module 5 Flashcards Preview

histo > module 5 > Flashcards

Flashcards in module 5 Deck (11):
1

#1

1. Tissu de soutien : composé de cellules et de matrice extracellulaire. Constitué d’une plus grande portion de matrice et il forme le stroma. Matrice produite par les cellules et composée de fibres et de substance fondamentale. Dérive des cellules mésenchymateuses.

2

#2

2. Différents types tissus de soutien : plusieurs fonctions.
- Support structural : constitue le stroma sur lequel reposent les autres tissus de base. Forme des capsules fibreuses autour de certains organes / tissus. Assure un rôle de support à l’organisme.
- Milieu pour les échanges : bon milieu pour la diffusion entre les cellules du parenchyme et la circulation sanguine.
- Défense, protection et réparation tissulaire : barrière physique à l’invasion de microorganismes, présence de cellules phagocytaires, immunocompétentes et de la réponse inflammatoire. Rôle clé des fibroblastes dans guérison.
- Stockage de lipides : adipocytes.

3

#3

3. 3 types de tissus de soutien : tissu de soutien embryonnaire, tissu de soutien proprement dit, tissu de soutien spécialisé. 2 types de tissu de soutien embryonnaire :
- Mésenchyme : dans l’embryon. Composé de cellules mésenchymateuses, substance fondamentale et nombre réduit de collagène de type I et III (reflète les stress physiques limités imposés à l’embryon et fœtus). Cellules en forme d’étoile et leurs prolongements cytoplasmiques entre en contact avec les prolongements des autres cellules.
- Tissu muqueux : dans le cordon ombilical. Tissu de soutien lâche contenant des fibroblastes, peu de fibres de collagène et beaucoup de substance fondamentale ayant la consistance d’un gel (gelée de Wharton). Fibroblastes expriment plusieurs marqueurs des cellules mésenchymateuses et ont la capacité de se différencier en plusieurs types cellulaires.

4

#4

4. Tissu de soutien proprement dit : 2 types basé sur la proportion de fibres dans la matrice extracellulaire :
- Tissu de soutien lâche (aréolaire): offre peu de résistance. Présence de fibres et substance fondamentale en proportions relativement équivalentes. Principalement fibres de collagène (type I) mais aussi fibres d’élastine et réticuline (collagène type III). Fibroblastes = principales cellules mais aussi autres types cellules résidentes et de passage. Tissu localisé sous les épithéliums et sous les épithéliums glandulaires et autour des petits vaisseaux sanguins. Tissu lâche sous les épithéliums des muqueuses respi. et digestives  lamina propria. Normalement le siège des premiers mécanismes de défense d’où la présence de cellules inflammatoires (leucocytes) et immunitaires (macrophages, plasmocytes, lymphocytes). [Tissu de soutien réticulé = fibres principalement fibres de réticuline qui forment un réseau délicat de support.]
- Tissu de soutien dense : contient beaucoup plus de fibres (grande résitance) et beaucoup moins de cellules et de substance fondamentale. Selon l’orientation et arrangement des fibres de collagène, orienté ou non-orienté.
- Tissu de soutien dense non-orienté : Faisceaux denses de collagène entrelacés dans tous les sens. Réseau pouvant soutenir des stress mécaniques dans diverses directions. Fibres d’élastine et fibroblastes parsemés entre les fibres de collagène. Dans le derme et les enveloppe et capsules fibreuses entourant les nerfs et organes.
- Tissu de soutien dense orienté : Faisceaux dense de collagène orientés de façon parallèle. Organisation compacte laisse peu de place pour les cellules et substance fondamentale. Ex : tendons, ligaments, aponévroses.
- Tissu de soutien dense élastique : principale composante = fibres élastiques. Au sein de divers ligaments et paroi de l’aorte.

5

#5

5. Tissu de soutien spécialisé : Fonctions particulières. Cartilage, os, sang, tissus hématopoïétique et lymphatique, tissu adipeux.
- Tissu adipeux : comporte beaucoup plus de cellules (adipocytes) que de matrice. Quand adipocytes regroupés en grand nombre : forment le tissu adipeux. Diverses fonctions (emmagasiner lipides, amortir les chocs, isolant thermique). Tissu adipeux blanc ou uniloculaire (contient une très grande gouttelette de lipides. Noyau aplati et organites repoussés en périphérie) + Tissu adipeux brun ou multiloculaire (adipocytes emmagasinent les lipides en plusieurs petites gouttelettes. Noyau pas aplati. Apparaît brun en raison d’un vascularisation plus abondante et + de mitochondries. Impliqué principalement dans la production de chaleur).

