Notes examen final Vrai ou Faux Flashcards Preview

Dysfonctions sexuelles SEX1204 > Notes examen final Vrai ou Faux > Flashcards

Flashcards in Notes examen final Vrai ou Faux Deck (376):
1

Le mot ''diagnostic'' peut être utilisé par les sexologues de l'OPSQ.

Faux, sexologue membre de l'ordre des psychologues en psychothérapie.

2

Le désir est neuro-vasculaire.

Faux, neuro-hormonal.

3

L'excitation sexuelle est neuro-vasculaire.

Vrai

4

L'orgasme est neuro-hormonal.

Faux, neuro-musculaire.

5

La testostérone est l'hormone nécessaire au désir pour les deux sexes, mais pas suffisante à elle seule.

Vrai

6

La testostérone est 10x supérieure chez la femme que chez l'homme.

Faux, chez l'homme.

7

La testostérone chez la femme passe par les ovaires et les glandes surrénales.

Vrai

8

La phase du désir chez l'homme est la variation du volume du pénis qui pourrait être visible par le pléthysmographie pénienne.

Vrai

9

La phase du désir chez la femme provoque de la chaleur aux organes génitaux et parfois un début de lubrification.

Vrai

10

Le désir a deux dimensions : hormonal et physique.

Vrai

11

Une dose de testostérone en dessous de la dose régulière n'est pas à craindre pour le désir.

Faux

12

Chez la femme la recherche de génitalité au début d'une relation sexuelle est prioritaire.

Faux, chez l'homme (généralité), la femme c'est la sensualité.

13

Dans la phase de l'excitation, la vasocongestion est la lubrification vaginale chez la femme.

Vrai

14

Dans la phase de l'excitation, ce sont les corps caverneux qui se remplissent de sang et la dilatation pénienne chez l'homme.

Vrai

15

Chez l'homme le processus des phases est circulaire et chez la femme c'est linéaire.

Faux, contraire.

16

Les femmes vivent majoritairement des fantasmes et désirs spontanés.

Faux, chez l'homme.

17

Les réflexes, le plaisir et les spasmes des muscles génitaux font partie de la phase de l'orgasme.

Faux, excitation.

18

L'orgasme chez la femme est une contraction des muscles vaginaux aux 0,8 secondes.

Vrai

19

Les dimensions culturelles sont primordiales à l'approche sexologique.

Vrai

20

La testostérone est responsable des signes sexuels primaires.

Faux, secondaires.

21

Pour vérifier le niveau de testostérone chez l'homme.

Demandez au client si :
- La barbe pousse moins vite.
- Le volume de l'éjaculat a diminué.
- Le volume des testicules a diminué.
- La masse musculaire a diminué.
- La voix est plus claire.
- Pléthysmographie nocturne plat en cas d'absence (totale) de testostérone.

Vrai

22

Les principales causes de baisse de testostérone.

- Le syndrome de Klinefelter (XXY).
- La diminution des gonadotrophines,
- L'augmentation de la prolactine.
- Les maladies testiculaires.
- L'urémie.
- L'alcoolisme (maladies hépatiques).
- Maladies endocrines.
- L'irradiation pelvienne.
- Certains médicaments.

Vrai

23

La prolactine a 2 effets néfastes sur le désir : augmentation de la testostérone et augmentation de l'effet de la dopamine.

Faux, diminution des deux.

24

Le traumatisme local des testicules est des microtraumatismes (ex. : le marteau piqueur toute la journée, sur le long terme).

Vrai

25

Examen.

L'alcool (rythme régulier tous les jours), provoque une baisse de testostérone.

Vrai

26

La testostérone est synthétisée dans les gonades.

Vrai

27

Au niveau du cerveau, sans dopamine, il n'y a pas de désir sexuel.

Vrai

28

La dopamine augmente l'acide nitrique (No) qui augmente la testostérone.

Faux, la testostérone augmente la No qui augemente la dopamine.

29

Principales causes physiologiques d'une augmentation de la prolactine.

- Le sommeil
- L'allaitement
- La manipulation des seins
- Le stress
- L'anesthésie
- L'exercice physique
- L'examen physique (médical)
- La relation sexuelle

Vrai

30

Principales causes pathologiques d'une augmentation de la prolactine.

- Idiopathique (systémique)
- Médicaments (anti-dépresseurs, oestrogène et cimetidine)
- L'hypothyroïdie
- Les maladies rénales
- Les atteintes thoraciques
- Tumeurs hypophysaires

Vrai

31

Les anti-dépresseurs tricycliques augmentent la prolactine chez la femme et causent un trouble du désir.

Vrai

32

Syndrome de l'augmentation de la prolactine de la femme :

- Baisse du désir sexuel
- Galactorrhée (lait qui coule) ou aménorrhée (zéro menstruation)
- Hémorragie utérine anormale
- Vaginite atrophique
- Dyspareunie
- Anorgasmie primaire

Vrai

33

Syndrome de l'augmentation de la prolactine de l'homme :

- Baisse du désir sexuel
- Galactorrhée pas facilement visible
- Gynécomastie (avoir des seins)
- Trouble érectile (+ ou -)
- Anéjaculation primaire

Vrai

34

Moins d'une fois par mois est problématique lorsque ce n'est pas désirée comme situation.

Vrai

35

Normalité statistique = 5 fois par semaine.

Faux, 3 fois.

36

Déficience ou absence persistante ou répétée de fantaisies imaginatives d'ordre sexuel et de désir d'activité sexuelle sont considérées comme un trouble du désir.

Vrai

37

Les facteurs de l'âge et du contexte existentiel du sujet ne doivent pas être tenus en compte pour faire la différence entre la déficience ou l'absence de fantaisies.

Faux

38

La perturbation est à l'origine d'une souffrance marquée ou de difficultés personnelles selon le DSM-IV.

Faux, DSM-V.

39

Examen. Chez la femme.

Critères diagnostiques : déficience ou réduction significative de l'intérêt pour l'activité sexuelle OU de l'excitation sexuelle qui se manifeste par AU MOINS trois des symptômes PENDANT 6 MOIS suivants :

1. Absence/diminution de l'intérêt pour l'activité sexuelle.
2. Absence/diminution des pensées érotiques ou sexuelles ou des fantaisies imaginatives.
3. Peu ou pas d'initiation de l'activité sexuelle et, typiquement, absence de réceptivité aux tentatives du partenaire pour initier l'activité sexuelle.
4. Absence/diminution de l'excitation ou du plaisir sexuel dans presque toutes ou (75 a 100%) les situations de rencontres sexuelles.
5. Absence/diminution de l'intérêt sexuel ou de l'excitation sexuelle en réponse aux signaux sexuels/érotiques, internes ou externes (ex.: écrits, verbaux, visuels).
6. Absence/diminution des sensations génitales ou non génitales pendant l'activité sexuelle presque toutes ou (75 a 100%) les situations de rencontres sexuelles.

