méthodes de datation radiométriques

Le déséquilibre des séries de l’Uranium ou Uranium/Thorium
Potassium/Argon

59

Le déséquilibre des séries de l’Uranium ou Uranium/Thorium

* Applicable sur tout ce qui contient de l’uranium et du thorium et qui n’échange pas avec son environnement: ex: dents, stalagmites, stalactites, couches de calcite, etc.
* Période d’application: -500 000 à 1700
* Besoin d’échantillon riche en uranium

60

Potassium/Argon

* Datation de l’obsidienne et des niveaux géologiques contenant éléments volcaniques: cendres, coulées de laves, etc.
* Évènement daté : dernière chauffe de la roche
* Période d’application: -100 000/-500 000 à 10Ma
* Potassium 40 (instable) = se décompose en argon 40 ou calcium 40
* L’argon est un gaz donc il doit etre stocké

61

Les méthodes de datation paléodosimétrique (3)

* Thermoluminescence (TL)
* Luminescence stimulée optiquement (OSL)
* Résonance paramagnétique électronique (ESR)

62

Thermoluminescence et osl

* Basée sur l’accumulation d’électrons dans les défauts du réseau cristallin de certains minéraux (quartz et feldspaths potassiques)
* Si on chauffe (+ de 300°C) ou que le minéral voit la lumière, les électrons s’échappent
* Événement daté: dernière chauffe ou dernière exposition à la lumière
* Période d’application: -500 000 à aujourd’hui
• A chaque année des électrons s’ajoute
* Ex: un quartz avec 100 électron , a tous les ans on sait que 5 électrons sont ajouter. Donc le quartz a 20 ans
* A chaque fois que la céramique est chauffée : elle revient à zéro
* On peut évaluer a partir du dernier moment de chaiffage
* Les échantillons ne doivent pas être exposés la lumière du jour ou à la lumière artificielle!
* Il faut un échantillon de l’environnement de l’objet

63

Étape pour la thermoluminescence osl

* Sélection de l’objet à dater (poterie, roche, sédiments) et échantillonnage de l’objet et de son environnement
* Enregistrement de la place de l’objet sur le site
* Préparation en laboratoire (en chambre noire)
* Lecture de la dose équivalente (objet)
* Lecture de la dose annuelle (environnement de l’objet)
* Obtention de la date donnée à partir de la date de lecture en laboratoire

64

comment faire l'échantillonage thermoluminescence osl

* L’échantillon ne doit pas voir la lumière du jour!
* Avec tubes en plastique ou en cuivre
* Il faut l’objet à dater et son environnement
* Prendre le plus gros échantillon possible
* Bien enregistrer l’emplacement de l’échantillon sur le site
* Il faut l’objet soit à plus de 50cm dans le sol
* Demander conseil au laboratoire qui va faire les dates

65

l'arquéomagnétisme

* Basée sur l’enregistrement du champ magnétique terrestre dans certains minéraux (hématite, magnétite, maghémite) contenus dans l’argile lors d’une cuisson à + de 700°C
* Applicable sur poteries, fours, carreaux, céramiques, si toujours en place depuis la dernière cuisson
* Comparaison du champ magnétique dans l’objet et du champ magnétique terrestre pour la région où a été trouvée l’objet
* Période d’application: -2000/-1000 à aujourd'hui

Les champs magnétiques est remis à zéro quand les poterie sont chauffé. Quand ils refroidissent il reprenne le champs magnétique de la terre
On sait comment le champs magnétique terreste évolu au fil du temps (varie dans le temps et dans l’Espace)
Si on sait pas le positionnement de l’objet par rapport à la terre on peut pas savoir????

66

Hydratation de l'obsidienne

* Basée sur la mesure de l’épaisseur de la couche d’altération qui se forme au contact entre une cassure (faite par l’homme pour façonner l’objet) et l’eau dans l’atmosphère
* Comparaison avec une courbe de référence
* Nécessité de connaître le milieu d’enfouissement, sa température et ses variations au cours du temps

67

A quoi cela sert-il d’étudier les objets d’un site?

