exam 3 Flashcards Preview

Psycho > exam 3 > Flashcards

Flashcards in exam 3 Deck (50):
1

Le rappel

mesure de la mémoire dans laquelle la personne doit retrouver une information apprise auparavant. Un questionnaire où il faut remplir les blancs teste vos capacités de rappel

2

La reconnaissance

mesure de la mémoire dans laquelle la personne a seulement besoin d’identifier des éléments déjà appris, comme dans un questionnaire à choix multiple.

3

Le réapprentissage:

mesure de la mémoire qui détermine le temps épargné lorsqu’on apprend une information pour la seconde fois. Vous allez réapprendre les informations plus facilement que lorsque vous l’avez fait initialement.

4

LA MÉMOIRE REPOSE SUR TROIS PROCESSUS

1. Encodage: Processus de transformation de l’information dans un format qui pourra être enregistré en mémoire. Intégrer l’information dans notre cerveau.

2. Stockage: Entreposage de l’information dans la mémoire. Retenir cette information.

3. Rappel: Extraction de l’information stockée dans la mémoire. Retrouver cette information.

5

Mémoire iconique

mémoire sensorielle des stimuli visuels.

6

Mémoire échoïque

mémoire sensorielle des stimuli auditifs.

7

Mémoire de travail

nouvelle conception de la mémoire à court terne qui se focalise sur le traitement actif et conscient des informations entrantes. La mémoire à court terme permet également de ramener à la conscience et de traiter l’information maintenue dans la mémoire à long

8

Deux systèmes de mémoire à long terme

Mémoire explicite (déclarative)
Mémoire sémantique
Mémoire épisodique

Mémoire implicite (non déclarative)

9

Le système de la mémoire explicite

Nos lobes frontaux et l’hippocampe, traitent et stockent nos souvenirs explicites, de faits et d’épisodes de notre vie.
Lobes frontaux droits et gauches traitent différents types de souvenirs.
Le fait de se rappeler un mot de passe et de la maintenir dans notre mémoire de travail, par exemple, active le lobe frontal gauche.
Se remémorer visuellement un moment précis d’une soirée a plus de chances d’activer le lobe frontal droit.

10

L’hippocampe

L’hippocampe et les réseaux connexes sont actifs lors de la formation des souvenirs explicites, tels que les noms, les images, et les événements

11

Le cervelet

un rôle capital dans la formation et le stockage des souvenirs implicites créés par le conditionnement classiques (ex: lésion du cervelet /ne pouvant pas développer certains réflexe conditionnés comme cligner des yeux.

12

LA MÉMOIRE SÉMANTIQUE

Répertoire des connaissances générales et des informations factuelles
Les mots
L’individu a un vocabulaire de 20 000 à 40 000
Plusieurs informations reliées à chaque mot
Lexicale (bonbons et sucre sont reliés)
Conceptuelle (un cube a 6 faces)

13

LA MÉMOIRE ÉPISODIQUE

Mémoire autobiographique
Information située dans un contexte temporel et spatial
Qu’avez-vous fait hier soir?
Mémoire flashbulb: Souvenir des circonstances dans lesquelles on a appris pour la première fois un événement très surprenant aux conséquences importantes
Que faisiez-vous lorsque vous avez appris le décès d’un être cher?
Où étiez-vous lors de l’attentat du 11 septembre?

14

Incapacité à récupérer une information parce qu’elle

N’a pas été encodée (échec d’encodage)
Oublier le nom de quelqu’un qu’on vient de nous présenter

Le temps nous fait l’oublier, l’information n’a pas pu être conservée. (déclin du stockage)

Nous n’avons pas suffisamment de bons indices pour la récupérer (échec de récupération)
Avoir le mot sur le bout de la langue

Elle a disparu de la mémoire (interférence)
Interférence proactive: matériels déjà en mémoire nuisent aux nouveaux apprentissages
Interférence rétroactive : le nouveau matériel efface l’ancien

Elle a été altérée

Modification des souvenirs

15

un algorithme

une démarche pas à pas qui garantit une solution!

16

l’heuristique

des stratégies bien plus simples. Stratégie de pensée simple qui nous permet souvent de porter jugements et de résoudre les problèmes de manière efficace.
Plus rapide mais aussi plus entachée d’erreurs que les algorithmes.

17

chercher une bouteille de jus de goyave

Algorithme:. la rechercher en parcourant toutes les allées d’un supermarché
Heuristique: vous rendre directement au rayon des produits alimentaire naturels, secteur des boissons.

18

L’heuristique de disponibilité

Estimation de la probabilité de survenue d’événements en fonction de leur souvenir immédiatement disponible; s’ils viennent facilement à l’esprit, nous présumons leur banalité.

19

L’excès de confiance

Parfois nos jugements et nos décisions tournent mal simplement parce que nous sommes plus confiants que nous devrions l’être!
La tendance à surestimer la précision de nos connaissances et de notre jugement représente un excès de confiance.