Vrai

40

Examen. Chez l'homme.

Critères diagnostiques : déficience ou réduction significative de l'intérêt pour l'activité sexuelle OU de l'excitation sexuelle qui se manifeste par AU MOINS trois des symptômes PENDANT 6 MOIS suivants :

1. Déficience ou absence persistante ou répétée de pensées sexuelles/érotiques ou de fantaisies imaginatives et du désir d'activité sexuelle. L'évaluation de la déficience est faite par le clinicien qui doit prendre en compte les facteurs susceptibles d'affecter le fonctionnement sexuel tels que l'âge et les contextes généraux et socioculturels de la vie du sujet.
2. Les symptômes du critère 1 persistent depuis une durée minimum d'approximativement 6 mois.
3. Les symptômes du critère 1 provoquent une souffrance cliniquement significative chez la personne.
4. La dysfonction sexuelle n'est pas mieux expliquée par un trouble mental non sexuel ou comme étant la conséquence d'une souffrance sévère liée à une relation ou par d'autres facteurs de stress significatifs, et n'est pas due aux effets d'une substance/d'un médicament ou d'une autre affection médicale.

De tout temps : la perturbation a été présente depuis que le sujet est devenu sexuellement actif.

Vrai

41

Examen.

La testostérone augmente le désir seulement lorsqu'elle est donnée à quelqu'un qui est en déficience. Sinon, elle n'augmente pas mais doit être présente en quantité normale.

Vrai

42

La dopamine si elle est augmentée, augmente directement le désir (mais pas d'injection de dopamine parce que c'est dans le cerveau).

Vrai

43

L'incitateur sexuel le plus commun est la stimulation physique et génitale.

Vrai

44

Les inhibiteurs sexuel :

- Trouble hormonal.
- Effets secondaires des médicaments.
- Dépression.
- Partenaire non séduisant à notre goût.
- Pensée négative.
- Pas de fantasme.
- Émotions négatives.
- Stress et colère.

Vrai

45

L'amour est nécessaire et suffisant pour une envie de relation sexuelle.

Faux, à l'exception d'un fort construit social à lequel tu crois.

46

La testostérone est un aphrodisiaque.

Faux

47

Il existe différents types d'aphrodisiaques.

Faux, aucun.

48

Les fantasmes érotiques et l'imaginaire érotique ont besoin de testostérone.

Vrai

49

Les fantasmes érotiques sont à l'intérieur de nous (cognitif) pour prédisposer au désir sexuel.

Vrai

50

Examen.

La testostérone libre = testostérone active.
La testostérone liée légèrement + testostérone libre = testostérone biodisponible.

Vrai

testostérone : Testostérone libre + testostérone liée légèrement + testostérone très liée (Tsbg)

51

Examen.

La sensibilité du gland est due à la testostérone.

Vrai

52

Le désir de l'homme est 10x plus élevé que chez la femme.

Faux, pas besoin de la même dose pour femme et homme.

53

Si on enlève les ovaires chez la femme, il y a absence de testostérone.

Faux, diminution, les glandes surrénales continuent d'en produire.

54

Examen.

Médications qui peut interagir avec le désir sexuel.

1. Antidépresseur (tricyclique, MAOi, lithium).
2. Alcool.
3. Antihistamines.
4. Cyproterone acetate (pour le cancer prostatique).

Vrai

55

Examen.

La testostérone est nécessaire jusqu'à la dose nécessaire, mais pas suffisante au désir sexuel.

Vrai

56

L'épidémiologie est les statistiques/prévalence par rapport à la population. (Par exemple, combien de personnes ont ça? Quelle population ça touche?)

Vrai

57

10 ans de diabète non traité donne une perte de sensibilité.

Faux, 15 ans.

58

Des sous-vêtements très serrés chez la femme fait perdre la sensibilité indéfiniment.

Faux, temporairement.

59

Le clitoris et le vagin sont des zones érogènes primaires.

Vrai

60

Perception est la conjugaison entre la stimulation des sensoriscepteurs (des 5 sens) conduite vers le cerveau qui va reconstruire (subjectif à chacun).

Vrai

61

Chaîne primordiale dans la naissance de l'excitation sexuelle.

Sensoriscepteurs - Perception - Affect - Émotion

Vrai

62

Vasoconstriction = fermeture des vaisseaux.
Vasodilatation = ouverture des vaisseaux.

Vrai

63

L'excitation est la vasoconstriction.

Faux, vasodilatation.

64

Dans l'excitation chez la femme, c'est le début de la transsudation.

Vrai

65

Les glandes de Bartolin produisent de la lubrification vaginale.

Faux, garde le vagin toujours un peu humide mais ne rentre pas en interférence dans la phase de l'excitation.

66

Excitation chez la femme :

1. Début de l'élévation utérine.
2. Allongement du vagin.
3. Augmentation de la taille des petites lèvres.
4. Séparation et élévation des grandes lèvres.

Vrai

67

Le désir et l'excitation chez la femme sont combinés en 1 diagnostique dans le DSM-5.

Vrai, trouble de l'intérêt pour l'activité sexuelle ou de l'excitation sexuelle.

68

Il faut avoir au moins 2 des critères dans le DSM pour poser un diagnostique du trouble de l'intérêt pour l'activité sexuelle ou de l'excitation sexuelle chez la femme.

Faux, 3.

69

La durée minimum est d'un an pour émettre un diagnostique du trouble de l'intérêt pour l'activité sexuelle ou de l'excitation sexuelle chez la femme.

Faux, 6 mois.

70

L'excitation est la variation du volume et de la rigidité du pénis.

Vrai

71

Verge = déjà en érection.
Pénis = état flasque.

Vrai

72

L'excitation chez l'homme :

1. Élévation testiculaire.
2. Épaississement de la peau et du dartos.
3. Érection réversible.

Vrai

73

Le gland sert à amortir la rigidité de la verge dans l'entrée du col.

Vrai

74

La moindre atteinte d'une artère dans la région génitale de l'homme = plus (0) d'apport de sang dans les corps caverneux.

Vrai

75

Dans le corps humain, pour chaque artère il y a 2 veines.

Vrai

76

La cloison trouée entre les deux corps caverneux s'appellent : Cloison pectiniforme.