6

#6

6. Cellules dans tissu de soutien dérivent des cellules souches issues du mésoderme : cellules mésenchymateuses (fibroblastes, adipocytes, chrondrocytes, ostéocytes) et cellules souche hématopoïétiques (globules rouges, leucocytes, mastocytes, plaquettes).
Cellules résidentes: longue demi-vie, demeurent dans les tissus
cellules de passage: courte demi-vie, viennent de la moelle osseuse et circulent dans le sang et lorsque recoivent un signal, migre vers le tissu de soutient.

7

#7

7. Cellules résidentes : Se développent et reste dans le tissu de soutien où elles exercent leur fonction. Demi-vie relativement longue.
- Fibroblaste : produisent la majorité de la matrice extracellulaire incluant les fibres de collagène et les fibres élastiques. Fibroblastes actifs sont fusiformes, cytoplasme abondant et noyau ovale grand et pâle. Fibroblastes inactifs (fibrocytes) sont plus petits avec noyau + petit et foncé. Fibroblastes ont des récepteurs pour différents facteurs de croissance qui stimulent leur prolifération. Myofibroblastes possèdent éléments contractiles.
- Adipocytes : généralement uniloculaires.
- Mastocytes : dérivent des cellules souches myéloïdes de la moelle osseuse et qui prennent la circulation pour s’établir et se différencier dans les tissus de soutien. Relativement grandes, noyau central, cytoplasme rempli de granules basophiles. Granules contiennent substances bioactives impliquées dans réponse inflammatoire.
- Macrophages : certains se comportent comme cellules résidentes. Cellules phagocytaires qui éliminent les débris cellules et protègent l’organisme contre les agents étrangers. Noyau excentrique ovoïde et sont riches en lysosomes. Dérivent des monocytes dans la moelle osseuse et qui prennent la circulation pour se différencier dans les tissus en macrophages. Divers noms selon la région. Rôle important dans la réponse immunitaire (cellules présentatrices d’antigènes).
- Cellules de passage : courte demi-vie. Proviennent principalement de la moelle osseuse et circulent dans le sang. Réception signal approprié = quitte la circulation et migre dans le tissu de soutien et effectue sa fonction. Plasmocytes (dérivent des lymphocytes B, synthétisent et sécrètent anticorps. Noyau sphérique et excentrique, Golgi développé) + Leucocytes (nombre augmente lors de réactions inflammatoires / allergiques. Neutrophiles, lymphocytes, éosinophiles.)

8

#8

8. Fibres de collagène : produit principalement par les fibroblastes. Protéine la plus abondante de l’organisme. Plus de 35 types de collagène regroupé en catégories : ceux formant les fibrilles (types I, II et III), ceux formant des réseaux ou feuillets (type IV) et ceux servant d’ancrage (type VII). Synthèse du collagène de type I (forme la plus abondante) :: Protéine synthétisée par le RER sous la forme de polypeptides (chaine ɑ de procollagène). Subissent modifications post-traductionnelles dans RER et Golgi. Durant ce transit, 3 chaine de procollagène s’enroulent en forme d’hélices, résultant en une molécule de procollagène. Après sécrétion hors de la cellule par exocytose, extrémités NH2 et COOH sont clivées par peptidases et forment tropocollagène. Molécule de tropocollagène s’assemblent pour former fibrilles, fibres puis faisceaux. Pour collagène type IV, extrémités NH2 et COOH non-clivés ce qui empêcherait de faire tropocollagène et assemblage en fibres. Donc moins résistant. S’organise plutôt en un réseau ou treillis tridimensionnel et contribue à la formation de la lame dense de la membrane basale. Fibres collagène type III (réticuline) : beaucoup plus fine et délicates. Détectées à l’aide colorations spéciales. S’organise en un réseau délicat de petites fibres ramifiées qui procurent support aux cellules lymphoïdes, hématopoïétiques, adipeuses. Contribue au stroma. Présent au sein de la lame réticulée de la membrane basale.

