Intra Flashcards Preview

Délinquance sexuelle > Intra > Flashcards

Flashcards in Intra Deck (45)
Loading flashcards...
1

Quelles sont les 3 dimensions de la délinquance sexuelle?

1. Violence sexuelle
2. Exploitation sexuelle
3. Inconduite sexuelle

2

Quelles sont les phases importantes de la construction historique de la délinquance sexuelle?

1. Modèle médical/clinique (1940-70)
2. Modèle juridique/féministe (1980-90)
3. Modèle de protection communautaire (1990-)
4. Émegence d'un nouveau modèle depuis 2ans

3

Les grandes lignes du modèle médical...

>Individu irrationnel, déviance sexuelle, pathologie/maladie mentale, sexualité incontrôlable...
>Normalité (relation homme femme) définie par psychiatrie, le reste est déviance sexuelle (homosexualité, pédophilie
>Déclanchement des première lois sur les psychopathes sexuels grâce à médiatisation
>Réaction forte de la communauté = gouv. frome comité d'experts
>Mouvement pro-réhabilitation, maladie mentale ne se soigne pas en prison, approche humaniste, thérapie
>Les experts sont des psychiatres
>Méthode d’évaluation et d’intervention objective qui permet d’avoir une meilleure idée sur les intérêts sexuels de la personne.
>K. Freund : Invention phallométrie

DONC :

>Approche comportementale se développe en Amérique du Nord

- accent mise sur la déviance sexuelle
-information biaisée des contrevenants
-Mesure des préférences sexuelles et fantaisie
-Phallométrie comme mesure objective
-Modification des préférences sexuelles

Hypothèse : sans thérapie/traitement, le risque de récidive sexuelle est considérable.

>Mise en place de mesures spéciales au Canada

-Loi sur les psychopathes sexuels en 1948
-Mesure de contrôle des délinquants sexuels considérés dangereux
-Prône le « traitement/thérapie » et la réhabilitation
-Psychiatres deviennent jugent qui détermine durée de la thérapie. Toujours dans un optique de réhabilitation.
-Durée de la thérapie très variable, dépend toujours de la dangerosité/du risque.

>Mesure légale abandonnée durant les années 1970

4

Les grandes lignes du modèle juridique...

>Poussé par mouvement féministe de l'époque
>Devient un problème de nature sociologique
>On se penchesur les conséquences néfastes des crimes sexuels sur les victimes et du fait que l’appareil juridique aggrave la victimisation
>L'image du délinquant sexuel change, il devient monsieur-tout-le-monde, voisin, cousin, conjoint, père... mais reste quand même un homme envers une femme
>Individu rationnel, pas de pathologie, crimes sexuels répendus et domestiques
>L'image de la victime change aussi, on s'attaque aux stéréotypes
>changement important au code criminel (1982) :
-On abandonne la notion de viol ! Il est remplacé par agression sexuelle
-On le redéfini comme un crime violent
-On élimine l’immunité du conjoint/mari
-On limite l’admissibilité d’information sur les habitudes
sexuelles de la victime (durant procès)
-On élimine la pénétration qui était requise pour agression sexuelle.

>Hausse considérable des dénocications d'agressions sexuelles
>Mesures mises en place pour aider victimes (CALACS, Loi c-15 -témoignage a distance)
>Crimes sexuels proportionnel à la criminalité
>Brownmiller : TOUS les hommes sont agresseurs sexuels potentiels
>Malamtuth remet en question Brownmiller : s'inspire travaux féministe, sondage auto-révélé sur propension au viol auprès étudiants
>Création de sondage sur victimisation
>Concept d'agression sexuelle s'élargie

5

Les grandes lignes du modèle de protection communautaire...

>Le modèle féministe axé sur l’image de l’homme agresseur et de la femme victime est remis en question
>Emergence du terme prédateur sexuel
>On s'intéresse aux récidivistes
>Retour du cas par cas
>Crimes sexuels domestiques font place aux délinquants sexuels dangereux
>Émergence du terme de « délinquance sexuel à haut-risque de récidive sexuelle »
>On doute de la réhabilitation des délinquants : si la réhabilitation n’est pas possible... essayons de « neutraliser » :
-Registre des délinquants sexuel
-Avis publics concernant le retour en collectivité d’individus dangereux
-Peines plus sévères
-Mesures et contraintes légales afin de limiter les déplacements, activités, professions
-Mesures légales contre le « tourisme sexuel »

>Les médias traditionnels contribuent à la (re)construction sociale de la délinquance sexuelle
-Les peines ne sont pas suffisamment longues
-Les délinquants sexuels sont de dangereux récidivistes
-Les « prédateurs » sont parmi nous...
-Faut en faire plus afin de protéger nos enfants...
-Un mouvement qui se propage en Amérique du Nord

6

Qu'est-ce que la violence sexuelle?