Vrai

77

La fascia de Buck est formée de collagène.

Vrai

78

La fascia de Buck se ferme complètement lors de l'érection.

Faux, sinon il n'y aurait plus d'apport d'oxygène, ce qui causerait de la gangrène irréversible automatiquement et le pénis deviendrait froid.

79

Tunique albuginée est un synonyme plus récent de la fascia de Buck.

Vrai

80

La fonction de la tunique albuginée sert à l'état flasque.

Faux, la rigidité pénienne.

81

Il y a des os dans le pénis.

Faux

82

Albuginée du corps caverneux sert à maintenir les sinusoïdes.

Vrai

83

Testostérone avec MOR = érections nocturnes.

Vrai

84

L'irrigation des corps caverneux n'est pas nécessaire chaque jour.

Faux

85

La castration, si l'homme n'utilise pas une pompe pour irriguer le pénis tous les jours, peut causer une perte d'érection permanente.

Vrai

86

La verge et le gland sont des zones érogènes primaires.

Vrai

87

Du vasoconstricteur passant par le sympathique, augmentation de l'adrénaline sert à maintenir l'érection.

Faux, retour à la flaccidité.

88

Contraction des fibres lisses = vasoconstriction.

Vrai

89

Relâchement des fibres lisses = vasodilatation.

Vrai

90

ATP = 21 kcal.

Vrai

91

Inhiber la calmoduline = érection.

Vrai

92

Le viagra inhibe la phosphodiestérase 5

Vrai

93

Pour un diagnostique de dysfonction, il doit y avoir 6 mois et plus de la perturbation seulement peu importe comment la personne le vit.

Faux, il doit y avoir plainte du patient.

94

Dans la prévalence, il y a une forte augmentation de la l'incidence des problèmes d'érection, en particulier après l'âge de 40 ans.

Faux, 50 ans.

95

2 parties dans l'évaluation
Évaluation objective : sexophysiologique
Intersubjective : entrevue, questionnaire, etc.

Vrai

96

Première chose à savoir c'est si c'est psychogène ou organique le trouble?

Vrai

97

Psychogène si le pléthysmographe donne une absence d'érection nocturne.

Faux, organique.

98

Tous troubles organiques peuvent nécessiter quand même une sexologue puisqu'avoir un trouble organique peut causer un apport psychologique chez la personne qui vit avec le trouble.

Vrai

99

Rétablir la sexualité après les troubles organiques devraient être fait par la sexologue lorsque le trouble est réglé.

Vrai

100

Lubrification vaginale.

Bonne santé (absolument avoir oestrogène).

Vrai

101

La sécheresse vaginale est peu commune après la ménopause.

Faux

102

Les médications de l'hypertension créent une impuissance et troubles de dysfonction de l'excitation.

Vrai

103

Dysfonction érectile augmente avec l'âge.

Vrai

104

L'impuissance érectile fait partie de l'orgasme.

Faux, de la phase d'excitation.

105

Le désir sexuel hyperactif et l'aversion sexuelle font partie de la phase du désir.

Faux, c'est le désir sexuel hypoactif.

106

La consommation de cannabis est une des causes de la baisse de testostérone.

Vrai

107

En général le désir sexuel est indépendant de la concentration plasmatique de la testostérone.

Vrai

108

La prise d'antidépresseur peut être la cause de la baisse du désir sexuel.

Vrai

109

L'augmentation de la prolactine dans le corps peut être l'augmentation du désir sexuel.

Faux, après un certain point il n'y a plus de corrélation entre les deux (si augmentation de testostérone en haut du seuil, pas d'incidence directe sur le désir).

110

L'enregistrement d'une pléthysmographie pénienne nocturne est plat lorsqu'il y a absence de testostérone.

Vrai

111

La dysfonction sexuelle associée aux muscles génitaux chez l'homme est le syndrome de la douleur post-éjaculat qui crée des spasmes.

Vrai

112

La vaginisme est associée à une douleur sexuelle.

Faux, une dysfonction sexuelle associée aux muscles génitaux.

113

La dyspareunie est considérée comme étant une dysfonction de la douleur sexuelle seulement chez la femme.

Faux, chez l'homme aussi.

114

La dopamine est synthétisée dans les gonades.

Faux, la testostérone.

115

L'hypofonctionnement de la thyroïde, de l'hypophyse et des surrénales ont un impact direct sur l'augmentation de la testostérone.

Faux, diminution.

116

La castration chimique pour un abuseur sexuel doit être ordonnée par un juge.

Vrai

117

L'injection de cortisone baisse la testostérone.

Vrai

118

La dépression cause un trouble du désir quand la dopamine est en chute.

Vrai

119

La perturbation est à l'origine d'une souffrance marquée ou de difficultés interpersonnelles.

Vrai

120

L'aversion sexuelle est une recherche de contact génital démesurée.

Faux, l'évitement.

121

Le DSM-5 à combiné la phase de l'excitation et du plateau.

Faux, excitation et désir.

122

Le partenaire attirant est un incitateur sexuel de l'ordre de la physiologie.

Faux, incitateur psychologique.

123

La médication avec effets secondaires est un inhibiteur psychologique.

Faux, un suppresseur physiologique.

124

Le stress et la colère sont des inhibiteurs psychologiques.

Vrai

125

La testostérone totale est la testostérone légèrement liée, la testostérone libre et la testostérone TsBG.

Vrai

126

La sensibilité pénienne est augmentée lorsqu'il y a une déficience de l'androgène.

Faux, diminuée.

127

Les symptômes sexuels sont génitaux lorsqu'il y a une déficience de l'androgène.

Faux, ils sont globaux.

128

Chez la femme l'orgasme est absent ou diminuée lorsqu'il y a une déficience de l'androgène.

Vrai

129

La fluctuation de la libido est absente lorsqu'il y a une déficience de l'androgène.

Vrai

130

Les médicaments d'hypertension et cardiaque ne réduisent pas le désir sexuel.

Faux

131

Les conditions qui causent la dyspareunie réduisent le désir sexuel.

Vrai

132

Les antihistaminiques augmentent le désir sexuel.

Faux, diminuent.

133

Le lithium pour les troubles de l'humeur réduit le désir sexuel.

Vrai

134

Il y a des dysfonctions érectiles après l'enlèvement de la prostate par chirurgie.

Vrai

135

La cyproterone acetate est un anti-androgène utilisé pour le cancer des testicules.

Faux, de la prostate.

136

L'épidémiologie est les statistiques par rapport à la population et la prévalence d'une étude, le nombre de personnes, qui?, etc.

