Semaine 11 : Les effets des TI sur les soins de santé – confidentialité et sécurité Flashcards Preview

Les enjeux éthiques, légaux et sociétaux des technologies de l’information. > Semaine 11 : Les effets des TI sur les soins de santé – confidentialité et sécurité > Flashcards

Flashcards in Semaine 11 : Les effets des TI sur les soins de santé – confidentialité et sécurité Deck (11):
1

Quel principe devrait présider à la protection de la vie privée à l’ère du traitement informatisé des données relatives à la santé?

Le lien de confiance

En effet, les auteurs soutiennent qu’il importe de substituer un lien de confiance au principe de consentement gouvernant la protection de la vie privée. Maintenant que la gestion en réseau des données s’est substituée à la gestion en « silo », il faut changer de norme juridique

2

Dans le traitement informatisé des données relatives à la santé, comment peut-on assurer la confidentialité des données?

a) En interdisant au professionnel de la santé ou au chercheur de communiquer, transférer ou partager avec des tiers les données d’un patient dans le système de santé.
b) En interdisant le flux transfrontalier des données des patients.
c) En régulant étroitement la gestion des droits d’accès aux données.

3

Quels sont les enjeux éthique de la télésanté?

a) L’autonomie des personnes.
b) La confidentialité et le respect de la vie privée.
c) La qualité des soins de longue durée.

4

Un phénomène nouveau surgit en santé grâce aux TI : la consultation en ligne pour les soins de santé. Identifiez le ou les comportements d’un utilisateur qui représentent la logique communautaire de responsabilisation.

L’utilisateur fréquente ces sites pour mieux agir grâce aux échanges et à l’entraide possibles au sein du forum de discussion.

Selon la logique communautaire de responsabilisation, l’individu s’émancipe non seulement en affirmant ses besoins et en influençant la façon dont ces derniers sont comblés, mais aussi en participant en tant que citoyen à la communauté. Ce type de responsabilisation démontre la dynamique d’inclusion du citoyen dans l’action. C’est ce qui différencie cette logique (issue du paradigme démocratique) des logiques professionnelle, consumériste et technocratique.

5

L’achat de médicaments en ligne s’accroît. Il y a aussi des sites qui offrent des consultations et des prescriptions en ligne, voire même la vente de médicaments sans service conseil. Identifiez le ou les pièges de ces initiatives de responsabilisation consumériste.

a) La présence de réseaux de distribution nébuleux et d’échanges commerciaux hasardeux.
b) Des relations cliniques ou thérapeutiques dénaturées sinon absentes.
c) Le risque de mauvais choix de médicaments en raison de la qualité problématique de l’information en ligne sur le médicament et de la publicité insidieuse.

6

À quoi servent les télésoins pour un patient qui veut utiliser les TI pour faire son suivi médical à la maison?

a) À accroître les connaissances du patient, par exemple par la surveillance des symptômes et des signes de détérioration de son état de santé et des comportements à adopter.
b) À accroître la réflexion et la discussion critique sur soi et son environnement, par la prise de conscience de l’incidence de ses actions sur sa maladie et par un dialogue avec le professionnel de la santé.
c) À accroître l’autonomisation du patient, sa possibilité d’influence sur l’action ou la décision, par exemple en choisissant les informations à transmettre et les potentielles actions à entreprendre.

7

Quel est un des facteurs de risque de l’enjeu autour de la confidentialité des données et le respect de la vie privée en télésanté?

a) La présence de tiers lors de téléconsultations.
b) L’hébergement des données sur des serveurs externes.
c) L’utilisation d’appareils mobiles personnels.

8

Vrai ou faux :
Une définition simple de la responsabilisation en santé serait : « les différentes formes possibles d’implication personnelle ».

Vrai. Si la responsabilisation est définie bien différemment selon la logique d’action dont elle provient (professionnelle, technocratique, consumériste et démocratique), elle désigne toujours les manières d’impliquer l’individu dans la prise en charge de sa santé.

9

Vrai ou faux :
L’avantage majeur des télésoins à domicile est de substituer le suivi informatisé de l’état du patient à la relation humaine clinique et thérapeutique.

Faux. L’aspect le plus apprécié des télésoins par les patients est de renforcer la relation avec le professionnel de la santé, avec lequel le contact est plus fréquent lors de ce type de suivi. Selon Auger, et dans le cas de patients soufrant de maladies chroniques, un suivi régulier effectué grâce aux télésoins, permettrait même de désengorger les urgences.

10

Vrai ou faux :
Les avantages financiers de la télésanté sont nombreux. De premières études démontrent que celle-ci permet de diviser les coûts de moitié.

Faux. La réduction de coûts est estimé à près de 6 fois ceux reliés à la médecine conventionnelle. Si on considère les coûts moindres pour les patients (frais de transport, d’hébergement, frais d’interprète, etc.) sans compter la réduction du stress induit par ces transports auxquels on ajoute la réduction de coûts dans les centres de santé (par exemple, en oncologie où la télépathologie permet, en quelques minutes seulement, un diagnostic immédiat au chirurgien évitant ainsi d’autres interventions – induites par les délais de diagnostic différé dus à une pénurie de pathologistes) ou des déplacements dans d’autres centres hospitaliers

11

Vrai ou faux :
La logique technico-économique relève d’une vision tayloriste du travail médical dans laquelle les TI permettent une intensification du travail médical. Cette intensification est le résultat d’une planification des tâches à distance effectuée par les décideurs pour qui les professionnels de la santé doivent être des exécutants.

Vrai. Dans cette optique, les TIC visent l’augmentation de la productivité du travail médical, ce qui représente le principal indicateur servant à évaluer l’efficacité des TIC dans les organisations du secteur de la santé. Les professionnels de la santé y opposent une logique médico-intégrative soutenant « un impératif créatif ».