 Comprendre les gestes des humains pour le fabriquer à compréhension des savoir-faire.
 Comprendre l’organisation de la société : reflet d’un niveau social, mise en avant, paraître, honneur, cadeau
 Comprendre les réseaux d’approvisionnement et d’échange

68

comment étudie t-on un objet arquéologique?

1. Identifier son matériau
2. Identifier son mode de fabrication
3. Identifier son utilité, sa signification, sa symbolique (remise dans son contexte archéologique)
4. Interprétation de l’objet

69

3 types de matériaux

géomatériaux
biomatériaux
polymères

70

définition géomatériaux

ressources naturelles minérales provenant de formations rocheuses extraites à partir de gisements naturels, de carrières ou de mines

71

definition biomatériaux

issus du biologique, d'origine végétale ou animale ou humain

72

polymètres

Substance composée de molécules caractérisées par la répétition, un grand nombre de fois, d'un ou de plusieurs atomes ou groupes d'atome

73

différence archéomatériaux utilisé brut ou transformés?

brut
-aucune trasnfo chimique juste mécanique - taille coupe
transformés
Transformation chimique - chauffe, extraction, fusion, mélange

74

matériaux de synthèse simple vs complexe

 Matériaux de synthèse simples : ne sont pas « recyclables » (céramique)
 Matériaux de synthèse complexes : sont « recyclables » (métal, verre)

75

chiane opératoire c'est quoi ca sert à quoi?

 détaille les différentes opérations de fabrication en distinguant les gestes des réalisations matérielles, tout en incluant l’outillage (Enregistreurs des gestes des hommes)
 Association de l’outil et du geste
 Gestes prévisibles et inévitables à “faits techniques”
 Gestes imprévisibles, liés au milieu culturel à “degrés de faits”
 Etude d’un objet = Etude de la vie d’un objet

76

un minéral ?

Solide naturel homogène, caractérisé par une structure atomique ordonnée et une composition chimique précise

77

Une roche?

Tout matériau, consolidé ou non, constitutif de la Terre, à l'exclusion des sols et des êtres vivants, formé d'un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition

78

un minerai?

Roche présentant une concentration anormalement élevée en minéraux utiles. (Un minerai peut contenir également des minéraux sans valeur qui constituent la gangue.)

79

3 types de roches

magmatiques
sédimentaires
métamorphiques

80

définition roches magmatiques

issues du refroidissement et de la solidification d'un magma
• Roches volcaniques : refroidies brutalement
• Roches plutoniques : refroidies lentement dans la chambre magmatique, pas de dégazage
• Roches filoniennes : intermédiaires entre les deus types précédents avec un dégazage partiel

81

définition roches sédimentaires

se forment par l'accumulation et le compactage en couches de débris d'origine minérale et organique sous l'effet d'agents exogènes comme le vent et l'eau, ou par précipitation chimique

82

définition roches métamorphiques

sont formées par la recristallisation (et généralement la déformation) de roches sédimentaires ou magmatiques sous l'effet de hautes pressions et températures

83

Objets lithiques et ses différents types (5)

Les objets lithiques
Définition objet fait de roche ou d’un minerai
1. Les outils en pierre
2. Les objets en pierre
3. Les ornements
4. Les sculpture et gravures
5. Les peintures et teintures

84

Étudier les objets lithiques 3 étapes

1.identifier matériaux (types de roche)
2.identifier son mode de fabrication
3.identifier son utilité, signification symbolique

85

pétrographie?