Vrai

137

Chez la femme les zones érogènes secondaires sont la vulve et les mamelons.

Vrai

138

Dans al phase de l'excitation, on retrouve chez la femme les contractions utérines ainsi que des muscles pelviens.

Faux, phase de l'orgasme.

139

L'allongement et l'élargissement du vagin et la tumescence des tissus érectiles et semi-érectiles se font dans la phase de l'excitation.

Vrai

140

Il est important de déterminer toutes les causes avant d'émettre, de confirmer ou d'infirmer un diagnostic sexuel.

Vrai

141

Dans le schéma des artères péniennes, il y a les artères suivantes :

1. Dorsale
2. Caverneuse
3. Bulbaire
4. Interne pudendale
5. Urétrale

Vrai

142

La cloison pectiniforme se retrouve entre les corps spongieux.

Faux, caverneux.

143

L'urètre se retrouve dans le corps spongieux.

Vrai

144

L'artère caverneuse envoi du sang entre les sinusoïdes.

Vrai

145

Les bandelettes musculaires autour du pénis sont lisses.

Faux, striées.

146

Le gland fait partie du corps spongieux.

Vrai

147

Le corps spongieux et les corps caverneux sont constitués de tissu érectile.

Vrai

148

La testostérone est nécessaire au éjaculation nocturne.

Vrai

149

Partant du centre médullaire ''vasoconstricteur'' et passant par les fibres sympathiques, une hausse d'adrénaline provoque une érection.

Faux, contraction des fibres lisses aréolaires : flaccidité.

150

La flaccidité est la conséquence de la contraction des fibres musculaires lisses des cloisons interaréolaires, provoquée par l'adrénaline libérée par le système ortho-sympathique.

Vrai

151

L'érection est dû au relâchement des fibres musculaires lisses et à la vasodilatation artérielle provoqués par des neuro-transmetteurs tels que l'acétylcholine et le VIP libérés sous la commande du centre sacré et par la neutralisation de la sécrétion ou de l'action d'adrénaline.

Vrai

152

La papavérine provoque une érection complète agissant en tant que puissant vasodilatateur.

Vrai

153

La prostaglandine est responsable de la contraction des fibres lisses.

Faux, la calmoduline.

154

Les aBloquants inactivent la calmoduline par fixation directe et bloquent l'entrée cellulaire du calcium.

Vrai

155

L'adrénaline inhibe l'entrée cellulaire du calcium.

Faux, favorise.

156

Le VIP stimule la production d'adénylcyclase.

Vrai

157

L'adénylcyclas est transformée en AMPc.

Vrai

158

La papavérine inhibe la phosphodiestérase, ce qui maintient à un taux élevé l'AMPc qui inhibe à son tour la calmoduline responsable de contraction des fibres lisses.

Vrai

159

L'injection intra-caverneuse d'adrénaline ou de substances stimulantes, provoque la détumescence de la verge en érection.

Vrai

160

La sensibilité cutanée de la verge est androgéno-indépendante.

Faux, androgéno-dépendante.

161

Dans l'évaluation du diagnostic de l'impuissance, psychogène, la question des érections nocturnes doit être abordée.

Vrai

162

S'il y a absence de tumescence nocturne (plétysmographie), le trouble relèvera du psychogène et le médecin fera plusieurs tests afin de déterminer le trouble.

Faux, organique.

163

On retrouve chez les femmes en ménopause, une sécheresse vaginale due à la déficience en oestrogène.

Vrai

164

La puissance reliée à l'anti-hypertension est une cause très commune des causes organiques du trouble du désir.

Vrai

165

Les cas de dysfonctions érectiles ont une concordance directe avec l'âge. +/+

Vrai

166

La plupart des cas organes présentent une composante psychogène de degrés plus ou moins élevé, et les maladies systémiques et les effets pharmacologiques peuvent être étiologiques ou accompagnants.

Vrai

167

La dysfonction érectile du patient provient d'une seule source.

Faux, impossible.

168

On retrouve dans l'étiologie caverneuse :

1. Tunique albuginée
2. Muscles caverneux
3. Gap junction
4. Endothélium
5. Trabécules fibrolastiques
6. Veines émissaires

VraI

169

On retrouve dans l'étiologie neurogène :

1. Sensorielle
2. Motrice
3. Autonome
4. Neurotransmetteur

Vrai

170

On retrouve dans l'étiologie hormonale :

1. Testiculaire
2. Pituitaire
3. Thyroïdienne

Vrai

171

On retrouve dans l'étiologie artériogène :

1. Artérielle
2. Artériolaire

Vrai

172

La contraction des fibres lisses se nomme la vasodilatation.

Faux, vasoconstriction.

173

Le relâchement des fibres lisses se nomme la vasodilatation.

Vrai

174

Si la cause est organique, la sexologue peut alors le traiter.

Faux, médecin.

175

L'épidémiologie est les statistiques et prévalences des recherches.

Vrai.

176

Avant, la phase de l'orgasme était primordiale pour la reproduction.

Vrai, c'était synonyme d'éjaculation.

177

L'identité érotique de la femme est plus fragile.

Faux, l'homme.

178

La sexualité de l'homme est plus globale et diffuse.

Faux, la femme.

179

Pour le trouble de l'orgasme, si la perturbation a débuté après une période d'activité sexuelle relativement normale, c'est de l'acquis.

Vrai

180

Pour le trouble de l'orgasme, si la perturbation est présente depuis que le sujet est devenu sexuellement actif, c'est de tout temps.

Vrai

181

Trouble de l'orgasme situationnelle = n'est pas limitée à certains types de stimulations, de situations ou de partenaires.

Faux, généralisée.

182

Définition de l'orgasme : décharge de la tension érotique psychocorporelle globale grâce à l'excitation jusqu'au seuil.

Vrai

183

Environ 20 % des femmes n'ont jamais éprouvé d'orgasmes dans leur vie.

Faux, 10 %.

184

Si le diagnostic différentiel s'adonne à être : troubles mentaux non sexuels, on doit le référer à un médecin.

Faux, un psychiatre.

185

La sexualité s'étend de la puberté à la mort.

Vrai, selon Mansour... les enfants :O?

186

À petite dose l'alcool retarde l'orgasme.

Faux, à forte dose.

187

Il y a une baisse de réponse du SN lors de la prise d'alcool en grande quantité.

Vrai

188

Les tranquillisants à haute dose affectent l'orgasme.

Vrai

189

Les tranquillisants ont un impact sur le cerveau.