>Les contacts sexuels sans le consentement

-Homicide sexuel
-Viol
-Agression sexuelle sans violence
-Abus sexuel d’un enfant
-Coercition sexuelle (pression, intoxication de la victime, contexte d’autorité)

7

Qu'est-ce que l'exploitation sexuelle?

>Prendre avantage ou tirer profit de la sexualité et/ou du corps de la victime

-Leurre informatique ou cyberprédation
-Proxénétisme
-Pornographie infantile(enfant) /juvénile(adolescent)

8

Qu'est-ce que les inconduites sexuelles?

>Paroles, gestes et attitudes à connotation sexuelle qui transgressent un code de conduite particulier et qui fait fi du consentement de la victime

-Grossière indécence
-Harcèlement sexuel
-Inconduites en contexte d’autorité (forces armées, police, sport, milieu universitaire, etc.)

9

Quelles sont les niveaux d'explication de la délinquance sexuelle?

1.Société - criminalité sexuelle

-Tendance de la criminalité (regard sociologique/historique)

2.Individus – trajectoires et parcours *principale explication*

-Différences individuelles (caractéristique de la personne, influences)

3.Événements - crimes sexuels

-Facteurs situationnels (analyse du délit sexuel

>Nous avons donc négliger les facteurs sociologiques et situationnels...

10

Quelles sont les 3 grandes questions/débat en délinquance sexuelle?

1.Généralité ou spécificité des « délinquants sexuels » ?
2.Motivation sexuelle ou non-sexuelle ?
3.Comportement inné ou acquis ?

11

Les grandes lignes du débat généralité vs. spécificité...

>Spécificité = groupe distinct de délinquant, troubles mentaux particuliers, dangerosité spécifique à la délinquance sexuelle/aux crimes sexuels, besoin d’une théorie distincte puisque possède une prédisposition à commettre ces crimes. (Théorie de la del. Sexuelle)

>Généralité = pas différent des autres délinquants, présentent les mêmes caractéristiques que les autres délinquants, activité criminelle n’est pas limitée à la délinquance sexuelle, pas besoin d’une théorie distincte.

>Constat polymorphisme criminel = si la délinquance persiste/se répète à travers le temps elle va se diversifier/prendre différentes formes. (Chez un individu)

>Historiquement, ce sont les explications spécifiques qui prédominent
>Perspective criminologique = généralité
-Délit sexuel implique souvent un délit non-sexuel
-Délit sexuel commis dans le cadre d’un événement
criminel qui se voulait non-sexuel au départ

12

Qu'est-ce que la délinquance chronique (profil du délinquant) ?

Individu impulsif, recherche sensations fortes, moment présent, gratification immédiate, très réactif/facilement en colère, réactions démesurées pour petites frustrations, difficulté à gérer émotions négatives, peu de considération pour autrui, egocentrique, immature

13

Qu'est-ce que le modèle axé sur la motivation?

>concept clé : Motivation non-sexuelle

>Facteur en cause : Traumatismes non-résolus suite à des expériences vécues durant l’enfance

>Hypothèse : La motivation consciente/inconsciente sous-jacente et non-sexuelle : les actes sexuels seulement un moyen en vue d’une autre finalité

>Diversité des motivations qui se cachent à travers les crimes sexuels:

-Identification à l'agresseur et imitation afin de contrer les sentiments de honte à sa propre victimisation
-Angoisse/anxiété homosexuelle et réaffirmation de sa propre masculinité
-Pouvoir, contrôle et domination de la femme
-Rage, colère, vengeance
-Opportunisme, recherche de sensations fortes


>Les principales motivations du comportement sexuel chez les jeunes adultes :
-Motivations physiques : plaisir physique, attirance physique, diminuer le stress, recherches de nouvelles expériences/partenaires

-Motivations instrumentales (atteinte d’un but particulier) : statut social, vengeance envers autrui, obtenir quelque chose/$

-Sentiment d’insécurité : sens du devoir, augmenter estime de soi, peur de perdre un partenaire

-Motivations affectives : amour, engagement et exprimer son affection envers l’autre

-Essentiellement, ce que l’on retrouve chez bon nombre de « délinquant sexuels »

14

Qu'est-ce que le modèle biologique de la délinquance sexuelle ?