Branche de la géologie qui a pour objet la description et la systématique des roches

86

3 modes de fabrication d'un objet lithique

outils taillés
outils polis
sculpture et gravures

87

à savoir sur outils taillés

• Nucléus : désigne un bloc de matière qui a été taillé afin d'en détacher des éclats au sens large (éclats, lames ou lamelles)
• Éclats : déchets de la taille d’un nucléus
• Lamelles : éclats liés à la taille du nucléus de forme longiligne, qui sont ensuite travaillés pour réaliser l’objet voulu : une lame
• Cortex : « croute » à la surface du nucléus. Couche d’altération
• Taille par percussion (directe ou indirecte)
• Taille par pression

88

2 types de sculpture gravures

• Bas-reliefs : Sculpture adhérant à un fond, sur lequel elle se détache avec une faible saillie
• Haut-reliefs : En sculpture, relief dont les parties principales, adhérant ou non au fond, offrent, toutes proportions gardées, un volume en saillie intermédiaire entre la moitié et les trois quarts du volume réel de la figure ou de l'objet représentés. (Dans le cas d'un volume saillant de moitié, on parle de demi-relief.)

89

tracéologie?

Étude fonctionnelle des outils d’après les traces d’utilisation

90

céramique = quel type de matériaux?

• matériau inorganique
• matériaux simple de synthèse (on l’obtient en le cuissant)
• on peut pas la recyclé une fois qu’elle est cuite
• matériaux silicieux: à base de silice

91

comment la céramique nous renseige sur l'époque

Matériaux : Provenance et préparation des matières premières Datation Utilisation
Formes et décors : habitudes de vie, mode, gout, statut social

92

quel est la composition d'un argile

roches DÉTRITIQUES qui est composé Fraction plastique ( mineraux argileux) fraction non plastique (inclusios minérales et végétales)

93

procédé de fabrication d'argile: 6 étapes

• Façonnage
• Rachevage
• Finition
• Les décors
• Le séchage
• La cuisson

94

3 types de revetement argileux

BARBOTINE
engobe
engobe vitrifié

95

definition babotine

Dilués dans de l’eau, les minéraux argileux forment une suspension colloïdale

96

definition engobe

non vitrifié, mat et perméable obtenu à partir d’une argile tamisée ou décantée et délayée, basse température

97

definiton engobe vitrifié

partiellement vitrifié, brillant ou métallescent et imperméable, obtenu à partir d’une argile très finement décantée enrichie en éléments dits fondants (potassium), cuit à haute température

98

LE verre au québec

• Production importé jusqu’en 1839 sous le régime français(verre fougère, verre façon Venise, verre façon de bohème) et anglais (verre plomb et semi-plomb)
• 1607 : première production nord américaines (jamestown)
• 1839-1840 : première production canadienne mollorytown glass works
• Nombreuse production au 19e siècle
• début 20e : 4 compagnie canadienne font du verre
• vers 1937 : tout est automatisé production manuelle disparait

99

différent types de décor

Décor apportés à chaud, Coloration du verre, Moulage, Inclusion de bulle d’aire, Fils d’air torsadé, Verre opaque, Torsade combiné, Verre craquelé, Estampage

Procédés chimiques : Gravure à l’Acide, Verre iridescent, Procédés abrasifs

Verre superposé : Enroulement de fils de verre, Bande de verre ou bande, Créneles , Tuyautage, Pastillage, Guillochage, Motif de pointe de diamant, Godronnage, Verre doublé, Plaquage, Mouchetage

100

différente technique de mise en forme du verre

Soufflage à l’Air libre
Soufflage moulage
Moulage à la presse

101

procédé de fabrication du verre

Surfusion : mettre tout à cuire dans un four. Faire atteindre 1100 à 1200 degré puis on fait refroidir le mélange pour être conditionné en forme de frite si pas utilisé tout suite sinon on l’utilise tout suite

Mise en forme : verre à 1000 ou 770 degré. Si plus bas la cristallisation peut reprendre
Ver 550 : la viscosité fait que les molécules deviennent mobile et le verre devient un slide amorphe. Si ca baisse trop on peut remettre au four

Four à recuit : abaisser progressivement la température, avec refroidissement long et contrôlé. Le verre ne va pas subir de choc thermique

102

2 types d'altération de verre

altération mécanique : soit la préparation du verre peuvent etre temporaire ou permanente
altération chimique : soit de la compostions du verre et son contexte d’enfouissement, hydratation de la surface d’un verre. Dépend de paramètre. Il en existe 3 type distincts