20

Persévérance des préjugés

Notre tendance à nous cramponner à nos convictions, face aux preuves les contredisant.
Remède: considérer l’opinion opposée

21

Effets de présentations.

Façon dont la réponse est influencée par les différentes présentation d’une même question; influence de la présentation d’une question sur le jugement et les réponses données.

22

Définition de la créativité

capacité à produire des idées nouvelles, inventives et précieuse
Il y a clairement dans la créativité d’autres éléments que ceux révélés par les notes obtenues aux test d’intelligence.
L’activité cérébrale associée à l’intelligence diffère de celle associée à la créativité.
Les tests d’intelligence qui demandent une seul réponse correcte nécessitent une pensée convergente.
Les test de créativité (ex: combien d’utilisation pouvez-vous trouver à une brique?) nécessitent une pensée divergente

23

Les phonèmes

eprésentent les plus petits sons distinctifs d’un langage.
Pour dire « but » nous prononçons le son des phonèmes b, u, t.
Pour dire « Phare », nous utilisons trois phonèmes: f, a, r.

24

Les morphèmes

sont les unités élémentaires ayant une signification.
le « a » par exemple peut être un morphème (qui est aussi un phonème) dans le sens de: à
Mais la plupart des morphèmes sont formés par la combinaison de deux ou plusieurs phonème.
Certains morphèmes, comme « battre » et « doux », sont aussi des mots.
Mais d’autres, comme le préfixe « pré- » de prédire ou le suffixe « - ait », de l’imparfait, sont seulement une partie d’un mot.

25

Langage réceptif

Les enfant débutent leur vie sans le langage (in fantis signifie « qui ne parle pas »).
À 4 mois, les bébés peuvent différencier les sons du langage (regarde un visage, peut reconnaître que « ah » est formé par des lèvres largement ouvertes; « i » est formé par un bouche dont els coins sont tirés vers l’arrière).
Cela marque le commencement du développement d langage réceptif: sa capacité à comprendre ce qu’on lui dit et ce qu’on dit sur lui.

26

La compréhension du langage par les nourrissons dépasse considérablement la production du langage

À 6 mois, de nombreux nourrissons reconnaissent des noms d’objets.

27

l’effet de similitude phonologique

On peut retenir moins d’items en mémoire à court terme lorsque les stimuli sont similaires phonologiquement
Ex: boule, poule, joule, coule, moule
Attribuable à une confusion entre les items phonologiquement similaires

28

Aphasie=trouble du langage, impossibilité de traduire une idée par des mots.

Elle est généralement causée par des lésions de l’hémisphère gauche:
soit de l’aire de Broca (altération de l’expression motrice du langage) ou
soit de l’aire de Wernicke (altération de la compréhension)

29

Aire de Broca

contrôle de l’expression du langage. Zone corticale se situant dans le lobe frontal de l’hémisphère gauche le plus souvent, qui dirige les mouvements des muscles de la parole.

30

Aire de Wernicke

contrôle de la réception du langage. Zone corticale impliquée dans la compréhension et l’expression du langage; habituellement situé dans le lobe temporal gauche.

31

Le facteur g

sous-tend plusieurs habiletés spécifiques comme les habiletés verbales, la mémoire, le raisonnement et l'orientation spatiale.

32

Syndrome du savant

Définition: état d’une personne aux capacités mentales limitées mais qui possède, par ailleurs, une aptitude spécifiques exceptionnelle-par exemple dans le domaine du calcul ou du dessin.

Malgré les capacités brillantes: faibles scores lors de la passation de tests d’intelligence et capacités de langage altérés.

4/5 atteints de ce syndrome sont les hommes

La plupart sont aussi atteints d’un trouble du spectre de l’autisme (un trouble neuro-développemental).

33

La théorie des trois intelligences de Sternberg

Intelligence analytique : Habiletés mentales étroitement liées à la réussite et aux habiletés générales. Cette forme d’intelligence prédit la réussite scolaire

Intelligence créatrice :Capacité à s’adapter à de nouvelles situations et capacité à produire de nouvelles idées.« Intelligence imaginative »

Intelligence pratique : Habileté à compléter les tâches
de la vie quotidienne. « Intelligence de la rue »

34

Les concepts de Garder et Sternberg diffèrent sur des points spécifiques, mais ils sont d’accord sur deux points importants

1-Les capacités multiples peuvent contribuer à la réussite dans la vie.
2-les différentes capacités dont nous pouvons être doués ajoutent du piquant à la vie et sont des défis pour l’éducation

35

Certaines Critiques

La réussite n’est pas une recette à un seul ingrédient (ex: le facteur g).
Être intelligent peut vous aider à entrer dans une profession, mais cela ne vous fera par réussir une fois entré.
La réussite associe talent et courage: ceux qui réussissent brillamment sont aussi consciencieux et on une énergie tenace.
Ericsson parle d’une règle des 10ans: un des ingrédient fréquent des performances des maître des échecs, des champions sportifs est « environ dix ans de pratique quotidienne intense. »

36

L’intelligence émotionnelle: les 4 composantes

Capacité de percevoir les émotions: reconnaître les émotions sur les visages dans la musique et dans les histoires
Comprendre les émotions: les prédire, envisager leur changements et leur intrications.
Gérer/maitriser les émotions: Savoir comment les exprimer dans des situations variées.
Utiliser les émotions: Pour permettre une réflexion adaptative ou créative

37

DEUX GRANDS TYPES DE TESTS EN PSYCHOLOGIE qui se penchent sur la performance des individus

Les tests d’aptitudes : Développés dans le but de prédire les résultats futurs de la personne après qu'elle ait reçu la formation appropriée.
L'aptitude réfère à la capacité à apprendre.