>Bain et al. 1988 ; Bradford et al. 1984, etc.

>Concept clé : désir sexuel, intensité sexuelle, pulsions sexuelles

>Facteur en cause : Niveau de testostérone

>Hypothèses :
-Niveau anormalement élevé de testostérone rend plus difficile le contrôle du comportement sexuel
-Niveau anormalement élevé de testostérone facilite recours à des tactiques agressives afin d’obtenir des gratifications sexuelles

>Observations :
-Limites méthodologiques importantes
-Lien étable avec la violence sexuelle, mais pas pédophilie

>Chercheurs réaffirment lien entre testostérone et violence

15

Qu'est-ce que le modèle comportemental de la délinquance sexuelle?

>McGuire, 1965 ; Abel & Blanchard, 1974 ; etc.

>Concept clé : préférences sexuelles déviantes

>Facteur en cause : victimisation sexuelle

>Hypothèses :

-Comportements sexuels déviants sont appris selon des principes de conditionnement (masturbation) - se masturbe en pensant à évènement de victimisation
-Orgasme (plaisir) agit comme un renforcement positif -
-Rôle des fantaisies de la masturbation afin de maintenir association

>Observations :
-Faible proportion rapporte avoir été abusé sexuellement
-Faible proportion présente des fantaisies ou préférences sexuelles déviantes

>La violence physique à la maison, la négligence parentale, l’abus sont plus importants que la victimisation sexuelle de façons spécifique

>Minorité des délinquants sexuels condamné présente déviance pour agression sexuel, souvent profil sexuel similaire à celui de n’importe qui.

>Minorité de hommes ayant abusé enfant présente préférence sexuelle pour les enfants, pédophilie n’est pas une condition nécessaire à l'agression d'un enfant. 35% des hommes ayant abusé enfant présente intérêt sexuel pour enfant/pédophilie.

16

Qu'est-ce que le modèle du coping/de la régulation de la délinquance sexuelle?

>Laws, 1989 ; Pithers et al. 1983 ; McKibben et al. 2001 ; etc.

>Concept clé : régulation sexuelle

>Facteur en cause : déficits au niveau des stratégies de coping

>Hypothèses :
-Sexualité utilisée comme mécanisme inadéquat afin de gérer des stresseurs
-Sexualité permet d’éviter de confronter les vrais problèmes à la source des stresseurs
-Lorsque stresseurs intenses, fantaisies peuvent ne pas être suffisantes

>Observations :
-Lien démontré en laboratoire
-Origine des conduites déviantes ? On comprend très mal son origine, principal problème

17

Quels sont les 4 modèles à facteur unique?

1. Modèle axé sur la motivation
2.Modèle biologique
3.Modèle comportemental
4.Modèle de coping/régulation

18

En quoi consiste le modèle de Hall & Hirschman (1990; 1992) ?

>C'est un modèle explicatif de l'agression sexuelle
>Modèle cognitivo-comportemental
>Agence trait (différences inter-individuelles stables) et état (changements intra-individuels selon le contexte)
>4 facteurs en cause :
1. Excitation sexuelle déviante (État)
- Exemple du teste phallométrique + vélo (avec et sans humiliation)

2. Distorsion cognitive (Trait)
-Fausses croyances concernant les femmes et enfants

3. Trouble de la personnalité (Trait)
-Personnalité varie en fonction du « type d’agresseur sexuel »
-Trouble de la personnalité antisociale vs évitante/dépendante

4. Humeur/état émotionel négatif (État)
-Confusion entre l’humeur négative et les désirs sexuels

>Commentaires & Critiques :
-Peu de validité empirique (pas de test scientifique et empirique)
-Facteurs développementaux non abordés
-Seulement facteurs individuels pris en compte

19

En quoi consiste le modèle de Marshall & Barbaree (1990)?