Type de collagène et Rôle :
I Type le plus abondant. Procure résistance à la traction / tension
II Procure résistance à la pression
III Aussi nommé réticuline. Forme fibres réticulaires. Contribue à maintenir l’architecture des tissus.
IV Procure un support aux cellules épithéliales. Filtration
VII Permet d’ancrer la lame basale au tissu de soutien.

- Fibres élastiques : Élasticité dépend de la présence de fibres élastiques. Composés de diverses protéines dont 2 plus importantes. Élastine (forme matrice principale) + Fibrilline-1 (produit microfibrilles servant d’échafaudage à la disposition d’élastine). Synthèse effectuée principalement par fibroblastes dans tissu de soutien et cellules musculaires lisses dans vaisseaux sanguins. Propriétés élastiques découlent de composition intrinsèque des molécules d’élastine qui se caractérise par de multiples replis et interconnexions. Élastine riche en proline et glycine qui génèrent repliements dans structure secondaire. Liaisons covalentes formant réseau de molécules recourbées. Étirée = molécules d’élastine plus linéaires --> hautement instable donc réseau revient rapidement à sa conformation initiale quand traction disparaît.

9

#9

9. Substance fondamentale : permet à la matrice extracellulaire de résister au forces de compression (VS forces de tension pour les fibres).

10

#10

Substance fondamentale : consistance visqueuse et 3 principales composantes qui baignent dans le fluide interstitiel. Occupe l’espace entre les cellules et les fibres. Fonctions de lubrifiant, amortisseur, barrière au passage de microorganismes. 3 composantes :
- Glycoaminoglycanes (GAG) : long polymère glucidique formé de sous-unités répétitives d’un disaccharide (élément du tandem = hexoamine, sucre aminé, soit le glucosamine ou galactosamine. Autre élément du tandem = acide glucoronique ou iduronique). Composition du disaccharide détermine le type de GAG. Longueur variable. Forte charge négative qui attire les cations (Na+) et la concentration élevée de Na+ résultante capte et emprisonne de l’eau (hydratation) créant une matrice pouvant résister aux forces de compression. Plupart des GAG sont sulfatés (leur permet de se lier de manière covalente à des protéines et former protéoglycanes). Seul acide hyaluronique n’est pas sulfaté.
- Protéoglycanes (mucoprotéines) : composé d’une protéine centrale à laquelle sont attachés des GAGs. Biosynthèse s’effectue dans la cellule dans le RER (prot. centrale) et Golgi (attachement et production des GAGs). Sécrétion par exocytose. Acide hyaluronique (pas sulfaté) ne peut se lier au prot. Protéines liantes spécifiques permettent d’attacher acide hyaluronique au protéoglycanes. Interactions entre les GAGs des protéoglycanes et les fibres de collagène contribue à la formatino de grands complexes de macromolécules.
- Glycoprotéines d’adhésion : composante protéique est la composante principale. Protéines globulaires auxquelles sont liées de courtes chaines glucidiques ramifiées. Fonction : stabiliser la structure de la matrice extracellulaire et de la relier aux cellules. Chaque molécule possède multiples domaines d’adhésion dont au moins un lie les fibres de collagène, un les protéoglycanes et les GAGs, un autre intéragit avec le domaine de liaison de protéines membranaires (intégrines : présentes à la surface des cellules épithéliales ou cellules de la matrice extracellulaire).
- Fibronectine : produite par les fibroblastes. Glycoprotéines d’adhésion présente en grande quantité dans la matrice extracellulaire du tissu de soutien. Possède sites de liaison au collagène, à l’héparane sulfate, à l’acide hyaluronique et au récepteur à la fibronectine. Site d’ancrage de la cellule à la matrice extracellulaire qui s’effectue au sein de sites d’adhésion focale.

11

#11

11. Membrane basale : forme spécialisée de matrice extracellulaire. MO  couche de tissu simple, acellulaire et très étroite entre les cellules épithéliales et tissu de soutien. Requiert l’utilisation de coloration spéciale. En MET  2 couches : lame basale (produite par cellules épithéliales. Attachement des cellules épithéliales au dessus et du tissu de soutien en dessous) + lame réticulaire (produite par cellules du tissu de soutien. Ancrer la lame basale au tissu de soutien sous-jacent par collagène type VII).