103

3 types de coloration

coloration directe : introduit sous la forme d’ion positif
coloration indirecte : nécessite un traitement thermique
coloration superficielle : sur la surface du verre et non dans son épaisseur : dorure à froid, peinture

104

quelle est la composition du verre

Composition : agent formateur vitrifiant (silice pour la plupart) + 2 agents modificateurs (fondant et stabilisant)

Substance vitrifiant : point de fusion élevé
Fondant : correspond aux oxyde de la premier colonne du tableau des éléments
Abaissent le point de fusion, diminue la résistance chimique du verre et favorise solubilité du verre dans l’eau
Stabilisant : oxide alcalinaux terreux ( deuxième colonne du tableau), augmente la résistance mécanique, moins solubilité dans l’Eau, sa dureté empêche l’altération

105

quels étaient les question de recherche pour le chateau de suscinio

• Ces carreaux ont-ils été fabriqués localement?
• D’où viennent les matières premières utilisées?
• Y a-t-il une répartition spécifique de ces carreaux et de leurs décors?

106

quel était les méthodologie du chateau de suscinio

• Remise en contexte archéologique et chronologique
• Etude des formes et des motifs
• Etude de la pâte céramique puis de la glaçure (matériaux et leur provenance)
• Etude du style et du répertoire iconographique (symbolisme de l’objet)
• Interprétation finale et conclusion

107

comment repéré les types de céramique

Pâte
• couleur
• Texture : grossière, moyenne, fine; vitrifiée ou non 

• Inclusions

• Traitement de surface
Revêtement
• Présence ou absence 

• Aspect : mat, transparent, opaque, vitrifié 

• Couleur 

• Localisation (intérieur, extérieur, intérieur et extérieur
• Type : engobe, engobe vitrifié, glaçure
Décors 

• Présence ou absence 

• Technique utilisé

108

glacure

La glaçure est une mince pellicule vitreuse imperméable et brillante. Elle peut être obtenue de différentes façons, appliquée avant ou générée lors de la cuisson. Elle est principalement constituée d’éléments dits formateurs et fondants.

109

terre cuite

Catégorie qui regroupe diverses productions à la forte porosité, blanches ou colorées, de différentes textures, éventuellement imperméabilisées et décorées, moins solides et moins résistantes que les grès et les porcelaines aux degrés de vitrification élevés. Les températures de cuisson de ces terres cuites varient selon plusieurs paramètres

110

terre cuite commune et terre cuite fine

les secondes se distinguant des premières par la préparation des matières premières argileuses (lavage, décantation, etc.), la mise en forme des objets (repris par tournassage), l’utilisation d’une glaçure et le recours à une double 
cuisson

111

terre cuite colorée

la cuisson à basse température d’argiles, produisant des teintes beiges à rouge après cuisson en atmosphère oxydante et grises à noire après cuisson en atmosphère réductrice. Le nombre de cuissons pratiquées varie selon le type de production.

112

terre blanche

la cuisson d’argiles et d’autres matériaux avec de faibles teneurs en oxyde de fer. Les pâtes contiennent de fortes teneurs en oxyde de calcium, assez dure pour résister au rayage par une pointe d’acier et se distingue des grès par le fait qu’elle est partiellement vitrifiée. Ces productions furent au moins cuites deux fois.

113

gres

La poterie de grès est une terre cuite à très haute température. ce qui permet à l’argile de débuter un processus de vitrification qui va rendre les vases presque imperméables. La poterie est à pâte dense, très dure, sonore, opaque

114

porcelaine

désigne des céramiques à la pâte dense, blanche et translucide recouverte d’une glaçure transparente. Les éventuels décors peints appliqués sur la terre sèche, préalablement cuite ou sur la glaçure.

115

porcelaine dur et tendre

La porcelaine dure= une glaçure non à peu rayable au couteau, porcelaine tendre= glaçure est rayable au couteau.