>Modèle pseudo-développemental de l'agression sexuelle
>Se déroule en 4 étapes:
1. Facteurs biologiques en cause
-Deux instincts : sexualité et l’agressivité
-Deux instincts ont la même base neurophysiologique
-Socialisation des instincts - tâche développementale (apprendre à les utiliser adéquatement)
-Distinction entre les deux instincts (doit se faire chez l’enfant)

2. Expériences durant l'enfance
-Habiletés parentales déficientes (comment parents agissent, comment ils gèrent la colère/agressivité de l'enfant)
-Contexte d’abus et de violence renforce certains scripts
-Rejet des pairs, faible estime de soi, hostilité (choix de la trajectoire antisociale ou trajectoire évitante)

3. Défis reliés à l'adolescence
-Enfants vulnérables plus réceptifs aux messages socioculturels suivants
-Films violents, pornographie, internet, jeux violents
-Violence interpersonnelles, attitudes négatives envers les femmes
-Messages deviennent des croyances

4. Facteurs situationnels et contextuels
-Intoxication alcool et drogues
-Émotions négatives intenses
-Stress et anxiété

>Commentaires & critiques:
-Théorie la plus « populaire » et la influente
-Un des premiers modèles de type « développemental »
-Théorie qui s’applique davantage à la violence sexuelle
-Peu de vérification empirique

20

Qu'est-ce qu'une personnalité évitante/dépendante?

-Personnalité très rigide, peu importe le contexte
-Individu ayant une très faible estime de soi, individus qui se dévaluent
-Image des adultes comme étant supérieurs, l’autre est critique et humiliant envers agresseur, évitent contacts avec les adultes
-Désir relationnel avec autrui mais se sent bloqué à cause des distorsions cognitives, se tourne donc vers enfant puisque moins menaçants, moins de chance de rejet/critique

21

Qu'est-ce qu'une personnalité antisociale?

-Proies, victimes et prédateurs
-Individu abandonnés, vécu du rejet
-Plutôt que d’éviter, l’individu attaque, il ne veut plus être la victime
-Rapport de force envers les autres, la loi du plus fort
-Personnalité colérique
-Violence expressive, but de blesser la victime
-Meurtre sexuel
-Colère envers les femmes en général, pas excitation sexuelle déviante

22

En quoi consiste le modèle de Pithers (1983; 1990)?

>Modèle de la prévention de la récidive
>Cycle de la récidive/rechute qui peut être brisé
>Modèle théorique de la récidive sexuelle
>6 étapes :

1. Situation à risque
-Situation menace ou déstabilise la maîtrise de soi
-Présence d'éléments de vulnérabilités

2. Chute
-Utilise de mauvaises stratégies ou des stratégies inefficaces afin de gérer les situations à risque
-Sentiment d’efficacité personnelle diminue
-Présence de fantaisies sexuelles déviantes
-Masturbation déviante

>Une chute importante ou plusieurs chutes peuvent favoriser le passage à la troisième phase

3. Violation de l'effet d'abstinence
-L’étape ou le passage à l'acte devient imminent
-Se crée un écart entre l’image de soi « guérit » et le sentiment de culpabilité vis-à-vis la rechute
-Erreur d’attribution et sentiment d’échec
-Problème de gratifications immédiates

4. Distorsions cognitives
-L’étape où les fausses croyances concernant la sexualité, les femmes ou les enfants vont influencer l’interprétation de situations de façon à se placer dans des situations favorisant le passage à l'acte
- « Besoin de jouer avec le petit voisin pour l’aider parce que parents ne le font pas »

5. Planification
-L’étape où l'individu planifie d'une façon structurée ou non le délit sexuel
-Étape souvent accompagnée de fantaisies sexuelles déviantes et de masturbation
-L’individu se place dans des situations à risque ou créer une/des opportunités criminelles

6. Délit sexuel
-Passage à l'acte
-Interprétation négative du délit après coup
-Présence de remords et de culpabilité
-Humeur négative (de retour au début du cycle)

>Commentaires & critiques :
-Modèle qui suppose que tous les contrevenants sont à risque d'une récidive
-Carrière de délinquants sexuelles très courte, mais pourtant le modèle dépeint le délinquant comme étant tous récidivistes

23

En quoi consiste le modèle explicatif d'abus sexuelle sur des ENFANTS?

>Modèle de Finkelhor (1984)
>4 préconditions du passage à l'acte :

1. Motivation (abus sexuel)
-Présence d’un individu motivé à poser des gestes envers enfants
-Trois motivations :
-Congruence émotionnelle entre caractéristiques de l’enfant et besoins de l’agresseur (immaturité, acceptation, attachement) (individu s’identifie à la victime/à l'enfance, fuite réalité adulte)
-Blocage (habiletés sociales)
-Excitation sexuelle (préférences sexuelles déviantes)

2. Surmonter les inhibitions internes
>Motivation n’est pas une condition suffisante
>Compréhension de la nature criminelle de l’acte et des conséquences négatives associées
>Désinhibiteurs importants (Alcool, drogues, impulsivité, stress, distorsions cognitives, psychoses, etc.)

