Raisonnement Catégorique Flashcards Preview

Raisonnement et Prise de Décision > Raisonnement Catégorique > Flashcards

Flashcards in Raisonnement Catégorique Deck (38)
Loading flashcards...
1

Description des syllogismes catégoriques ?

Servent à décrire qqch à propos
- DES MEMBRES d une catégorie
- D'UNE CATÉGORIE à partir de ses membres

2

Que quelles caractéristiques portent les Syllogismes

QUALITÉ / QUANTITE

3

Les 4 sortes de propositions du carré d'Aristote

Universelle Affirmative "Tous les S sont P" =>A
Universelle Négative "Aucun S n'est P" =>E

Particulière Affirmative "Quelques S sont P" => I
Particulière Négative "Quelques S en sont pas P"=>O

4

Les 4 types de relations du Carré d'Aristote

SUBALTERNE
CONTRAIRE
SUBCONTRAIRE
CONTRADICTOIRE

5

Que permettent de faire les relations du Carré d'Aristote .

des Inférences immédiates
CAD de DÉDUIRE 1 nouvelle proposition à partir d'une seule prémisse

6

Nombre de déductions possibles à partir d'une proposition Universelle ?

3

7

Nombre de déductions possibles à partir d'une proposition Particulière ?

1

8

Résultats des performances sur les inférences immédiates ?

Relation CONTRAIRE et CONTRADICTOIRE = bien réussi
Relation SUBCONTRAIRE = mitigée
Relation SUBALTERNE = faible performance (proposition = entendue de façon restrictive => en logique formelle, "quelques" veut aussi dire "tous"

9

Quelles sont les 3 classes des syllogismes catégoriques ?

Sujet
Prédicat
Moyen terme
Copule (= verbe)

10

Composition de la mineure

S + M

11

Composition de la majeure

M + P

12

Composition de la CCL

S + P

13

Combinaisons à retenir

4 figures
16 modes
64 couples de prémisses
256 syllogismes
24 syllogismes valides

14

Type de procédure pour évaluer les Syllogismes catégoriques ?

Production et Selection de la CCL

15

quels sont les facteurs qui interviennent sur le raisonnement catégorique (performances très variables) ?

les BIAIS de raisonnement
Les FACTEURS PRAGMATIQUES

16

Définition d'un biais de raisonnement

Correspond à 1 erreur de raisonnement liée à la prise en compte de facteurs non logiquement pertinents influençant la résolution des syllogismes catégoriques
et menant à l'acceptation ou au rejet d'une CCL, indépendamment de sa validité

17

Les 3 type de biais

FIGURAL
ATMOSPHÈRE
CROYANCE

18

Biais FIGURAL (Roberge, 1971)

Concerne l'ordre des termes de la CCL

Observé dans les tâche de PRODUCTION de la CCL
(part des prémisses pour aller vers la CCL), rarement sélection

Tendance à préférer 1 CCL de type
- SP pour la figure 1 =>nécessité d'inverser l'ordre des prémisses (SM-MP =>SP)
- PS pour la figure 4 => lecture facilitée PM-MS =>PS
rien pour les figures 2 et 3

19

Biais d'ATMOSPHERE (Woodworth & Sells - 1935)

Se manifeste par une nette préférence à CHOISIR ou PRODUIRE
- 1 CCL négative (E ou O) lorsqu'au moins 1 des prémisses = négatives
- 1 CCL particulière (I ou O) lorsqu'au moins 1 des prémisses = particulière

Tache de SELECTION OU PRODUCTION
influence des quantificateurs NÉGATIF et PARTICULIER plutôt qu'UNIVERSEL et AFFIRMATIF

20

Biais de CROYANCE

Nos connaissances et nos croyances biaisent notre raisonnement

Tâche d'EVALUATION de la CCL

Lorsque la CCL est conforme à nos connaissances, elle est bien + acceptable que lorsque l'on raisonne sur des catégories inconnues ou lorsque la CCL contredit nos connaissances

Serait lié à 1 évaluation sérielle de la CRÉDIBILITÉ/VALIDITÉ ou VALIDITÉ/CREDIBILITE

21

Les 4 théories spécifiques au raisonnement catégorique

EFFET ATMOSPHÈRE (Woodworth - Sells)
THÉORIE DES 2 STRATÉGIES (verbales et Imagée)
CONVERSION DES PRÉMISSES (chapman et Chapman)
REPRÉSENTATION EULER (Erickson & Sternberg)

22

Théorie spécifique n°1 BIAIS D'ATMOSPHERE
Woodworth & Sells (1935)

Préférence pour les CCL négative ou Particulière

Choix de la CCL = guidé par les quantificateurs présents dans les prémisses

L'interprétation des prémisses prévaut dans l'explication des résultats expérimentaux.

Valable uniquement pour le raisonnement catégorique, difficilement transposable)
Considéré comme 1 biais.

