APP4 Flashcards Preview

Soins 4 - Exam 3 > APP4 > Flashcards

Flashcards in APP4 Deck (35):
1

prolifération cellulaire:

La théorie de la cellule souche postule que la perte de contrôle intracellulaire de la prolifération résulte d’une mutation au sein de la cellule. Pour diverses raisons des modifications de L’ADN ou de ses régulateurs peuvent entrainer la mutation d’une cellule souche.La cellule mutée est considéré comme la cible ou le point d’origine du cancer. Dans ce cas 3 choses peuvent se produire:
1) la cellule meurt
2) La cellule reconnais le dommage subi et se réparer 3) *La cellule survit er transmet le dommage à ses cellules filles. Les cellules survivent à la mutation peuvent devenir maligne

2

les deux principaux dysfonctionnements responsables du cancer.

La prolifération (croissance) et a différenciation cellulaire

3

différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire est un concept de biologie du développement décrivant le processus par lequel les cellules se spécialisent en un « type » cellulaire. La morphologie d'une cellule peut changer radicalement durant la différenciation, mais le matériel génétique reste le même, à quelques exceptions près.

4

Stades d’apparition du cancer

initiation
promotion
progression

5

Stades d’apparition du cancer : initiation

Mutation de la structure génétique de la cellule irréversible qui découle de:
- mutation héréditaire
- Exposition à des agents chimiques ou viral
- Exposition à des rayonnements

6

Stades d’apparition du cancer : promotion

Réversibilité des cellules altérées fait en sorte que la probabilité de mutations supplémentaires est encore plus grande.
Agents promoteurs:
- Tabagisme
- Consommation de lipides d’origine animales
*les changements dans le mode de vie comprennent la modification ou l’élimination de ces facteurs de risques modifiables permettent d’éviter environ 30% de cas de cancer.

7

Stades d’apparition du cancer : progression

Caractérisant le cours nature d’un cancer,
- il y a l’augmentation du taux de croissance de la tumeur.
- Tumeur plus envahissante esse propage à des sièges éloignés (métastases)

8

difference entre neoplasmes benins et malins

benin: encapsuler
malin: envahir les autres cellules et form les metastases car il n y a pas de capsule

9

nommer les 3 buts du traitement du cancer

guerison
maitrise
palliation

10

• Marqueurs tumoraux

ce sont des protéines dosées dans le sang. Chez une personne en santé, elles sont de petites quantités. En présence de cancer, leur concentration augmente.

11

• Antigènes oncofoetaux (ACE et AFP)

présents à la surface comme à l’intérieur de la cellule cancéreuse et fœtale.
L’antigène carcinoembryonnaire (ACE) est présent à la surface de la cellule cancéreuse. Autrement, il disparait dans les 3 derniers mois de la vie fœtale. Intestin et foie Une valeur encore élevé après une résection de cancer peut indiquer qu’il reste de la masse cancéreuse ou encore qu’il y a des métastases.
(sepeciqfue cancer du poumons)

L’alphafoetoprotéine (AFP) est produite par les cellules malignes du foie et les cellules hépatiques fœtales. L’AFP sert par ailleurs au dépistage et à la détermination du stade d’évolution d’une tumeur. Cancer du sein, testicule, poumon

12

• Antigènes tumoraux s’expriment selon le siège du cancer
CA-15-3 : cancer du sein,
CA 27-29 : cancer du sein
CA-125 : cancer ovarien
CA-19-9 : cancer pancréas / vésicule biliaire

CA-15-3 : cancer du sein,
CA 27-29 : cancer du sein
CA-125 : cancer ovarien
CA-19-9 : cancer pancréas / vésicule biliaire

13

cancer du sein

CA-15-3
CA-27-29

14

cancer ovarien

CA-125

15

cancer pancreas/vesicule biliaire

CA-19-9

16

stadification TNM

 T = désigne la taille de la tumeur, le site toucher, et le degré d’invasion
 N = indique une atteinte des ganglions lymphatiques régionaux
 M = représente la présence ou l’absence de métastases distantes

17

CPNPC

cancer du poumons non a petites cellules

18

CPPC

cancer du poumons a petites cellules

19

quelles stade de CPNPC et operable?

stade I a stade III A

non operable:
Stade IIIB a stade IV

20

tx possible cancer du poumons

chx (thoracotomie, lateral, pneumonectomie, lobectomie, resection segmentaire, decortication)
radiotherapie) ***evaluation de la condition cardiac avant chx
chimiotherapie

21

tx en cas de depression respiratoire

arret de perfusion
O2
monte tete de lit
stimule
exercice respiratoire

22

soins inf pour faciliter un miction naturelle

doigt dans l'eau tiede
masser l'interieur de la cuisse
couler l'eau robinet
augmentation de l'apport hydrique
assure l'intimiter