3. Surmonter les inhibitions externes
>Créer une opportunité criminelle (contextuelle et situationnelle) :
-Parent absent, malade
-Isolement social de la famille
-Manque de supervision
-Proximité de la victime

4. Surmonter la résistance de la victime
>Stratégies afin de surmonter la résistance possible de la victime :
-Donner des cadeaux
-Désensibiliser la victime à la sexualité
-Établir un lien émotif/affectif avec la victime
-Utiliser la menace, violence, arme

24

En quoi consiste le modèle explicatif d'agression sexuelle de FEMMES?

>Modèle de la confluence de Neil Malamuth (1989; 1993; 1998)
>2 dimensions :
1. Sexualité impersonnelle

-Sexualité précoce et active, mais pas de fantaisies déviantes
-Style de vie axé sur la recherche de sensations fortes et nouvelles
-Préférence pour la diversité des partenaires (conquête)
-Relations d’un soir, infidélité, prostitutions, bars de danseuses, etc.
-Pas d’implications affectives
-Sexualité débridée, non pas compulsive ou impulsive

2. Masculinité négative

-Violence interpersonnelle comme une stratégie comportementale légitime
-Sexiste (rôle traditionnel de la femme)
-Machisme ou macho (femmes inférieures, objet sexuel)
-Attitudes proviol et distorsions cognitives
-Influence socioculturelle, pornographie

>Effet d’interaction (multiplicateur) des deux facteurs :

-Masculinité négative comme désinhibiteur du comportement
-Femme qui refuse des avances, perception d’humiliation...
-Colère, frustration,, blessure narcissique
-Peu préoccupé par conséquences négatives car vision négative de la femme au départ
-Force les contacts sexuels (aucune femme ne me résiste, elle ne peut me dire non, je vais ainsi la convaincre de me dire oui...)

25

Qu'est-ce que la masculinité négative?

-Violence interpersonnelle comme une stratégie comportementale légitime
-Sexiste (rôle traditionnel de la femme)
-Machisme ou macho (femmes inférieures, objet sexuel)
-Attitudes proviol et distorsions cognitives
-Influence socioculturelle, pornographie

26

Qu'est-ce que la sexualité impersonnelle?

-Sexualité précoce et active, mais pas de fantaisies déviantes
-Style de vie axé sur la recherche de sensations fortes et nouvelles
-Préférence pour la diversité des partenaires (conquête)
-Relations d’un soir, infidélité, prostitutions, bars de danseuses, etc.
-Pas d’implications affectives
-Sexualité débridée, non pas compulsive ou impulsive

27

Qu'elles sont les 3 composantes de l'agression sexuelle de femmes dans le modèle de Knight & Sims-Knight (2003)?

1. Psychopathie

-Style de vie antisocial et impulsif
-Manque d’empathie, détachement émotionnel
-Arrogant, manipulateur, parasitisme

2. Hypersexualité

-Envahi par la sexualité
-Désir sexuel important
-Compulsivité sexuelle

3. Fantaisies sexuelles violentes

-Pensée, images, fantaisies désinhibées par les traits psychopathiques et l’hypersexualité

28

En quoi consiste le modèle de classification de Knight & Plentky (1990)?

>Développent un des plus importants modèles de classification

-Méthode intégrative (clinique-empirique)
-Typologie de contrevenants adultes
-Axé sur motivations, caractéristiques du passage à l'acte, et certains aspects développementaux
-Aspects qui permettent de maximiser les différences entre les catégories

Premiers constats :

>Les facteurs qui permettent de distinguer les agresseurs d’enfants et de femmes ne sont pas les mêmes

>Premier facteur à prendre en considération : l’âge de la victime

>Propose deux typologies :

1. Agresseurs d’enfants

>Modèle de classification à deux axes (deux catégories de facteurs)

>Premier Axe
-Degré de fixation sexuelle déviante (présence de fantaisies sexuelles, répétition de l’agir déviant)
-Niveau de compétence sociale (travail, relations interpersonnelles, etc. )

>Deuxième Axe
-Quantité de temps passé en contacts avec les enfants (exclusion activités parentales et comportements sexuels déviant/passage à l'acte)
-Signification des contacts avec les enfants
-Niveau de violence
-Présence de sadisme sexuel

>Identifier et distinguer 5 types de profils :