Les tests de rendement : Développés dans le but d’évaluer ce qu'une personne a appris après avoir reçu la formation.
Exemple: examens de session, test de conduite, EPPP.

38

QI

âge mental
____________________ X 100
âge chronologique

39

Intelligence verbale

Définition: Aspect de l’intelligence qui comprend les connaissances et le jugement acquis par l’expérience.
Dépend des études et de l’expérience.
Comprend: le vocabulaire, les habileté en lecture, les habiletés qui favorise le fonctionnement dans la vie quotidienne.
Mesurée à l’aide de tâches de connaissances ou de compréhension
À quoi servent les impôts?
Que signifie le proverbe: il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu?

40

Intelligence non-verbale

Définition: Aspect de l’intelligence qui dépend des processus non-verbaux, surtout biologiques, plutôt que de l’expérience.

Comprend la capacité de raisonnement perceptif, la mémoire et la rapidité de réaction.

Mesurée à l’aide de tâches qui évaluent la souplesse cognitive et le raisonnement.
Exemple
Reproduire des images à l’aide de bloc
Tâches de rappel sériel

41

Un QI global est ensuite calculé en tenant compte de ces 4 composantes:


QI de compréhension verbale
QI de raisonnement perceptif
QI de vitesse de traitement
QI de mémoire de travail

42

Intelligence cristallisée

Connaissances et aptitudes verbales que nous accumulons.
Tendance à augmenter avec l’âge.

43

Intelligence fluide

Capacité à raisonner rapidement et de façon abstraite.
Tendance à diminuer avec l’âge.

44

Les deux extrêmes de l’intelligence: la déficience intellectuelle et la douance

Déficience : QI Égal ou Inférieur à 70


Douance : QI Supérieur à 140

45

Comment définir la motivation?

Les psychologues définissent la motivation comme un besoin ou un désir qui donne de l’énergie et dirige les comportements.
Nos motivations viennent des interactions entre l’innée (les exigences somatiques) et l’acquis (l’attirance liée à nos processus de pensée et notre culture.
Les 4 points de vue pour expliquer les comportements motivés:
L’instinct et l’évolutionLes pulsions et les incitationsL’activation/la curiositéL’hiérarchie des besoins

46

Définition de l’instinct

un comportement complexe qui a un structure fixe commune à toute une espèce et ne pas être appris

47

Les pulsions et incitations

Après que les théories de la motivation instinctives s’effondrent, on par le de la théorie du contrôle des pulsions par leur réduction.
Principe: un besoin physiologique suscite un état d’activation qui conduit l’organisme à réduire ce besoin. (exemple: en mangeant ou en buvant).
La finalité physiologique de ce contrôle des pulsions est l’homéostasie: le maintien d’un état d’équilibre interne.

48

Les hormones de la régulati0n de l’appétit

Ghréline: signal « j’ai faim »
Insuline: sécrétée par le pancréas, contrôle la glycémie
Leptine: en abondance, elle provoque le cerveau pour augmenter le métabolisme et diminuer la faim.
Orexine: hormone hypothalamique peptidique stimulant l’appétit et la vigilance.
PYY: hormone peptidique « satiétogène » (« je n’ai plus faim »)

49

Cycle de la réponse sexuelle: Quelles sont les étapes chez l’être humain?

Excitation: les zones génitales subissent un afflux sanguin.
Plateau: L’excitation culmine tandis que la respiration, le pouls et la pression artérielle continuent d’augmenter.
Orgasme: contractions musculaires se font dans tout le corps au cours de l’orgasme.
Résolution: le corps revient progressivement à son état initial à mesure que les vaisseaux sanguins génitaux ramènent le sang de la circulation locale vers la circulation générale.
Période réfractaire: période de repos après l’orgasme, au cours de laquelle un homme ne peut pas atteindre un autre orgasme.

50

Dysfonctionnements sexuels

Définition: des troubles qui perturbent de façon régulière l’excitation ou les relations sexuelles. Certains concernent:
La motivation sexuelle (libido) et en particulier, un manque d’énergie ou d’excitabilité sexuelle.
Les trouble de l’érection (incapacité d’avoir ou maintenir une érection) et l’éjaculation précoce.
Douleur ou le trouble orgasmique féminin (détresse liée à l’absence ou rareté de l’orgasme).