Faux, système limbique et moelle épinière.

190

Les narcotiques inhibent l'orgasme à forte dose.

Vrai

191

Examen

Le Tofranil (antidépresseur) est prescrit pour les éjaculateurs précoces puisqu'il retarde l'éjaculation.

Vrai

192

Le lithium (pour bipolaire) affecte l'orgasme chez la femme.

Faux

193

Les stimulants à forte dose interfèrent négativement avec l'orgasme.

Vrai

194

Les antihypertenseurs élargissent les vaisseaux sanguins et à forte dose peuvent inhiber l'orgasme. La circulation vaginale est affectée causant des sécheresses et une perte d'érection chez l'homme.

Vrai

195

Le diabète affecte la moelle épinière.

Vrai

196

La sclérose latérale amyotrophique et la sclérose en plaque n'affecte pas la moelle épinière.

Faux

197

La dégénérescence n'affecte pas la moelle épinière.

Faux

198

Orgasme retardée ou anorgasmie de la femme.

Si dans l'historique sexuelle de la personne le symptôme est global et non situationnel, aucun test n'est nécessaire il faut passer à l'étape des causes psychologiques.

Faux, c'est seulement lorsque c'est situationnel.

199

Orgasme retardée ou anorgasmie de la femme.

Si dans l'historique sexuelle de la personne le symptôme est global, il doit y avoir une investigation pour trouver la cause, par exemple, examen génital, questionner sur les menstruations, questions médicales sur les médicaments pris, le diabète, douleur, problème urinaire, etc.

Vrai

200

Orgasme retardée ou anorgasmie de la femme.

Si le trouble est situationnel et que le sexe thérapie ne fonctionne pas, on doit envoyer la personne faire un suivi psychiatrique et médical complet.

Vrai

201

Orgasme retardée ou anorgasmie de la femme.

Lorsque la personne a eu des résultats après avoir consulter un autre professionnel, lui dire qu'il n'est pas nécessaire de communiquer avec une sexologue puisqu'on son problème est résolu.

Faux, continuer à suivre la personne.

202

L'éjaculation retardée soulève des plaintes surtout lors de la masturbation chez l'homme.

Faux, avec un/une partenaire.

203

Seulement 10% des hommes se plaignent de problèmes d'éjaculation qui durent plus de 6 mois.

Faux, 1 %.

204

2 fois plus de difficultés à éjaculer pour un homme de 80 ans que 60 en descendant.

Vrai

205

L'éjaculation précoce/retardée est un problème de régulation de tension.

Vrai

206

Plus grande tension et plus de temps = plus grande orgasme.

Vrai

207

Pour moduler la tension ça prend seulement le mouvement bascule réflexe.

Faux, l'oxygène d'une bonne respiration aussi.

208

La modulation de tension fait partie de l'approche psychosensorielle.

Faux, psychosexocorporelle.

209

La nouvelle définition de l'éjaculation précoce est une durée maximum de 3 minutes à l'intérieur du vagin.

Faux, 1 minute.

210

Avec cette définition, seulement 3 % de la population est réellement éjaculateur précoce.

Vrai

211

L'éjaculation précoce secondaire est psychogène.

Faux, peut être dû à des troubles physique comme l'inflammation de la prostate.

212

L'éjaculation précoce primaire est psychogène.

Vrai

213

Avec l'âge, le prise en charge de sa sexualité n'est pas nécessaire pour la maintenir dans certains cas.

Faux

214

La moyenne d'une pénétration pour l'homme est d'environ 15 minutes avant éjaculation.

Faux, 5 à 6 minutes.

215

Masters et Johnson ont apporté pour les femmes la notion du plaisir sexuel.

Vrai

216

Les troubles anxieux, telle que l'anxiété social, peut être une cause de l'éjaculation précoce.

Vrai

217

Il n'y a pas de cause organique connue pour les éjaculateurs précoces.

Vrai

218

Les causes de l'éjaculation précoce secondaire = l'anxiété d'une pathologie, comme maladie neurologique, trauma, problème prostatique.

Vrai

219

Les causes médicales de l'éjaculation retardée sont les sédatifs, alcool, antidépresseurs.

Vrai

220

Le diabète et la chirurgie prostatique peuvent causer l'éjaculation rétrograde.

Vrai

221

La chirurgie du système nerveux sympathique n'est pas une cause de l'anéjaculation.

Faux

222

L'effet indésirable des antidépresseurs touche le désir et l'érection en particulier.

Faux, orgasme et éjaculation retardée.

223

Certains antidépresseurs peuvent être prescrits pour retarder l'éjaculation chez les éjaculateurs précoces.

Vrai

224

Les médicaments antipsychotiques comprennent les problèmes du désir sexuel, érection, lubrification, éjaculation ou orgasme.

Vrai

225

Le lithium a des effets secondaires sur l'érection.

Faux, désir.

226

Les substances illicites causent une baisse de désir sexuel, dysfonction érectile et difficulté à atteindre l'orgasme,

Vrai

227

La dose toxique d'un médicament dépend de pleins de facteurs corporels propre à la personne.

Vrai

228

Plus la personne vieillie plus sa dose toxique s'éloigne du seuil de la dose thérapeutique.

Faux, elle se rapproche.

229

La caféine augmente la biodisponibilité de presque tous les médicaments.

Vrai

230

La viagra et le café ensemble n'ont aucun effet.

Faux, le viagra fait effet plus vite.

231

L'incidence des médicaments sur la réponse sexuelle est connue des sexologues.

Faux

232

Effet placebo : jusqu'à 30 % d'effet positif qui n'est pas médicamenteuse. Juste parce que la personne est sous médication se sent mieux naturellement.
Effet nocebo : jusqu'à 30 % d'effet négatif qui n'est pas dû à la prise du médicament, mais aux faits de connaître les effets secondaires d'avance.

Vrai

233

Les drogues illicites touchent seulement une partie des phases du cycle de la réponse sexuelle.

Faux, pratiquement toutes.

234

Le café est la drogue la plus néfaste sur le long terme pour la réponse sexuelle.

Faux, la nicotine en abus chronique.

235

Les effets indésirables de la nicotine et alcool en abus chronique peuvent survenir très tôt dans la réponse sexuelle.

Faux, après des années de consommation.

236

L'alcool, cigarettes et café sont les drogues les plus consommées.

Vrai

237

Un maximum de 10 verres/semaine est acceptable pour ne pas avoir d'effet sur la réponse sexuelle.

Faux, 8 verres/semaine.

238

L'alcool aide à la sexualité.

Faux

239

La myéline est augmentée par l'alcool.