1. Interpersonnel (pédophilie)

2. Narcissique (pédophilie)

3. Exploiteur

4. Agressif (ressemble le + à agression femme)

5. Sadique



2. Agresseurs de femmes

>Principes similaires à leur typologie d’agresseurs sexuels d’enfants

>Moins de dimensions (groupe plus homogène)

>2 axes, 4 principaux types, 9 sous-catégories :

Premier axe :

-Type de motivation derrière le passage à l’acte

Deuxième axe :

-Niveau de compétence sociale
-Présence de sadisme sexuel

1. Opportuniste (le plus fréquent)

2. Colérique/Enragé

3. Sexuel

4. Sadique

29

Distinguer les 5 types de profils d'agresseurs sexuels d'enfants dans le modèle de classification de Knight et Prentky?

1. Interpersonnel (pédophilie)

>Niveau de fixation élevé
>Niveau de contact élevé
>Susceptible de présenter un diagnostic de pédophilie
>Enfant comme compagnon social et sexuel
>Contacts sexuels mutuellement plaisant
>Contacts sexuels non-coitaux (sans pénétration)
>Recherche relation long-terme avec victime
>Planification
>Compétence sociale, utilise leur position d’autorité

2. Narcissique (pédophilie)

>Haut niveau de contact avec enfants
>Haut niveau de fixation envers enfants
>Susceptible de présenter un diagnostic de pédophilie
>Enfants comme objets sexuels
>Gratifications sexuelles centrée sur soi
>Ne cherche pas à créer de lien/relation avec victime
>Nombre de contact limité avec leur victime
>Contacts sexuels non-coitaux
>Planification moins souvent présente

3.Exploiteur

>Peu de contact avec les enfants
>Préfère contacts interpersonnels/sexuels avec adultes
>Père incestueux, pseudo-incestueux (beau-père)
>Manipulation; charme
>Pas de violence physique apparente
>Violence instrumentale si nécessaire
>Absence de blessures physique
>Gratifications sexuelles immédiates, principal but visé
>Délit impulsif, non planifié

4. Agressif (ressemble le + à agression femme)

>Similarités importantes avec agresseurs de femmes
>Peu de contact avec les enfants
>Préférences pour les contacts sexuels/sociaux avec adultes
>Disponibilité de la victime
>Victime généralement connue
>Susceptible d’infliger blessures physiques
>Contacts sexuels peuvent inclure la pénétration
>Délit impulsif, non planifié
>Pas d’indice de sadisme sexuel/pas de plaisir sexuel

5. Sadique

>Peu de contact avec les enfants
>Violence sexualisée (source d’excitation) et ritualisée
>Insertion d’objet, attacher la victime, uriner, flageller, brûler, etc.
>Contacts sexuels avec pénétration
>Victime inconnue
>Un seul événement avec la même victime
>Planification
>Rare

30

Distinguer les 4 types de profils d'agresseurs sexuels de femmes dans le modèle de classification de Knight & Plentky?

1. Opportuniste (le plus fréquent)

>Commun
>Comportements antisociaux enfance, adolescence, adulte
>Style de vie antisocial
>Absence de fantaisie sexuelles déviantes, sadisme
>Recherche gratifications immédiates
>Souvent dans la commission d’un autre délit
>Crime sexuel non planifié (impulsif et spontané)
>Violence instrumentale
>Plus compétent socialement que ceux des autres groupes

2. Colérique/Enragé

>Violence spécifique (enragé) ou généralisé (colérique)
>Comportement antisocial débute adolescence
>Présence d’autres formes de violences (bagarres, violence conjugale)
>Attributions d’intentions hostiles à autrui
>Absence de fantaisie sexuelles déviantes ou sadisme
>Crime sexuel impulsif et non prémédité
>Violence expressive/excessive
>Humiliation de la victime
>Blessures physiques importantes

3. Sexuel

>Dimension antisocial limitée
>Impulsivité limitée à la sexualité
>Préoccupations sexuelles
>Distorsions cognitives à propos des femmes, sexualité
>Faible estime de soi, socialement incompétent
>Niveau de violence physique faible
>Absence de sadisme
>Présence de paraphilie (voyeurisme, exhibitionnisme)

4. Sadique

>Moins commun
>Comportement antisocial débute à l'adolescence
>Antécédents de violence (non sexuelle)
>Synergie entre la sexualité et la violence
>Présence de fantaisie sexuelles violentes
>Violence expressive durant le délit
>Dominer entièrement la victime
>Gervais Fortin