23

Théorie spécifique n°2 THÉORIE DES 2 STRATÉGIES
Ford (1995)

2 stratégies pour raisonner sur les syllogismes catégoriques
VERBALE : CCL = élaborée en utilisant des règles similaires à la logique mentale
IMAGÉE : Consiste à se représenter les prémisses à l'aide de schémas analogues à ceux d'Euler

24

Théorie spécifique n°3 CONVERSION DES PRÉMISSES
Chapman & Chapman (1959)

Les syllogismes seraient résolus par 1 inversion des prémisses (Sujet et Prédicat)
Les erreurs seraient dues à des conversions illicites
A et O => pas possible d'inverser (Tous les S sont P et Quelques S ne sont pas P)

25

Théorie spécifique n°4 REPRÉSENTATION D'EULER

Les sujet infèrent la CCL en se représentant les prémisses sous forme de cercle d'Euler, mais sans les toutes en compte
ENCODE =>diagrammes
COMBINE =>CCL
ENCODE sous forme verbale

26

THÉORIE DES MODÈLES MENTAUX
Johnson-Laird (1983)

Théorie générale - large succès
Valable pour raisonnement CATÉGORIQUE/ PROPOSITIONNEL et RELATIONNEL

Raisonnement se fait en 4 étapes (IREE) :
-INTERPRÉTATION à l'aide d'un modèle mental
-REPRÉSENTATION unique de la situation (1 modèle intégré)
-ÉLABORATION de la CCL intermédiaire
-ÉVALUATION PAR RÉFUTATION (recherche du contre-exemple) => si aucun contre-exemple n'est trouvé => CCL = acceptée

27

Forces de la théorie des Modèles mentaux

Sait prédire la difficulté d'un argument (facile = 1 modèle mental / difficile = plusieurs modèles).

Prévoit les illusions cognitives

28

Les illusions cognitives - Santamaria et Johnson-Laird
(2000)

Les sujets en seraient pas capables de percevoir la contradiction entre les prémisses => les individus ne seraient pas capables de modéliser de faux cas.

Avocat-Économiste / Sociologue-économiste

Concept uniquement prévu par la théorie des Modèles mentaux

29

Limites Théorie des modèles mentaux

Difficulté à rendre compte de certains biais

Accepte que la crédibilité soit prioritaire sur la validité (crédibilité après formulation de la CCL)

Comptages des modèles mentaux varie en ft du point de vue adopté

Biais atmosphère et figural pas pris en compte

Etude sur 20 sujets et 27 syllogismes => ok pour cercle Euler ou codages verbaux mais aucun sujet n'a utilisé les représentations fondées sur les membres de chaque classe.

30

Théorie de la Logique mentale (Braine - O'Brien - Rips)

1 extension de la théorie propositionnelle

Cherche aussi à rendre compte du raisonnement syllogistique

Postulat : les sujet posséderaient des règles de déduction innées dans leur équipement mental, leur permettant de réaliser certaines inférences logiques.
(Déclenchement automatique + réalisation sans erreur)

Tâche d'EVALUATION et de PRODUCTION de la CCL

Tout énoncé QUANTIFIE peut-être réécrit en énoncé propositionnel
Tous les A sont B =>Si A(x) alors B(x) = Si X est A, alors X est B
4 étapes :
-Réécriture en langage propositionnel
- Application des 15 règles d'inférences
- Appariement mineure/CCL
- Application des règles d'inférence valide sur la majeure (Modus Ponens)

31

Apport et limites de la TLM

Permet de prédire très précisément le taux d'acceptation de la CCL

Etude Ripps sur 256 syllogismes = résultats mitigés
Prédit difficilement le type d'erreur faite par les sujets

32

APPROCHE PRAGMATIQUE = Cercle d'EULER

SELECTION ou PRODUCTION DE LA CCL
Les sujets s'appuieraient sur 1 INTERPRÉTATION des prémisses, notamment des connecteurs.

Chaque connecteurs peut admettre plusieurs interprétations (sauf "AUCUN")

33

Que permettent les cercles d'Euler ?

1 autre façon d'exprimer le carré d'Aristote

Met en évidence la polysémie des quantificateurs du point de vue de la logique.

34

Définition cercle d'Euler

Ce sont des DIAGRAMME représentant les différents éléments évoqués dans les prémisses, pouvant se chevaucher.

35

Qu'est ce que l'IMPLICITATION ?

Les mécanismes d'implicitation sont liés au langage.
Le raisonnement s'inscrit toujours dans 1 situation de communication, régie par des règles conversationnelles qui nous aide à décoder l'implicite.

36

Les Maximes conversationnelles de GRICE (1975)

4 maximes
- QUANTITE =>Information
- QUALITÉ =>Vérité
- RELATION =>Pertinence
- MANIÈRE =>Concision et brièveté

37

Caractéristiques des maximes conversationnelles

Indépendante du but de l'échange verbal
Appliqués y compris en cas de conflit
Intérêt = la violation
Saillance = discours indirect

38

Intérêt de la théorie de l'implicitation

Cette théorie explique pourquoi la relation SUBALTERNE n'est pas bien reconnue par les sujets dans la résolution des syllogismes catégoriques (sauf en insistant dessus et en précisant ce que veulent dire ou ne pas dire les quantificateurs)

Les quantificateurs = organisés par 1 relation d'ORDRE
A travers le langage, nous respections ces échelles à travers le principe d'information et le respect des 4 maximes de Grice (= implicitations scalaires)
Si je dis que j'ai 10 €, c est aussi pour dire que je n'en ai pas 11.

En logique : 1 énoncé de niveau INFÉRIEUR peut signifier 1 énoncé de niveau supérieur
Ainsi CERTAIN peut être égal à tous

En contexte naturel : un énoncé de niveau inférieur signifie que le niveau supérieur est exclus (du fait des implications scalaires)
"certains moutons ont été abattus" signifie "certains mais pas tous" => non dit dans la phrase mais implicite