Faux, dissoute.

240

Effet négatif sur les neurotransmetteurs avec de l'alcool.

Vrai

241

L'alcool a un seuil de tolérance qui varie d'une personne à l'autre pour l'effet de la consommation.

Vrai

242

Boire de l'alcool sans manger altère le seuil de tolérance.

Vrai

243

L'effet sexuel négatif de la prise d'alcool est plus présent chez l'homme.

Faux, pareille pour les deux, juste moins visible par la lubrification de la femme que l'érection de l'homme.

244

L'alcool crée des comportements que vous ne pensiez pas faire.

Faux, ça ne fait que facilité des comportements déjà désirés.

245

L'alcoolisme est ponctuel et non régulier.

Faux, c'est l'abus d'alcool.

246

L'alcoolisme est la récurrence de la prise d'alcool, même pour 2 verres par exemple.

Vrai

Parce que c'est au moment où la personne n'en prend pas une journée et que ça manque à la personne, recherche à boire.

247

Les tricycliques sont un peu moins dommageables pour la sexualité que les IMAO.

Vrai

248

Les effets iatrogènes sont des effets secondaires.

Vrai

249

La classification internationale des maladies (CIM-10) est à considérer avant de consulter le DSM-5.

Faux, c'est pour le diagnostic spécifique.

250

La caractéristique du diagnostique d'une DS induite par une substance/médicament est : une perturbation de la fonction sexuelle qui à une relation de temporalité avec le début de l'usage de la substance/médicament, l'augmentation de la dose ou l'arrêt.

Vrai

251

Les dysfonctions sexuelles ne sont pas associées avec l'arrêt de la substance/médicament.

Faux, ils peuvent.

252

L'alcool, les opiacés, sédatifs, hypnotiques, anxiolytiques ou psychostimulants, antidépresseurs, antipsychotiques, contraceptifs hormonaux et autres sont associés à une DS induite par une substance/médicament.

Vrai

253

Les antidépresseurs touchent la phase du désir et de l'érection.

Faux, orgasme et retard d'éjaculation.

254

Les antipsychotiques touchent toutes les phases de la réponse sexuelle.

Vrai

255

Le méthadone est associé à des dysfonctions érectiles.

Vrai

256

L'abus d'alcool chronique et l'abus chronique de nicotine sont associés à des problèmes d'orgasme.

Faux, érection.

257

La molécule utilisée dans les antidépresseurs peuvent faire varier les dysfonctions entre 25 et 80 %.

Vrai

258

Il y a plus de DS chez les personnes qui prennent de la MDMA/ecstasy que ceux qui abusent de l'héroïne.

Faux

259

Examen

Environ 30 % des personnes présentant un retard d'éjaculation, sévérité légère à moyenne, connaîtront une rémission spontanée de cette DS dans les 6 mois.

Vrai

260

Certaines DS peuvent persister après l'arrêt des IMAO.

Faux, ISRS.

261

Les DS peuvent commencer après 8 jours suivant le début de la prise d'antidépresseurs.

Vrai

Mais Mansour ajoute que c'est environ un mois pour IMAO et Tricyclique.

262

Examen

Les effets secondaires de l'alcool et nicotine causent des DS qui apparaissent très tôt.

Faux, pas avant des années d'utilisation.

263

La section DS spécifiée du DSM-5 est utilisée fréquemment en consultation clinique.

Faux, très rare.

264

Lorsqu'on entre le trouble dans ''autre dysfonction sexuelle spécifiée'', on doit toujours justifier pourquoi ça ne répond pas à tous les critères du DSM-5.

Vrai

265

La catégorie ''autre dysfonction sexuelle non spécifiée'' sert à poser un diagnostique de DS, mais que nous avons pas toutes les informations puisque pour X raisons il est impossible de les recueillir chez le patient.

Vrai

266

La plainte principale de consultation pour une DS avec substance/médicament est la plainte d'un DS tout court.

Vrai

267

L'anamnèse est le diagnostique de la DS.

Faux, évaluation et collecte de données sur la personne.

268

Critères diagnostiques DSM-5

1. Les symptômes sont apparus avant ou juste après la prise de médication par une substance (ou un sevrage) ou après la prise.

Vrai

269

Critères diagnostiques DSM-5

2. La substance/médicament impliqué est susceptible de provoquer les symptômes de la plainte de DS. (en gros, que sur le médicament dans les effets secondaires il soit écrit : effets secondaires troubles sexuels).

Vrai

270

Chaque substance à un code dans le DIM-10.

Vrai

271

Les paramètres acceptés par la communauté scientifique pour les degrés de sévérité sont les suivant:

Léger : se produit de 25-50 % des occasions de RS.
Moyen : se produit de 50-75 % des occasions de RS.
Grave : se produit dans 75 % ou plus des occasions de RS.

Vrai

272

La comorbidité signifie la mort suite à une prise de médication.

Faux, signifie simplement plus d'un trouble en même temps dans le cas de la cause d'une DS par exemple.

273

Le facteur étiologique est l'origine du trouble.

Vrai

274

Utilisée substance inconnue si le facteur étiologique se trouve dans une catégorie du CIM-10.

Faux, seulement si la substance n'est pas répertoriée.

275

La spécification de la sévérité est optionnelle.

Faux

276

À faible dose l'alcool a des retombées ''bénéfiques'' sur la sexualité.

Vrai

277

Les réactions sur l'alcool peuvent être subordonnées aux circonstances et à l'état psychologique du moment.

Vrai

278

L'alcool peut agir comme effet nocebo puisque c'est attendu d'avoir un effet stimulant et excitant, donc cela se produit.

Faux, effet placebo.

279

Les réactions des femmes diffèrent de celles des hommes lorsqu'elles consomment de l'alcool.

Faux, cependant l'érection est plus visible chez l'homme.

280

La phase du désir est autant atteinte par l'alcool que l'excitation.

Faux, puisque le désir est socialement construit, l'alcool ne fait que l'alimenter.

281

Les femmes qui boivent peu ont moins de problèmes de désir, orgasme coïtal et vaginisme.

Faux, celles qui boivent modérément. Peu ou beaucoup n'aide en rien.

282

Le traitement de la DS ne pourra débuter que 6 à 12 mois après une période d'abstinence de substance.

Vrai

Cependant Mansour mentionne de débuter avant dans le but d'être un renforçateur positif de vouloir régler sa DS, donc ne pas recommencer à consommer.

283

Pour travailler sur comment enlever une DS, il faut utiliser la dynamique personnelle + subjective.