23

soins inf pour des clients ayant des perfusions epidurals

surveiller les signes de depression respiratoire
prevenir les complications indesirables (prurit, no/vo)
maintenir les fcts urinaire et intestinale (ingesta/excreta, retention urinaire)

24

anesthesie rachidienne

dans l'espace sous-dural au niveau de la moelle epiniere
- risque de retention urinaire (= sonde)
- hypotension orthostatic
-echelle de bloc moteur
- niveau de sedation

25

manifestation de retention urinaire

sensation de pression
malaise, incomfort
dlr au-dessus de la symphyse pubienne, de l'agitation et de la diaphorese

26

definition l'epanchement pleural

l'accumulation anormale de liquide dans la cavite plurale

27

sont quoi les deux types d'epanchement pleural

epanchement transsudatif
epanchement exsudatif

28

epanchement transsudatif

- Survient surtout en présence d’une maladie non-inflammatoire.
- Accumulation d’un liquide faible en protéine et en cellules.
- Liquides jaunes pâles et limpides
- Causé par une augmentation de la pression hydrostatique en présence d’une insuffisance cardiaque ou par une diminution de la pression oncotique en présence d’une maladie hépatique ou rénale chronique. Dans de tels cas, liquide sort plus facilement des capillaires et entre aussi plus aisément dans la cavité pleurale

29

epanchement exsudatif

- Causé par augmentation de la perméabilité des capillaires caractéristique d’une réaction inflammatoire. - Peut être secondaire à une tumeur maligne ou à des métastases, à une infection ou à une nécrose pulmonaire, à une pancréatite ou à une perforation de l’œsophage

30

manifestations cliniques de l'epanchement pleural

• Dyspnée progressive
• Réduction des mouvements de la cage thoracique du côté atteint
• Douleur pleurétique secondaire à maladie sous-jacente
• Bruit mat(matité) à la percussion
• Absence de bruits respiratoires
• Présence de bruits distants au-dessus de la région touchée
• POUR EFFUSION : même + fièvre, sueurs nocturne, toux, anorexie

31

traitement de l'epanchement pleural

thoracentese
rx poumons
TDM
pleurodese chimique
drain thoracique

32

thoracentese

- Définition : Aspiration du liquide intrapleural à des fins diagnostiques (détermine cause de la production de liquide) et thérapeutiques (pour retirer le liquide en une seule fois).

 On analyse ensuite ce liquide en procédant à une numération des globules rouges et des globules blancs, à des études cytologiques, à des cultures bactériennes et fongiques et à la détermination des taux de glucose et de protéines.

 Si le liquide qui s’est échappé des vaisseaux sanguins plus perméables est riche en protéines, c’est un exsudat, et si le liquide s’est échappé des vaisseaux sanguins normaux contient peu de protéines, c’est un transsudat.

 Le radiographie pulmonaire permet de déterminer le site de la ponction et la percussion du thorax permet d’évaluer où il y a le plus de matité.

- Procédure : Aiguille de la thoracentèse est insérée dans l’espace intercostal. Le liquide est aspiré avec une seringue ou une tubulure est connectée pour permettre au liquide de s’écouler dans contenant stérile. Habituellement il est possible de retirer un maximum de 1000 à 1200 mL de liquide pleural. Le retrait rapide d’un volume important peut entraîner une hypotension, une hypoxémie ou un œdème pulmonaire.

- Avant le test :
Il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour passer cet examen.
Réaliser une FSC et des analyses de coagulation. Signer un formulaire de consentement éclairé.
SV
- Après le test :
Tourner le client sur le côté non atteint pendant 1 heure pour permettre l’expansion du poumon
Surveiller SV
Vérifier écoulement niveau pansement
Continuer à observer client pour déceler signes de détresse respiratoire.

33

prevention du cancer

limiter la consommation d'alcool
faire l'exercice
maintenir un poids sante
passe test de despistage
arret tabagisme
mammographie
reduire l'exposition au soleil
eviter les lits de bronzage
habitudes alimentaire saines
eviter d'exposer a des infx et a des agents carcinogene

34

Signes d'alerte du cancer

masse palpable
grain de beaute ou tache qui change d'aspect
saignement persistant
symptomes qui persistant plus e trois a quatre semaines (toux, enrouement, no/vo, diarhee, constipation)
retractation ou ecoulement du mamelon
maux de tete
fatigue extreme
perte e poids inexplicable

35

pneumothorax

La présence d’air dans la cavité pleurale. Lorsque le volume d’air emprisonné dans la cavité pleurale augmente, le volume des poumons diminue ce qui cause que les poumons s’affaissent partiellement ou complètement.