Cours 8, la nouvelle pénologie Flashcards Preview

Pénologie exam final > Cours 8, la nouvelle pénologie > Flashcards

Flashcards in Cours 8, la nouvelle pénologie Deck (16)
Loading flashcards...
1

Quelle est la nouvelle pénologie?

la gestion du risque

2

En quoi la nouvelle pénologie a-t-elle un cadre plus général?

Elle est dans le cadre général de la «société du risque», la gestion du risque est une logique d'ensemble.

3

En quoi la nouvelle pénologie a-t-elle une approche critique?

opposition assumées à certaines pratiques pénales et à un certain discours scientifique

4

En quoi la nouvelle pénologie n'est pas une stratégie délibérée?

Action consciente, c'est une théorie qui correspond à la logique de notre époque
N'est pas totalitaire; pas la seule force agissant sur le système pénal

5

Qui est Beck et qu'a-t-il apporté comme concept?

Sociologue allemand
N'est pas un auteur de la nouvelle pénologie, mais à développé l'idée de la société du risque qui est à la base de celle-ci (transformations de la société pour en arriver là)
La société du risque est où les instances de contrôle et de sécurité tiennent compte des risque sociaux, politiques, écologiques et individuels (identification-de plus en plus- des dangers qui échappent au contrôle)
On a besoin de nouveaux contrôles, car le risque est la peur de ce qui échappe au contrôle.

6

Quels sont les deux types de danger dans la «société du risque»? Ces dangers sont-ils nouveaux?

- Industriels-écologique
- Sociaux-économiques
Non, mais c'est une nouvelle façon de les penser et de les calculer. On mets l'emphase sur le futur (anticiper et contrôler).

7

Comment faisons-nous pour anticiper le futur?

gestion assurancielle/calculs actuariels

8

Comment les calculs actuariels sont-ils appliqués au domaine pénal?

- Risque de récidive (statistiques vs évaluations cliniques)
- Prédictions basées sur caractéristiques partagées avec un groupe
- Choix et ajustement des interventions en fonction du risque (instruments d'évaluation)

9

En quoi l'anticipation est une facette essentielle de la justice pénale?

C'est une façon de casser l'incertitude ce que chaque décision implique. La différence est qu'en nouvelle pénologie, il faut appliquer des calculs d'anticipation qui ne viennent pas de nous.

10

Comment est illustrée la tendance dans le contexte américain?

- Au début, grille pour libération conditionnelle avec emphase sur antécédents judiciaires (facile à documenter et lié)
- Ensuite, diversification rapide des instruments (employé à tous moments après le verdict de culpabilité), aujourd'hui employé par majorité des États

11

Dans la société du risque, le crime est un risque «normal», qu'Est-ce que ça signifie?

Le crime est inévitable et régulier; donc on peut le prévoir pour minimiser les conséquences (les conséquences plus importantes que les causes, on cible des facteurs et on fait des corrélations avec les individus)
Le crime est plus vue comme une probabilité que comme un problème.

12

Quelles sont les deux manières d'envisager le criminel?

1- Comme un profil de risque (simplifie l'individu, ce qui le rend unique ce n'est pas intéressant, c'est sa corrélation avec les autres)
- Emphase sur risques futures, en fonction des caractéristiques associés à la récidive
- Responsabilité dans le sens où il est responsable de ses facteurs de risques et doit assumer les conséquences
- Carrière criminelle illustre qu'on pense que le criminel est responsable et rationnel (calcul)

2- Comme membre d'un groupe ciblé
- Profil de risque basé sur données pénales, donc porte biais intrinsèque du système de justice (ne représente pas la réalité absolue)
- Facteurs qui affectent le risque sont aussi marqueurs de groupes sociaux stigmatisés, donc pas neutre, renforce les associations

13

Dans la gestion du risque, quelle est la finalité principale de la peine?

Neutralisation; résultat de l'importance des antécédents judiciaires (souvent vu comme le meilleur indicateur de récidive)et de la récidive (il faut l'éviter)

14

Quelle est potentiellement une des conséquences de la neutralisation comme finalité principale de la peine?

Expliquerait la sévérité accrue dans détermination de la peine sur présence d'antécédents et politiques punitives spécifiques (logique qui dépasse les acteurs - en faire toujours plus. populisme pénal)

15

Dans la logique de gestion du risque, quel est le premier objectif plus spécifique de la peine?

A) Protéger la société en contrôlant les groupes à risque
- Priorité aux « noyaux durs », sous-groupe responsable
d’une majorité de crime, logique tirée des études de
cohorte - on suit beaucoup de jeunes pendant longtemps, identification des facteurs criminogènes (en neutralisant ce petit groupe on diminue considérablement la criminalité)
- Protection = surveillance des groupes, selon niveau de
risque, avec emphase sur sécurité de la collectivité (et non sur la correction de l'individu)
- Allocation différentielle des ressources pénales:
(re)légitimation de la prison comme contrôle du risque
élevé, (neutraliser) et mesures/peines alternatives comme modes de contrôle des risques plus faibles - donc peines en fonction du risque

16

Dans la logique de gestion du risque, quel est le deuxième objectif plus spécifique de la peine?

B) Protéger le système pénal (moins d'importance aux réflexions morales)
- Promesse d’une gestion rationnelle et objective de la
délinquance assurant le bon fonctionnement du système
pénal - tellement scientifique qu'on ne peut pas critiquer (bien faire les choses ou faire les bonnes choses?, plus bien les faire)
- Trois moyens de protection par la gestion actuarielle:
1. Argument d’efficacité et d’efficience
(basé sur scientificité/clarté des instruments)
2. Standardisation des pratiques - diminution du pouvoir discrétionnaire, tout le monde faire la même chose - donc plus facile de rendre compte de ses actions
(instruments simples, limitant recours au jugement
clinique, et favorisant décisions uniformes)
3. Responsabilisation du délinquant
(individus condamnés responsables du succès/échec
de l’intervention pénale) - car le système pénal a fait ce qu'il avait à faire (si échec augmente le risque)