Vrai

284

Il est vrai de dire que les gens s'habituentà leur DS et qu'il faut déconstruire cette image de soi bâtie autour de la DS.

Vrai

285

Avoir trop consommé d'alcool a un effet (+,+) sur la perte d'érection. Le lendemain l'effet est encore la même.

Faux, le lendemain tout est revenu dans l'ordre dans la majorité des cas.

286

L'orgasme de la femme, malgré le retard, peut être sentie de façon plus intense sur l'effet de l'alcool.

Vrai

287

La gynécomastie n'est pas observée lors de l'abus d'alcool.

Faux, fréquente.

288

L'alcool, de même que les drogues non prescrites (ou de rue pour Camouille), est une substance psychotrope puisqu'elle agit au niveau du SNC et qu'elle entraîne des changements psychologiques et comportementaux.

Vrai

289

Le seul aphrodisiaque est l'imaginaire érotique.

Vrai

290

Après l'alcool, la cocaïne est la drogue la plus répandue à travers le monde.

Faux, cannabis

291

L'alcool et le cannabis ensemble peut donner de la dyspareunie.

Vrai

292

Le cannabis peut augmenter le plaisir sexuel dû à une intensité dans la perception du toucher et des sensations sexuelles ainsi que la détente. Ceci procure un effet de halo.

Vrai

293

L'orgasme dure plus longtemps sur le cannabis.

Faux, perception, puisqu'il y a distorsion dans le temps.

294

À long terme le cannabis pourrait causer une perte d'intérêt sexuel, mais les recherches à ce sujet sont contradictoires.

Vrai

295

La cocaïne à moyen terme affecte toutes les phases de la réponse sexuelle.

Vrai

296

Les amphétamines diminuent les DÉ et le désir.

Faux, augmentent les DÉ de 3x plus et augmentent le désir de 22 % :).

297

La méthadone est un opiacé dont l'action dure plus longtemps que l'héroïne, avec des effets similaires sur la réponse sexuelle.

Vrai

298

L'héroïne touche à toutes les phases de la réponse sexuelle.

Vrai

299

Le pourcentage de DS chez ceux qui consomment de la méthadone est 68,5 %.

Vrai

300

Les effets de la LSD sont plutôt stables. Diminution des phases de la réponse sexuelle.

Faux, très irrégulières.

301

La LSD varie d'euphorie et perceptions sensorielles, mais en même temps, l'action de stimulation sexuelle est moins présente.

Vrai

Varie entre augmentation très grande à inhibition complète.

302

La méthaqualone, même effet que le cannabis, est considérée dans le milieu comme un aphrodisiaque.

Vrai, mais c'est faux, ça n'existe pas.

303

Les femmes préfèrent le cannabis (marijuana) à la méthaqualone pour les consommatrices.

Faux

304

La nitrite d'amyl est utilisée surtout chez les homosexuels en pénétration anale. Casser la capsule juste avant l'orgasme procure une forte vasodilation et augmente le plaisir orgasmique et une décontraction musculaire.

Vrai

305

Il n'y a aucun risque de perdre l'érection sur la nitrite d'amyl.

Faux, si la capsule est prise trop tôt avant l'orgasme, c'est le risque.

306

La papavérine est connue sous le nom de ''spanish fly''.

Faux, c'est la poudre de cantharide.

307

La poudre de cantharide est prohibée à cause des effets tels que : irritation vésicale, priapisme, vomissements, douleurs abdominales, choc et mort.

Vrai

308

Une poudre synthétique de la poudre de cantharide est sur le marché. C'est un irritant des muqueuses urétrales et vésicale, provoque une sensation tellement forte de vasocongestion que l'individu ressent le besoin de se soulager coïtalement.

Vrai

Mais, dafuq? -_- c'est quoi le trip haha.

309

La drogue Yohimbine (yo-yo) est efficace à son maximum après 2-3 semaines, elle sert à maintenir l'érection. Efficace à 20-30 %.

Vrai

Parfois encore prescrite à dose raisonnable pour traiter des difficultés érectiles.

310

Toutes les drogues prises en grandes quantités ne sont pas nécessairement dommageables. Dépend du type de substance.

Faux, elles le sont toutes.

311

La papavérine s'injecte à la base du pénis dans les corps caverneux pour maintenir l'érection.

Vrai

312

La papavérine contracte les muscles lisses.

Faux, décontracte, donc érection.

313

L'érection sur la papavérine se termine lors de l'éjaculation. Si l'éjaculation ne vient pas danger de ne plus perdre l'érection.

Vrai

314

L'épinéphrine est injectée comme substance vasoconstrictrice qui fait perdre l'érection dans un cas de priapisme dû à l'anéjaculation/anorgasmie sur la papavérine.

Vrai

315

La papavérine est de plus en plus remplacée par la prostaglandine E1 qui a environ les mêmes effets, mais moins d'effets secondaires et plus grande érection complète.

Vrai

316

Les diurétiques causent des DS.

Faux

317

Les hypertenseurs n'interfèrent pas sur la réponse sexuelle.

Faux, la classe de médicament qui l'affecte le plus.

318

Les alphabloquants, bétabloquants, bloqueurs de canaux calciques sont des hypertenseurs qui peuvent causer ou augmenter une DS déjà existante.

Vrai

Surtout DÉ et lubrification.

319

Dans les psychotropes : antidépresseurs, neuroleptiques, tranquillisants mineurs, alcool et drogues de rue.

Vrai

320

Dans les hormones : antiandrogènes, progestatifs, oestrogèenes, antioestrogèenes, COC, LH-RH ou Gn-RH.

Vrai

321

Tous les antidépresseurs peuvent avoir un impact sur toutes les phases de la réponses sexuelles, dépendant la dose et varie d'une personne à l'autre.

Vrai

322

La capacité érectile est la plus touchée par les IMAO.

Faux, la moins touchée de toutes les phases.

323

Le lithium prescrit en dose pour le cas de dépressions chroniques touche 15 % dysfonction érectile et 50 % désir sexuel.

Vrai

324

Les neuroleptiques occasionnent seulement des troubles du désir.

Faux, inhibent l'éjaculation, orgasme et érection/lubrification et diminuent la libido.

325

Les tranquillisants ne touchent pas réellement les phases de la réponse sexuelle, ci ce n'est que l'effet sédatif diminue le désir et des difficultés éjaculatoires. Mais ce médicament n'a pas d'effet comme tel sur la fonction sexuelle.

Vrai

326

Tous les antidépresseurs augmentent ou diminuent les troubles du désir.

