Median Flashcards Preview

IA01 > Median > Flashcards

Flashcards in Median Deck (35)
Loading flashcards...
1

4 approches de l'IA

- Approche symbolique
- Approche numérique
- Approche hybride
- Approche distribuée ou répartie

2

Définition : Approche symbolique

Étude du processus de raisonnement par la manipulation d’expressions qui nécessite une représentation explicite des connaissances et des méthodes de résolution, effort programmation +++ (systèmes experts)

3

Définition : Approche numérique

Étude de la perception et du réflexe (immédiats/implicites) par la construction de modèles, exploite des processus d'apprentissage, permet de développer des systèmes auto-adaptatifs et évolutifs, peu de programmation explicite. (réseaux de neurones, algorithme génétiques).

4

Définition : Approche hybride

Développement parallèle d'IA symbolique et numérique complémentaires dans l'action.

5

Définition : Approche distribuée ou répartie

Formulée en termes de systèmes multi-agents (la pensée , un phénomène collectif)

6

Caractéristiques de Lisp

- Programmation interactive
- Programmation fonctionnelle
- Programmation symbolique

7

Définition : Programmation interactive

Fonctions et expressions pouvant être compilées et évaluées individuellement depuis un environnement interactif, programmation incrémentale.

8

Définition : Programmation fonctionnelle

Pas de structure fixe, un ensemble de fonctions qui s'appellent entre elles (favorise modularité et récursivité), l'exécution est souvent beaucoup plus compliquée que le programme.
Exemple : Lisp, Prolog, Scala.

9

Définition : Programmation symbolique

Gamme de données étendue par rapport aux langages classiques, en Lisp, symboles crées et détruits dynamiquement, les valeurs sont également des symboles.

10

Approches de programmation

- Approche ascendante (bottom-up)
- Approche descendante (top-down)

11

Approche ascendante (bottom-up)

Part de la structure de représentation des données pour construire des fonctions élémentaires avant de passer à des choses plus compliquées.

12

Approche descendante (top-down)

Part du problème à résoudre et détaille progressivement les fonctions à réaliser pour terminer ensuite par les structures de données.

13

Représentation des connaissances (+opérations usuelles ?)

Support préalable aux traitements ultérieurs que l'on souhaite effectuer sur ces connaissances.
- Organiser, classer...
- Chercher, extraire...
- Déduire, établir des contradiction, réviser...

14

Choix : Formalisme de représentation

Selon domaine d'application, opérations à mettre en œuvre et culture du modélisateur.

15

Formalismes de représentation

> Approches non logiques
- Réseaux sémantiques
- Frames
- Graphes conceptuels
- Ontologies
> Approches logiques
- logiques classiques (propositionnelles, 1er ordre, 2e ordre)
- logiques de description (famille des logiques modales)

16

Caractéristiques approches non logiques

Sens intrinsèque attribué aux structures (utilisation de symboles), existence de procédures adaptées et efficaces, plus grande facilité de révision.

17

Caractéristiques approches logiques

Sens externe, procédures génériques, possibilité de caractériser des propriétés du formalisme et des procédures.

18

Définition d'un problème de recherche

Q un ensemble non vide d'états
 S ⊆ Q un ensemble non vide d'états initiaux
 G ⊆ Q un ensemble non vide d'états-solutions (pouvant être définis explicitement ou implicitement par un test solution)
 A un ensemble d'actions
 Successeurs:QxA->Q
 Fonction coût : Q x A x Q -> R+ (défini uniquement pour des états qui sont successeurs l'un de l'autre)

19

Définition d'une recherche dans un espace d'états

Permet de recenser les états d’un problème afin de trouver une solution par l'application successive d'actions, en profondeur ou en largeur par exemple.

20

Définition : réseau sémantique

- Un mécanisme général d'association pour représenter le sens des mots.
- Un ensemble de nœuds et d'associations représentées par des liens.
- Un graphe orienté acyclique dont les noeuds et les arcs sont étiquetés.
- Un graphe d'héritage, structuré au moyen d'une relation de généralisation/spécialisation qui relie entre eux des objets « sémantiquement proches ».

21

Limitations réseau sémantique

- liens assertionnels : même relation (is-a) pour représenter deux notions sémantiquement très différentes
- liens structurels : composition, domaine, possession
- manques : négation, disjonction, quantification universelle

22

Caractéristiques NETL

- nœuds, arcs, mécanisme de marquage
- tout nœud ou arc est accessible
- propagation des marques en parallèle

23

Limitation NETL

Nécessité d'une machine parallèle pour le mécanisme de propagation, Connection Machine élaborée par Hillis mais trop chère (et frame apparue).

24

Mémoire dans Lisp

Divisée en zones :
- code des primitives
- structures définies par l'utilisateur
- pile d'appels de fonction
- symboles (table des symboles)

25

Table des symboles : caractéristiques

Essentiellement structure de pointeurs (économie de place, informations représentées une seule fois en mémoire) : valeur, print-name, function.

26

Définition : paire pointée

Cellule dont les deux éléments pointent sur des atomes, construction : (cons elem1 elem2)

27

Définition : liste d'association

Une a-liste est une liste de paires pointées : (setq a-list ‘((a . 1)(b . 2)(c . 3)))

28

Propriétés de symboles (ajout, lecture d'un ou de tous)

>(setf (get 'foo 'couleur) 'rouge)
ROUGE
>(get 'foo 'couleur)
ROUGE
>(symbol-plist 'foo)
(couleur rouge)

29

Composants système expert

- Base de règles (mémoire à long terme, en vrac, peut contenir des faits permanents)
- Base de faits (mémoire à court terme, ensemble de faits relatifs au problème)
- Moteur d'inférences (confronte les deux bases, système déductif modifiant dynamiquement la base de faits)
=> Modularité de la connaissance (approche incrementale).

30

Ordre 0

Un fait est une proposition, donc à valeur booléenne. SI Lewis_né_à_Dallas
ALORS Lewis_américain