Questions Flashcards Preview

Victimologie > Questions > Flashcards

Flashcards in Questions Deck (3):
1

1. Étudier le rôle joué par la victime dans l’acte criminel… une perspective obsolète / dépassée ?

Le couple pénal (degré de culpabilité de la victime), Lien entre victime et agresseur (Egan)
Étudier le rôle joué par la victime dans l’acte criminel reste une pratique pertinente si le comportement de la victime ou son lien avec le transgresseur a instigué la victimisation. D’étudier ainsi la victime permet de comprendre les motifs ou le contexte du crime sans avoir à insinuer que la victime est responsable de sa victimisation et/ou l’a « cherchée ». Se concentrer sur la responsabilité de la victime signifie de lui implorer une partie du blâme et on s’éloigne alors de l’acte criminel. Bien que certaines personnes aient un profil qui les rend plus vulnérables, l’étude de la victime n’est pas dépassée si l’on le fait dans l’unique but de comprendre l’acte criminel.

2

2. La victimologie actuelle, une victimologie de l’aide ou une remise en question de la philosophie pénale ?

selon vs est ce quon est vrm ds une victimo de l'aide (services, compréhension, besoins)
ou si on est pas plutôt dans une remise en question complète du système de justice pénal
donc est ce qu'on a changé le système ou on fait juste l'embellir
La victimologie actuelle comprend de nombreux acteurs de terrain et/ou des activistes juridiques qui remettent en question le système de justice pénal en raison du manque d’aide pour les victimes. On souhaite à offrir une place plus importante pour les victimes au sein de la justice pénale, par exemple avec le projet de loi C-89. Selon Micheline Baril, ces changements mettent en relief la réparation du préjudice comme un des objectifs de la justice pénale. De ce fait, la victimologie actuelle est dans une remise en question complète du système de justice pénale en raison du manque de services, de compréhension des besoins des victimes.

3

3. Qui doit définir les victimes d’actes criminels ? La définition de la victimisation doit-elle être personnelle ou sociale ?

?