Vrai

327

Examen

Le tofranil est un antidépresseur tricyclique/imipramine donné pour les éjaculateurs précoces.

Vrai

328

Les hormones peuvent donner un effet positif (comme aphrodisiaque) si injectées en surplus.

Faux, aucune incidence.

329

La testostérone peut améliorer la réponse sexuelle chez la femme.

Vrai, mais peut entraîner des effets masculinisants.

330

Les antiandrogènes, donnés aux abuseurs sexuels, possèdent des propriétés progestérones et oestrogènes diminuant la testostérone plasmatique et le niveau de FSH et LH.

Vrai

331

Les antiandrogènes provoquent une incapacité érectile chez le 2/3 des individus.

Faux, 1/3.

332

Les progestatifs peuvent diminuer le désir des deux sexes et la capacité érectile chez l'homme.

Vrai

333

Les oestrogènes chez l'homme (médicament cancer de la prostate) augmentent l'intérêt sexuel.

Faux, diminuent.

334

Les antioestrogènes semble avoir un effet positif sur la sexualité (traitement infertilité et cancer du sein).

Vrai

335

La COC change le désir sexuel.

Faux, augmentation pour celles qui n'ont plus peur de tomber enceinte, diminution chez d'autres. Donc, rien ne se dégage de ça dans les études.

336

La LR-RH ou GnRH cause de fortes pertes de désir et une importante réduction des activités sexuelles (traiter cancer prostate).

Vrai

337

On peut conclure pour les hormones que c'est plutôt au niveau du désir et excitation sexuelle.

Vrai

338

Les anticholinergiques peuvent causer une augmentation du désir et entraîner une exagération des comportements sexuels.

Vrai

339

À cause de la fonction érectile des hommes, on dit que les hommes sont plus touchés que les femmes par les substances.

Vrai

340

Le pelvi-périnéal était anciennement appelé la région honteuse.

Vrai

341

La dyspareunie est une douleur toujours persistante.

Faux, persistante OU récurrente.

342

Examen

La dyspareunie profonde est une douleur pelvienne ou du fond du vagin associé au rapport sexuel et déclenchée par une pénétration vaginale profonde. (2/3 interne du vagin)

Vrai

343

La dyspareunie superficielle est une douleur de siège superficiel, orificiel, vulvaire ou vulvo-vaginal associé à un rapport sexuel et déclenché par l'intromission du pénis. (1/3 externe du vagin)

Vrai

344

L'épisiotomie (couper et recoudre lors de l'accouchement) peut provoquer la dyspareunie.

Vrai

345

Le 1/3 externe du vagin : même matière que ectoderme (sensible).
Le 2/3 interne du vagin : même matière que endomètre (pas sensible au toucher).

Vrai

346

Le vaginisme est associé au désir de vouloir être pénétré, mais ne pas pouvoir.

Faux, associé à une attitude d'évitement des rapports, anticipation ou crainte des douleurs.

347

La dyspareunie parvient seulement lors de tentatives de rapports sexuels.

Faux, peut parvenir en faisant du vélo, gym, uriner, etc.

348

L'endométriose est une des causes les plus fréquentes pour le vaginisme.

Faux, pour la dyspareunie.

349

La rééducation périnéale a fait ses preuves pour le traitement de la vestibulodynie.

Vrai

350

L'augmentation de l'adrénaline cause l'érection.

Faux, contraction des fibres lisses : flaccidité.

351

Le relâchement des fibres lisses aréolaires cause l'érection.

Vrai

352

La dilatation artérielle se retrouve à l'état flasque.

Faux, érection.

353

La contraction des muscles ischiocaverneux et bulbospongieux donne ''l'érection'' du clitoris.

Faux érection chez l'homme.

354

Les fibres parasympathiques sont responsables de la dilatation artérielle.

Vrai

355

Les fibres somatiques sont responsables de la contractions des muscles ischiocaverneux et bulbospongieux.

Vrai

356

Les fibres orthosympathiques avec dose d'adrénaline sont responsables du relâchement des fibres lisses aréolaires du clitoris.

Faux, contraction, donc flaccidité du clitoris.

357

Les fibres orthosympathiques avec baisse d'adrénaline sont responsables du relâchement des fibres lisses aréolaires.

Vrai, érection chez l'homme.

358

Vasodilatation = fermeture des vaisseaux sanguins.

Faux, vasoconstriction.

359

Si le patient a des érections nocturnes, le trouble est psychogène, transférer au sexologue.

Vrai

360

Si le patient n'a pas des érections nocturnes, le trouble est organique, transférer au médecin pour tests poussés (testostérone, taux de sucre, cholestérol, tests péniens).

Vrai

361

La Testostérone biodisponible = la testostérone (Libre) + La Testostérone (Légèrement liée).

Vrai

362

La Testostérone biodisponible est importante à mesurer car elle nous donne la capacité totale de l'action réelle et potentielle de la Testostérone.

Vrai

363

La testostérone active biologiquement ou pharmacologiquement est la testostérone Libre. T(Libre).

Vrai

364

La Testostérone liée à la TEBG OU TEBG, reste bien liée avec ce transporteur spécifique et elle n'a aucune action biologique.

Vrai, ne sert à rien.

365

La Testostérone légèrement liée par exemple à l'albumine peut s'en libérer et devenir biologiquement active.

Vrai

366

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

Le VIP inhibe la phosphodiestérase.

Faux, c'est la papavérine.

367

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

L'adrénaline favorise l'entrée cellulaire du calcium (Ca++).

Vrai

368

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

La phosphodiestérase lorsqu'inhibée, maintient l'AMPc élevée qui inhibe à son tour la calmoduline, donc érection.

Vrai

369

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

Le VIP provoque une érection.

Vrai

370

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

La prostaglandine PE1 provoque une érection.

Vrai

371

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

Adényl Cyclase se transforme en AMPc.

Vrai

372

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

Les aBloquants bloquents l'entrée cellulaire du calcium (Ca++), ce qui inhibe la calmoduline et provoque une érection.

Vrai

373

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

Le calcium provoque une érection.

Faux

374

AIDE POUR SCHÉMA PAR COEUR (V OU F)

La phosphodiestérase provoque une dégradation de l'AMPc.

Vrai

375

RÉSUMÉ - ÉRECTION INHIBÉE

Calmoduline
Phosphodiestérase
Calcium (Ca ++)
Adrénaline
Vasoconstriction fibres lisses

Vrai

376

RÉSUMÉ - ÉRECTION

VIP
Papaverine
aBloquants
ATP
AMPc
Vasodilatation fibres lisses

Vrai